Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

avr. 20, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 20 avril 2018 – Sommaire :

  • Le dollar profite d’un regain d’intérêt sous l’impulsion d’une nouvelle hausse importante des rendements obligataires américains tandis que la livre poursuit sa dégringolade alors que les marchés ne voient plus la Banque d’Angleterre intervenir en mai.
  • L’EUR/USD prolonge sa chute de la veille et se dirige vers le niveau de $1,23. Nouvelle forte influence des rendements obligataires faute de chiffres économiques. Taux 10 ans US de retour à plus de 2,9%.
  • L’EUR/GBP tape à la porte des £0,88 alors que la probabilité de hausse de taux au Royaume-Uni au mois de mai vient de chuter en deux jours de 70% à 40%.
  • La paire EUR/CHF a touché hier et ce matin le niveau de ₣1,20 mais cale désormais face à ce nouveau palier clé qui n’avait plus été atteint depuis janvier 2015.
  • L’EUR/JPY cale aussi à franchir le seuil de ¥133 malgré des chiffres décevants d’inflation au Japon ce matin. On dénote une certaine frilosité des investisseurs à se détacher du yen malgré une baisse récente des tensions.
  • L’EUR/AUD oscille de nouveau au niveau de A$1,60 alors que s’observe un repli des prix des métaux dont le rebond récent est jugé par grand nombre d’observateurs comme excessif.
  • La paire EUR/CAD retombe vers le seuil de C$1,56 en attendant la publication cette après-midi au Canada des nouvelles estimations d’inflation et de ventes au détail (14h30).
  • Plusieurs devises pétrolières (NOK, RUB) en difficulté ce matin alors que les prix du pétrole affichent un léger repli de -0,2%/-0,1%. Nervosité des acteurs avant une réunion des membres de l’OPEP programmée ce vendredi.

L’humeur des marchés des changes :                               

Pour la seconde journée consécutive, la livre sterling fut l’un des principaux perdants de la séance de jeudi. Après la déception causée mercredi par une inflation en net recul, les mauvais chiffres de ventes au détail et les propos du gouverneur central britannique ont semé le doute dans l’esprit des investisseurs sur les futurs choix de la Banque d’Angleterre. Faute de chiffres économiques majeurs ce jeudi, la séance a été fortement influencée par la dynamique des rendements obligataires et autres mouvements techniques. À noter également la forte volatilité des prix des matières premières, et notamment des métaux, qui n’ont pas laissé les marchés des changes indifférents

  Et de deux ! Après son recul de 0,7% mercredi en réaction à un ralentissement plus marqué qu’attendu de la dynamique d’inflation, la livre sterling s’est dépréciée de 0,6% jeudi face à l’euro et touché un point bas depuis plus de deux semaines à £0,8771 (clôture à £0,8763) à la suite d’une nouvelle contre-performance des ventes au détail (3ième contraction en 4 mois & plus mauvaise performance depuis 1 an / -1,2% M/M en mars vs consensus -0,5% et +0,8% en février) et des propos du gouverneur central Mark Carney tempérant l’idée que la Banque d’Angleterre devrait forcément rehausser ses taux d’intérêt le mois prochain, scénario central pourtant partagé par un très grand nombre d’acteur. Alors que mardi matin, sur la base des positions des investisseurs sur les marchés à terme, on évaluait encore à près de 70% la probabilité d’une hausse de taux au Royaume-Uni lors de la prochaine réunion monétaire de mai (9-10 mai),celle-ci n’est plus vendredi matin que de 40% !  Vendredi matin, la livre sterling poursuivait sa dégringolade face à l’euro et la paire EUR/GBP se présente de nouveau aux portes des £0,88.

Après avoir atteint des pics historiques en début de séance (respectivement 3 ans pour le nickel et 7 ans pour l’aluminium), les prix des métaux se sont par la suite fortement repliés, de nombreux investisseurs jugeant les récents niveaux de valorisation, provoqués par les sanctions américaines à l’encontre de grands producteurs russes de métaux (notamment le nº2 d’aluminium Rusal et le nº2 de nickel Nornickel), relativement exagérés. Le dollar australien et le dollar néo-zélandais ont été tous deux très sensibles au reflux des prix des métaux et ont respectivement enregistré un recul de 0,5% et 0,4% face à l’euro. Le cours EUR/AUD a ainsi clôturé jeudi à son plus haut niveau depuis 8 séances (clôture à A$1,5970) et fait son retour vendredi matin au-dessus du seuil de A$1,60.

En l’absence de chiffres économiques majeurs et d’annonces politiques clés, la paire EUR/USD a vu sa volatilité jeudi être particulièrement sensible aux mouvements sur les marchés obligataires. À ce jeu-là, le dollar américain s’en est mieux tiré que l’euro. Sous l’impulsion d’une hausse des rendements longs américains – taux 10 ans qui clôture à son plus haut niveau depuis le 22 février dernier à plus de 2,91% & taux 30 ans à un pic d’un mois à plus de 3,1% - le dollar a effacé une partie de ses récentes pertes et bondi de 0,2% face à l’euro, maintenant la paire EUR/USD dans son couloir étroit de $1,23-$1,24 (clôture à $1,2344).

On retiendra que le 19 avril fut la séance au cours de laquelle la paire EUR/CHF aura retouché le niveau de 1,20 (pic recensé à ₣1,2001) depuis janvier 2015  et le choix de la banque centrale suisse de stopper sa politique de plafonnement de la valorisation du franc à ce niveau précis. Néanmoins celle-ci s’est révélée incapable d’aller beaucoup plus haut (clôture à ₣1,1989). Pour le moment, aucune correction ne semble s’observer puisque vendredi matin le cours de change s’attaquait de nouveau à ce « sommet ».

Calendrier économique, politique & monétaire de la séance :       

  • Recul de l’inflation au Japon : Comme anticipé, la dynamique annuelle de l’indice d’inflation de base a reculé de 1,0% à 0,9% au mois de mars (1ière baisse depuis juillet 2016) tandis que la dynamique de l’indice général a elle enregistré un décrochage encore plus marqué, de 1,5% à 1,1%, et  retombe à un plus bas depuis 3 mois. Cette contre-performance de l’inflation au Japon devrait conforter le gouverneur central dans ses choix de maintenir encore un peu sa politique de soutien monétaire composée de taux d’intérêt négatif et de rachats massifs d’actifs. Après un léger recul jeudi, la paire EUR/JPY était vendredi matin dans le vert et s’approchait à nouveau du seuil de ¥133, lequel semble actuellement jouer le rôle de résistance pour le cours de change.
  • Inflation & ventes au détail au Canada (14h30) : Série de statistiques économiques importantes cette après-midi au Canada avec la publication simultanée des estimations d’inflation du mois de mars et de ventes au détail au mois de février. Lors de la lecture de ces chiffres, les investisseurs auront très certainement en tête les propos tenus par le gouverneur central canadien en marge de la réunion monétaire de mercredi, lequel a mis en lumière la position d’observation de la banque qui fait reposer la décision de nouvelle hausse de taux à la bonne dynamique des fondamentaux économiques. De bons chiffres d’inflation, mais surtout de ventes au détail (consensus : +0,3% M/M vs +0,3% en janvier) pourraient dès lors renforcer l’hypothèse d’une nouvelle intervention de la banque centrale canadienne sur ses taux cet été, et plus particulièrement en juillet. Une hausse des spéculations monétaires à l’égard de ce scénario sur les marchés à terme offrirait un tremplin à un nouveau rebond du dollar canadien, et ainsi renvoyer la paire EUR/CAD sous le seuil de C$1,56.
  • Nouveaux signes de perte de confiance des acteurs économiques européens ? Indice préliminaire de confiance des ménages en Zone Euro (16h00) : Après l’indice ZEW allemand mardi, un nouvel indicateur pourrait ce vendredi illustrer la perte de confiance des acteurs économiques européens, et ainsi renforcer encore davantage l’hypothèse d’un ralentissement en cours de la dynamique de croissance économique de la Zone Euro sur le début d’année 2018. En milieu d’après-midi sera en effet publié l’indice préliminaire de confiance des ménages de la Zone Euro au mois d’avril, lequel est attendu en recul en territoire négatif (ie. pessimistes > optimistes) pour la 1ière fois en 6 mois (consensus -0,2 vs +0,1 en mars). Ce résultat pourrait servir de prétexte à un nouveau recul de l’euro, néanmoins il est peu probable que ces chiffres seuls suscitent une force de traction assez forte pour faire reculer la paire EUR/USD sous le seuil de $1,23. En cas de mouvements baissiers, ces indicateurs pourraient néanmoins accentuer cette dynamique.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

EUR/GBP

Bien que sur la défensive ce matin, le cours EUR/USD reste toujours globalement stable et continue d’osciller dans sa fourchette de $1,23-$1,24. On observe en ce moment une certaine emprise des marchés obligataires sur les marchés des changes en vertu d’une forte hausse des rendements américains. Cela a le mérite de soulager quelque peu les acheteurs de dollar qui voient à travers ces mouvements un recul temporaire des craintes de récession économique liée à une inversion de la courbe de rendements aux Etats Unis. La séance de vendredi sera à nouveau marquée par un calendrier économique relativement léger en Europe et aux Etats Unis, aussi la volatilité de la paire EUR/USD pourrait rester connectée à la dynamique des taux et aux éventuelles déclarations d’ordre politique et/ou monétaire. Alors que le seuil de $1,24 a joué à merveille son rôle de résistance sur les trois dernières séances, ce sera l’occasion de voir si celui de $1,23 s’avère un palier « support » important aux yeux des investisseurs.

EUR/CHF

On en parlait hier et elle se réalise ce matin, la correction de la paire EUR/CHF après l’atteinte du palier « psychologique » des 1,20. Ce niveau apparaît comme un nouveau plafond majeur pour la paire de change. Après avoir tenté à nouveau de franchir ce seuil ce matin, la paire EUR/CHF se replie quelque peu. Un mouvement de recul de la paire EUR/USD et de nouveaux signaux de recul de la confiance des ménages en Zone Euro pourraient aider à contenir l’ascension de la paire EUR/CHF.

EUR/JPY

La paire EUR/JPY éprouve toujours autant de difficultés à franchir le palier de ¥133. Après avoir testé ce niveau ce matin en réaction à des chiffres d’inflation décevants au Japon, le cours EUR/JPY a rapidement effacé une partie de ces gains. Il semblerait que, malgré une détente du contexte économique et politique global ces derniers jours, les investisseurs ne sont pas totalement prêt à se tourner vers des actifs risqués et se détournent du yen. Pour le moment, la paire oscille dans un couloir très étroit de ¥132-¥133 et peine à trouver un second souffle après un rebond de presque 2% depuis le début du mois d’avril.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.