Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

août 13, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 13 août 2018 – Sommaire :

  • La situation de la Turquie et les éventuelles dommages collatéraux que celle pourrait provoquer sur l’économie européenne continue d’apeurer les marchés ce matin. L’euro reste sur la défensive après sa forte chute de vendredi tandis que la livre turque continue de chuter.
  • L’EUR/USD accentue sa chute après son repli de plus de 1% vendredi. La situation en Turquie préoccupe les investisseurs qui craignent un effet de contagion au niveau du secteur bancaire européen. La paire reste sur la défensive et oscille autour de $1,1370 ce matin.
  • L’EUR/GBP recule légèrement mais se maintient pour le moment au-dessus du seuil de £0,89. La volatilité actuelle est actuellement clairement influencée par l’affaiblissement de l’euro… en attendant le redémarrage des négociations sur le Brexit ce jeudi.
  • La paire EUR/JPY perd à nouveau presque -1% ce matin ce qui porte ses pertes à presque -2,7% en trois séances. Le cours approche actuellement de son plus bas niveau de l’année et de la barre fatidique de ¥125.
  • Le cours EUR/CHF subit aussi très largement la nervosité générale des marchés financiers européens et approche ce matin de ses plus bas niveaux depuis un an. La barrière de ₣1,13 fait cependant pour le moment barrage.
  • La livre turque perd 7% face à l’euro et au dollar américain ce matin alors que Recep Erdogan refuse toujours de remonter les taux d’intérêt et voit la dépréciation de la devise comme une « attaque » contre la Turquie.
  • La défiance vis-à-vis des marchés turques provoque d’importantes sorties de capitaux de fonds avec une exposition sur les marchés émergents. Le rand paie les pots cassés de cette défiance générale et a approché tout près ce matin de ses plus bas niveaux depuis un an à presque ZAR 17,0.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD : Un véritable mouvement de panique s’est emparé de l’euro vendredi en réaction à la parution d’un article du Financial Times s’appuyant sur un rapport de la banque centrale européenne (BCE) dans lequel celle-ci exprime son inquiétude à l’égard de la situation actuelle en Turquie (montée des taux obligataires et forte dépréciation de la livre turque qui a perdu -14% face à l’euro sur la seule séance de vendredi) et plus précisément sur les éventuelles répercussions négatives qu’un effondrement de l’économie turque pourrait avoir sur certaines banques européennes. Trois banques sont notamment dans le viseur de l’organisme monétaire européen, l’espagnol BBVA, l’italien Unicrédit et le français BNP Paribas. De part leurs importants investissements en Turquie – respectivement $83Mds, $38Mds et $17Mds pour les banques espagnoles, françaises et italiennes (données de la Banque des Règlements Internationaux (BRI)) – on craint d’importantes pertes pour le secteur financier européen, et par corolaire une nouvelle déstabilisation de l’économie de la Zone Euro qui vient tout juste de sortir d’une longue période de près de 10 ans de crise. L’EUR/USD a engrangé une perte d’un peu plus de 1% vendredi, soit sa plus forte chute en séance depuis presque deux mois et la réunion de la BCE du 14 juin dernier, mais surtout a plongé à son plus bas niveau depuis plus d’un an sous $1,14 (point bas enregistré vendredi à $1,1383). Si la lumière a été mise sur les banques, on s’inquiète du côté des investisseurs que d’autre secteurs soient également touchés, et qu’un véritable phénomène de contagion se propage à l’ensemble de l’Europe et annihile les efforts de redressement des derniers trimestres. Si tel est le cas, dès lors les pertes de l’euro pourraient être encore plus importantes.

Alors que la livre turque continue à perdre du terrain ce matin ( un peu moins de 7% face à l’euro /  dollar US à presque TRY 7,80 / 6,90) ; la diatribe au cours du weekend du président Recep Tayyip Ergodan dénonçant un complot contre la Turquie n’a pas réellement rassuré les marchés ; le cours EUR/USD reste sur la défensive et oscille ce matin autour du niveau de $1,14. L’absence durant le weekend de nouvelles faisant étant de possibles répercussions économiques importantes pour une industrie/entreprise européenne limite ce matin une nouvelle extension du mouvement baissier actuel. Néanmoins, les investisseurs veillent au grain et restent attentifs à toute nouvelle annonce. Il y aura pas mal d’indicateurs économiques importants à suivre cette semaine avec entre autres la publication des premières estimations de croissance et l’indice économique ZEW ce mardi en Allemagne, les statistiques de vente au détail et de production industrielle ce mercredi aux Etats Unis et vendredi la révision des indices d’inflation de juillet en Zone Euro. Néanmoins, malgré cette salve de chiffres, ceux-ci pourraient n’avoir qu’un impact que modeste sur la paire de change, la volatilité de celle-ci apparaissant pour le moment totalement liée à l’actualité du côté d’Ankara. Pour le moment un support autour de $1,1370 semble réfréner la chute de l’EUR/USD, cependant celui-ci pourrait rapidement céder en cas de nouveau mouvement de panique des marchés.                                                   

Perf 2018 = -5,21% / Moyenne 2018 = $1,2012 / Point haut 10 août 2018 = $1,1536 / Point bas 10 août 2018 = $1,1383 / Clôture 10 août 2018 = $1,1410

GBP

EUR/GBP :  Grâce à l’appui d’un net rebond de la croissance britannique au second trimestre – performance du PIB deux fois plus importante qu’au premier trimestre (+0,4% T/T vs +0,2% au T1 2018), conforme aux attentes – et, il faut le reconnaître, la très nette sous-performance de l’euro lors de la séance de vendredi, la paire EUR/GBP a enregistré sa seconde séance consécutive de recul (-0,6% vendredi) et retracé sous le seuil de £0,8950 qui s’opposait à elle(clôture à £0,8932). Malgré cette petite correction, ne nous y trompons pas, les marchés restent toujours très sceptiques vis-à-vis de la livre sterling et de l’économie britannique en général. Le rapport détaillé du PIB publié vendredi par le gouvernement britannique n’a guère rassuré, loin de là. En effet, le rebond de l’activité au second trimestre était largement attendu et ne constitue pas une véritable surprise en soi. Plusieurs médias ont préféré s’attarder sur la croissance molle de l’économie au mois de juin (+0,1% M/M vs cons. +0,2%) due notamment à une performance atone du secteur des services sur cette période (+0,0% M/M). On note également au cours du second trimestre une perte de vitesse du secteur des exportations, lequel n’apparaît plus autant tiré qu’auparavant par la faible valorisation de la livre sterling et surtout paie les pots cassés d’une montée des tensions commerciales mondiales depuis le printemps.

Rien donc de bien réjouissant, du moins pas de quoi faire oublier les incertitudes du Brexit des derniers jours. D’où un potentiel de correction qui reste pour le moment très limité. Cela pourrait peut-être le cas cette semaine à l’occasion de la reprise jeudi à Bruxelles des négociations sur le Brexit entre négociateurs britanniques et européens. Pour le moment, on reste dans une situation d’impasse mais la prise en charge des discussions par la première ministre Theresa May, elle-même, pourrait peut-être venir débloquer la situation. Outre le Brexit, la semaine sera riche en chiffres avec comme chaque mois la publication coup sur coup, entre mardi et jeudi, des statistiques d’emploi, d’inflation et de ventes au détail. Cela pourrait certainement mettre en appétit les investisseurs avant la journée de jeudi, et potentiellement offrir l’opportunité à l’EUR/GBP de se rapprocher du seuil de £0,89 (niveau testé ce matin), mais comme l’euro avec la Turquie, la volatilité de la livre sterling devrait rester encore cette semaine très étroitement liée à l’actualité relative au Brexit. 

Perf 2018 = +0,42% / Moyenne 2018 = £0,8814 / Point haut 10 août 2018 = £0,8991 / Point bas 10 août 2018 = £0,8924 / Clôture 10 août 2018 = £0,8932

JPY et CHF

EUR/JPY et EUR/CHF :  Le vent de panique en provenance de Turquie, mais également de Russie, qui se propage sur les marchés financiers mondiaux depuis jeudi a provoqué une vague d’achat massif de valeurs refuges, aussi bien yen japonais que franc suisse. Le conflit ouvert entre Washington et Ankara a pris un nouveau tournant vendredi après l’annonce du président américain de son intention de doubler les droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium turcs, une décision qui n’a fait que renforcer la défiance actuelle des investisseurs vis-à-vis de la Turquie et déclencher une nouvelle dépréciation impressionnante de la livre turque de 16% face au dollar américain et 14% face à l’euro. Du côté de Moscou, on n’a pas tardé à répondre aux nouvelles sanctions annoncées mercredi par Washington puisque le ministre russe de l’économie a annoncé vendredi soir son intention dans le futur  de réduire dorénavant les investissements aux Etats Unis et l’utilisation du dollar en guise de représailles.  Dans le même temps, l’administration a mis en garde Washington de ne pas dépasser certaine limite comme celle de s’attaquer directement aux banques russes, une telle décision serait alors interprétée comme une déclaration de « guerre économique ». Sous couvert de cette tension ambiante qui empreigne les marchés financiers et fait craindre ce lundi matin l’éclatement d’une nouvelle crise économique en Europe et/ou un nouveau conflit géopolitique de grande ampleur impliquant les Etats Unis, le yen enregistre actuellement un rebond de plus de 2,5% face à l’euro depuis jeudi et approche ce matin tout près de son plus bas de l’année, la barre fatidique de ¥125. Davantage sensible au sentiment d’incertitude générale qui s’est emparée des marchés européens vendredi, le franc suisse engrange lui un rebond de presque 2% face à l’euro sur les trois dernières séances et approche tout près de son pic depuis un an( 1,1257 atteint en août 2017 ). Ce matin, le cours EUR/CHF accentue sa chute ce matin et approche tout doucement du seuil de 1,13.

Perf 2018 = -7,28% / Moyenne 2018 = ¥ 131, 22 / Point haut 10 août 2018 = ¥ 128,11 / Point bas 10 août 2018 = ¥ 125,98 / Clôture 10 août 2018 = ¥ 126,54

Perf 2018 = -3,23% / Moyenne 2018 = 1,1674 / Point haut 10 août 2018 = 1,1461 / Point bas 10 août 2018 = 1,1338 / Clôture 10 août 2018 = 1,1357

ZAR

EUR/ZAR :   S’il y a bien une devise face à laquelle l’euro a la cote – ce qui n’est pas négligeable dans le contexte actuel – c’est face au rand. Subissant la réduction massive des expositions aux marchés émergents de la part d’investisseurs apeurés par la situation actuelle de la Turquie, la devise sud-africaine enregistre actuellement un recul de presque 7% face à l’euro depuis mercredi dernier et approché ce matin tout près du seuil de ZAR 17,0 (pic recensé à ZAR 16,94), barrière qui n’a été touchée qu’à une seule reprise depuis un an.

Perf 2018 = 11,36% / Moyenne 2018 = ZAR 15,02 / Point haut 10 août 2018 = ZAR 16,16 / Point bas 10 août 2018 = ZAR 15,68 / Clôture 10 août 2018 = ZAR 16,05


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.