Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

oct. 18, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • Marchés très stables ce mercredi – Peu de volatilité observée ce matin
  • Attentisme avant la journée de jeudi : PIB chinois et début du Sommet européen et réponse attendue de la Catalogne après l’ultimatum lancée par Madrid. EUR/USD stable à $1,1750, la paire étant toujours handicapée par les incertitudes autour de la situation politique en Espagne.
  • Léger recul du yen (¥132,3) et du yuan (¥7,78) ce matin alors qu’a débuté ce matin le 19ième Congrès national du parti communiste chinois.
  • Retour du peso mexicain à MXN 22,0 alors que les américains ont consenti à prolonger les négociations sur l’ALENA au-delà de 2017

Les trois faits marquants de la séance de mardi 17 octobre 2017 : #1 L’inflation britannique atteint un pic de 5 ans ½, mais un projet de hausse de taux qui fait débat, #2 Un remaniement ministériel en Afrique Sud peu apprécié par les investisseurs, et #3 Le dollar canadien et le peso mexicain peuvent souffler, les négociations sur l’ALENA se poursuivront en 2018

#1 – Royaume-Uni (GBP) : Comme attendu, l’inflation générale au Royaume-Uni a de nouveau accéléré et atteint un pic de 5 ans ½ (avril 2012) à 3,0%. Le rapport publié par l’office nationale de statistiques fait état d’une importante augmentation des prix de l’alimentation par rapport à l’année dernière, mais également du coût des transports aériens. Cette montée des prix ; bien que préoccupantes dans un contexte de stagnation des salaires des ménages ; n’est pas pour autant surprenantes aux yeux des responsables monétaires britanniques, celle-ci étant même attendue à plus de 3,0% en octobre a rappelé le gouverneur central Mark Carney lors de son allocution hier devant le Parlement britannique. Peu enclin à laisser les prix monter de manière dangereuse, Carney a de nouveau ouvert la voie à un prochain resserrement monétaire, le premier depuis plus de dix ans. Un scénario qui ne rencontre pas cependant une adhésion totale au sein de la Banque d’Angleterre. S’exprimant en amont du président de la banque centrale, deux membres du comité exécutif de la Banque d’Angleterre ; les nouveaux venus Dave Ramsden et Silvana Tenreyro ; ne sont montrés guère favorables à une hausse immédiate des taux d’intérêt. Les deux ont indiqué préférer attendre l’apparition de pressions inflationnistes sur le marché de l’emploi, au niveau des salaires, avant de prendre position. La divergence d’opinions observée entre les membres a généré un peu de nervosité sur les marchés, celle-ci venant jeter un peu d’incertitude à l’approche de la réunion monétaire du 2 novembre prochain bien qu’une hausse de taux reste toujours pour l’heure le scénario central des économistes et investisseurs (probabilité de réalisation estimée à 75% d’après les positions actuelles sur les marchés à terme). Après un rebond de plus de 0,4% en début de matinée, la livre sterling a par la suite effacé tous ses gains face à l’euro et terminé la séance de mardi dans le rouge (-0,2%). Certains investisseurs ont préféré clôturer leurs positions sur des niveaux attractifs de la livre sterling avant le début du sommet européen qui débutera ce jeudi, et durant lequel le thème du Brexit occupera une place centrale. Après de brefs passages sous le seuil de £0,89, la paire EUR/GBP a fait son retour au-dessus de niveau clef (clôture à £0,8919).

#2 – Afrique du Sud  (ZAR) :  Fragilisé ces derniers jours par l’annonce faite par la Cour suprême sud-africaine autorisant l’ouverture de poursuites judiciaires à son encontre, le président Jacob Zuma ; à qui l’on reproche des faits présumés de corruption ; a procédé hier à un nouveau remaniement important de son gouvernement. Six nouveaux ministres ont été nommés, notamment à la tête du ministère de l’Energie et des Affaires intérieures, dans ce qui semble être un nouvel exercice de force du président destiné à asseoir son autorité et faire taire les critiques en interne. Ces changements ont été accueillis plutôt défavorablement par les investisseurs, le manque de stabilité au sein du gouvernement ne faisant que renforcer les incertitudes. Après un rebond de plus de 3% enregistré la semaine dernière suite à la décision de la justice sud-africaine, le rand perd un peu de sa superbe et a enregistré mardi un recul de 0,4% face à l’euro. Le cours de change EUR/ZAR se maintient pour l’heure au sein d’une fourchette de ZAR 15,5-16,0.

#3 – ALENA (CAD & MXN)  :   Alors que les négociateurs américains avaient initialement fait part de leur volonté de clôturer la fin des négociations à la fin de l’année 2017, ce qui aurait offert une fenêtre de temps limitée pour de nouvelles négociations et renforcé le risque de suppression de cet accord commercial de plus de 20 ans, cette requête a finalement été abandonnée. Les négociations se poursuivront en 2018, avec l’espoir du côté canadien et mexicain de trouver un terrain d’entente avec le voisin américain sur un ajustement de l’accord qui soit bénéfique à tous, ou du moins ne desserve aucun des trois participants. Le dollar canadien a rebondi de plus de 0,2% face à l’euro tandis que le dollar mexicain s’est revalorisé à hauteur de 1,5% sur fond de soulagement général. Le dollar mexicain apparaît plus sensible au risque de suppression de cet accord que le dollar canadien, le Canada apparaissant en meilleure position pour négocier des accords bilatéraux avec les Etats Unis que le Mexique. Le cours EUR/CAD retourne vers le niveau de C$1,47 tandis que la paire EUR/MXN est en bonne voie pour retomber sous le niveau de MXN 22,0.

Les trois évènements clés à suivre lors de la séance de mercredi 18 octobre 2017 – #1 Rapport sur l’emploi au Royaume-Uni (10h30), #2 Début des négociations en Allemagne pour former une coalition & Discours de M. Draghi & #3 Ouverture du 19ième Congrès du parti communiste chinois

 

GBP

Après l’inflation hier, l’attention se portera aujourd’hui sur les nouvelles statistiques de l’emploi au Royaume-Uni. Plus que le chômage, c’est la dynamique de croissance des salaires qui sera particulièrement observée. Une stagnation des salaires, comme il l’est actuellement attendu par le consensus, mettrait en exergue une contraction plus importante du pouvoir d’achat des ménages, et jetterait donc le discrédit sur un scénario de rebond de la croissance économique au troisième trimestre 2017. Surtout l’absence de pressions inflationnistes sur les salaires pourrait convaincre les responsable monétaires britanniques les plus frileux à voter pour un statu quo sur les taux lors de la réunion monétaire de novembre.

EUR

À un peu plus d’une semaine de la nouvelle réunion monétaire de la banque centrale européenne (25-26 octobre), l’intervention publique du président Mario Draghi ce matin (10h10) à Francfort recevra une attention toute particulière de la part des investisseurs. Son intervention, et l’éventuel envoi de signaux concernant l’annonce d’une réduction du programme de rachats d’actifs en 2018, pourrait offrir un petit coup de fouet à l’euro, lequel est toujours handicapé par les incertitudes entourant l’Espagne alors que Madrid a donné au président de la Catalogne, Carles Puigdemont, jusqu’à jeudi matin pour revenir sur sa décision de proclamer une indépendance de la région. En cas de refus, le gouvernement espagnol pourrait mettre en application ces menaces, et lancer la procédure de mise sous tutelle de la Catalogne. Autre source d’incertitudes en Europe, les contours et la couleur de la future coalition dirigeante en Allemagne. Si on semble se diriger vers une coalition « jamaïcaine » (noir – vert – jaune) entre la CDU d’Angela Merkel, les libéraux du FDP et les écologistes ;  les négociations qui débuteront aujourd’hui entre les trois formation politiques s’annoncent néanmoins âpres. Bien qu’ayant remporté le scrutin de septembre, la CDU a enregistré son plus mauvais résultat depuis 1949, notamment au profit de l’extrême-droite qui a fait son entrée historique au parlement en tant que 3ième force politique du pays. Si un quatrième mandat consécutif de la chancelière allemande n’est pas remise en cause, la perte d’influence de son parti ; qui vient de perdre dimanche dernier une élection en Basse-Saxe ; pourrait l’obliger à faire des concessions. Celles-ci semblent avoir déjà commencé puisque l’inamovible Wolfgang Schäuble ; ministre des finances et homme fort des précédents gouvernements d’Angela Merkel ; a été contraint de quitter ses fonctions et été envoyé à la présidence du parlement allemand (Bundestag).

CNY/CNH

Ce mercredi a débuté le 19ième Congrès du parti communiste chinois. Cette grande messe des responsables politiques chinois, organisée tous les cinq ans, se déroulera sur toute une semaine et permettra de tribune au président Xi Jinping pour dévoile son plan quinquennal de développent économique. À cette occasion, X. Jinping a présenté un plan en deux parties, la première courant sur la période 2020-2035 durant laquelle le pays doit se concentrer sur les fondations de création d’une société prospère, et la seconde sur la période 2035-2050 durant laquelle la Chine doit devenir un pays « prospère, fort, démocratique et culturellement rayonnant ».  Lors de sa première intervention, le président chinois a réaffirmé son désir d’ouverture du pays à l’international et de réforme des entreprises publiques, dont la faible performance et l’important endettement sont régulièrement soulignés par les observateurs internationaux. Au niveau de sa devise, la Chine entend approfondir les réformes de ses marchés financiers afin de s’assurer d’une devise plus stable. Ce matin la paire USD/CNY restait assez stable au-dessus du niveau de ¥6,60, tandis que la paire EUR/CNH poursuit le rebond amorcé lundi après l’échec d’une cassure du niveau support de ¥7,75.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.