Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

sept. 05, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 5 septembre 2018 – Sommaire :

  • La contagion visible en Asie des difficultés des devises émergentes sur les marchés actions s’ajoute au contexte d’hostilité générale actuel. Aversion au risque favorable aux valeurs refuges. Journée de tous les dangers pour le dollar canadien.
  • Après une tentative de retour ce matin à $1,16, le cours EUR/USD est de nouveau sous pression en début de séance européenne et oscille autour de $1,1550.
  • Attentisme de la paire EUR/GBP qui se maintient juste au-dessus du seuil de £0,90 avant la publication de l’indice PMI dans le secteur privé (10h30).
  • Paires EUR/JPY et EUR/CHF sur le recul sur fond d’aversion générale des acteurs de marché au risque. La première tente à nouveau de s’écarter de la barrière ¥129 tandis que la seconde fluctue sous le seuil de ₣1,13.
  • Légère correction de la paire EUR/CAD qui reste néanmoins à proximité de la barrière de C$1,53 (pic de plus d’un mois) alors que se profile cette après-midi une réunion de la Banque du Canada et la reprise des négociations sur l’ALENA entre Washington et Ottawa.
  • Le cours EUR/AUD reste stable à hauteur de A$1,6150. Le contexte d’hostilité générale a empêché le dollar australien de conserver les gains acquis ce matin en marge de la publication de chiffres de croissance en Australie meilleurs que prévu au T2 (+0,9% T/T vs cons +0,7%).
  • Le cours EUR/ZAR poursuit sa folle remontée et atteint ce matin le seuil de ZAR 18,0 pour la 1ière fois depuis février 2016. Hier les chiffres de croissance en Afrique du Sud ont montré que le pays était retombé de nouveau en récession au T2.
  • Peu d’impacts de la défiance générale à l’égard des pays émergents sur le yuan chinois. Le cours EUR/CNH demeure assez stable ce matin et vogue au centre de la fourchette de fluctuation de ¥7,90-¥7,95.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD : C’est dans un contexte d’hostilité générale nourri par la dégringolade des marchés émergents, les craintes persistantes en Europe autour du budget italien ou encore les tensions commerciales sous-jacentes autour de l’ALENA et de la relation Etats Unis/Chine que le dollar a enregistré une sérieuse une poussée en avant face à l’ensemble de ses pairs, dont l’euro en particulier. La devise américaine a pleinement profité du large rebond des taux américains et notamment du retour des rendements souverains 10 ans au niveau de 2,90% pour la 1ière fois en 3 semaines dans un environnement relativement averse au risque. Après un modeste rebond lundi, l’EUR/USD a dévissé et chuté mardi à un plus bas depuis 2 semaines sous $1,1530 (point bas en séance enregistré à $1,1527). L’ampleur de ce repli – la paire a enregistré jusqu’à -0,82% de pertes en séance – en dépit d’un calendrier économique en ce début de semaine relativement léger, aussi bien en Europe qu’aux Etats Unis, peut s’expliquer par le retour sur le marché des investisseurs américains après un weekend prolongé de trois jours. Cette hypothèse prend tout son sens puisque malgré de très bons indicateurs d’activité ISM dans le secteur manufacturier américain – pic depuis 2004 atteint par l’indice principal (61,3 vs cons. 57,7 et 58,1 en juillet) – le dollar a été dans l’incapacité de conserver les gains acquis plus tôt dans la journée et la paire a ainsi retracé en fin de journée en direction de la barrière de $1,16 (clôture à $1,1581).

Malgré une tentative de retour à $1,16 ce mercredi, la paire de change a vu sa route barrée par la présence du seuil technique que constitue la moyenne mobile 50 jours ($1,1610), et surtout par le maintien de fortes turbulences au sein des marchés émergents, notamment marquée ce matin par un effet de contagion en Asie des difficultés observées jusqu’alors sur les marchés des changes vers les marchés actions (lourde chute notamment des bourses en Indonésie et Philippines). L’EUR/USD reste pour le moment stable et se maintient sur son niveau de clôture de la veille alors que se profile en Europe la publication ce matin des estimations révisées des indicateurs PMI dans le secteur privé au mois d’août et les statistiques de ventes au détail de la Zone Euro au mois de juillet. Le potentiel haussier de la paire reste néanmoins toujours handicapé par l’hostilité de l’environnement de marché actuel mais pourrait néanmoins voir ce plafond de verre se fissurer en cas d’échos positifs sur l’ALENA alors que les négociations entre responsables américains et canadiens reprennent ce mercredi à Washington.

Perf 2018 = -3,72% / Moyenne 2018 = $1,1968 / Point haut 4 septembre 2018 = $1,1628 / Point bas 4 septembre 2018 = $1,1527 / Clôture 4 septembre 2018 = $1,1581

GBP

EUR/GBP :  Après son large rebond de presque 1% lundi, le cours EUR/GBP n’a pas réussi à prolonger son essor faute d’arguments justifiant une nouvelle vente massive de livre sterling et ainsi enregistré hier une correction somme toute naturelle. Il faut dire que malgré le marasme actuel relevant à la fois des incertitudes autour du processus de sortie hors de l’Union Européenne et des tensions globales, la devise britannique a bénéficié mardi d’éléments plutôt positifs sur les volets à la fois monétaire et politique. Lors de son audition devant le parlement britannique, le gouverneur central de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, a laissé entendre qu’il était prêt à poursuivre sa mission au-delà de son terme, son mandat courant jusqu’à juin 2019, pour permettre d’assurer au Royaume-Uni une transition en douceur une fois la sortie hors de l’Union Européenne rendue officielle. Tout signe de stabilité est bon à prendre dans le contexte actuel donc la nouvelle a été accueillie positivement par les marchés, d’autant plus quand l’on sait que la première ministre britannique serait favorable à cette extension de mandat. Sur le plan politique, un haut responsable européen, membre du Parlement européen, a fait savoir à l’agence Reuters que Bruxelles serait prêt à ajuster sa position sur le dossier de la frontière en Irlande afin de trouver un terrain d’entente avec le gouvernement britannique sur ce dossier qui demeure toujours un des sujets les plus épineux faisant obstacle pour le moment à l’obtention d’un accord entre britanniques et européens. C’est un petit pas sur lequel on ne peut pas tirer de conclusions définitives, néanmoins cet élément suffit à maintenir en vie l’espoir qu’une issue positive dans les négociations restent envisageable d’ici le mois d’octobre et ainsi qu’un scénario de « hard Brexit » (sortie sans accord) pourrait être évité. Ces quelques rayons de soleil dans le ciel ombrageux britannique n’ont néanmoins pas été suffisant pour assurer un net redressement de la livre sterling. Aussi, malgré quelques tentatives de retour sous la barrière de £0,90 (point bas enregistré en séance à £0,8987), le cours de change s’est finalement maintenu au-dessus de ce niveau clé.

Le cours de change est assez stable ce matin et semble faire part d’un certain attentisme à l’approche de la publication en milieu de matinée de l’enquête d’activité dans le secteur privé britannique au mois d’août , une statistique qui sera comme chaque mois très suivie par les acteurs de marché et qui donnera le pouls de l’état de santé actuelle de l’économie britannique. Si les économistes anticipent une légère accélération de l’activité dans ce secteur sur cette période, les deux enquêtes publiées cette semaine – dans le secteur manufacturier et de la construction – ont plutôt déçues et n’incitent pas à l’optimisme.  Une ambivalence qui explique la stabilité actuelle du cours de change. Faute d’annonces majeures sur le dossier du Brexit, le potentiel haussier de la devise britannique reste toujours aussi modeste, d’autant plus dans un environnement de marché aussi hostile.

Perf 2018 = +1,38% / Moyenne 2018 = £0,8831 / Point haut 4 septembre 2018 = £0,9030 / Point bas 4 septembre 2018 = £0,8987 / Clôture 4 septembre 2018 = £0,9009

JPY

EUR/JPY  :   Très peu de choses à dire sur le cours EUR/JPY qui fait « le yo-yo » depuis le début de la semaine autour du seuil support de ¥129. La paire de change a bien tenté à plusieurs reprises de retracer en direction du niveau de ¥128 – cela a encore été le cas hier avec un point enregistré en séance à ¥128,30 (plus bas niveau atteint depuis 8 séances) – mais a manqué à nouveau de souffle au moment d’accélérer son recul. Le contexte d’hostilité générale – turbulences ressenties au sein des marchés émergents, incertitudes autour de l’issue finale des négociations entre Etats Unis et Canada sur le dossier de l’ALENA ou encore les craintes d’une possible annonce de nouvelles taxes douanières américaines contre la Chine – est plutôt favorable au yen japonais en tant que valeur refuge mais les investisseurs semblent pour le moment privilégier une ligne de conduite attentiste et observer l’issue des conflits en cours.

Perf 2018 = -4,75% / Moyenne 2018 = ¥ 13 0,94 / Point haut 4 septembre 2018 = ¥ 129,19 / Point bas 4 septembre 2018 = ¥ 128,30 / Clôture 4 septembre 2018 = ¥ 129,07

CAD

EUR/ CAD :  Handicapé à la fois par un contexte d’incertitude autour du futur de l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et de la possible intégration du Canada au nouveau traité sur lequel américains et mexicains se sont entendus en amont, mais également par les signes de ralentissement observés depuis le début de la semaine sur les cours du pétrole brut américain (repli de l’indice WTI sous le seuil de $70 ce mercredi), le dollar canadien a enregistré mardi sa seconde séance consécutive de recul face à l’euro – repli total de -1,0% depuis lundi – et chuté à son plus bas niveau depuis plus d’un mois face à l’euro à presque C$ 1,53 (point haut enregistré en séance à C$ 1,5276). C’est une journée importante que s’apprête à vivre ce mercredi la devise canadienne puisque celle-ci accueillera consécutivement les conclusions de la nouvelle réunion monétaire de la Banque du Canada (16h00)  ; et un probable statu quo après la hausse de taux survenue au mois de juillet (scénario estimé à plus de 80% sur les marchés monétaires) ; ainsi que la reprise des discussions sur l’ALENA à Washington entre responsables américains et canadiens. Les deux évènements sont liés puisqu’il paraît peu probable que la banque centrale canadienne opte pour une seconde hausse de taux consécutive, ou même fasse preuve d’emphase dans sa communication, compte tenu du flou qui demeure autour du futur de l’ALENA. Ce matin, le cours EUR/CAD corrige légèrement et revient à hauteur de C$1,5250 en attendant que la riche actualité programmée dans l’après-midi/soirée nous livre ses vérités. Un discours trop prudent de la banque centrale laissant transparaître aucune précipitation de cette dernière à relever à nouveau les taux, cela malgré une inflation culminant à 3%,  mêlé à des signes de tensions dans les négociations commerciales entre Washington et Ottawa offriraient un tremplin à l’EUR/CAD pour faire sauter le verrou des C$1,53 et accélérer de nouveau. Dans le cas inverse, une atténuation des craintes autour de l’ALENA et des indices de la banque centrale canadienne suggérant une possible nouvelle hausse de taux en octobre soutiendraient une correction du cours de change en direction du seuil de C$1,51.

Perf 2018 = +0,98% / Moyenne 2018 = C$ 1,5387 / Point haut 4 septembre 2018 = C$ 1,5276 / Point bas 4 septembre 2018 = C$ 1,5172 / Clôture 4 septembre 2018 = C$ 1,5272

ZAR

EUR/ ZAR :   Les mauvaises nouvelles se succèdent pour le rand sud-africain. Déjà pénalisé par un sentiment de défiance générale des investisseurs à l’égard des marchés émergents eu égard aux difficultés économiques rencontrées par l’Argentine et la Turquie, le rand a subi lundi le contrecoup d’une nouvelle accélération du dollar américain, lequel augmente automatiquement le coût du service à la dette de pays comme l’Afrique du Sud ayant massivement recours à des sources de financement externes, et l’annonce d’une retombée de l’économie sud-africaine en récession au second trimestre 2018 (croissance trimestrielle annualisée de -0,7% au T2 vs consensus de +0,6%). Ce second point a pris les marchés de court puisque l’on pensait l’Afrique du Sud de retour sur la bonne voie après le départ de Jacob Zuma en février dernier et son remplacement par l’ex homme d’affaire Cyril Ramaphosa. En conséquence, le rand sud-africain a accéléré sa chute face à l’euro - recul de -3% mardi et de -4,3% depuis le début de la semaine. La paire EUR/ZAR continue de fortement progresser ce matin à l’observation ce matin d’importants mouvements de recul de marchés actions de pays émergents en Asie, et atteint notamment le seuil de ZAR 18,0 pour la 1ière fois depuis février 2016.

Perf 2018 = +21,13% / Moyenne 2018 = ZAR 15,20 / Point haut 4 septembre 2018 = ZAR 17,81 / Point bas 4 septembre 2018 = ZAR 17,24 / Clôture 4 septembre 2018 = ZAR 17,76


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.