Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

oct. 11, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • Rebond de l’euro ce matin face à l’ensemble de ses pairs du G10 – Les investisseurs voient une sortie de crise proche en Espagne (voir Focus de la veille #1)
  • Recul de la livre sterling de 0,2% - EUR/GBP de retour au-dessus de £0,8950 – sur fond de retour des incertitudes politiques autour de l’avenir de la première ministre Theresa May (voir Focus de la veille #2)
  • Rebond de 0,5% du rand sud-africain après le rebond surprise de la production manufacturière en Afrique du Sud en août (+0,3% M/M vs consensus -0,3%).
  • Peso mexicain stable ce matin mais à un plus bas depuis 8 mois (au-dessus de MXN 22,0) et dollar canadien en léger recul sur ses plus bas niveaux depuis 6 semaines (C$1,48) avant le lancement du nouveau tour de table sur l’ALENA (voir Focus du jour #3)

 Les trois faits marquants de la séance de mardi 10 octobre 2017 : #1 Une indépendance de la Catalogne en suspens et main tendue à Madrid pour négocier, #2 Theresa May encore dans la ligne de mire de certains membres conservateurs de son parti, et #3 Le FMI révise à la hausse ses projections de croissance dans les pays industrialisés et émet certaines inquiétudes envers certains pays émergents

#1 – Espagne (EUR) :  Les marchés étaient dans l’expectative avant la prise de parole hier soir du président de la Catalogne, Carles Puigdemont, devant le parlement régional alors que la menace de proclamation de l’indépendance de la plus riche région d’Espagne continuait de planer. Compte tenu du plébiscite en faveur d’une autodétermination de la Catalogne, obtenu lors du référendum du 1er octobre dernier, le responsable politique sécessionniste a proclamé une indépendance de Catalogne, cependant avec effet suspensif immédiat pendant les prochaines semaines. Le poker menteur continue donc, et une nouvelle tentative de dialogue avec Madrid est proposée. Bien que les marges de manœuvre se réduisent au fil des jours et des soutiens extérieurs reçus par le gouvernement espagnol, la voie de la négociation reste recherchée par les indépendantistes pour faire entendre leurs revendications. Une médiation a même été proposée à l’Union Européenne pour résoudre cette crise, un rôle aussitôt refusé par Bruxelles qui ne souhaite pas prendre parti dans ce conflit jugé local. Pour le moment le gouvernement de Mariano Rajoy est resté inflexible et s’est refusé à discuter avec les indépendantistes tant que la menace d’indépendance continuerait de planer. L’indépendance désormais prononcée, il apparaît désormais difficile pour lui de continuer de jouer la sourde oreille et laisser la situation se détériorer, car de cette crise politique pourrait rapidement découler une crise économique. La main tendue par la Catalogne à Madrid a été finalement bien accueillie par les marchés financiers. Selon eux, les sécessionnistes tentent de gagner du temps et jouent leur dernier va-tout. Une sortie de crise apparaît aujourd’hui comme le scénario le plus probable pour bon nombre d’investisseurs. Un regain d’intérêt sur l’euro s’observe alors que les regards commencent progressivement à se détourner de l’Espagne pour se poser sur Bruxelles et la prochaine réunion de la BCE. Le cours EUR/USD est repassé hier au-dessus de $1,18 et se maintient au-dessus de ce niveau ce matin. Néanmoins, si la situation apparaît moins préoccupante qu’il y a quelques jours en Espagne, il ne faut néanmoins pas faire l’erreur de sous-peser les éventuels rebondissements d’un conflit qui reste pour l’heure toujours non résolu. Le gouvernement espagnol tiendra une réunion de crise mercredi matin à 09h00 pour décider de sa stratégie et réponse à adresser après la décision prise hier soir par la Catalogne.

#2 – Royaume-Uni  (GBP) : Lors d’un entretien sur une chaine télévisé britannique, la première ministre britannique a esquivé à trois reprises la question du journaliste qui lui demandait si elle voterait en faveur d’une sortie du Royaume-Uni hors de l’Union Européenne en cas de nouveau référendum. Pour rappel à l’époque, Theresa May avait fait campagne pour le camp d’un non-Brexit. En bottant en touche, cette dernière risque de s’attirer à nouveau les foudres de la frange la plus conservatrice de son parti qui milite pour une option de rupture avec Bruxelles et ses institutions. Par ces propos, certains membres conservateurs pourraient douter de la capacité, mais surtout volonté de la première ministre à mener les négociations de sortie avec les responsables européens. Potentiellement accusée d’avancer à reculons sur ce dossier, autour duquel aucune avancée concrète n’a été réalisé depuis l’ouverture des discussions en juin dernier, Theresa May pourrait à nouveau faire l’objet d’une fronde interne, la seconde après celle qui a échoué vendredi dernier. La livre sterling est de nouveau sur le reculoir ce mercredi, et reprend la direction des £0,90 face à l’euro.

#3 – FMI  :   Comme chaque année en octobre, le Fonds Monétaire International a publié ses nouvelles projections de croissance. Globalement, à l’exception du Royaume-Uni, l’organisation mondiale a réhaussé ses projections de juillet pour l’ensemble des pays industrialisés. On note la révision à la hausse de 0,2% des projections de croissance en Zone Euro pour 2017 et 2018, ce qui sous-tend à confirmer l’embellie actuelle observée dans la région. La plus forte révision est observée au Canada où la projection de croissance pour 2017 est désormais attendue à 3%, soit une révision de +0,5% par rapport à la précédente estimation publiée en juillet dernier. Si cela se confirme, on pourrait voir en 2018 de nouvelles hausses de taux d’intérêt dans le pays. L’Italie, le Japon et le Royaume-Uni seraient selon le FMI les pays dans lesquels s’observeront les plus faibles niveaux de croissance en 2018. Du côté des pays émergents, on observe une forte révision à la hausse des projections de croissance en Russie et au Brésil, et à l’inverse une forte réduction des projections en Inde et en Afrique du Sud.

Les trois évènements clés à suivre ce mercredi 11 octobre 2017 – #1 Réunion de crise du gouvernement espagnol (09h00)   #2 Minutes de la Fed (20h00) & #3 Lancement du tour de table sur l’ALENA à Washington

EUR

Espagne (EUR)   : Ce matin le gouvernement espagnol tiendra une réunion de crise après la décision prise par la Catalogne de déclarer son indépendance mais avec effet suspensif immédiat mais temporaire. Alors que les indépendantistes tendent la main à Madrid et l’enjoint à rejoindre la table des négociations, il sera important de voir la stratégie déployée par M.Rajoy et son gouvernement. Refuser de discuter avec la Catalogne pourrait être un jeu dangereux pour le premier ministre qui ne dispose pas d’une majorité au parlement, et à qui on pourrait reprocher une mauvaise gestion de cette crise politique sans précédent.

USD

Etats Unis (USD) :  En début de soirée, sur les coups de 20h00, la réserve fédérale américaine publiera le compte rendu des discussions tenus par les membres du comité exécutif lors de la réunion monétaire du 12 et 13 septembre dernier. Traditionnellement suivi avec attention par les marchés, ce rapport pourrait cette fois-ci avoir un impact quasi-nul auprès des investisseurs, la présidente Janet Yellen ayant été très claire sur sa volonté de poursuivre sa politique de hausse graduelle des taux d’intérêt et de procéder à un nouveau resserrement monétaire avant la fin de l’année, très probablement en décembre. Les marchés ont déjà pratiquement déjà intégré l’hypothèse d’une hausse de taux en décembre (probabilité de réalisation estimée à 88%  d’après les positions actuelles sur les marchés à terme – cf Indice CME FedWatch Tool), et semblent désormais davantage se focaliser sur les fondamentaux que sur les sorties des responsables monétaires américains.

CAD-MXN-USD

ALENA (CAD – MXN -USD):  Aujourd’hui débutera à Washington un nouveau tour de table entre responsables politiques américains, canadiens et mexicains autour du sort de l’accord de libre-échange nord-américain et des possibles ajustements à apporter. Ce sera l’occasion de voir si du côté américain on maintient la menace d’une suppression de cet accord économique, souvent qualifié d’injuste par le président Donald Trump, dont les économies canadiennes et mexicaines demeurent très dépendantes. Les investisseurs apparaissent nerveux avant l’ouverture de ces discussions comme semble l’indiquer la volatilité actuelle du dollar canadien et du peso mexicain. Les deux devises enregistrent d’importantes pertes depuis le début de la semaine face à l’euro :  0,6% pour le dollar canadien et plus de 2,0% pour le peso mexicain. Le cours EUR/CAD oscille actuellement sur ses plus hauts niveaux depuis 6 semaines (~C$1,48) tandis que le cours EUR/MXN a franchi depuis hier le seuil de MXN 22,0 pour la première fois en 8 mois.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.