Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

janv. 10, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 10 janvier 2018 - L’humeur des marchés (fin de séance asiatique/début de séance européenne) :

  • Après 3 séances consécutives de recul, l’euro reprend quelques couleurs face au dollar et à la livre sterling. Après la correction vient l’heure de la « stabilisation ». L’EUR/USD regarde vers $1,1950 tandis que l’EUR/GBP prend la direction de £0,8850.
  • L’EUR/NOK poursuit sa correction (-3,5% depuis le 20 dec.) et s’approche tout près du seuil de NOK 9,60 alors que l’inflation en Norvège a enregistré en décembre une accélération bien plus importante que prévu.
  • Le yen poursuit quant à lui son rebond face à l’euro et oscille désormais sous le niveau de ¥134 – une première depuis 3 semaines. La devise japonaise reste très sensible aux spéculations monétaires de réduction du soutien de la BOJ, et aux mouvements sur les rendements obligataires qu’elles impliquent. Taux 10 ans japonais à un pic de 6 mois ce matin (0,085%).
  • La couronne suédoise rebondit de 0,4% et l’EUR/SEK chute sous SEK 9,80 conséquemment à la publication ce matin en Suède du compte rendu de la réunion monétaire de décembre dans lequel le gouverneur central indique qu’un changement d’orientation monétaire approche.                                         

Résumé de la séance précédente (mardi 9 janvier 2018) : L’EUR/USD poursuit sa correction…L’EUR/CHF rebondit alors que la BNS semble continuer son travail de l’ombre…Le yen interrompt sa dynamique baissière sur fond de spéculations sur les futurs choix de la Banque du Japon (BOJ)… Une imbroglio fait bondir le rand de plus de 1%...La banque centrale chinoise révise sa méthodologie de calcul du yuan

Malgré la publication de bons fondamentaux en Zone Euro (rebond significatif de la production industrielle en Allemagne et recul du chômage à 8,7% en Zone Euro pour la 1ière fois depuis début 2009), l’EUR/USD a connu mardi sa 3ième séance consécutive de baisse (-0,25% à $1,1935) – perte cumulée de 1,1% depuis vendredi – sous l’impact d’une hausse soutenue des investisseurs en dollar eu égard une nouvelle attractivité résultant de marchés actions américains qui continuent jour après jour de battre des records historiques (indice Dow Jones ˃ 25 000pts) et d’une hausse significative des rendements d’emprunts d’Etat américain de longues maturités (taux 10 ans de retour au-dessus de 2,5% pour la 1ière fois depuis près de 10 mois et taux 30 ans de retour au-dessus de 2,9% pour la 1ière fois depuis 2 mois ½). Les investisseurs ont été très certainement échaudés par les récentes hautes valorisations de l’euro ; proches de $1,21 ; alors que l’inflation en Zone Euro ne montre toujours aucun réel signe d’accélération (cf statistiques de vendredi dernier). Le mouvement correctif semble néanmoins décélérer à l’approche de la barrière de $1,19 qui constitue un vrai test pour la paire de change.

Après un bref retour lundi sous le niveau de ₣1,17, la paire EUR/CHF a rapidement repris sa marche en avant (+0,35% à ₣1,1736), bien aidé il faut le reconnaitre par les divergence de dynamique économique observée aux travers des statistiques publiées mardi en Suisse (contraction en novembre - pour le 2nd mois consécutif - de la dynamique annuelle de croissance des ventes au détail) et en Zone Euro (baisse du chômage à un plus bas depuis ~9 ans), et de nouveaux signes supposés d’influence de la banque centrale suisse sur les marchés des changes. En effet, les statistiques mensuelles du montant des réserves de change de la Banque Nationale Suisse (BNS) publiées mardi indiquent que celles-ci ont progressé de quasiment ₣6Mds au mois de décembre, laissant suggérer au passage la continuité d’une activité intense de la banque pour maintenir le franc à un niveau de valorisation bas (compétitivité recherchée pour soutenir l’économie).

Cela faisait presque 2 mois que l’on n’avait pas vu le yen connaître un pareil rebond face à l’euro. La devise japonaise a rebondi de +0,65% mardi, et de près de 1,2% depuis lundi face à l’euro, sous l’impulsion de nouvelles spéculations des marchés autour d’un scénario de changement d’orientation monétaire à venir de la part de la Banque du Japon et d’une réduction graduelle du soutien monétaire opéré par cette dernière (programme actuel de rachats d’actifs de l’ordre de ¥80Trn/an). Aux yeux des marchés, il ne fait nulle doute que la réduction des rachats d’emprunts d’Etat japonais de longue maturité, annoncée mardi, n’est pas anodine et traduit très certainement une velléité des responsables monétaires japonais de recalibrage de la politique monétaire, qui reste actuellement toujours très accommodante. Après un bref passage la semaine dernière au-dessus de ¥136, le cours EUR/JPY vient de briser consécutivement les barrières de ¥135 et ¥134 et oscille mercredi matin à son plus bas niveau depuis plus de 3 semaines.

En bref ce mardiLe rand a enregistré un rebond de plus de 1,4% hier face à l’euro en cours de séance suite à une annonce erronée d’une démission du président Jacob Zuma. Une fois la rumeur dissipée, le cours EUR/ZAR a réussi à effacer une partie des pertes engrangées mais a malgré tout terminé la séance dans le rouge (-0,56% à ZAR 14,73)…Après avoir atteint lundi son plus haut niveau depuis plus de 3 mois face au dollar américain (sous ¥6,48), le yuan chinois a enregistré mardi sa plus forte chute en séance depuis mi-octobreface au billet vert (-0,45% à ¥6,5263) suite à l’annonce par la banque centrale chinoise d’un changement de méthodologie de sa part dans le calcul quotidien du taux pivot du yuan, désormais la valorisation de la devise chinoise sera davantage sensible aux forces de marché (offre/demande). Après deux séance consécutives de baisse, le cours EUR/CNH a quant à lui repris un peu de couleur et s’est éloigné de son support de ¥7,75 vers lequel il s’était fortement rapproché ces derniers temps (+0,34% mardi à ¥7,8010).

Vos rendez-vous clés de la séance de mercredi 10 janvier 2018 : Rebond plus important que prévu de l’inflation en Norvège…Statistiques industrielles et commerciales au Royaume-Uni (9h30)…Compte rendu de la réunion monétaire de décembre en Suède (10h30)…Première réunion monétaire de l’année 2018 en Pologne (13h00)

Norvège : Après plusieurs mois de croissance molle des prix en Norvège (indice de base observé à son plus bas niveau en 4 ans au mois d’août), l’inflation dans le pays a véritablement décollé au mois de décembre. Si cette accélération était attendue par les marchés, sa magnitude se révèle cependant bien plus importante que ce qui était anticipé. La dynamique annuelle de l’indice de prix général progresse de 1,1% à 1,6% (pic de 3 mois), mais plus important l’indice de base (panier excluant les produits aux prix les plus volatils tels que l’énergie et la nourriture) rebondit quant à lui de 1,0% à 1,4% et atteint ainsi son plus haut niveau depuis 6 mois. Cette accélération des prix en Norvège, même si cette dynamique demande à être confirmée dans les prochains mois, donne du grain à moudre à un scénario de possible 1ière hausse de taux dans le pays d’ici la fin d’année, comme cela l’a été évoqué le mois dernier par le gouverneur central de la Norges Bank. Il n’en fallait pas plus comme argument aux acheteurs de couronne norvégienne pour que ces derniers augmentent leurs positions. La devise norvégienne poursuit son rebond face à l’euro, qui s’élève actuellement de plus de 3,5% depuis le point bas touché le 20 décembre dernier, et s’approche tout près ce matin du support de NOK 9,60 (barrière qui n’a plus été franchie depuis le 14 nov. dernier).

Royaume-Uni : Ce matin, le Royaume-Uni publiera ses nouvelles statistiques de production industrielles et manufacturière, ainsi que les résultats de son activité commerciale au mois de novembre. Les économistes sondés en amont de ces publications anticipent un modeste rebond de 0,3% de l’activité industrielle à cette période et sur un déficit commercial relativement stable (consensus -£10,7Mds vs -£10,8Mds en octobre). En cas de distorsions des résultats par rapport aux attentes actuelles des marchés ; à la hausse comme à la baisse ; la livre sterling pourrait alors enregistrer quelques pics de volatilité.

Suède : En décembre dernier, la banque centrale suédoise a annoncé la fin définitive de son programme quantitatif et réitéré sa projection d’un possible premier resserrement monétaire d’ici la mi-année.  Les responsables monétaires suédois ont néanmoins fait part de leur prudence à l’égard de la dynamique d’inflation dans le pays qui s’est avérée être moins stable qu’espéré durant la seconde moitié de l’année 2017. Le compte rendu de la réunion de décembre pourrait nous offrir davantage de détails sur le positionnement actuel des responsables monétaires suédois et demeurer une grille de lecture importante des futures décisions de la banque alors que se profile ce vendredi la publication des nouvelles statistiques d’inflation en Suède (consensus : 1,8% A/A vs 1,9% en novembre). Une rhétorique prudente de la part des responsables monétaires suédois à l’égard de la dynamique d’inflation dans le pays, couplé à un ralentissement des prix ce vendredi pourraient initier un recul significatif de la couronne suédoise. À cette occasion, le cours EUR/SEK pourrait faire son retour au-dessus du seuil de SEK 9,85.

Pologne : En début d’après-midi, la banque centrale polonaise publiera le compte rendu de sa première réunion monétaire de l’année. Selon toute vraisemblance, la banque centrale polonaise devrait opter pour un nouveau statu quo monétaire et maintenir ses taux directeurs inchangés à 1,5%. Les marchés seront très attentifs à la rhétorique employée par les responsables monétaires polonais alors que de nombreux observateurs anticipent une possible hausse de taux prématurée en 2018 destinée à éviter une surchauffe de l’économie. Le maintien d’une rhétorique prudente, qui se matérialiserait pas la réitération d’une volonté de la banque de maintenir ses taux stables durant toute l’année 2018, pourrait accentuer la correction du zloty observée depuis le début de la semaine. Après un bref passage sous le niveau de PLN 4,15 la semaine dernière (plus bas niveau depuis août 2015), le cours EUR/PLN prend tout droit la direction du seuil de PLN 4,20.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

EUR/USD

Le calendrier économique relativement léger ce mercredi en Zone Euro et aux Etats Unis pourrait donner l’occasion à la paire de se stabiliser et de stopper la chute amorcée vendredi dernier. Si la récente haute valorisation de la paire apparaissait quelque peu exagérée, la bonne santé économique de la Zone Euro, illustrée par les récentes statistiques publiées cette semaine (fort rebond des ventes au détail, hausse de la confiance des ménages et entreprises, et baisse du chômage), reste un argument en faveur de la devise européenne. L’approche du support de $1,19 semble avoir été considéré par les investisseurs acheteurs d’euro comme un point d’entrée attractif sur la paire, d’où le rebond modeste de la paire à $1,1950 observé ce mercredi matin. Malgré l’important rebond des rendements des emprunts d’Etat américains de longues maturités, les divergences observées cette semaine dans les rangs des membres de la Fed et l’approche ce vendredi des nouvelles statistiques d’inflation aux Etats Unis ; qui pourraient à nouveau décevoir semblent réfréner ce mercredi l’intérêt des marchés pour le dollar américain.   

EUR/GBP

La pause dans les négociations du Brexit et le calendrier économique relativement « pauvre » au Royaume-Uni maintiennent la paire EUR/GBP dans un semblant d’inertie. Les effets bénéfiques observés en réaction à l’annonce du remaniement ministériel opéré par Theresa May lundi se sont déjà évaporés et ne constituent pas un levier assez important pour assurer un retour de la paire sous le seuil de £0,88, lequel apparaît un seuil psychologique important pour les investisseurs. La paire EUR/GBP a déjà significativement corrigé lors des 3 dernières séances  ( plus de 1%), il est donc peu probable que cette correction s’intensifie. Sauf surprise des statistiques d’activité industrielle et commerciale publiées ce matin, la paire EUR/GBP pourrait continuer de rester en sommeil encore quelque temps, du moins encore jusqu’au début de la semaine prochaine où se profile mardi la publication des nouvelles estimations d’inflation dans le pays. Ce rapport pourrait avoir s’avérer déterminant dans les débats monétaires à venir en février au sein de la Banque d’Angleterre.

EUR/JPY

La correction se poursuit ce matin et la paire EUR/JPY fait son retour sous le niveau de ¥134 pour la 1ière fois depuis plus de 3 semaines. Le yen reste toujours fortement sensible aux spéculation monétaires actuelles (voir résumé de la séance de mardi) dont l’influence sur les rendements obligataires est conséquente. Le taux 10 ans japonais que la Banque du Japon est supposée maintenir artificiellement à 0% - grâce à une politique de rachats massifs d’actifs – atteint ce matin un pic de 6 mois à 0,085%. Le seuil de ¥134 brisé, la paire de change a désormais le champ libre pour venir tester prochainement le seuil de ¥132 (support observé au T4 2017).

EUR/CHF

Compte tenu du calendrier économique léger en Europe ce mercredi et de la volatilité récente enregistrée par la paire EUR/CHF, la séance de mercredi pourrait demeurer plutôt calme. Si l’on distingue peu de leviers susceptibles d’offrir l’opportunité à la paire de repasser au-dessus du seuil de ₣1,1750, à l’inverse il n’y a pas dans le même temps d’éléments tangibles suggérant un éventuel recul sous ₣1,17. Sauf larges mouvements inattendus des paires EUR/USD et/ou EUR/GBP ; dont l’influence sur le cours EUR/CHF est indéniable lors de faibles régimes de volatilité ; la paire pourrait profiter de ce moment de répit dans le calendrier pour se stabiliser au sein de la bande de fluctuation étroite de₣1,1700-1,1750.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.