Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juin 26, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 26 juin 2018 – Sommaire :

  • Peu de volatilité sur les marchés des changes ce mardi. Calendrier économique restreint et sentiment d’aversion au risque qui reste prédominant.
  • Plafond à $1,17 ? Après avoir atteint ce palier la veille, l’EUR/USD enregistre un léger repli ce matin et retombe sous ce palier.
  • En léger repli, la paire EUR/GBP se maintient tout de même ce matin au-dessus du niveau de £0,88.
  • La prudence reste de mise parmi les investisseurs malgré l’absence de réponse de Pékin ce matin et les propos rassurants tenus la veille par le conseiller américain au commerce. L’EUR/JPY perd -0,2% et retombe à ¥128.
  • Après son rebond de la veille, l’EUR/CHF se maintient ce matin sur les niveaux de ₣1,1550.
  • Le yuan chinois accentue son recul et oscille ce matin à ses plus bas niveaux depuis fin avril dernier face à l’euro à plus de ¥7,65. Sur les 8 dernières séances, le cours EUR/CNH enregistre un rebond de près de 3,3%.
  • Rebond commun des devises d’Europe de l’Est face à l’euro : +0,1% pour le CZK (CZK 25,9), le PLN (PLN 4,34) et le HUF (HUF 325,2)

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD : Malgré l’ombre des tensions commerciales entre la Chine et les Etats Unis sur l’ensemble des places financières mondiales, l’EUR/USD a poursuivi lundi sa bonne dynamique de fin de semaine dernière, laquelle avait été amorcée par la publication en Zone Euro d’enquêtes d’activité économique (indices PMI) meilleures que prévu et l’annonce d’un allègement de la dette grecque par les ministres des finances européens, et accentué son rebond pour retourner au-dessus du seuil de $1,17 (point haut à $1,1713&clôture à $1,1702). Le retour d’un sentiment d’aversion au risque n’a pas eu de réels impacts négatifs sur l’euro, pas plus que le nouveau recul de l’indice de confiance des entreprises allemandes à un nouveau point bas sur les 13 derniers mois (101,8 vs 102,3 en mai). La paire EUR/USD semble avoir surtout profité de la faiblesse du dollar américain en séance américaine, lequel a pleinement subi les dommages collatéraux d’un repli des rendements souverains 10 ans sous le seuil de 2,9% (clôture à 2,8750% ou le plus bas niveau au mois de juin) et d’une forte chute de plus de 1% des indices actionsaméricains (-1,3% pour le Dow Jones, -1,4% pour le S&P 500 et -2,2% pour le Nasdaq) sous l’effet d’une montée des craintes que la rivalité entre Pékin et Washington sur le plan commercial ne dégénère en conflit aux impacts économiques dévastateurs. Au rang des bonnes nouvelles pour l’euro, on notera au passage l’annonce lundi soir du relèvement de la note de crédit de la Grèce par l’agence de notation Standard & Poor’s qui juge bien meilleur l’équilibre des risques dans le pays. La dette grecque reste néanmoins dans la catégorie « hautement spéculative ».

L’EUR/USD reste sur trois séances consécutives de hausse, ce qui se matérialise par un rebond d’un peu plus de 1,1% et un pic depuis la réunion de la BCE du 14 juin dernier . Le défi pour la paire de change est désormais de s’installer durablement au-dessus du palier de $1,17, ce qui ne n’apparaît pas une chose aisée à en croire la volatilité ce mardi matin et le léger repli observé (possible zone tampon au niveau de ce palier). Il y aura très peu de chiffres économiques au programme ce mardi, aussi bien en Zone Euro qu’aux Etats Unis(indice CB de confiance des ménages néanmoins à suivre), de ce fait la volatilité de la paire EUR/USD devrait rester connectée au sentiment général des marchés à l’égard de l’évolution des tensions commerciales. Du côté européen, on restera attentif aux commentaires programmés ce mardi du vice-président de la BCE (14h00), Luis de Guindos, quand bien même si ce dernier ne devrait probablement pas nous apporter beaucoup d’éléments nouveaux quant à la stratégie de normalisation monétaire prudente adoptée par la BCE.

Sur le plan politique, on suivra de près ce mardi les éventuelles frictions entre Bruxelles et Washington sur le plan commercial, ainsi que les échos de la réunion de travail en Allemagne entre Angela Merkel et ses partenaires politiques au sein de la coalition gouvernementale actuelle sur les questions migratoires. Pour s’éviter une nouvelle crise politique, cette dernière n’a récemment pas eu d’autres choix que de céder aux exigences de son ministre de la Défense et chef de file de la CSU, allié historique de la chancelière, et durcir le contrôle des frontières. La question migratoire, qui sera parmi les principaux sujets inscrits à l’agenda du Sommet européen du 28 et 29 juin, cristallise actuellement beaucoup de tensions et divisent les membres de la Zone Euro. Le spectre des incertitudes politiques planant toujours au-dessus de l’Europe, il demeure un frein évident à une revalorisation significative de l’euro à court terme.

Perf 2018 = -2,56% / Moyenne 2018 = $1,2112 / Point haut 25 juin 2018 = $1,1713 / Point bas 25 juin 2018 = $1,1625 / Clôture 25 juin 2018 = $1,1702

GBP

EUR/GBP :   Dans un nouveau climat d’aversion au risque causée par un nouveau pic de tension entre américains et chinois, la livre sterling et sa prime de risque « Brexit » a une nouvelle fois subi la détérioration du sentiment des acteurs financiers et leur approche prudente. De ce fait, le cours EUR/GBP a accentué son rebond de vendredi et est repassé au-dessus du seuil £0,88, touchant par la même occasion un pic depuis le 14 juin dernier et la réunion de la BCE (point haut recensé lundi à £0,8819, clôture à £0,8811). Peu d’actualité à se mettre sous la dent au Royaume-Uni, si ce n’est le nouveau coup de pression mis par les responsables de l’entreprise BMW sur le gouvernement britannique et la mise en garde contre de possibles fermetures de sites de fabrication de ces marques Mini et Rolls-Royce en cas d’absence d’accord de sortie. La première ministre a fait savoir qu’elle s’exprimerait sur sa vision des futures relations entretenues par le Royaume-Uni avec l’UE après le Sommet européen programmé en fin de semaine (28-29 juin). En l’absence de chiffres économiques clés cette semaine au Royaume-Uni susceptibles de stimuler la livre sterling – l’estimation finale de PIB publiée vendredi ne devrait pas nous apporter d’éléments nouveaux – la devise britannique reste sous pression la faute au maintien d’incertitudes toujours importantes à l’égard du Brexit, et l’existence d’un scénario à la probabilité non-négligeable de sortie brutale hors de l’UE en mars 2019.

Si le palier de £0,88 a été franchi à maintes reprises par la paire EUR/GBP ces dernières semaines, celle-ci n’a jamais pour autant réussi à dépasser le niveau de £0,8850 depuis la mi-mars. Un fait qui laisse à penser qu’en l’absence d’actualité « négative » au Royaume-Uni, la paire EUR/GBP pourrait à nouveau se rétracter légèrement. On suivra ce mardi l’audition du nouveau membre exécutif de la Banque d’Angleterre (11h00), Jonathan Haskel, qui prendra la succession de Ian McCafferty à la fin de son mandat le 31 août prochain. La position de cet ancien professeur d’économie en matière de politique de taux sera suivi de près sachant que son prédécesseur a voté lors des trois précédentes réunions monétaires en faveur d’un rehaussement immédiat du taux directeur. Un positionnement prudent de ce dernier donnerait une nouvelle large majorité au camp des « colombes »  dans les rangs de la banque centrale britannique, et pourrait constituer un nouvel argument pour les investisseurs de rester éloignés de la livre.

Perf 2018 = -0,93% / Moyenne 2018 = £0,8794 / Point haut 25 juin 2018 = £0,8819 / Point bas 25 juin 2018 = £0,8779 / Clôture 25 juin 2018 = £0,8811

JPY

EUR/JPY :  Après un excès de panique provoqué en début de séance européenne en réaction au plan supposé de la Maison Blanche de réduire les investissements chinois au sein de secteurs stratégiques, période où le cours EUR/JPY s’est approché tout près du seuil de ¥127 (point bas enregistré à ¥127,26), la paire a réussi à progressivement effacé une partie de ses pertes et se stabiliser au-dessus du niveau de ¥128 une fois la nouvelle digérée par les investisseurs. Le conseiller américain au commerce , Peter Navarro, a tenté lundi soir d’éteindre l’incendie et minimiser les inquiétudes des marchés en soulignant que le plan évoqué par la Maison Blanche, visant à contrôler et réduire les investissements étrangers au sein de secteurs stratégiques aux Etats Unis, ne ciblait pas spécifiquement la Chine mais ciblait tous les pays. Cependant, ces déclarations n’ont pas eu de véritables échos sur les marchés, les investisseurs préférant pour le moment rester sur leur garde et attendre le dévoilement vendredi des détails de ce plan avant de pouvoir éventuellement pousser un ouf de soulagement.

Le cours EUR/JPY affichait un léger repli ce matin mais se maintient toujours au-dessus du seuil de ¥128. La paire pour le moment assez stable en l’absence de commentaires de la part de Pékin et observe l’évolution des tensions entre Pékin et Washington. Le nouveau recul des indices actions chinois semblent suggérer que les investisseurs asiatiques restent imprégnés par un sentiment d’aversion au risque, reste à savoir si les craintes vont perdurer ou se dissiper lors des sessions européennes et américaines. La propagation éventuelle d’un sentiment de soulagement général en cas d’atténuation des tensions globales pourrait offrir l’occasion à la paire EUR/JPY de tester son seuil de résistance situé à ¥129, palier qui n’a plus été franchi depuis le 14 juin dernier et la réunion de la BCE. Prudence toutefois, les récents gains accumulés par le cours EUR/JPY (+0,7% entre mercredi et lundi) reste très fragiles.

Perf 2018 = -5,20% / Moyenne 2018 = ¥ 131, 66 / Point haut 25 juin 2018 = ¥ 128,81 / Point bas 25 juin 2018 = ¥ 127,26 / Clôture 25 juin 2018 = ¥ 128,46

CHF

EUR/CHF :   Sous l’influence d’un rebond de l’EUR/USD, le cours EUR/CHF s’est apprécié et s’est écarté de son support de 1,15 pour revenir sur les niveaux de 1,1550. Le fait que le sentiment d’aversion au risque ne se soit pas accentué durant les séances européennes et américains a favorisé ce modeste rebond de la paire de change. Pas d’euphorie pour autant, ce mouvement ressemble davantage à un rebond technique qu’à un véritable redémarrage de la paire de change qui reste à proximité de ses plus bas niveaux de l’année. Les statistiques hebdomadaires de volume de dépôt bancaire au sein de la Banque Nationale Suisse ont à nouveau confirmé l’absence d’intervention de cette dernière sur les marchés des changes pour tenter de faire dégonfler le franc. Ce matin, la paire EUR/CHF restait assez stable autour de son niveau de 1,1550 et reste attentive à l’évolution du climat de tensions actuel.

Perf 2018 = -1,23% / Moyenne 2018 = 1,17 00 / Point haut 25 juin 2018 = 1,1 557 / Point bas 25 juin 2018 = 1,1 488 / Clôture 25 juin 2018 = 1,1 549


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.