Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

oct. 30, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • Rebond de l’euro en ce début de semaine après la forte correction subie la semaine dernière suite à la réunion de la BCE.
  • Stabilisation attendue de la situation politique en Espagne après l’officialisation de la mise sous tutelle de la Catalogne par le gouvernement de M. Rajoy. Réactions des indépendantistes à suivre cette semaine.
  • L’EUR/USD s’éloigne du seuil de $1,16 et oscille ce matin autour de $1,1630/40. Chiffres d’inflation en Allemagne et aux Etats Unis (PCE) à suivre cette après-midi.
  • Livre sterling stable autour de  £0,8850 – Certain attentisme avant la réunion de la Banque d’Angleterre de jeudi durant laquelle une 1ière hausse de taux en 10 ans pourrait être annoncée.
  • L’EUR/CAD repasse au-dessus du niveau de C$1,49 ce matin malgré le nouveau rebond de l’indice Brent à un pic depuis juillet 2015 (>$60).

Les trois faits marquants de la séance de vendredi 27 octobre 2017/ du weekend  : #1 Le gouvernement espagnol active l’article 155 et renvoie le gouvernement catalan, #2 Premières estimations de croissance américaine au T3 2017 bien au-dessus des attentes, et #3 Donald Trump pencherait pour Jérome Powell pour présider la réserve fédérale américaine (Bloomberg)

#1 – Espagne (EUR) : Quelques heures après la déclaration unilatérale d’indépendance de la Catalogne réalisée par les leaders sécessionnistes, le Sénat a approuvé la demande du gouvernement de recourir à l’article 155 de la Constitution espagnole pour répondre à cette bravade illégale sans précédent. Aussi samedi, le gouvernement de Mariano Rajoy a renvoyé le président de la région, Carles Puigdemont, et l’ensemble de son gouvernement (au total plus de 140 personnes) puis annoncé la dissolution du parlement régional jusqu’au prochaine élection que Madrid entend organiser le 21 décembre prochain. La prise de contrôle temporaire de Madrid étant actée, les marges de manœuvre apparaissent désormais très limitées pour les indépendantistes : se soumettre à la décision du gouvernement et reconnaître leur échec dans la tentative exacerbée de plus grande autonomie vis-à-vis du gouvernement central, ou alors résister et rentrer dans un rapport de force qui pourrait très rapidement dégénéré en opposition violente. Ce dimanche ils étaient environ un million de manifestants, selon les autorités espagnoles, à être descendus dans les rues de Barcelone pour réclamer l’unité de l’Espagne tandis que dans le même une enquête menée l’institut Sigma Dos et publiée dans le journal madrilène El Mundo indiquait que les partis indépendantistes possèdent une courte avance dans les intentions de vote sur les partis indépendantistes en cas d’élection parlementaire régionale anticipée en Catalogne. Doit-on y voir là un premier signe de lassitude et/ou d’opposition au combat mené par les dirigeants politiques catalans ? Les prochains jours pourraient nous offrir de premiers éléments de réponse. Sur le marché des changes, ce conflit se matérialise par une craintes des investisseurs de voir cette crise nationale avoir des répercussions économiques (ralentissement de la dynamique de redressement) mais également politiques (effet domino ou renforcement de la popularité des formations politiques contestataires et nationalistes) sur l’ensemble de la Zone Euro.  L’euro se trouve par conséquent très fragilisé par ce conflit, notamment face au dollar américain alors que l’on assiste de l’autre côté de l’atlantique à un regain d’optimisme significatif vis-à-vis de l’économie américaine.

#2 – Etats Unis (1) (USD) : Les premières estimations de croissance aux Etats Unis au 3ième trimestre 2017se sont avérées bien meilleures qu’anticipé. L’économie américaine a ainsi enregistré un rebond de 3,0% entre juillet et septembre alors que le consensus des économistes tablait plutôt sur une progression de 2,5% sur la période. En attendant une confirmation de ces chiffres à venir dans les prochaines semaines, on note néanmoins qu’il s’agit du second trimestre consécutif où l’économie enregistre une croissance d’au moins 3,0%, une performance qui n’avait plus été observée depuis 3 ans. L’autre signal rassurant en ce qui concerne l’économie américaine, et pas des moindre, ce sont les pressions inflationnistes significatives observées sur la période. La dynamique annuelle de l’indice de base de prix des dépenses de consommation personnelle (PCE), sur la base de statistiques trimestrielles, a progressé de 0,9% à 1,3% au 3ième trimestre. Si l’on reste encore bien éloigné de la cible de 2,0% visé par la réserve fédérale américain, ces pressions haussières viennent néanmoins corroborer avec l’idée défendue par la présidente de la Fed, Janet Yellen, d’une accélération tardive des prix sous l’impulsion d’une réduction du marché de l’emploi et d’une hausse des salaires. Une nouvelle hausse de taux en décembre ; scénario central actuellement valorisé par les marchés (probabilité de réalisation estimée à plus de 98% d’après les positions actuelles sur les marchés à terme) ; est plus que d’actualité et pourrait être officiellement confirmé par la Fed ce mercredi à l’occasion de la publication des conclusions de l’avant-dernière réunion monétaire de l’année. Le dollar américain bénéficie très largement de ce nouvel optimisme à l’égard de l’économie américaine qui pourrait potentiellement ouvrir la porte à une accélération de la politique de hausse de taux en 2018. Le dollar américain s’est apprécié de près de 0,4% face à l’euro vendredi, ce qui porte sa revalorisation à plus de 1,7% sur les deux dernières séances de la semaine, et clôturé à son plus bas niveau depuis 3 mois, légèrement au-dessus de $1,16.

#3 – Etats Unis (2) (USD) : D’après l’agence Bloomberg, s’appuyant les propos de trois sources anonymes proches du dossier, l’actuel gouverneur Jerome Powell aurait les faveurs de Donald Trump pour présider la réserve fédérale américaine une fois le mandat de Janet Yellen terminé en février prochain. Son choix n’est cependant pas encore totalement arrêté. Sa nomination, si elle est confirmée, serait accueillie par les marchés comme un signe de continuité en matière de politique monétaire, le gouverneur Powell depuis sa nomination par Barack Obama en 2012 ayant toujours soutenu l’approche graduelle de Janet Yellen en ce qui concerne le rehaussement des taux d’intérêt. La nomination officielle du successeur de Janet Yellen devrait être faite cette semaine avant le départ Donald Trump pour sa tournée diplomatique en Asie Pacifique. Jerome Powell et l’économiste John Taylor apparaissent comme les deux favoris, et semble posséder une longueur d’avance sur la présidente actuelle malgré la bonne impression donnée lors de son entretien avec le président. L’actuel secrétaire aux questions économiques, Gary Cohn, est hors-cours d’après le président qui préfère le maintenir à son poste actuel, tandis que l’ancien gouverneur Kevin Warsh semblerait ne pas bénéficier des faveurs du secrétaire au Trésor Steven Mnuchin. Le dollar américain a effacé une partie des gains acquis en réaction à la publication des chiffres de PIB suite à la publication de cette nouvelle.

Les trois évènements clés à suivre lors de la séance de lundi 30 octobre 2017 – #1 Premières estimations d’inflation en Allemagne (14h00) et de croissance en Espagne au T3, #2 Statistiques mensuelles PCE aux Etats Unis (13h30)  & #3 L’indice Brent (pétrole) à son plus haut niveau depuis juillet 2015

  • Léger recul attendu cette après-midi (14h00) de la dynamique d’inflation générale en Allemagne en octobre (cons. 1,7% A/A vs 1,8% en septembre).
  • 1ière estimation de croissance du PIB en Espagne conforme aux attentes : +0,8% sur le trimestre vs +0,9% au T2 2017 – Dynamique annuelle légèrement en dessous des attentes : 3,0% vs cons. 3,1% et 3,1% au T2 2017.
  • Première semaine de tutelle pour la Catalogne après la décision du gouvernement d’activer l’article 155 de la Constitution. On observera quelle position compte désormais adopter les indépendantistes.
  • Indices mensuelles de prix PCE aux Etats Unis publiés cette après-midi (13h30) – Indicateur privilégie par la Fed pour mesurer la dynamique d’inflation aux Etats Unis.
  • L’indice de prix du pétrole Brent a franchi ce matin un nouveau pic de plus de deux ans (juillet 2015), au-dessus du seuil de $60.

Les trois évènements clés à suivre cette semaine (30 Oct. – 05 Nov.) – #1 Réforme fiscale, nomination à la tête de la Fed, réunion monétaire et chiffres de l’emploi…une semaine chargée aux Etats Unis, #2 Première hausse de taux en 10 ans attendue au Royaume-Uni (jeudi) & #3 La Banque du Japon pourrait confirmer son choix de maintien de sa politique monétaire ultra-accommodante (mardi)

USD

Etats Unis (USD)   :  C’est une semaine très mouvementée qui se prépare aux Etats Unis. Après plusieurs semaines de débats et spéculations, une première version détaillée du projet de réforme fiscale devrait être dévoilée cette semaine au Congrès. La résolution budgétaire votée par les parlementaires américains, laquelle offre au gouvernement un levier de $1,5Trn pour financer une baisse des impôts aux ménages et sociétés, est une épine en moins dans le pied de la Maison Blanche. N’ayant besoin que d’une majorité simple au Sénat pour faire passer ce texte, Donald Trump a juste besoin de restaurer et assurer l’unité dans le camp républicain pour assurer la validation d’une de ses promesses phares de sa campagne électorale. Des incertitudes demeurent cependant, seules les grandes lignes du texte (réduction du taux d’imposition des sociétés de 35 à 20% et réduction de 7 à 3 paliers fiscaux -  de 12%-25% et 35% - en ce qui concerne l’imposition des ménages) ayant été dévoilées au public et aux parlementaires. Outre les détails de ce texte, on devrait également assister cette semaine à la conclusion de la course à la présidence de la Fed, le président souhaitant officialiser son choix avant son départ en Asie ce vendredi. Le gouverneur Jerome Powell semble tenir la corde devant John Taylor (voir Focus #3 du weekend), néanmoins une double-nomination n’est pas exclure puisque le poste de vice-président est également vacant. Ces échéances importantes font presque passer l’avant-dernière réunion monétaire de la Fed au second plan (conclusions dévoilées mercredi soir). L’absence de conférence de presse, et le très large consensus actuel des investisseurs à l’égard d’un scénario de hausse de taux en décembre limitent néanmoins les attentes des investisseurs. Le texte devrait officialiser le choix de la Fed de procéder à un nouveau resserrement monétaire avant la fin de l’année. Pour ponctuer cette semaine riche en évènement, on assistera ce vendredi après-midi à la publication des chiffres de l’emploi du mois d’octobre. La contraction observée en septembre ; très largement influencée par les catastrophes naturelles ; pourrait laisser place à un très large rebond du volume de créations d’emploi en octobre (consensus : +315k vs -33k en septembre). Sur une pente ascendante depuis la semaine dernière, le dollar américain pourrait à l’issue de cette semaine consolider ses gains, voire les renforcer substantiellement.

GBP

Royaume-Uni (GBP) :  La Banque d’Angleterre pourrait ce jeudi opérer à sa première hausse de taux depuis plus de 10 ans, c’est du moins le consensus partagé par une très large majorité d’observateurs. La probabilité de réalisation de ce scénario est estimée à près de 85% d’après les positions actuelles sur les marchés à terme. Néanmoins, une telle perspective ne semble pas enthousiasmer outre mesure les investisseurs qui restent davantage préoccupés par l’impasse actuel dans les négociations sur le Brexit. Aucun tour de négociation n’a été planifié à ce jour d’ici le prochain sommet européen prévu mi-décembre. Malgré quelques mains tendues, les européens restent dans l’attente d’un positionnement clair et de propositions concrètes de la part de la première ministre Theresa May au sujet du montant de la facture du Brexit. Si une hausse de taux ne s’accompagne pas d’un message suggérant une volonté de conduire une politique de normalisation monétaire dans les prochains mois/trimestres, elle pourrait avoir qu’un impact très modeste sur la livre sterling, voire générer quelques pertes sur fond de déception générale. Inutile de dire qu’en cas de nouveau statut quo, la livre sterling s’exposerait à de nouvelles pressions baissières importantes et pourrait revoir les niveaux de £0,89-0,90 face à l’euro.

JPY

Japon (JPY):  Selon plusieurs économistes, la Banque du Japon (BOJ) pourrait légèrement réviser à la baisse sa projection d’inflation de base, actuellement de 1,1%, pour l’année fiscale se clôturant en mars 2018. Le rebond graduel des prix observé ces derniers mois au Japon pourrait se stabiliser dans les prochains mois, estiment de nombreux économistes, l’effet du rebond des prix de l’énergie étant supposé se dissiper progressivement. La stabilisation de la dynamique des prix en septembre, dont les statistiques ont été publiées vendredi dernier, corrobore avec cette hypothèse. Dans ce contexte, la Banque du Japon pourrait poursuive pendant une période prolongée de temps, à l’inverse d’un nombre grandissante de ses homologues, sa politique monétaire ultra-accommodante faite de taux négatifs et rachats massifs d’actifs. Ce choix, s’il est confirmé, assurerait le maintien du yen sur ses bas niveaux actuels. Malgré la déception causée par la BCE la semaine dernière, le cours EUR/JPY se maintient toujours dans le couloir de fluctuation de ¥132-134. Une fois la réunion de la BOJ passée, le yen pourrait en fin de cette semaine bénéficier d’une apparition de nervosité sur les marchés financiers asiatiques relative à la venue du président américain sur le continent. Du 3 au 14 novembre, Donald Trump effectuera son premier voyage diplomatique dans la région et se rendra successivement au Japon, en Corée du Sud, en Chine, aux Philippines et au Vietnam. Ce voyage pourrait servir de prétexte à de nouvelles provocations de la part du régime nord-coréen, et voir réapparaître un sentiment général d’aversion au risque sur les marchés financiers.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.