Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

sept. 11, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 11 septembre 2018 – Sommaire : 

  • Au regard d’un calendrier économique relativement limité, l’euro profite d’un dégonflement des inquiétudes politiques en Europe tandis que la livre regagne peu à peu le cœur des investisseurs.
  • L’EUR/USD accentue son redressement et prend la direction de $1,1660 (pic atteint la semaine dernière) grâce à l’appui d’un recul marqué des inquiétudes vis-à-vis de l’Italie et du Brexit. Indice ZEW allemand à suivre ce matin (11h00).
  • L’EUR/GBP se heurte pour le moment à son support de £0,89 avant la publication en milieu de matinée des chiffres de l’emploi britannique (10h30).
  • Les cours EUR/JPY & EUR/CHF accentuent leur redressement de la veille : le premier a franchi sa MM100j et prend la direction de ¥130 tandis que le second fluctue à plus de ₣1,13.
  • La paire EUR/AUD ne cesse de monter et évolue ce matin à plus de A$1,63, ou son plus haut niveau depuis 2009 !
  • La paire EUR/CAD retape à la porte de C$1,53 alors qu’un accord entre Canada et Etats Unis sur l’ALENA se fait toujours attendre.
  • Poussé par le redressement de l’euro, la paire EUR/CNH s’approche progressivement de son « plafond de verre » de ¥8,0.
  • Seules les devises d’Europe de l’est affichent une solide résistance à l’euro. PLN, HUF & CZK progressent de 0,1% à 0,2% face à l’euro. La paire EUR/CZK retombe ce matin à son plus bas niveau depuis un mois à presque CZK 25,60.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD :

À l’occasion d’une séance pauvre en chiffres économiques, aussi bien en Europe qu’aux Etats Unis, marquée entre autres par le regain d’appétit au risque des acteurs européens face à la réduction des incertitudes politiques à l’égard du budget italien et du Brexit, le cours EUR/USD a progressivement fait son retour au niveau de $1,16pointe enregistrée à $1,1615 en séance américaine – et ainsi effacé une partie des pertes subies vendredi dernier en marge de la publication de bons chiffres de l’emploi aux Etats Unis. L’euro a véritablement été tiré par le haut par le dégonflement momentané des inquiétudes vis-à-vis de l’Italie, matérialisé notamment par le repli hier du taux souverain 10 ans italien à son plus bas niveau depuis 6 semaines (˂2,75% lundi vs pic de 3,25% début septembre), alors que Rome semble décidé à rentrer dans le rang et respecter les règles fixées par Bruxelles en matière d’encadrement des déficits (règle des 3% par an). Le regain d’optimisme suscité hier par les propos de Michel Barnier concernant les négociations de sortie du Royaume-Uni hors de l’Union Européenne, lesquelles pourraient aboutir à un accord d’ici 6 à 8 semaines, n’est pas non plus étranger à ce redressement de l’euro.

Après son rebond de la veille, le cours EUR/USD semble marquer quelque pas et se cherche une direction alors que la séance asiatique de ce matin a mis en lumière une fluctuation très modérée de la paire de change entre ses moyennes mobiles 20 jours ($1,1575) et 50 jours ($1,1610). En manque évident de leviers, la volatilité pourrait quelque peu s’agiter en fin de matinée à l’occasion de la publication des indicateurs ZEW de sentiment économique en Allemagne (cons. -14,0 vs -13,7 en août), lesquels pourraient de nouveau afficher un pessimisme accru des investisseurs allemands à l’égard des perspectives économiques au sein de la 1ière économie européenne au regard de la perte de vitesse apparente des activités industrielles et exportatrices dans un contexte économique global dégradé par la multiplication des tensions commerciales. Le volet politique pourrait néanmoins prendre le pas sur l’aspect économique et l’euro pourrait jouir à nouveau de support appuyé émanant d’une réduction des risques politiques en Europe. Attention tout de même à ne pas sous-estimer un nouveau rebond du dollar et ne pas se laisser leurrer par son immobilisme alors que plusieurs dossiers commerciaux (ALENA & Etats/Chine) restent sujets à des conflits. La sortie du « couloir d’étranglement » actuel verra l’EUR/USD prendre soit à la hausse la direction de $1,1660 (pic de la semaine dernière), ou soit à la baisse la direction de $1,1530 (plancher sur les 3 dernières semaines).

Perf 2018 = -3,08% / Moyenne 2018 = $1,1961 / Point haut 10 septembre 2018 = $1,1615 / Point bas 10 septembre 2018 = $1,1524 / Clôture 10 septembre 2018 = $1,1592

GBP

EUR/GBP :

Que la journée de lundi fut riche en émotion pour la livre sterling, laquelle a bénéficié de nouveaux supports d’ordre à la fois économiques et politiques pour accentuer son redressement face à l’euro, et ainsi tester ses plus hauts niveaux depuis un mois. Portée par de bons indicateurs économiques – réduction du déficit commercial et croissance du PIB en juillet au-dessus des attentes (+0,3% M/M vs cons. +0,2%) qui laisse présager une solide performance de l’économie britannique au T3 – et surtout par un optimisme croissant et plus important des acteurs de marché à l’égard d’une issue positive sur le Brexit, la devise britannique a bondi de +0,5% face à l’euro lundi pour se retrouver nez à nez face à son support de £0,89 (clôture à £0,8898). Fort d’un rebond de presque 1,5% sur les 5 dernières séances, la livre a une nouvelle fois lundi vibré au rythme des déclarations du négociateur européen en chef, Michel Barnier, pour qui un accord sous 6 à 8 semaines apparaît une hypothèse « réaliste ». Des propos qui ont pris tout leur sens mis en relief avec les révélations dans la foulée du journal britannique The Guardian relatant la volonté des responsables politiques européens d’organiser un Sommet extraordinaire sur le Brexit à la mi-novembre, très certainement pour valider un accord de sortie final qui n’aurait pas été finalisé en octobre. Si l’on reste toujours dans des effets d’annonce, la multiplication des commentaires optimistes ces derniers jours peut laisser espérer que les paroles pourraient progressivement se transformer en actes. Le temps cependant presse et ne joue pas en faveur du Royaume-Uni et de la livre sterling. Décaler la signature d’un accord final à la mi-novembre plutôt qu’à la mi-octobre offrira moins de temps aux parlements nationaux pour débattre et donner leur aval. Au regard de la fronde grandissante au sein du parti conservateur contre les plans de sortie de Theresa May – réalité de nouveau confirmée lundi par un ancien conseiller ministériel souhaitant rester anonyme -  cette réduction possible de la période de débats sur le projet de loi de sortie n’est pas forcément une bonne nouvelle pour la 1ière ministre. 

Ce matin, la paire EUR/GBP restait en repli et repartait à l’attaque du support de £0,89 en amont de la publication en milieu de matinée des chiffres officiels de l’emploi au Royaume-Uni au mois de juillet. Les économistes sondés tablent sur un niveau de chômage stable à 4% pour le 5ième mois consécutif (plus bas niveau observé depuis 1975) et une légère accélération de la croissance des salaires hors bonus (cons. +2,8% A/A vs +2,7% en juin), laquelle, si elle se confirme, pourrait venir conforter le choix unanime des banquiers centraux britanniques d’avoir opéré une seconde hausse de taux en moins d’un an malgré les incertitudes persistantes relatives aux conclusions des négociations sur le Brexit. Bien que la livre reste sensible à l’état de santé général de l’économie britannique, cela pourrait se révéler néanmoins insuffisant pour lui permettre d’accentuer durablement son redressement en-dessous de £0,89. Le volet politique reste toujours pour le moment le principal catalyseur de la volatilité de la livre sterling.

Perf 2018 = +0,24% / Moyenne 2018 = £0,8833 / Point haut 10 septembre 2018 = £0,8957 / Point bas 10 septembre 2018 = £0,8892 / Clôture 10 septembre 2018 = £0,8898

JPY

EUR/JPY  :  

Principalement influencée par la réduction momentanée des incertitudes politiques en Europe
au regard de nouveaux commentaires positifs de responsables européens sur le Brexit et d’un dégonflement des inquiétudes à l’égard de l’Italie et de son prochain budget, la paire EUR/JPY a enregistré lundi un solide rebond de +0,4% pour revenir à hauteur de ¥129. Une dynamique qui tend à s’accélérer ce mardi matin à travers le franchissement de la moyenne mobile 100j de ¥129,30 avant l’ouverture des marchés européens. L’absence de nouveaux commentaires vindicatifs du côté de Washington contre Pékin et/ou Ottawa (négociations sur l’ALENA toujours en cours) tend à soutenir pour le moment cette dynamique. Il sera néanmoins important d’observer la réaction de l’EUR/JPY si celui-ci s’approche tout près de la barrière de ¥130 (plafond non franchi la semaine dernière), laquelle pourrait initier des prises de bénéfices.

Perf 2018 = -4,14% / Moyenne 2018 = ¥130,89 / Point haut 10septembre 2018 = ¥129,06 / Point bas 10 septembre 2018 = ¥127,85 / Clôture 10 septembre 2018 = ¥128,83

CHF

EUR/ CHF :

On avait quitté la paire EUR/CHF vendredi dernier sur ses plus bas niveaux depuis plus de 13 mois, sous la barrière de ₣1,12, avec l’impression que rien n’était en mesure de stopper cette glissade. Bien mal nous en pris puisque lundi, sous l’impulsion en grande partie d’une réduction générale et significative inquiétudes des acteurs européens vis-à-vis de l’Italie, le cours EUR/CHF a enregistré un rebond de presque 1%, soit sa meilleure performance en séance depuis plus d’un an (août 2017). Le cours a ainsi fait hier son retour au-dessus du niveau de ₣1,13, et ne semble pas décidé à s’arrêter en si bon chemin puisque celui-ci accentuait son rebond ce matin. Un regain d’optimisme général des acteurs européens, sentiment également renforcé par les récents échos positifs autour des négociations du Brexit, est de bon augure et pourrait favoriser un redressement plus important de la paire de change dans les prochains jours. Difficile cependant d’imagine un retour imminent vers l’ancien support de1,15 tant que la banque centrale européenne (BCE) conservera une approche monétaire très prudente. C’est du moins l’impression laissée alors que dans le même temps s’observe une absence récurrente d’actions, directes ou indirectes, de la Banque Nationale Suisse (BNS) pour tenter de faire fléchir le franc. Le contraste de communication entre les deux banques centrales sera fortement scruté par les investisseurs dans les prochains jours, ce qui pourrait occasionner de nouveaux mouvements importants de volatilité sur la paire EUR/CHF, alors que se succèderont une réunion de la BCE ce jeudi (13 septembre) puis celle de son homologue helvète une semaine après (20 septembre).

Perf 2018 = -3,00% / Moyenne 2018 = ₣ 1,1634 / Point haut 10 septembre 2018 = ₣ 1,1315 / Point bas 10 septembre 2018 = ₣ 1,1184 / Clôture 10 septembre 2018 = ₣ 1,1302


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.