Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

janv. 24, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 24 janvier 2018 - L’humeur des marchés (fin de séance asiatique/début de séance européenne) :

  • La dynamique haussière sur l’EUR/USD ne semble pas ralentir puisque la paire vient de toucher un nouveau pic à $1,2344. L’approche de la réunion de la BCE ne semble avoir aucun effet sur les investisseurs.
  • La forte valorisation de l’EUR/USD traduit aussi une défiance renforcée à l’égard du dollar, lequel vient de chuter à des niveaux clés importants face à la livre sterling (niveau de $1,40 franchi pour la 1ière depuis le Brexit par la paire GBP/USD) et au yen japonais (retour sous ¥110 pour la 1ière fois en 4 mois).
  • Rebond surprise du franc suisse de 0,2-0,3% sous ₣1,1750 qui semble illustrer une certaine nervosité des marchés face au retour de craintes de tensions commerciales après les mesures protectionnistes opérées par les Etats Unis mardi (hausse importante des droits de douane sur certains produits).
  • Comme le franc suisse, le yen semble bénéficier d’une réduction de l’appétence au risque des marchés. La paire EUR/JPY retape à la porte de ¥135.
  • L’EUR/GBP consolide sa position actuelle sous £0,88 en attendant les chiffres de l’emploi au Royaume-Uni. Une accélération surprise des salaires pourrait pousser la paire à tester le support de £0,8730.                      

Résumé de la séance précédente (mardi 23 janvier 2018) :  L’EUR/USD s’offre un rebond à $1,23 avant la BCE… Donald Trump renoue avec sa rhétorique protectionniste, pour le plus grand déplaisir du dollar australien…La Banque du Japon tente d’étouffer les spéculations de sortie prématurée de son cycle accommodant

Bien aidé par les publications successives d’indice de sentiment en Allemagne (indice ZEW de sentiment des investisseurs) et en Zone Euro (indice de confiance des ménages) à des niveaux bien meilleurs qu’espéré – ZEW allemand à un pic de 8 mois et confiance des ménages européens à un pic de plus de 17 ans – la paire EUR/USD s’est offert un nouveau rebond au-dessus du seuil de $1,23 (pic en séance recensé à $1,2306) à quelques jours de la première réunion monétaire de l’année de la Banque Centrale Européenne (BCE). Si la demande en euro des investisseurs reste importante, à l’inverse la défiance à l’égard du dollar américain l’est tout autant. La fin rapide du ‘shutdown’ des administrations américaines n’a eu aucun effet positif durable sur la devise américaine. Pour cause, l’incapacité à nouveau criante du président américain à négocier un accord bipartisan avec l’opposition, ce qui laisse présager de nouveaux remous politiques similaires dans les prochaines semaines lorsque l’on se rapprochera à nouveau de la date butoir budgétaire défini lundi par le Sénat (8 février).

L’autre fait marquant de la séance de mardi fut le retour dans la lumière de la rhétorique protectionniste américaine qui, à contrario des précédentes fois , n’est pas apparue sous forme de paroles mais bien d’actes. La hausse surprise, et significative, des droits de douane sur les importations de panneaux solaires et de machines à laver se révèle une attaque directe envers certains partenaires asiatiques tels que la Corée du Sud et la Chine, dont les pratiques commerciales sont jugées « injustes ». Cette action n’est pas non plus anodine et semble traduire une stratégie du président américain de recentrage de sa ligne de conduite sur ce qui a fait la base de son succès et lui a permis d’entrer à la Maison Blanche, c’est-à-dire une politique de repli sur soi illustrée par le slogan de campagne « America first ». Le fait que Donald Trump n’hésite pas à prendre le risque de fermeture des agences fédérales américaines pour défendre son projet de construction de mur à la frontière mexicaine traduit bien ce nouveau tournant que semble prendre le président en cette année décisive qui se ponctuera par des élections de mi-mandat (début novembre) à l’issue desquelles les républicains pourraient perdre leur majorité au sein des deux chambres du Congrès. Le retour de tensions commerciales mardi n’a pas eu qu’un impact sur le dollar américain mais également sur le dollar australien dont la valorisation reste sensible à l’évolution des échanges commerciaux mondiaux. L’économie australienne étant très largement dépendante de l’activité d’exportation de matières premières (notamment métaux), celle-ci pourrait être directement impactée par l’émergence et la généralisation de politiques commerciales protectionnistes de la part des principales économies mondiales. Ce mardi, le dollar australien a reculé de plus de 0,5% face à l’euro et s’est rapproché de ses plus bas niveaux de l’année (pic en séance de A$1,5398 pour l’EUR/AUD vs A$1,5446 en 2018).

La Banque du Japon a opté mardi pour un statu quo de sa politique monétaire et laissé ses projections économiques, aussi bien croissance et inflation, inchangées. S’il reconnait quelques récents progrès en matière d’inflation, le gouverneur central juge néanmoins son niveau encore bien trop faible pour considérer un éventuel changement d’orientation monétaire à court et moyen terme. La banque centrale a ainsi renouvelé son soutien inconditionnel à l’économie et ainsi tenté de tuer dans l’œuf les récentes spéculations de possible réduction imminente du soutien monétaire de la banque. Malgré le maintien d’un biais accommodant, lequel a permis dans un premier temps de ramener temporairement la paire EUR/JPY au-dessus du seuil de ¥136, le retour des craintes de tensions commerciales en provenance des Etats Unis a finalement eu un impact plus important sur les marchés et provoqué une hausse de la demande en yen.On peut voir également dans la dynamique baissière du cours EUR/JPY une certaine influence du cours USD/JPY, lequel vient de briser le niveau psychologique de ¥110 pour la première fois en 4 mois.

Vos rendez-vous clés de la séance du mercredi 24 janvier 2018 : Chiffres de l’emploi au Royaume-Uni (10h30)…Premières enquêtes PMI de janvier en Zone Euro (10h00) et Etats Unis (15h30)…Accélération des exportations japonaises en 2017

Royaume-Uni (GBP) :   Un des évènements marquants de la journée de mercredi sera la publication des nouvelles statistiques de l’emploi au Royaume-Uni. Les derniers chiffres laissaient suggérer une pénurie de personnes qualifiées dans le pays, laquelle si elle se confirme pourrait initier une dynamique haussière sur les salaires dans le pays, et donc conforter voire renforcer les hauts niveaux d’inflation observés dans le pays (3,0% en décembre). Si tel est le cas, on pourrait alors voir poindre de nouvelles spéculations anticipant un nouveau resserrement monétaire plus tôt que prévu de la part des responsables monétaires britanniques (une seule hausse de taux, sur la fin d’année, est actuellement anticipée par les marchés), auxquelles la livre sterling ne serait pas insensible (biais haussier). D’après la médiane des projections des économistes sondés en amont de la publication de ces statistiques, cette dynamique ne devrait néanmoins pas s’observer sur les statistiques de novembre. Le taux de chômage est attendu stable à 4,3% tandis que les dynamiques de croissance des salaires incluant/excluant les bonus devraient également rester inchangées (consensus 2,5% / 2,3% A/A).

Zone Euro / Etats Unis (EUR & USD) : Ce mercredi matin seront publiées les premières enquêtes d’activité PMI de 2018 en Zone Euro, lesquelles devraient globalement conforter le maintien d’une solide dynamique de croissance dans la région. Les économistes sondés tablent sur un très léger fléchissement de l’activité manufacturière et du secteur privé en janvier. Sauf recul surprise bien plus important que prévu de ces indices d’activité, cela ne devrait pas avoir de véritable influence sur l’engouement actuel des marchés en euro. Des signaux de recul de l’activité en ce début d’année pourraient néanmoins initier quelques prises de bénéfices à la veille de la réunion de la BCE. Aux Etats Unis, les enquêtes d’activité préliminaires devraient confirmer le maintien d’une solide dynamique économique dans le pays.

Japon (JPY) : Si la croissance des exportations japonaises s’est révélée en décembre légèrement inférieure aux attentes (9,3% A/A vs consensus 10,1%), les estimations finales sur l’année 2017 indiquent un pic de 7 ans des exportations sur cette période. Cela tend à confirmer le redressement de l’économie japonaise l’année dernière, laquelle a très largement bénéficier d’une accélération de la croissance et des échanges à travers le monde. Le yen accentue ce matin son rebond face à l’euro et au dollar, bien aidé il faut le reconnaitre par l’impact psychologique auprès des investisseurs provoqué par le passage sous le seuil de ¥110 ; pour la 1ière fois depuis 4 mois ; de la paire de change USD/JPY.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

EUR/USD

La paire de change reste sur une dynamique ascendante, les fondamentaux économiques solides en Zone Euro et le contexte politique défavorable aux Etats Unis demeurant deux facteurs soutenant le maintien de celle-ci sur des hauts niveaux de valorisation, au-dessus de $1,23. Les investisseurs ne semblent en aucun cas craindre un éventuel rappel à l’ordre de la part de la BCE, ce qui laisse suggérer que cette dynamique pourrait s’intensifier en cas de signaux suggérant un prochain ajustement de la communication et le recentrage progressif du discours officiel, non plus sur le programme quantitatif mais sur l’orientation des taux directeurs. Le cours de change vient de toucher un nouveau pic de 3 ans à $1,2344 et semble parer à se lancer dans la course vers le niveau de $1,25. Attention toute de même à l’excès de confiance que sous-tend la volatilité actuelle du cours de change. Alors que beaucoup d’observateurs anticipent un premier resserrement monétaire cette année, le haut niveau actuelle de valorisation de l’euro pourrait néanmoins justifier une politique de temporisation de la part des responsables monétaires européens.

EUR/GBP

Après une légère correction technique la veille après l’atteinte lundi d’un pic de 5 semaines face à l’euro, la livre sterling consolide ses récents gains et se maintient toujours le niveau de £0,88 en attendant les nouvelles statistiques de l’emploi publiées ce matin au Royaume-Uni. Le regain d’intérêt pour la livre sterling, initié par une dissipation des incertitudes liées au Brexit consécutif aux récentes sorties publiques rassurantes de la part de divers responsables politiques européens, pourrait s’intensifier en cas d’accélération des salaires dans le pays. Celle-ci pourrait suggérer une possible hausse de l’inflation au-delà du niveau de 3% dans les prochains mois, ce qui ouvrirait la porte à une nouvelle intervention de la Banque d’Angleterre. Le prochain seuil support majeur sur la paire EUR/GBP est situé à £0,8730, ce niveau n’ayant été franchi qu’à une seule reprise lors des 7 derniers mois. Une fois ce seuil franchi, la paire pourrait alors prendre la direction de £0,86. À noter qu’en cas de chiffres décevants de l’emploi, un rebond de la paire au-dessus de £0,88 pourrait s’observer.

EUR/JPY

La paire tape ce matin à la porte des ¥135 sous l’impulsion d’un effet prolongé des craintes de nouvelles tensions commerciales initiées par les Etats Unis et le soutien positif de bonnes statistiques commerciales au Japon. Ce seuil apparaît comme un support technique clé pour les cambistes sur les récentes séances. La tentative de la Banque du Japon de désamorçage des récentes spéculations de réduction du soutien monétaire se révèle infructueuse face au retour de relents protectionnistes du côté de la Maison Blanche.

EUR/CHF

La paire EUR/CHF enregistre ce matin un recul important de plus de 0,3% malgré l’absence apparente d’éléments déclencheurs justifiant ce mouvement. Ce recul semble faire écho à la correction de la veille (-0,14%) et pourrait traduire une baisse de l’appétence au risque des marchés à l’approche de la réunion de la BCE programmé ce jeudi et en réaction au retour de craintes de tensions commerciales suite aux actions menées mardi par les Etats Unis (hausse substantielle des droits de douane sur les panneaux solaires et machines à laver à l’import). Le seuil de ₣1,1680 fait toujours figure de support important pour le cours de change.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.