Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

mars 09, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 9 mars 2018 – Sommaire :  

  • Dissipation prolongée des incertitudes globales après la promulgation hier des taxes sur l’acier et l’aluminium aux Etats Unis et l’annonce dans la nuit d’un prochain sommet historique entre les Etats Unis et la Corée du Nord.
  • EUR/USD stable à $1,23 après la lourde chute (-0,8%) de la veille. Regards tournés vers les chiffres de l’emploi aux Etats Unis (14h30).
  • La Banque du Japon a tenté de tempérer les récentes spéculations monétaires autour d’un éventuel ajustement de la position accommodante. La banque veut se donner le temps d’organiser une sortie de son cycle monétaire. Rebond de 0,5% du cours EUR/JPY et retour au-dessus de ¥131.
  • Paire EUR/CHF qui reste stable sur son seuil de ₣1,17. Prudence et attentisme avant les chiffres de l’emploi aux Etats Unis. Les investisseurs ont encore à l’esprit les tumultes des marchés actions observées le mois dernier.
  • Paire EUR/GBP stable à £0,8910 avant la publication ce matin (10h30) des chiffres de production industrielle et des nouvelles statistiques commerciales.
  • Le cours EUR/CAD poursuit son recul (-0,9% hier) et oscille désormais autour du seuil de C$ 1,5850. Soulagement général de voir le Canada ne pas être concerné dans un premier temps par les taxes douanières américaines. Chiffres de l’emploi au Canada à suivre cette après-midi (14h30).
  • Fort recul de la paire EUR/NOK de plus de 0,6% ce matin après la publication de chiffres d’inflation meilleurs que prévu. Indice général ressorti à 2,2% vs consensus 1,8% & indice de base ressorti à 1,4% vs consensus 1,3%.               

L’humeur des marchés des changes :                               

La volatilité sur les marchés des changes a été principalement influencée ce jeudi par les réaction à la réunion de la BCE et le sentiment de frustration laissé par le discours plein de nuances du gouverneur central Mario Draghi. L’autre évènement de la journée s’est déroulé aux Etats Unis avec la promulgation par Donald Trump des taxes douanières sur l’acier et l’aluminium, lesquelles exemptent le Canada et le Mexique et laissent la porte ouverte à la négociation avec d’autres pays.  

Les « acheteurs » d’euro ont d’abord cru à une belle surprise de la part de la banque centrale européenne (BCE) à la lecture de son communiqué officiel, lequel ne comportait plus la référence à une possible augmentation de la taille du programme quantitatif si les conditions l’exigeaient. Croyant voir ici un ajustement de communication symbolisant le franchissement d’une nouvelle étape dans la voie vers une sortie du cycle accommodant, les investisseurs se sont repositionnés sur la devise européenne et celle-ci a aussitôt effacé ses pertes de la journée face au dollar, le cours EUR/USD revenant au-dessus du seuil de $1,24. Ce répit fut de courte durée puisque durant sa conférence de presse, le gouverneur central européen, Mario Draghi, a minimisé cette décision qui selon lui n’est en rien indicatrice des futurs choix de la banque centrale. Pointant du doigt les pressions haussières toujours faibles sur les prix et le nouveau risque dangereux de dégradation des relations commerciales en cas de représailles aux mesures protectionnistes américaines, la banque maintient une ligne de conduite où elle se veut davantage réactive que proactive. Face au défi qui se dresse sur l’Europe, quand bien même si les perspectives économiques restent optimistes, la banque centrale se doit de maintenir des conditions monétaires accommodantes, prévient le responsable monétaire. Frustrés par ce discours très nuancé n’offrant aucune indice sur une éventuelle accélération du processus de réduction du soutien monétaire, les investisseurs ont fait payer à l’euro cet exercice de temporisation de la part de la BCE. Après un rebond de près de 1,9% depuis jeudi et l’annonce du projet de taxes douanières aux Etats Unis, le cours EUR/USD a lourdement corrigé jeudi (-0,82%), celui-ci subissant sa plus forte chute en séance depuis un mois et retombant sur le seuil de $1,23 (clôture à $1,2310). Une telle amplitude du mouvement du cours EUR/USD suggère une « correction naturelle » après un excès de peurs en provenance des Etats Unis. Les divergences monétaires restent toujours très favorables au dollar américain, d’autant plus si la Fed décide, comme il l’a été sous-entendu la semaine dernière, d’accélérer son processus de hausses de ses taux directeurs. 

L’euro a globalement reculé face à l’ensemble de ses pairs de l’univers du G10 à l’exception notable du franc suisse. Malgré un retour temporaire sous le seuil de ₣1,17 (point bas enregistré à ₣1,1682) , le cours EUR/CHF a progressivement effacé ses pertes en fin de journée à mesure que l’optimisme regagnait les investisseurs après la promulgation de taxes douanières aux Etats Unis aux modalités plus accommodantes que prévu. S’il ne faut pas minimiser le risque de représailles et de dégradation des relations commerciales que ces mesures font peser sur le commerce mondial, il existe néanmoins une fenêtre de tir pour éviter le pire étant donné que Washington semble ouvert à la discussion. 

Outre le dollar américain, l’euro a également très fortement sous-performé face au dollar canadien ce jeudi, et cela pas uniquement dû à un « effet BCE ». En effet, le cours EUR/CAD a chuté de plus de 0,9% et est retombé sous le seuil de C$1,59 (clôture à C$ 1,5874) en réaction à l’annonce d’exemption préliminaire du Canada des taxes douanières américaines sur les importations d’acier et d’aluminium. Donald Trump a en effet décidé pour le moment d’exclure le Canada et le Mexique du champ d’action de ces barrières douanières le temps des négociations de l’accord de l’ALENA. Il espère ainsi faire pression sur ces deux partenaires commerciaux pour obtenir un accord « plus juste ». Le peso mexicain s’est quant à lui renforcé de plus de 1% face à l’euro, le cours EUR/MXN retombant à son plus bas niveau ce mois-ci sous le seuil de MXN 23,0. 

Parmi les mouvements marquants de la journée de jeudi, on notera le recul des paires EUR/JPY (retour sous ¥131) et EUR/CNH (retour sous ¥7,81).

Calendrier économique, politique & monétaire de la séance:
                              

  • Chiffres de l’emploi aux Etats Unis (14h30) : Regard focalisés sur la croissance des salaires, laquelle si elle reste robuste (pic de 2009 atteint le mois dernier à 2,9% A/A) viendrait donner du crédit à l’hypothèse d’une accélération du processus de resserrement des conditions monétaires par la réserve fédérale américaine, ce qui donnerait la possibilité de vivre une année 2018 avec 4 hausses de taux. Une intensification des anticipations monétaires viendrait alors soutenir un nouveau rebond du dollar américain. Celui-ci avait bondi de plus de 1% en deux séances le mois dernier en réaction à la publication des statistiques du marché du travail américain en janvier. 
  • Chiffres de l’emploi au Canada (14h30) : Un mois après avoir enregistré son plus mauvais rapport sur l’emploi depuis 2009 (suppression de 88k emplois en janvier), les économistes tablent sur un léger rebond des créations d’emploi de l’ordre de 20k en février. De quoi donner un peu d’air à un dollar canadien très mal en point depuis quelques semaines ? Fort possible, d’autant plus que les marchés ont accueilli avec soulagement l’exemption du Canada du champ d’action des taxes douanières américaines sur l’acier et l’aluminium.

  • Décision monétaire de la Banque du Japon (passé) : Sans surprise, la Banque du Japon a observé un statu quo de sa politique monétaire, maintenant notamment son taux directeur inchangé à -0,1%. Le gouvernement central Haruhiko Kuroda a profité de l’occasion pour venir tempérer les spéculations de possible ajustement de la politique de soutien monétaire de la banque. Ce dernier a ainsi signalé que l’atteinte de l’objectif d’inflation de 2% d’ici mars 2020 (fin année fiscale 2019) ne conditionnait en aucun cas une sortie immédiate de la politique de ultra accommodante menée par la banque. Cela doit être la conclusion d’une longue réflexion et discussion préliminaire. Le yen accuse un peu le coup et recule de plus de 0,4-0,5% ce matin face à l’euro.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

EUR/USD

Le cours EUR/USD pourrait accentuer sa chute et revenir sur ses plus bas niveaux de la semaine dernière ($1,2153 le 1er mars dernier) si les chiffres de l’emploi américain viennent soutenir l’hypothèse d’une possible accélération cette année du processus de normalisation monétaire par la réserve fédérale américaine. La panique suscitée ces derniers jours par les craintes à l’égard du projet américain de taxes sur les importations d’acier et d’aluminium s’est quelque peu dissipée, les investisseurs accueillant avec soulagement les modalités plus accommodantes que prévu de ces barrières douanières. Alors que l’on surveillera avec grande attention les éventuelles réponses à ces premières mesures protectionnistes de grande ampleur aux Etats Unis, en attendant les discussions pourraient se reconcentrer sur les plans de la Fed et les spéculations monétaires pourraient reprendre les rênes de la volatilité du cours EUR/USD. D’autant plus à l’aune de la réunion de la Fed programmée dans moins de deux semaines, et au cours de laquelle la banque devrait vraisemblablement opérer à un nouveau resserrement monétaire et publier ces nouvelles projections économiques. 

Perf 2018 = +2,63% / Moyenne 2018 = $1,2271 / Point haut 8 mars 2018 = $1,2446 / Point bas 8 mars 2018 = $1,2296 / Clôture 8 mars 2018 = $1,2310

EUR/GBP

La prudence affichée par la BCE est venue amorcer un début de recul de la paire EUR/GBP en direction du seuil de £0,89, néanmoins les pressions baissières se sont révélées pas assez importantes pour la renvoyer sous ce niveau clé. Le maintien d’incertitudes importantes autour des négociations du Brexit reste un facteur maintenant les investisseurs à l’écart de la devise britannique. La longue série de statistiques économiques publiées dans la matinée – balance commerciale, production manufacturière/industrielle, construction – pourrait offrir l’occasion à la paire de tester de briser le seuil de £0,89 et retomber sur ses plus bas niveaux de la semaine. L’euro demeurant actuellement sur la défensive, on assiste à une « correction naturelle » de la paire de change après l’important rebond de la semaine dernière. De bons fondamentaux économiques au Royaume-Uni viendraient soutenir la perspective d’une possible hausse de taux au printemps. 

Perf 2018 = +0,34% / Moyenne 2018 = £0,8844 / Point haut 8 mars 2018 = £0,8957 / Point bas 8 mars 2018 = £0,8904 / Clôture 8  mars 2018 = £0,8913

EUR/CHF

La prudence de la BCE n’a eu qu’un impact modeste sur la paire EUR/CHF, les divergences monétaires restant très largement favorables à l’euro et la dissipation des incertitudes générales sur les marchés des changes limitant de nouvelles prises de position en franc. Il semble y avoir un certain confort de voir la paire EUR/CHF être revenue au-dessus du seuil de ₣1,17, néanmoins son maintien reste très fragile. Si l’annonce dans la nuit d’un sommet historique entre les Etats Unis et la Corée du Nord tend à dissiper les craintes globales et soutenir un renforcement de la paire de change, il convient néanmoins de rester prudent à l’approche de la publication des chiffres de l’emploi américain. Le mois dernier, la forte hausse des rendements provoquée par le robuste rebond des salaires américains avait provoquer pas mal de secousses sur les marchés actions américains, lesquelles avait créé une effet domino sur l’ensemble des places boursières mondiales. Un retour soudain de la volatilité sur les marchés financiers pourrait alors initier une rechute du cours EUR/CHF vers ₣1,15-1,16. 

Perf 2018 = +0,06% / Moyenne 2018 =  1,1632 / Point haut 8 mars 2018 = ₣ 1,1740 / Point bas 8 mars 2018 = ₣ 1,1680 / Clôture 8 mars 2018 = ₣ 1,1708

EUR/JPY

Le signe de possible détente des relations entre les Etats Unis et la Corée du Nord ; très tendues l’année dernière ; après l’acception par Donald Trump de rencontrer son homologue nord-coréen pour discuter les termes d’un programme de dénucléarisation de Pyongyang, et l’exercice de temporisation de la part de la Banque du Japon ce matin viennent soutenir un rebond du yen ce matin malgré le maintien de pressions baissières sur l’euro ce matin au lendemain de la réunion de la BCE. Le cours EUR/JPY remonte ce matin au-dessus du seuil de ¥131 mais reste sous la menace d’une rechute en cas de nouvelles tensions sur les marchés actions américains en marge de la publication des chiffres de l’emploi aux Etats Unis cette après-midi. 

Perf 2018 = -2,80% / Moyenne 2018 =   ¥ 133,81 / Point haut 8 mars 2018 = ¥ 131,97 / Point bas 8 mars 2018 = ¥ 130,49 / Clôture 8 mars 2018 = ¥ 130,76


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.