Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

mars 27, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 27 mars 2018 – Sommaire :

  • L’euro profite d’un regain d’appétence au risque sur les marchés financiers en l’absence de nouvelles tensions commerciales entre les Etats Unis et ses partenaires commerciaux.
  • La paire EUR/USD accroit son rebond et est désormais à portée de main du niveau de clé de $1,25. Les chiffres décevants ce matin d’inflation en Espagne et en Allemagne semblent néanmoins freiner son ascension.
  • Fort rebond de la paire EUR/GBP ce matin (+0,4%). L’absence de données clés au Royaume-Uni après une semaine très volatile alimente un mouvement de revalorisation. Le cours de change est désormais tout proche du seuil de £0,88.
  • Paire EUR/CHF stable après avoir réussi à briser pour la 1ière fois en 2 mois la barrière de 1,1750. La marche des ₣1,18 est peut-être trop haute à franchir (pour le moment).
  • La dissipation des incertitudes au Japon, après la déclaration faite ce matin sous serment par un haut fonctionnaire japonais disculpant le premier ministre Shinzo Abe dans une affaire de favoritisme, permet à la paire EUR/JPY de consolider sa position au-dessus de ¥131.
  • La paire EUR/AUD touche un nouveau pic depuis septembre 2015 à A$ 1,6137.
  • Le yuan atteint un nouveau pic depuis août 2015 face au dollar sous le seuil de ¥6,25. La paire EUR/CNY recule ce matin de presque -0,2% à ¥7,79 tandis que la paire EUR/CNH progresse de +0,1% à ¥7,79.

L’humeur des marchés des changes :                               

La séance de lundi a été témoin d’un regain progressif d’appétence au risque des investisseurs en réponse au statu quo de la relation entre Washington et Pékin, lesquels avaient annoncé une série de taxes douanières l’un contre l’autre en fin de semaine dernière. Un tel contexte a été favorable à l’euro (pic d’un mois atteint), et à l’inverse défavorable au yen et au dollar américain. La journée a également été marquée par le nouveau durcissement de ton des pays occidentaux à l’égard de la Russie dans l’affaire Skripal, et notamment le renvoi par les Etats Unis d’une soixantaine de diplomates russes.

L’euro a enregistré un beau bond en avant ce lundi grâce à l’appui des propos du président de la Bundesbank et grand favori pour prendre la succession de Mario Draghi à la tête de la BCE ; Jens Weidmann ; venant conforter l’idée qu’une première hausse de taux en Europe au 1er semestre 2019 était « loin d’être un scénario irréaliste », et aux bonnes nouvelles venues de France et d’Espagne où l’on voit les premiers résultats positifs des efforts réalisés pour limiter leur endettement. Alors qu’ils sont les deux seuls pays de la Zone Euro à être sous le coup d’une procédure disciplinaire pour cause de non-respect répété de la règle de contrôle des déficits dont le plafond est fixé à 3% du PIB, la France a présenté l’année dernière pour la 1ière fois depuis 2007 un déficit budgétaire inférieur à ce seuil (2,6% vs 3,4% en 2016), tandis que l’Espagne a échoué tout prêt du but (3,1% vs 4,5% en 2016). Ces résultats ne sont pas anodins mais confortent l’idée d’un renforcement des fondamentaux dans la région, d’où l’attractivité croissante de l’euro auprès des investisseurs mais également institutions monétaires (hausse progressive des réserves en euro dans les bilans des banques centrales).

L’euro s’est particulièrement renforcé vis-à-vis des devises considérées comme « valeurs refuges » telles que le yen, le franc suisse ou encore le dollar américain. La paire EUR/JPY a ainsi enregistré un rebond d’un peu plus de 0,9% ce qui a permis à celle-ci de faire son retour au-dessus de la barrière symbolique de ¥130 (clôture lundi à ¥131,15) après avoir chuté à son plus bas niveau depuis 7 mois en fin de semaine dernière (point bas recensé vendredi à ¥128,94). Le cours EUR/USD a quant à lui progressé de plus de 0,7% et atteint un pic de 5 semaines à plus de $1,2460. La paire EUR/CHF a réussi, fait rare pour être noté, à casser le seuil de résistance de ₣1,1750 pour la 1ière fois en deux mois (clôture à ₣1,1766 = plus haut depuis le 23 janvier 2018).

Malgré une tentative de renforcement observée la semaine dernière, les devises dites « cycliques » , devises liées à l’évolution de la croissance mondiale et aux prix des matières premières, telles que le dollar australien ou le dollar canadien n’ont rien pu faire face au nouveau rebond de l’euro. Si les tensions commerciales ne se sont pas dégradées durant le weekend, le climat global reste malgré tout très hostile. Ainsi le cours EUR/AUD a engrangé lundi un gain de presque 0,4% et clôturé la séance à plus de A$ 1,61, ou son plus haut niveau depuis septembre 2015. Probablement frustrée de ne pas parvenir à casser le seuil de C$ 1,59, le cours EURCAD est lui aussi reparti à la hausse et tutoyé à nouveau les niveaux de C$ 1,60-1,61 avant de retracer quelque peu en fin de journée (pic recensé lundi à C$ 1,6076, clôture à C$ 1,5981).

Le rouble russe a connu quelques difficultés hier consécutivement à l’annonce des Etats Unis de renvoi d’une soixantaine de diplomates, et de la déclaration de plusieurs pays européens, dont l’Allemagne, la France ou encore l’Italie, d’en faire tout autant afin de sanctionner le gouvernement russe et son implication présumée dans l’affaire Skripal. Les investisseurs présents en Russie ne voient pas d’un très bon œil le front commun organisé par l’Occident contre la Russie. Le rouble a reculé de presque 0,7% face à l’euro et touché au passage un point bas depuis quasiment 6 semaines (pic recensé lundi sur l’EUR/RUB à RUB 71,5756). Face au dollar américain, la réaction fut plus modeste et la paire USD/RUB est finalement restée stable lundi au-dessus du niveau de RUB 57,0 malgré quelques tentatives (ratées) de rebond.

Calendrier économique, politique & monétaire de la séance :                               

  • Indice de sentiment en Zone Euro & Etats Unis(11h00 & 16h00) : Les indices de sentiment publiés ce mardi en Zone Euro et Etats Unis pourraient nous offrir une image totalement opposée à celle observée sur les marchés financiers, à savoir un appétit pour l’euro et une certaine défiance vis-à-vis du dollar. En effet, eu égard à un petit ralentissement de l’activité économique sur le début d’année 2018 les économistes voient l’indice de sentiment économique général en Zone Euro reculer pour le 3ième mois consécutif à son plus bas niveau sur les 6 derniers mois. Aux Etats Unis, la confiance des ménages, observée le mois dernier à son plus haut niveau depuis 2000, pourrait encore progresser ce mois-ci. Une telle divergence sera-t-elle suffisante pour dévier l’EUR/USD de la route vers les $1,25 ? Possible, mais pas certain.
  • Décision monétaire en Hongrie (14h00) : Pour la 22ième fois d’affilée, la banque centrale hongroise devrait opter pour un statu quo monétaire et conserver ses taux directeurs à leur plus bas niveau historique de 0,9%. Comme il est d’usage, l’intérêt de la réunion ne sera pas dans l’annonce en elle-même mais dans la communication délivrée par les responsables monétaires. La Hongrie fait véritablement figure de retardataire dans la région par rapport à ses voisins comme la Roumanie ou la République Tchèque qui ont déjà lancé leur politique de hausse de taux, ou encore même la Pologne où l’on guette avec grande attention la date du premier resserrement monétaire. En perte de vitesse la semaine dernière à cause d’un mouvement de fuite de capitaux hors des pays émergents, la forint hongrois pourrait cette fois souffrir d’un manque de soutien de la part des banquiers centraux locaux si ces derniers conservent une approche accommodante. À cette occasion, l’EUR/HUF pourrait accroître son rebond et se rapprocher de ses pics de l’année autour du seuil de HUF 314. En cas de renforcement du forint, le cours EUR/HUF devrait probablement amorcer un retour vers son niveau support de HUF 310,80.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

EUR/USD

La nouvelle poussée de l’euro combinée à la défiance générale des marchés à l’égard du dollar a permis au cours EUR/USD de sortir du couloir de $1,22-$1,24 dans lequel il était bloqué depuis plus de 5 semaines. La paire prend clairement la direction du palier psychologique de $1,25, néanmoins l’appétit des investisseurs pour l’euro pourrait être restreint en l’absence de données majeures à  se « mettre sous la dent ». Les quelques statistiques publiées ce matin en Zone Euro sont plutôt décevantes – progression moins marquée que prévu de l’inflation en Espagne (1,3% vs 1,2% en février mais consensus de 1,5%) et d’une contraction plus importante qu’anticipé des indices de prix à l’import en Allemagne – et viennent refréner ce matin l’ascension du cours EUR/USD. Les soucis récurrents de la Zone Euro en matière d’inflation limitent les mouvements d’anticipations concernant les plans de hausse de taux de la BCE sur les marchés à terme. Ainsi la paire EUR/USD pourrait passer une bonne partie de la journée en eaux troubles entre $1,24-$1,25 en attendant l’ouverture des marchés américains. On surveillera attentivement le sentiment de ces derniers à l’égard du dollar, lequel apparaît plutôt détérioré.

Perf 2018 = +3,88% / Moyenne 2018 = $1,2285 / Point haut 26 mars 2018 = $1,2462 / Point bas 26 mars 2018 = $1,2340 / Clôture 26 mars 2018 = $1,2442

EUR/GBP

Porté par le rebond de l’euro et l’inertie de la livre sterling en l’absence de données clés au Royaume-Uni, le cours EUR/GBP se revalorise progressivement et s’éloigne de son support de £0,87. Celui-ci oscille ce matin à un pic d’une semaine, tout proche du niveau de £0,88. Ce mouvement de revalorisation ressemble davantage à un rebond technique qu’à un nouveau mouvement vendeur sur la livre sterling. La volatilité de la paire de change semble globalement dépendante du sentiment global des acteurs de marché, en ce sens le cours EUR/GBP pourrait continuer de progresser quelque peu sous l’impulsion d’une hausse de l’intérêt actuel des investisseurs pour l’euro. Malgré une plus forte attractivité acquise lors des dernières séances, la livre sterling reste malgré tout handicapée par le facteur de risque ‘Brexit’ qui continue de lui coller à la peau.

Perf 2018 = -1,18% / Moyenne 2018 = £0,8833 / Point haut 23 mars 2018 = £0,8763 / Point bas 23 mars 2018 = £0,8714 / Clôture 23 mars 2018 = £0,8745

EUR/CHF

Le regain d’appétit au risque des investisseurs et la hausse de l’euro ont permis à la paire EUR/CHF de casser le seuil de résistance de ₣1,1750, barrière qui lui résistait depuis plus de deux mois. Le cours EUR/CHF est désormais tout proche de ₣1,18, néanmoins la marche pourrait être cette fois-ci trop haute à atteindre. Un mouvement de frustration en cas d’échec de la paire à atteindre ce niveau, qui lui est pourtant à portée de main, pourrait provoquer un léger mouvement de recul de cette dernière.

Perf 2018 = +0,61% / Moyenne 2018 =  1,1648 / Point haut 26 mars 2018 = ₣ 1,1774 / Point bas 26 mars 2018 = ₣ 1,1691 / Clôture 26 mars 2018 = ₣ 1,1766

EUR/JPY

Pas de nouvelles, bonne nouvelle ou tel est l’interprétation que font les investisseurs de la communication résolument neutre délivrée par les responsables américains et chinois ces derniers jours. Le cours EUR/JPY poursuit ce mardi son rebond ; dynamique notamment renforcée par une hausse de la demande en euro ; et tape désormais à la porte de ¥132. Cela fait presque deux semaines que la paire de change n’a plus atteint ce niveau. Le potentiel haussier de la paire apparaît néanmoins limité en l’absence de progrès majeurs dans la relation tumultueuse qui oppose Pékin à Washington et/ou d’adoucissement de la rhétorique protectionniste américaine. La revalorisation de la paire EUR/JPY apparaît également soutenue par une dissipation des incertitudes autour du sort du premier ministre Shinzo Abe et de sa supposée implication dans une affaire de favoritisme.

Perf 2018 = -2,77% / Moyenne 2018 =   ¥133,23 / Point haut 26 mars 2018 = ¥131,37 / Point bas 26 mars 2018 = ¥129,16 / Clôture 26 mars 2018 = ¥131,15


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.