Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

nov. 08, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • La livre sterling subit ce matin la montée des craintes des investisseurs à la veille du nouveau tour de table sur le Brexit. Le cours EUR/GBP progresse de 0,4% à £0,8830 (Voir La paire du jour).
  • Le cours EUR/USD a fait sa réapparition ce matin sur les niveaux de $1,16 après avoir échoué hier à briser le niveau de $1,1550. Une volatilité actuellement guidée par le différentiel de taux (voir Focus #1 de la veille). Le dollar fait face aux premiers revers électoraux du camp républicain (voir Focus #1 du jour) et aux signes de divergences lors des premiers débats parlementaires sur la réforme fiscale.
  • La paire EUR/JPY teste à nouveau son support de ¥132 ce matin. Nervosité des marchés avant la rencontre entre D. Trump et X. Jinping (voir Focus #2 du jour).
  • Léger rebond du dollar néo-zélandais (EUR/NZD sous NZ$ 1,68) avant la décision de la RBNZ ce soir (voir Focus #3 du jour).

Les trois faits marquants de la séance de mardi 7 novembre 2017 : #1 L’EUR/USD poursuit sa glissade sur fond de divergences monétaires, #2 Correction des prix du pétrole après leur envolée du début de semaine , et #3 La banque centrale roumaine envoie le leu à son plus bas niveau depuis août 2012

#1 – EUR/USD : Le cours de change poursuit sa glissade et a enregistré mardi sa 3ième séance consécutive de recul (-0,21% à $1,1585), principalement sous l’impulsion d’un élargissement des écarts de rendements entre les taux européens et américains. Depuis la réunion de la BCE de fin octobre et l’officialisation d’une politique prudente de réduction de son soutien monétaire, les investisseurs recommencent à parler de divergences monétaires entre Etats Unis et Zone Euro. À ce propos, on observe une hausse des anticipations d’un accroissement de ces divergences dans les prochains mois compte tenu le contexte économique aux Etats Unis actuellement favorable à une poursuite par la réserve fédérale américaine (Fed) de la politique graduelle de hausse de taux d’intérêt. Sous l’impulsion d’une hausse du taux 2 ans américains à un pic de plus de 9 ans de 1,63% et d’un élargissement de l’écart de rendements entre les taux 2 ans américains et allemands à un pic de 18 ans (239pbs), l’EUR/USD a touché mardi son plus bas niveau depuis 3 mois ½ (20 juillet) à $1,1552.

À noter que la paire EUR/USD fut très largement impactée par la déception des marchés à la lecture en début de séance européenne d’une contraction deux fois plus importante que prévu de la production industrielle allemande en septembre (-1,6% M/M vs consensus -0,8%). Le rebond plus important que prévu des ventes au détail en Zone Euro en septembre (+0,7% M/M vs consensus +0,6%) – plus forte performance en 11 mois – n’a pas réellement réussi à infléchir les pressions baissières sur le cours de change, l’approche du support technique de $1,1550 jouant davantage ce rôle de bouclier auprès des investisseurs. Le cours de change a effacé une partie de ses pertes dans l’après-midi et en soirée alors que de premiers échos de divergences entre parlementaires républicains sur le texte de réforme du code fiscal ont été relayés dans les médias. D’après le Washington Post, l’adoption du texte au Sénat pourrait prendre un peu plus de temps que prévu.

#2 – Pétrole (CAD) : Après avoir atteint un pic de plus de 2 ans lundi, les cours du pétrole ont légèrement corrigé mardi notamment sous l’impulsion d’un rapport publié par l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) indiquant que la production en pétrole des pays hors du cartel allait augmenter dans les prochaines années, et notamment aux Etats Unis. L’offre en pétrole de ces pays a été revue à la hausse, et devrait progresser de 57Mln barils/j à 62Mln brl/j à horizon 2022. Même s’il est difficile de quantifier pour l’heure son impact sur les prix du pétrole, cette hausse pourrait potentiellement saper les efforts des membres de l’OPEP à rétablir un équilibre entre offre et demande sur les marchés mondiaux. L’indice Brent a reculé mardi de 0,9% à $63,7, tandis que l’indice WTI a enregistré des pertes beaucoup plus modestes (-0,3%) et s’est maintenu au-dessus de $57. Après avoir chuté lundi sous le niveau de C$1,48 pour la 1ière fois en 2 semaines, le cours EUR/CAD a enregistré un rebond de 0,4% et est repassé mardi au-dessus de ce seuil (C$1,4802 en clôture / pic de séance à C$1,4837). Outre le recul des prix du pétrole, la devise canadienne n’a pas pu bénéficier de soutien de la part du gouverneur central, lequel a justifié mardi l’approche prudente en matière de hausse de taux tout récemment adoptée par la banque centrale en octobre.

#2 – Pétrole (CAD) : Après avoir atteint un pic de plus de 2 ans lundi, les cours du pétrole ont légèrement corrigé mardi notamment sous l’impulsion d’un rapport publié par l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) indiquant que la production en pétrole des pays hors du cartel allait augmenter dans les prochaines années, et notamment aux Etats Unis. L’offre en pétrole de ces pays a été revue à la hausse, et devrait progresser de 57Mln barils/j à 62Mln brl/j à horizon 2022. Même s’il est difficile de quantifier pour l’heure son impact sur les prix du pétrole, cette hausse pourrait potentiellement saper les efforts des membres de l’OPEP à rétablir un équilibre entre offre et demande sur les marchés mondiaux. L’indice Brent a reculé mardi de 0,9% à $63,7, tandis que l’indice WTI a enregistré des pertes beaucoup plus modestes (-0,3%) et s’est maintenu au-dessus de $57. Après avoir chuté lundi sous le niveau de C$1,48 pour la 1ière fois en 2 semaines, le cours EUR/CAD a enregistré un rebond de 0,4% et est repassé mardi au-dessus de ce seuil (C$1,4802 en clôture / pic de séance à C$1,4837). Outre le recul des prix du pétrole, la devise canadienne n’a pas pu bénéficier de soutien de la part du gouverneur central, lequel a justifié mardi l’approche prudente en matière de hausse de taux tout récemment adoptée par la banque centrale en octobre.

#3 – Roumanie (RON) : Le leu roumain a reculé de près de 1% face à l’euro et chuté à son plus bas niveau depuis août 2012 (pic recensé à RON 4,6375) en réaction aux commentaires du gouverneur central roumain indiquant qu’il envisageait désormais de procéder à un encadrement plus flexible de la volatilité de la devise, et recentrer plutôt les efforts sur un contrôle des taux d’intérêt. Par ailleurs, la banque centrale roumaine n’a laissé transparaître aucun signe de précipitation à vouloir rehausser les taux directeurs ; actuellement à 1,75% ; malgré la perspective d’une accélération de l’inflation à court terme (projections d’inflation à 1,9% en 2017 et 3,2% en 2018). La banque veut se laisser le temps d’étudier la durabilité de cette dynamique avant de considérer une action qui pourrait déstabiliser l’économie. Si le volet monétaire a encore été mardi déterminant dans la volatilité du cours EUR/RON, le leu roumain fait également face à une montée croissante des craintes des investisseurs étrangers à l’égard de la réforme fiscale que souhaite mettre en place le gouvernement. Le projet de baisse de l’impôt sur le revenu (de 16% à 10%) et de réduction des cotisations sociales ; désormais à la charge des salariés ; pourrait totalement déstabiliser l’économie du pays pointent du doigt certains économistes.

Les trois évènements clés à suivre lors de la séance de mercredi 8 novembre 2017 – #1 Premiers revers électoral pour le camp républicain US , #2 Potentielle nervosité des marchés en amont de la rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping & #3 Décision monétaire en Nouvelle Zélande (21h00)

USD

#1 – Etats Unis (USD) :   Les élections fédérales anticipées qui se sont tenues dans les Etats de Virginie et du New Jersey se sont conclues par une victoire de deux candidats démocrates. Ce résultat apparaît, en première lecture, comme un possible signe avant-coureur de remise en cause par les électeurs de la politique menée par la Maison Blanche, dont les résultats se font toujours attendre après plus de 9 mois de gouvernance. Ce résultat sonne véritablement comme un premier avertissement adressé à Donald Trump en amont des élections de mi-mandat programmées en novembre 2018 quand on sait que le candidat républicain défait en Virginie, Ed Gillespie, avait les faveurs et était soutenu par le président américain. Alors qu’historiquement aucun gouvernement américain au pouvoir ne parvient à conserver sa majorité parlementaire à l’occasion des élections de mi-mandat, Donald Trump et le camp républicains pourraient ne pas échapper à la règle.

Ce matin le cours EUR/USD accusait un léger rebond et prenait la direction de $1,16. Lors de cette séance « pauvre » en publications économiques, les mouvements obligataires et l’actualité politique (rencontre D. Trump/X. Jinping observée) devraient régir la volatilité de la paire. Celle-ci pourrait à nouveau tenter un retour au-dessus de ce seuil clé de $1,16 ce mercredi à moins que de nouveaux éléments favorables concernant le processus d’adoption de la réforme fiscale américaine l’en empêchent.   

JPY - CNY

#2 – Etats Unis/Chine (JPY & CNY) :  La volatilité sur les marchés des changes pourraient être marquée par les anticipations des marchés en amont du nouveau tour de discussion sur le Brexit programmé jeudi, mais surtout par un possible regain de nervosité des investisseurs en amont de l’arrivée de Donald Trump en Chine et de sa rencontre avec le président chinois Xi Jinping. Ce dernier a vu ses pouvoirs très largement renforcés en octobre à l’occasion du 19ième Congrès national du parti communiste et devrait tenter de faire valoir ses intérêt auprès du président américain, lequel tente actuellement rétablir l’influence des Etats Unis sur le continent. La problématique nord-coréenne et des échanges commerciaux devraient vraisemblablement être au centre des discussions entre les deux dirigeants, seulement celles-ci pourraient se conclure sans aucune annonce majeure. Recherchant le soutien de la Chine pour réguler et réfréner les ambitions militaires de son partenaire historique nord-coréen, Donald Trump pourrait se montrer moins virulent qu’à l’ordinaire sur le volet économique. Les devises asiatiques telles que le yen ou encore le yuan seront très certainement sensibles aux déclarations faites en marge de cette rencontre. Des signes de nouvelles tensions pourraient en effet alimenter une hausse de la demande pour ces deux devises de la part d’investisseurs apeurés.

Le cours EUR/JPY repose toujours sur son support de ¥132 ce matin, tandis que la paire EUR/CNH faisait son retour ce matin au-dessus du seuil de ¥7,70 sous l’impulsion d’un renforcement de l’euro.

NZD

#3 –  Nouvelle Zélande (NZD):  La banque centrale néo-zélandaise (RBNZ) devrait vraisemblablement maintenir ses taux inchangés à 1,75% ce soir si on se base sur les projections des économistes et les positions actuelles sur les marchés à terme (probabilité implicite de 1% d’une annonce de baisse de taux ce soir). La réaction du dollar néo-zélandais devrait être sensible aux ajustements des projections économiques publiées par la banque en marge de sa décision monétaire. Une révision à la hausse des projections d’inflation, comme certains observateurs l’anticipent, pourrait dissiper les doutes des investisseurs et entraîner un rebond du dollar néo-zélandais, dont la valorisation actuelle intègre l’idée d’un biais baissier insufflé par la stratégie monétaire prudente de la RBNZ. À cette occasion, le EUR/NZD pourrait poursuivre son mouvement baissier amorcé en fin de mois d’octobre et tenter de casser le support de NZ$ 1,67.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.