Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

sept. 20, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 20 septembre 2018 – Sommaire :

  • Marchés en ordre dispersés sans grande tendance spécifique. L’appétit au risque prédomine néanmoins en l’absence de nouveaux éléments de tension entre Pékin et Washington. Faute d’une actualité riche, le Brexit occupe l’attention des marchés alors que les 27 membres de l’UE, présents pour le 2nd jour d’affilée à Salzburg, tentent de s’accorder sur une stratégie commune. Trois réunions monétaires à suivre ce jeudi en Afrique du Sud, Norvège et Suisse.
  • L’EUR/USD tente à nouveau de s’installer au-dessus de $1,17 mais se heurte une nouvelle fois à cette barrière.
  • L’EUR/GBP reste à proximité du niveau de £0,8880 en l’absence d’avancées notables dans les négociations de sortie. Bruxelles a fait un pas vers Londres mais pour le moment la question de la frontière en Irlande reste toujours irrésolue.
  • L’EUR/JPY se maintient au-dessus de la barrière de ¥131 mais ne semble pas disposer du second souffle nécessaire pour casser le plafond de ¥132 formé 5 mois auparavant.
  • L’EUR/CHF remonté au-dessus de ₣1,13 en marge de la nouvelle réunion de la Banque Nationale Suisse.
  • Le cours EUR/CAD stagne sur son support de C$1,51 tandis que l’EUR/AUD remonte à hauteur de A$1,61. Il s’agit là de mouvements correctifs après d’importantes pertes survenues lors des deux dernières séances sur ces paires de change (« effet hausse des prix des matières premières »).
  • Le cours EUR/NOK reste stable à hauteur de NOK 9,52 en attendant l’annonce très probable ce matin d’une 1ière hausse de taux depuis 7 ans en Norvège. 
  • Au lendemain de sa forte chute de la veille provoqué par une décélération bien accueillie de l’inflation en Afrique du Sud, le cours EUR/ZAR corrige de nouveau fortement ce matin et oscille sous le niveau de ZAR 17,0

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD : Encore une séance en ordre dispersée pour l’EUR/USD qui ne permet pas de tirer de véritables conclusions quant à la dynamique du cours de change. Sous couvert de régimes de volatilité résolument limités, le cours EUR/USD a une nouvelle fois oscillé mercredi autour de la barrière de $1,17 sans toutefois parvenir à s’installer durablement au-dessus de cette barrière. Face aux nouvelles tensions apparues cette semaine entre Pékin et Washington, les investisseurs apparaissent partagés entre soulagement face à des mesures moins agressives que prévu qui laisse la porte ouverte à d’éventuelles négociations entre les deux pays et inquiétudes face à un environnement hostile qui pourrait avoir des répercussions dommageables sur la croissance mondiale. Faute à un calendrier économique et monétaire très léger cette semaine en Zone Euro et aux Etats Unis, le cours EUR/USD apparaît très fortement influencé par le sentiment global des marchés et notamment leur degré d’appétit au risque. Cela pourrait être une nouvelle fois le cas aujourd’hui avant la publication vendredi des premières enquêtes PMI du mois de septembre en Europe. Ce matin, le cours de change revenait une nouvelle fois frapper à la porte du seuil de $1,17, un rebond principalement nourri par l’absence de facteurs de nervosité eu égard à une actualité plus calme. Les marchés seront néanmoins attentifs aux nouvelles discussions entre dirigeants européens présents pour la seconde journée consécutive à Salzburg et l’apparition d’éventuelles nouvelles fractures importantes entre certains Etats européens. Le Brexit et les questions migratoires restent des sujets brulants autour desquels les avis divergent. Si l’on en reparle un peu moins ces derniers jours, le spectre italien occupe une résonnance importante dans l’esprit des investisseurs. La question budgétaire pourrait revenir peu à peu dans la lumière à l’approche de la publication jeudi prochain des nouvelles projections économiques du gouvernement. Les pressions sur les épaules du ministre italien de l’Economie, Giovanni Tria, se font de jour en jour de plus en plus fortes, sa rigidité louée par Bruxelles faisant l’objet de vives critiques de la part des membres des deux formations présentes au gouvernement (Mouvement 5 Etoiles et Ligue du Nord).

Perf 2018 = -2,44% / Moyenne 2018 = $1,1950 / Point haut 19 septembre 2018 = $1,1715 / Point bas 19 septembre 2018 = $1,1647 / Clôture 19 septembre 2018 = $1,1672

GBP

EUR/GBP :  C’est une journée qui s’est jouée hier en deux temps pour la paire EUR/GBP… pour un résultat finalement très modeste, voire quasi nul (+0,06% à £0,8880). La paire de change a d’abord amorcé un recul et chuté à un nouveau point bas depuis 6 semaines à £0,8860 en réaction à la publication d’une accélération inattendue de l’inflation au Royaume-Uni à un pic de 6 mois au mois d’août (2,7% vs cons. 2,4% et 2,5% en juillet) avant de retracer progressivement dans l’après-midi en direction de la barrière de £0,89 sur fond de nouvelles craintes à l’égard du Brexit. Alors qu’un sursaut d’optimisme avait gagné les marchés mercredi matin après les nouvelles propositions formulées par Bruxelles pour tenter de régler avec Londres le différend existant autour du futur statut de la frontière en Irlande, celui-ci s’est rapidement dissipé aussitôt que cette offre fut rejetée par Londres. Face au refus indéfectible du parti irlandais DUP, partenaire politique clé de Theresa May et des conservateurs au parlement sans l’appui duquel la première ministre ne disposerait pas de la majorité, d’accorder un statut particulier à l’Irlande du Nord après le Brexit – clause de sauvegarde proposée par Bruxelles qui propose le maintien de l’Irlande du Nord à l’union douanière européenne en cas d’échec des négociations de sortie – la première ministre n’a, semble-t-il, pas eu d’autres choix que de décliner poliment l’offre de son voisin européen. Pas de panique encore même si les deux partis se rejettent la faute et réclament davantage de flexibilité de part et d’autres. L’obtention d’un accord de sortie avec Londres sera à nouveau au centre des discussions des dirigeants européens présents actuellement à Salzburg (Autriche), lesquels tenteront de s’accorder sur une stratégie de sortie. À l’issue de cette seconde journée de débats entre européens pourrait être également officialisée la date d’un sommet exceptionnel à la mi-novembre, lequel apparaît comme la rencontre de la dernière chance pour conclure un accord. Fortement attentive aux commentaires délivrés ce jeudi sur le Brexit et l’avancée des négociations, la livre sterling le sera aussi à l’égard des nouvelle statistiques de vente au détail publiées en milieu de matinée (10h30). Une contraction de ventes, comme le consensus l’anticipe, pourrait initier quelques pressions baissières sur la livre et ramener le cours EUR/GBP à hauteur de £0,89. Malgré plusieurs tentatives de repli depuis le début de semaine, la paire de change n’est toujours pas parvenue à descendre sous le niveau de £0,8850, lequel apparaît donc comme une barrière importante aux yeux des cambistes.

Perf 2018 = -0,08% / Moyenne 2018 = £0,8835 / Point haut 19 septembre 2018 = £0,8919 / Point bas 19 septembre 2018 = £0,8859 / Clôture 19 septembre 2018 = £0,8880

 

JPY

EUR/JPY  :   Le cours EUR/JPY a bien tenté mercredi d’accélérer de nouveau mais à l’approche du « plafond » de ¥132 (nouveau pic de 2 mois atteint à ¥131,66), seuil sous lequel le cours de change évolue depuis maintenant presque 5 mois, celui-ci a rapidement retracé pour revenir à hauteur de la barrière de ¥131. La marche semble apparemment encore trop haute à franchir pour la paire de change. Le nouveau statu quo de la Banque du Japon (BOJ) mercredi n’a pas constitué une véritable surprise en soi pour les marchés, celle-ci continuant à poursuivre, ni plus ni moins, ses efforts monétaires pour soutenir l’économie et stimuler une inflation qui reste toujours aux abonnés absents (inférieure à 1% en juillet). La prédominance de tensions commerciales dans le monde, notamment observée cette semaine par les retour au premier plan de la rivalité entre Chine et Etats Unis, limite également toujours un repli trop important du yen, lequel reste un outils de couverture naturel privilégié par les acteurs de marché mondiaux lors de période de forte volatilité. Le cours EUR/JPY apparaît relativement stable ce matin et oscille autour de sa moyenne mobile 200 jours située à ¥131,10. Comme évoqué la veille, eu égard sa forte valorisation actuelle, le cours reste sous la menace d’une correction plus importante si d’aventure la nervosité devait regagner les marchés. Relativement résilients aux récentes annonces de taxes douanières échangées par Pékin et Washington, l’observation de points de blocage et impasse dans les dossiers du Brexit ou encore de l’ALENA (reprise des discussions ce jeudi entre le Canada et les Etats Unis et nouvelle tentative d’obtention d’un accord final) pourraient au contraire déclencher d’importants remous. À la veille de la publication des nouvelles statistiques d’inflation, lesquelles devraient nous donner quelques indices sur l’orientation à court et moyen terme de la Banque du Japon, le yen suivra d’un œil attentif l’issue du scrutin réalisé aujourd’hui au sein du parti libéral démocrate japonais (PLD) du premier ministre Shinzo Abe. Fortement anticipée dans les sondages, une victoire d’Abe ce jeudi et la sauvegarde par ce dernier de la présidence du parti à la tête duquel il est depuis fin 2012 seraient synonyme de stabilité monétaire dans le pays, et donc d’absence de pressions sur les épaules de la BOJ pour ajuster son approche très accommodante (biais négatif qui soutient la faible valorisation actuelle du yen face à l’euro). Pour rappel, celle-ci est à l’origine un des trois axes de l’agenda politique du premier ministre japonais, aussi appelé « Abenomics », lors de son retour au gouvernement à la fin d’année 2012.

Perf 2018 = -2,87% / Moyenne 2018 = ¥ 13 0,88 / Point haut 19 septembre 2018 = ¥ 131,66 / Point bas 19 septembre 2018 = ¥ 130,77 / Clôture 19 septembre 2018 = ¥ 131,03

 

CHF

EUR/ CHF : Ce fut l’un des principaux mouvements observés mercredi sur les marchés des changes, la tentative de rebond de la paire EUR/CHF à 1,13 à la veille de la réunion monétaire de la Banque Nationale Suisse (BNS). En effet, malgré la forte révision à la hausse des projections de croissance en Suisse cette année par le Secrétariat d’Etats aux Affaires Economiques (SECO), de 2,4% à 2,9%, le franc suisse a cédé jusqu’à presque -0,7% face à l’euro en séance et atteint à cette occasion un point bas depuis plus d’une semaine à presque 1,1330. Ces pressions baissières ont semble-t-il été à la fois nourri par un petit regain d’optimisme des investisseurs à l’égard des négociations du Brexit après les nouvelles propositions de Bruxelles concernant le statut de la frontière irlandaise mais également par un mouvement de prises de bénéfices sur le franc sous couvert d’anticipations de possibles commentaires négatifs jeudi de la part des responsables monétaires helvètes à l’égard de la forte valorisation actuelle de la devise suisse. Le cours a légèrement retracé en fin de séance pour revenir se nicher sous la barrière de 1,13 après l’observation, depuis Salzburg où les 27 chefs d’Etat des pays membres de l’UE sont réunis jusqu’à jeudi, de divergences persistantes autour des problématiques budgétaires et migratoires. Le franchissement de ce seuil de 1,13, barrière que le cours n’arrive plus à franchir durablement depuis sa chute sous ce niveau à la fin du mois d’août, sera à nouveau l’enjeu de cette séance de jeudi. Si le volet politique en Europe garde une influence majeure sur la volatilité de la paire EUR/CHF, le franc restent la valeur refuge par excellence des investisseurs européens, l’influence de la BNS jeudi ne sera pas négligeable. Celle-ci est attendue au tournant, les marchés étant très surpris de son silence à l’égard du rebond significatif du franc ces derniers mois (pic de 13 mois atteint face à l’euro à 1,12 au début du mois de septembre) alors que celle-ci nous avait habitué depuis 2015 à intervenir, oralement ou matériellement sur les marchés des changes, lors que les pressions haussières sur le franc se faisaient trop fortes. Il faut dire que contrairement au précédents mois, l’économie suisse connait sur cette première partie d’année 2018 une jolie embellie. On en veut pour preuve l’époustouflant rebond de 3,4% en rythme annualisé réalisé au second trimestre par l’économie suisse, une performance trimestrielle qui n’avait plus été vue depuis 8 ans !

  Perf 2018 = -3,22% / Moyenne 2018 = 1, 1620 / Point haut 19 septembre 2018 = 1,1326 / Point bas 19 septembre 2018 = 1,1246 / Clôture 19 septembre 2018 = 1,1287

 

NOK

EUR/ NOK : Dans l’esprit des observateurs (assidus) de marché, il ne fait quasiment aucun doute que la banque centrale norvégienne devrait très vraisemblablement opérer ce matin sa première hausse de son taux directeur principal (cons. 0,75% vs 0,50% en août) depuis 7 ans ! Il faut dire que la banque centrale norvégienne a joué le jeu de la transparence et très largement communiqué sur cette décision lors des mois précédents, et encore récemment lors de sa dernière réunion monétaire au mois d’août. Anticipant très largement cette décision, les investisseurs ont déjà commencé à prendre des positions à l’achat sur la couronne norvégienne comme le suggère le rebond de presque 3% de celle-ci face à l’euro lors des deux dernières semaines. Retombé à hauteur de NOK 9,50, le cours EUR/NOK semble cependant buter sur cette barrière, preuve s’il en est d’un certain essoufflement de la dynamique de revalorisation de la devise norvégienne en attendant de possibles nouveaux arguments justifiant un nouveau rebond. Déjà bien intégrée, la seule annonce d’une hausse de taux ne sera pas suffisante à lui offrir les leviers nécessaires pour casser ce seuil de NOK 9,50. Pour cela, il faudra que la banque centrale norvégienne soulève l’idée que de nouvelles hausses de taux pourraient intervenir à court et moyen terme pour accompagner le redressement de l’économie norvégienne. À cet égard, les investisseurs seront ce matin très sensibles aux projections de la banque et aux commentaires potentiels sur son agenda monétaire lors des prochains mois/trimestres. La barrière de NOK 9,50 brisé, le cours EUR/NOK prendrait alors la direction de son prochain niveau support de NOK 9,40

Perf 2018 = -3,35% / Moyenne 2018 = NOK 9,5929 / Point haut 19 septembre 2018 = NOK 9,5522 / Point bas 19 septembre 2018 = NOK 9,5079 / Clôture 19 septembre 2018 = NOK 9,5133


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.