Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

août 02, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 2 août 2018 – Sommaire :

  • La Fed donne rendez-vous aux marchés en septembre, et maintient le dollar sur une pente ascendante. Les nouvelles tensions entre Washington et Pékin/Ankara ravivent un peu de nervosité sur les marchés. Regards tournés vers la Banque d’Angleterre ce jeudi.
  • L’EUR/USD accentue son recul et s’approche tout doucement du seuil de $1,16. La Fed a maintenu ses taux inchangés mais semble donner rendez-vous aux marchés en septembre pour une nouvelle hausse de taux.
  • L’EUR/GBP reste à proximité de £0,89 alors que les investisseurs craignent une « hausse de taux prudente » de la part de la Banque d’Angleterre cette après-midi (13h00).
  • L’EUR/JPY a perdu -0,8% entre hier et ce matin et oscille désormais sous le seuil de ¥130. Le retour au premier plan de tensions commerciales et politiques a déclenché une petite vague d’anxiété sur les marchés des changes.
  • L’EUR/CHF oscille désormais au centre de son couloir de ₣1,15-₣1,16.
  • La montée des spéculations d’une possible nouvelle hausse de taux au Canada avant la fin de l’année 2018 a permis à la paire EUR/CAD de briser hier son support de C$1,52. Discussions entre les Etats Unis et le Mexique sur l’ALENA à suivre ce jeudi.
  • Le cours EUR/CZK affiche un léger repli sous CZK 25,60 et pourrait prendre la direction du support de CZK 25,50 alors qu’une nouvelle hausse de taux de la part de la banque centrale tchèque (CNB) est attendue cette après-midi.
  • On observe une certaine résilience du yuan chinois malgré le retour de tensions commerciales entre Pékin et Washington. La paire EUR/CNH oscille ce matin autour du niveau de ¥7,95.
  • Sous couvert de nouvelles tensions politiques entre Washington et Ankara, la livre turque abandonne plus de 1% ce matin face à l’euro et oscille à plus de TRY 5,90 ce matin.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD :

La Fed n’aura finalement pas été sensible aux récentes critiques à son égard proférées par le président américain, au contraire celle-ci a réitéré mercredi soir son engagement à poursuivre sa politique de rehaussement graduel des taux d’intérêt. Sans surprise, la banque centrale américaine a maintenu ses taux d’intérêt inchangés lors de sa réunion d’août mais au regard de sa communication, louant la forte croissance du pays portée par une solide consommation domestique et passant sous silence les risques économiques relatifs aux tensions commerciales actuelles, cette dernière donne rendez-vous aux marchés en septembre pour un probable nouveau resserrement monétaire. L’agenda monétaire américain défini en juin dernier évoque encore deux hausses de taux d’ici la fin d’année, à priori en septembre et en décembre (réunions durant lesquelles la banque publie ses nouvelles prévisions économiques). Fort de ce signal positif envoyé par la Fed, les taux obligataires américains à 10 ans ont bondi et touché pour la 1ière fois depuis plus de deux mois la barre symbolique des 3%. Il n’en fallait pas plus pour renforcer davantage le dollar, lequel avait profité un peu plus tôt dans la journée de la publication d’un très bon rapport ADP (+219k créations d’emploi dans le privé en juillet vs cons. 185k) qui laissent suggérer de solides chiffres de l’emploi ce vendredi (cons. +190k). L’EUR/USD a ainsi enregistré sa 2ième séance consécutive de recul et ainsi consolidé mercredi son retour sous la barrière de $1,17 (clôture à $1,1658). La révision des indices PMI manufacturiers en Zone Euro n’ont été véritablement d’aucune aide pour l’euro, bien au contraire. En effet, si l’indice général de la région a confirmé son résultat initial (inchangé à 55,1), les indices allemand, italien et espagnol ont été révisés à la baisse par rapport aux estimations préliminairement publiées.

Le recul de l’EUR/USD se poursuit ce matin en séance asiatique comme un prolongement des effets de la réunion de la Fed d’hier et la paire oscille ce matin sur ses plus bas niveaux de la semaine sous le seuil de $1,1650. Cette dynamique baissière pourrait perdurer au moins jusqu’à vendredi et la publication des nouveaux chiffres de l’emploi américain qui, selon toute vraisemblance, pourraient confirmer l’actuelle bonne santé de l’économie américaine. Le contraste de dynamique économique entre les Etats Unis et la Zone Euro (2,8% A/A vs 2,1% au T2) ; à nouveau mis en relief cette semaine à l’occasion de la publication des premiers chiffres de croissance au second trimestre en Zone Euro ; lequel se répercute par un contraste de cycle monétaire, demeure un facteur très favorable au dollar par rapport à l’euro. Dans ce contexte, il ne serait pas surprenant de voir rapidement l’EUR/USD s’attaquer à son support du mois de juillet de $1,16. Si ce constat freine pour l’heure toute tentative de redressement de l’EUR/USD (plafond actuel à $1,1800-$1,1850), il convient de noter qu’il n’entraine pas pour le moment de dégradation additionnelle de la valorisation du taux de change. Sauf nouvelles incertitudes politiques en Europe, la paire EUR/USD reste pour le moment bien ancrée au-dessus d’un plancher observé à $1,15.

Perf 2018 = -3,13% / Moyenne 2018 = $1,2035 / Point haut 1er août 2018 = $1,1699 / Point bas 1er août 2018 = $1,1654 / Clôture 1er août 2018 = $1,1658

GBP

EUR/GBP :

Est-ce l’approche de la réunion de la Banque d’Angleterre qui a offert un léger sursaut de la livre sterling ou doit-on adresser la responsabilité du repli de l’EUR/GBP mercredi à une faiblesse passagère de l’euro ? Quoi qu’il en soit, après un retour furtif au-dessus du niveau de £0,89 mardi, la paire de change est retombée hier sous ce seuil clé et est revenue sur ses plus bas niveaux de la semaine, à hauteur de £0,8880 (clôture à £0,8884). Alors que le recul plus important que prévu de l’activité des usines britanniques laissait craindre de nouvelles pressions baissières sur la livre (repli de l’indice PMI manufacturier à son plus bas niveau sur les trois derniers mois), celle-ci est parvenue à inverser la vapeur en fin de matinée et s’est renforcée de manière continue et graduelle tout au long de la journée.

L’évènement marquant de la journée de jeudi sera bien évidemment la réunion de la Banque d’Angleterre au cours de laquelle la banque centrale devrait vraisemblablement opérer une nouvelle hausse de taux, la seconde en moins d’un an. Cette décision est très largement anticipée par les marchés comme le suggèrent les positions actuelles sur les marchés monétaires qui adressent à la réalisation de ce scénario une probabilité de 90%. Un statu quo de la banque serait très mal vécu par les marchés et provoqueraient sans nulle doute d’importantes pertes pour la livre sterling, un peu à l’image de ce que l’on a pu voir en mai dernier (+0,72% pour la paire EUR/GBP en marge de la réunion du 10 mai dernier qui s’était ponctuée contre toute attente par un statu quo). Compte tenu des attentes, une hausse de taux seule pourrait ne pas être suffisante pour réanimer l’intérêt des marchés pour la livre sterling, et d’autant plus si celle-ci se révèle n’être le choix que d’une courte majorité au sein du comité directeur de la banque. Pour se faire, il faudrait que la banque central britannique redonne confiance aux marchés et suggère une politique de remontée de taux plus agressive que ce qu’elle n’est actuellement (une hausse par an). Cependant au regard des récents résultats de l’économie britannique, celle-ci reste toujours fragile et paie le maintien d’importantes incertitudes autour des modalités du Brexit. Dans un tel contexte, il apparaît bien plus plausible qu’une hausse de taux cette après-midi s’accompagne d’une communication teintée de prudence que d’une ode à l’optimisme. La position de la banque et sa communication sera très dépendante de la teneur des nouvelles prévisions économiques publiées en marge de cette réunion. Il est clair qu’en cas de révision à la baisse des projections de croissance et d’inflation, il se révèlera compliqué pour le gouverneur Mark Carney de rassurer les marchés. Craignant une « hausse de taux prudente », les investisseurs pénalisent la livre sterling ce matin et le cours EUR/GBP retape à la porte des £0,89.

Perf 2018 = +0,01% / Moyenne 2018 = £0,8807 / Point haut 1er août 2018 = £0,8918 / Point bas 1er août 2018 = £0,8880 / Clôture 1er août 2018 = £0,8884

JPY

EUR/JPY :

Si la publication par les médias de la nouvelle d’une tentative de reprise de dialogue entre Pékin et Washington avait permis dans un premier temps à la paire EUR/JPY de revenir à hauteur de ¥131, cette confiance s’est progressivement étiolée au fil de la journée à mesure que l’annonce d’un nouveau projet de taxes américaines sur les produits chinois a pris de l’ampleur sur les marchés.  Comme évoqué dans l’édition de la veille, Washington se laisse jusqu’au 5 septembre pour réfléchir à un projet de taxes à hauteur de 25%, contre 10% initialement évoqué, sur près de $200Mds de produits chinois. Ces nouvelles mesures de rétorsion font échos aux précédentes taxes portant sur $50Mds de produits chinois mises en vigueur cet été (taxes mises vigueur en deux temps : sur $34Mds de produits début juillet et $16Mds de produits depuis le 1er août). Le retour au premier plan des craintes de conflit commercial entre les deux principales économies mondiales, mais également l’apparition de nouvelles tensions entre les Etats Unis et la Turquie après l’annonce mercredi de sanctions américaines imposés contre des ministres turques, a ravivé un afflux de demande des investisseurs pour le yen. Le cours EUR/JPY a abandonné 0,4% mercredi et perd ce matin à nouveau -0,4% pour revenir sous le seuil de ¥130. La paire a quasiment effacé l’ensemble des gains engrangées suite à la déception provoquée par la réunion de la Banque du Japon de mardi matin. Tant que l’on en reste au stade des menaces, les pressions baissières sur la paire de change devraient rester mesurer et celle-ci pourrait réussir à se maintenir au-dessus de ¥129. Ces nouvelles menaces du camp américain ressemblent très fortement à une tentative d’intimidation destinée à assouplir la position de Pékin dans les futures négociations. La reprise de dialogue entre les responsables américains et chinois tout comme la décélération des pressions baissières sur le yuan sont plutôt des signes rassurants qui laissent suggérer que la situation pourrait ne pas dégénérer dans les prochains jours/semaines. Qu’en sera-t-il si la Maison Blanche décide de mettre ses menaces à exécution ? Nul doute que l’on assisterait alors à une nouvelle vague d’achat massive de yen et un probable retour de la paire EUR/JPY dans un couloir de ¥127-¥129.

Perf 2018 = -4,05% / Moyenne 2018 = ¥131,37 / Point haut 1er août 2018 = ¥131,10 / Point bas 1er août 2018 = ¥130,01 / Clôture 1er août 2018 = ¥130,25

CZK

EUR/C ZK :

La réunion monétaire de la banque centrale tchèque en début d’après-midi (annonce à 13h00) pourrait se conclure par une nouvelle hausse de taux de 25pbs, de 1,00% à 1,25%, et par une fort révision à la hausse des projections d’inflation. Portée par une croissance toujours très forte des salaires et la dépréciation récente de la couronne tchèque, la dynamique de croissance sur les prix à la consommation reste très importante, et surtout largement supérieure à l’objectif de 2% fixé par la banque (inflation recensée à 2,6% en juin). Une hausse des perspectives d’inflation viendrait renforcer l’idée de nouvelles hausses de taux à venir en République Tchèque destinée à faire dégonfler les prix et ainsi éviter une surchauffe dommageable de l’économie. Si ces décisions ont déjà plus ou moins été déjà anticipées par les marchés sur ces dernières semaines (repli de -1,4% du cours EUR/CZK sur les 10 dernières séances et chute de CZK 25,80 à 25,50), une confirmation des ambitions de la banque à poursuivre sa politique de normalisation monétaire accompagnée d’une évaluation optimiste des perspectives économiques du pays pourraient venir accentuer le rebond de la couronne, et potentiellement lui offrir l’occasion de tester son support de CZK 25,50. À l’inverse, une communication moins « agressive » qu’anticipé pourrait laisser place à la frustration et déclencher un retour de la paire de change en direction du seuil de CZK 25,80.

Perf 2018 = +0,17% / Moyenne 2018 = CZK 25,54 / Point haut 1er août 2018 = CZK 25,60 / Point bas 1er août 2018 = CZK 25,56 / Clôture 1er août 2018 = CZK 25,59


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.