Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

sept. 06, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 6 septembre 2018 – Sommaire :

  • Les signes d’apaisement visibles ce matin au sein des marchés émergents tranchent avec le regain de nervosité à l’égard d’une possible annonce de nouvelles représailles américains contre Pékin.
  • L’EUR/USD reste stable et se maintient au-dessus du niveau de $1,16. Regards principalement tournés vers les Etats Unis : chiffres ADP (14h15) et ISM non-manufacturier (16h00).
  • L’EUR/GBP se maintient au-dessus du seuil de £0,90 et semble encore décontenancée par les récentes divergences d’informations autour du Brexit.
  • L’EUR/JPY se replie légèrement et vogue au centre du couloir ¥129-¥130.
  • La paire EUR/CHF corrige et retombe sous le seuil de ₣1,13 après la publication ce matin de très bons résultats de l’économie suisse au 1er semestre 2018.
  • Le cours EUR/CAD poursuit sa marche en avant et oscille sur des plus hauts depuis 5 semaines à plus de C$1,53. On continue à surveiller les négociations actuelles entre Etats Unis et Canada sur l’ALENA.
  • Devises cycliques telles que l’AUD ou le NZD restent sur la défensive, encore sonnées par les récentes turbulences observées au sein des marchés émergents.
  • La devise suédoise recule lourdement face à l’euro et retombe à hauteur de SEK 10,60 après la décision de la banque centrale suédoise de réviser à la baisse ses projections monétaires.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD : Il a beau plier mais l’EUR/USD ne rompt pas. À nouveau sur la défensive hier matin (niveau de $1,1550 franchi pour la seconde journée consécutive) au sortie d’une séance asiatique pour le moins agitée, marquée par de nouvelles secousses au sein de certains marchés émergents, l’euro s’est appuyé sur des indicateurs économiques légèrement meilleurs que prévu (indice PMI principal en Zone Euro révisé à la hausse de 54,4 à 54,5), et surtout sur la dissipation temporaire des incertitudes politiques en Europe pour redresser la barre et s’accrocher aux branches de la barrière de $1,16. Si la réduction des inquiétudes autour de l’Italie, survenue après l’atténuation du discours par l’exécutif d’une possible augmentation tout azimut des déficits l’année prochaine, a offert un premier soutien à l’euro – le taux 10 ans italien est retombé en séance mercredi sous le seuil de 2,90% alors qu’il était encore à plus de 3,20% lundi – l’éclaircie observée autour des négociations du Brexit a été le véritable catalyseur hier de la devise européenne. En effet, les annonces faites en milieu d’après-midi d’un possible abandon de la part des gouvernement allemand et britannique de leurs exigences principales dans le processus de sortie actuel ont ravivé l’espoir qu’une rupture douloureuse et brutale peut être évitée entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne. Au final, l’EUR/USD a clôturé la séance sur un rebond d’un peu plus de 0,4% à son plus haut niveau de la semaine, tout près du seuil de $1,1630 (clôture à $1,1629). L’absence de signes de tensions en marge de la reprise des négociations à Washington entre américains et canadiens sur le dossier de l’ALENA ou encore la réduction des turbulences au sein des marchés émergents ont limité hier de nouvelles prises de positions en dollar.

Très peu de chiffres ce matin en Europe, si ce n’est la nouvelle contraction inattendue des commandes industrielles en Allemagne (-0,9% M/M vs cons. +1,8%), laquelle a cependant laissé complètement l’euro de glace. Les regards devraient principalement se tourner vers les Etats Unis où l’on attend en début d’après-midi ce jeudi les résultats des statistiques ADP sur les créations d’emploi dans le secteur privé, baromètre mensuel traditionnel qui donnera aux marchés une tendance avant la publication le lendemain du rapport officiel sur l’emploi (rapport NFP), et de l’indice d’activité ISM sur le secteur non-manufacturier. Si la paire de change reste relativement stable ce matin à plus de $1,16, celle-ci reste sous la menace que de nouvelles tensions commerciales éclatent. En effet, alors que les négociations se poursuivent toujours sur l’ALENA et qu’un accord se fait toujours grandement attendre, Washington pourrait à l’occasion de la fin aujourd’hui d’une consultation publique sur de nouvelles mesures douanières contre la Chine pour officialiser ce plan qui impacterait $200Mds de produits chinois.

Perf 2018 = -3,03% / Moyenne 2018 = $1,1967 / Point haut 5 septembre 2018 = $1,1639 / Point bas 5 septembre 2018 = $1,1541 / Clôture 5 septembre 2018 = $1,1629

GBP

EUR/GBP :  Que la journée fut riche en rebondissement pour la livre sterling ce mercredi. Déjà soutenu par la publication en milieu de matinée d’une hausse bien plus importante que prévu de l’activité dans le secteur privé au mois d’août – Indice PMI dans le secteur des services ressorti à 54,3 contre 53,9 anticipé par les marchés et 53,5 en juillet – la livre sterling a véritablement pris son envol en milieu d’après-midi consécutivement à la publication d’un rapport par l’agence Bloomberg relatant que responsables politiques allemand et britannique s’étaient accordés à abandonner certaines de leurs exigences clés concernant le Brexit, rallumant ainsi l’espoir qu’un accord entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne est envisageable et donc chassant dans le même le spectre d’un « hard Brexit ». À la réception de la nouvelle, la paire EUR/GBP est retombée brutalement sous le seuil de £0,90 et est allée tester le seuil de £0,8950, sans succès néanmoins (point bas enregistré en séance à £0,8953). Alors que l’euphorie regagnait peu à peu l’esprit des acheteurs de livre sterling, que ne fut pas la douche froide reçue à l’annonce du démenti réalisé par les autorités allemandes quant à la véracité de l’information publiée dans l’après-midi. La paire EUR/GBP a alors très rapidement effacé ses pertes de la journée et retracé pour revenir au-dessus du seuil de £0,90 (pic en séance recensé à plus de £0,9050 et clôture à £0,9012). Si l’on peut dire que la multiplication des rumeurs de concessions des deux camps, même si elles ne s’avèrent pas toute exactes, est plutôt un facteur positif qui semble ici présager d’une tentative d’effort des autorités politiques des deux camps à vite trouver un accord alors que l’échéance d’octobre arrive à grand pas, néanmoins la divergence des informations publiées jusqu’à présent est un véritable frein psychologique limitant tout redressement significatif de la devise britannique. Il n’y aura pas de chiffres économiques majeurs publiés au Royaume-Uni d’ici la fin de cette semaine, aussi la volatilité de la livre sterling devrait, sans véritable surprise, être grandement connectée à l’actualité politique lors des deux prochains jours.

Perf 2018 = +1,40% / Moyenne 2018 = £0,8832 / Point haut 5 septembre 2018 = £0,9052 / Point bas 5 septembre 2018 = £0,8953 / Clôture 5 septembre 2018 = £0,9012

JPY

EUR/JPY  :  La dissipation des incertitudes politiques en Europe grandement matérialisé hier par le large regain d’espoir autour du Brexit et d’une possible issue positive des négociations actuelles , parallèlement au semblant de stabilité retrouvé au sein des marchés émergents et à l’absence de nouvelles tensions commerciales entre les Etats Unis et ses partenaires, ont offert un tremplin à la paire EUR/JPY en direction du seuil de ¥130. Si la paire de change s’en est approchée tout près hier (pic recensé en séance à ¥129,95), elle n’est néanmoins pas parvenue à toucher cette barrière sous laquelle elle vogue depuis maintenant une semaine et qui semble constituer un petit « plafond de verre » pour cette dernière. L’annonce ce matin d’une hausse des rachats mensuels d’obligations souveraines de maturité 5-10 ans par la Banque du Japon, dans le cadre de son programme d’assouplissement quantitatif, n’a une nouvelle fois pas eu de réels impacts sur le yen, lequel progresse ce matin. Outre l’aspect psychologique que revêt la barrière de ¥130, la volatilité ce matin de la paire EUR/JPY est marquée par quelques signes de nervosité de la part d’investisseurs craignant ce jeudi l’annonce par la Maison Blanche de nouvelles mesures douanières contre la Chine (à hauteur de $200Mds), lesquelles déclencheraient des représailles automatiques de Pékin (plan de $60Mds initialement évoqué) et feraient replonger les bourses mondiales dans la crainte qu’une guerre commerciale explose entre les deux pays. Le cours corrige légèrement ce matin et oscille entre les niveaux de ¥129 et ¥130 avant l’ouverture de la séance européenne.

Perf 2018 = -4,15% / Moyenne 2018 = ¥ 13 0,93 / Point haut 5 septembre 2018 = ¥ 129,95 / Point bas 5 septembre 2018 = ¥ 128,61 / Clôture 5 septembre 2018 = ¥ 129,69

CAD

EUR/ CAD :  En retour à un statu quo sans surprise mercredi de la part de la Banque du Canada et sans véritable signal de cette dernière de relever ses taux d’intérêt dans un avenir proche – décision relevant de la teneur des fondamentaux économiques à venir mais également de l’issue finale des négociations sur l’ALENA – le dollar canadien a enregistré mercredi sa 3ième séance consécutive de recul face à l’euro et chuté à un plus bas depuis 5 semaines à plus de C$ 1,53 (clôture à C$1,5323). L’absence d’échos donnant une tendance sur l’orientation des négociations sur l’ALENA qui ont repris mercredi à Washington n’a pas vraiment aidé à soutenir la devise canadienne, la menace de suppression de cet accord commercial historique continuant de planer dans le ciel nord-américain. Parmi les autres facteurs expliquant la sous-performance de la devise canadienne, le recul mercredi des prix du pétrole, résultant des tourments vécus par plusieurs marchés émergents, y occupe une place non négligeable. La paire de change a enregistré un rebond en cumulé de +1,3% sur les trois premières séances de la semaine et ne semble pas partie pour lever le pied puisque ce matin celle-ci continue de progresser légèrement, en attendant un retour ; positif ou négatif ; des discussions commerciales qui se poursuivront ce jeudi dans la capitale américaine et la publication vendredi des chiffres de l’emploi au Canada au mois d’août.

Perf 2018 = +1,60% / Moyenne 2018 = C$ 1,5387 / Point haut 5 septembre 2018 = C$ 1,5345 / Point bas 5 septembre 2018 = C$ 1,5238 / Clôture 5 septembre 2018 = C$ 1,5323

CHF

EUR/ CHF :   Alors qu’elle restait sur trois séances consécutives de rebond – performance cumulée de presque +0,6% depuis le début de la semaine – et une tentative de jonction durable du seuil de 1,13, la paire EUR/CHF est de nouveau sur la défensive ce jeudi matin après la publication de chiffres de croissance en Suisse bien meilleurs que prévu au second trimestre (+0,7% T/T vs cons. +0,5%), à laquelle s’ajoute une révision à la hausse très significative de la performance réalisée au 1er trimestre (rebond de +1,0% T/T vs +0,6% initialement publié). Une telle vigueur de l’économie helvète devrait ainsi conforter la banque centrale suisse dans son choix de réserve malgré la haute valorisation actuelle du franc face à l’euro (toujours à proximité de ses plus hauts niveaux depuis juillet 2017). Si un changement d’orientation monétaire n’est pour le moment pas à l’ordre du jour, l’idée pourrait progressivement traverser l’esprit des responsables monétaires si l’économie suisse continue à maintenir une telle cadence sur la durée. Dès lors, un tel scénario ouvrirait la porte à une revalorisation plus importante du franc. Les craintes sous-jacentes, visibles ce matin, de nouvelles tensions commerciales entre Washington et Pékin, ne sont certainement pas non plus étrangères au regain de vitalité du franc, qui oscille actuellement sous le niveau de 1,13 face à l’euro.

Perf 2018 = -3,40% / Moyenne 2018 = 1,1621 / Point haut 5 septembre 2018 = 1,1320 / Point bas 5 septembre 2018 = 1,1250 / Clôture 5 septembre 2018 = 1,1303


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.