Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

janv. 16, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 16 janvier 2018 - L’humeur des marchés (fin de séance asiatique/début de séance européenne) :

  • L’euro corrige légèrement face à l’ensemble de ses pairs (entre 0,0% et 0,3% face aux devises du G10) alors que l’agence Bloomberg évoque un supposé refus de la branche berlinoise du SPD de former une coalition avec la CDU d’Angela Merkel.
  • Saturation observée des positions longues en euro sur les marchés à terme américains. Possible dégonflement à prévoir de l’enthousiasme général à l’égard de la devise européenne (prime à l’achat onéreuse).
  • Recul de la paire EUR/GBP sous £0,89 en amont des nouvelles statistiques d’inflation publiées ce matin.
  • Le ministre des finances japonais a fait part ce matin de ses inquiétudes à l’égard du récent rebond du yen, notamment face à l’USD. Les investisseurs craignent une possible intervention du gouvernement sur les marchés des changes. L’EUR/JPY reste stable au-dessus de ¥135.
  • La banque centrale chinoise a rehaussé ce matin le taux pivot du yuan à son plus haut niveau depuis 2 ans face au dollar américain au lendemain de l’annonce de la banque centrale allemande d’augmenter ses réserves en yuan. Paire EUR/CNH stable autour de ¥7,88.
  • Solide rebond du rand sud-africain (+0,7% vs EUR) sous l’élan d’une cassure d’un niveau technique face au dollar américain. Consolidation des positions avant la réunion monétaire de jeudi. Recul de la paire EUR/ZAR sous le seuil de ZAR 15,0 ce matin.                                      

Résumé de la séance précédente (lundi 15 janvier 2018) : L’euro poursuit son rebond…Le dollar chute à son plus bas niveau depuis 3 ans…La liquidation de Carillion cause des maux de tête à Theresa May

Le rebond de l’euro s’est prolongé ce lundi pour la 3ième séance consécutive, l’absence de données économiques majeures et la fermeture des marchés américains offrant le champ libre aux acheteurs d’euro d’accroître leurs positions. La valorisation de l’euro, notamment face au dollar américain ou au franc suisse, reste encore très éloignée de ses niveaux historiques moyens, d’où la présence de points d’entrée encore attractifs sur les marchés à terme pour ceux qui croient dans le potentiel haussier de la devise européenne. L’euro a ainsi très largement bénéficié ce lundi d’une hausse substantielle d’achat de contrat option pariant sur une nouvelle appréciation de la devise européenne dans le temps (« call »). Ainsi, la paire EUR/USD a franchi aisément le palier des $1,22, échouant de peu à toucher celui de $1,23 (pic recensé à $1,2296), tandis qu’à l’occasion du 3ième anniversaire de l’abandon par la Banque Nationale Suisse du taux plancher de₣1,20 la paire EUR/CHF se payait un nouveau pic de 3 ans à₣1,1831. Au total l’euro a engrangé un gain cumulé de 2,7% face au dollar américain et de 1,0% face au franc suisse sur les trois dernières séances. On peut penser que cette dynamique devrait s’atténuer légèrement dans les prochains jours, la faute à une saturation des positions acheteuses d’euro qui rend les primes des contrats à terme anticipant un nouveau rebond de la devise européenne peu attractive car désormais très onéreuses. En effet, les statistiques de l’agence américaine CFTC publiées ce lundi signalent que sur la semaine du 9 au 12 janvier 2018, les positions nettes des contrats à l’achat sur l’euro par rapport au dollar américain ont atteint un plus haut historique.

Sous l’influence d’un nouveau rebond de l’euro et de la faible liquidité sur les marchés financiers, alors que les banques américaines étaient fermées en ce jour de célébration de la naissance de Martin Luther King, le dollar américain a chuté à son plus bas niveau depuis 3 ans face à un panier de réserves. Après s’être dépréciée de près de 10% en 2017, enregistrant au passage sa pire performance annuelle depuis 14 ans, la devise américaine semble en mesure de s’affaiblir davantage en 2018. Cela participe à une correction « naturelle » en partie due à une réorientation des intérêts des investisseurs vers les devises aux valorisations dépréciées de pays s’apprêtant à enclencher un nouveau cycle de normalisation monétaire (ie cycle de hausse de taux) pour répondre au retour d’une croissance économique soutenue. En perdant son statut de « pionnier », le dollar américain est voué à corriger de sa position actuellement encore surévaluée.

La liquidation annoncée lundi de l’entreprise privée britannique Carillion – refus des banques de prêter davantage à cette entreprise dont l’endettement s’élève à £1,5Mds – pourrait causer de nouveaux maux de tête à la première ministre Theresa May. En effet, de part ses multiples activités dans les secteurs de la santé, construction, défense et transport, l’entreprise a pallié au rôle de l’Etat sur toute une série de services publics. Outre l’arrivée sur le marché de l’emploi de 20 000 nouvelles personnes (nombre total d’employés par l’entreprise au Royaume-Uni), cela relance les débats sur la dissociation des activités publiques et privées, thème cher aux travaillistes. La chute de Carillion pourrait provoquer à court terme une paralysie partielle, ou du moins d’importants dysfonctionnements, dans la délivrance de certains services de base. Cible régulière des critiques pour sa mauvaise gestion du Brexit, Theresa May pourrait à nouveau être remise en cause. Malgré une solide résilience au récent rebond de l’euro, la livre sterling a subi lundi un petit « effet Carillion » et s’est offert une petite glissade à £0,89 face à la devise européenne.

Vos rendez-vous clés de la séance de mardi 16 janvier 2018 : Légère décélération de l’inflation attendue au Royaume-Uni (10h30)… Recul confirmé de l’inflation en Allemagne en décembre & nouvelles incertitudes autour de la future coalition

Royaume-Uni : On avait quitté le Royaume-Uni en décembre dernier sur une nouvelle hausse de l’inflation à un pic de près de 6 ans de 3,1% (en rythme annuel). Cette nouvelle accélération des prix avait à l’époque pris de court aussi bien les marchés que les responsables monétaires britanniques, lesquels se seraient bien passés de devoir se pencher ; de manière aussi prématurée ; sur la question d’un nouveau resserrement monétaire dans le pays. Le contexte économique reste sérieusement dégradé la faute aux incertitudes persistantes concernant le Brexit et les répercussions économiques qui en résulteront. Alors que se profile dans un peu plus d’un mois, une réunion monétaire en marge de laquelle la Banque d’Angleterre publiera ses nouvelles projections économiques, un maintien ce mardi (statistiques dévoilées à 10h30) de l’inflation sur des niveaux supérieurs à 3% pourrait pousser les responsables britanniques à revoir leurs plans initiaux et à considérer sérieusement la possibilité d’un nouveau resserrement monétaire à court terme. Un tel scénario pourrait alors initier un regain d’intérêt des investisseurs pour la livre sterling et ses rendements « potentiellement » plus attractifs. Les économistes tablent sur un léger ralentissement de la dynamique de prix général de 3,1% à 3,0%, ce qui alors offrirait l’occasion aux banquiers centraux britanniques de temporiser un peu. Les investisseurs anticipent actuellement – d’après les positions sur les marchés à terme - une possible intervention au mois de mai.

Allemagne : La seconde lecture des chiffres d’inflation en Allemagne au mois de décembre est venue confirmer les premières estimations publiées un peu plus tôt cette année, à savoir un léger recul de la dynamique annuelle de prix de 1,8% à 1,7%. Pas de réelles surprises donc pour les marchés. La réelle inquiétude porte ce matin sur la nouvelle « grande coalition » en Allemagne entre CDU et SPD dont la mise en place officielle reste encore soumise aux votes des militants sociaux-démocrates, lesquels seront sondés ce dimanche à l’occasion du congrès national du parti. Ce matin, l’agence Bloomberg révèle que la branche berlinoise serait en désaccord avec ce projet de nouvelle alliance avec le parti d’Angela Merkel. Cette nouvelle vient souffler ce matin un petit vent d’incertitude sur les marchés européens et vient rappeler que, malgré l’accord de principe conclu la semaine dernière entre les deux principaux partis du pays, un risque d’échec (aussi minime soit-il) subsiste tant que rien n’a été officialisé.

République Tchèque :   Les parlementaire tchèques pourraient adresser ce mardi un vote de défiance à l’égard du premier ministre actuel Andrej Babis et son gouvernement minoritaire, alors que ce dernier est accusé de fraudes aux subventions européennes. Bien que bénéficiant d’une opinion publique toujours très favorable, Babis, qui a du faire face au refus des différents partis du pays à former une alliance pour former une majorité parlementaire, pourrait voir son avenir peu à peu s’assombrir en cas de remise en cause de son autorité au parlement. Le cours EUR/CZK repose depuis le début de l’année sur un support solide de CZK 25,5 et apparaît peu sensible au récent rebond de l’euro. La paire pourrait malgré tout enregistrer un petit rebond si le retour d’incertitudes politiques en République Tchèque engendre quelques sorties de capitaux de la part d’investisseurs étrangers nerveux.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

 

EUR/USD

Malgré l’apparition d’un léger nuage dans le ciel allemand (recul confirmé de l’inflation en décembre & opposition de la branche berlinoise du SPD à former une coalition avec la CDU), l’euro fait preuve d’une relative résilience et profite de la faiblesse actuelle du dollar américain pour rester sur des hauts niveaux de valorisation (au-dessus de $1,22). La barrière de $1,23 apparaît comme le nouveau palier psychologique majeur pour les acheteurs d’euro, néanmoins la paire EUR/USD pourrait manquer de leviers haussiers ce mardi pour tenter un nouvel assaut en direction de ce seuil. Le contexte économique et monétaire reste favorable à la paire néanmoins celle-ci reste sous la menace d’une légère correction alors qu’un accord au Congrès américain sur une extension du plafond d’endettement se fait toujours attendre. La réouverture des marchés américains ce mardi pourrait venir soutenir un léger rebond du dollar et marquer une pause dans l’ascension récente de la paire (+2,7% sur les 3 dernières séances).

EUR/GBP

La volatilité de la paire de change sera très sensible aux résultats des nouveaux chiffres d’inflation publiés ce matin au Royaume-Uni. Si l’inflation se maintient au-dessus du niveau de 3,0%, cela pourrait venir conforter les spéculations à l’encontre d’un scénario de hausse prématurée de taux d’intérêt par la Banque d’Angleterre en 2018 alors que se profile début février (8 février) une réunion monétaire en marge de laquelle la banque publiera ses nouvelles projections économiques. À cette occasion, la paire EUR/GBP pourrait enregistrer un important recul et venir tester son support de £0,88, lequel n’a pas été encore franchi en 2018, et potentiellement se diriger vers son autre support de £0,8730. En cas de recul plus important de la dynamique des prix au Royaume-Uni - sous 3,0% - cela pourrait à l’inverse offrir un peu d’air aux responsables britanniques, lesquels seraient alors confortés pour maintenir un statu quo sur ses taux pendant une période prolongée. Dans ce contexte, la paire consoliderait sa position actuelle autour du seuil de £0,89.

EUR/CHF

L’apparition de petites incertitudes ce matin en Allemagne vient grignoter une partie des gains engrangés par l’euro depuis vendredi et la dissipation des incertitudes politiques suite à l’accord de principe conclu entre la CDU et le SPD pour former une nouvelle coalition politique. Les risques restent à l’heure actuelle plutôt modérée d’où la faible magnitude du recul de la paire EUR/CHF ce matin, laquelle reste toujours proche de son nouveau « seuil plafond » de₣1,18. Une petite correction après l’emballement des derniers jours apparait tout à fait naturelle, néanmoins le contexte actuel reste toujours très favorable à l’euro d’où un potentiel baissier modeste.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.