Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

sept. 13, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • Les valeurs refuges poursuivent leur recul face à l’euro. Ce matin la paire EUR/JPY a touché le seuil de ¥132 (plus haut depuis février 2016) / la paire EUR/CHF au-dessus de ₣1,15.
  • Léger rebond de la paire EUR/USD (+0,2%) en réaction à la publication des chiffres d’inflation en Allemagne et en Espagne où une légère accélération des prix au mois d’août a été confirmée.
  • La couronne suédoise demeure peu sensible à la révision ce matin des chiffres de croissance au T2 2017 (1,3% T/T vs 1,7%). Consolidation du cours EUR/SEK à SEK 9,55.
  • Le support de £0,90 sur la paire EUR/GBP tient bon et limite pour le moment tout nouveau mouvement de recul. Rapport sur l’emploi à suivre à 10h30.

Les trois faits marquants de la séance de mardi 12 septembre 2017 : #1 Une accélération de l’inflation au Royaume-Uni ravive les spéculations sur une prochaine hausse de taux, #2 Le secrétaire américain au Trésor fait part de ses doutes sur la réforme fiscale  & #3 Apaisement général des craintes liées à la Corée du Nord…Rebond post-BCE tardif des paires EUR/JPY & EUR/CHF !

#1 – Royaume-Uni (GBP) :   Attendue en hausse, l’inflation au Royaume-Uni a finalement enregistré en août une accélération plus importante que prévu. Tandis que l’indice générale tutoie à nouveau les sommets observés sur les quatre dernières années et se rapproche du seuil clef de 3% (2,9% A/A en août, niveau déjà atteint en mai dernier et en juin 2013), l’indice de prix de base progresse quant à lui à un nouveau pic de 5 ans ½ de 2,7%. Face à ce nouveau signal d’une accélération des prix des biens de consommation au Royaume-Uni, dont les effets néfastes sur l’économie ne sont plus à démontrer, certains investisseurs estiment que la banque centrale britannique ne devrait pas rester les bras croisés, et pourrait se pencher sur l’idée d’une hausse de ses taux directeurs destinée à calmer les pressions inflationnistes dans le pays. On a aussi observé un repositionnement des acteurs financiers sur les marchés à terme qui envisagent désormais une première action de resserrement monétaire de la part de la Banque d’Angleterre dans les prochains mois. Alors qu’il n’était envisagé ; avant la publication des nouvelles statistiques d’inflation ; aucune action monétaire avant 2019, désormais les marchés à terme intègrent complètement le scénario d’une hausse de taux de 25pbs à horizon août 2018. Cela signifie que malgré quelques doutes ; eu égard notamment à l’attente avant la prise de position des banquiers centraux britanniques sur la question ; de nombreux observateurs anticipent une possible intervention dès le début de l’année 2018. La livre sterling a été fortement stimulée par ces nouvelles spéculations et poursuivi à cette occasion le rebond amorcé lors de la séance de vendredi dernier. La devise britannique s’est appréciée mardi de 0,8% face à l’euro, ce qui porte ses gains désormais à 1,9% sur les trois dernières séances et 2,8% depuis le dernier point bas touché le 29 août dernier. À cette occasion, nous avons été témoin d’un passage temporaire du cours EUR/GBP sous le niveau de £0,90 (point bas enregistré à £0,8981), une barrière qui n’avait plus été franchie depuis plus d’un mois et le 4 août dernier.

#2 – Etats Unis (USD) : À l’occasion d’une conférence organisée mardi à New York par la chaine de télévision CNBC, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a réaffirmé son intention de mettre sur pied une réforme fiscale avant la fin de l’année mais a, par la même occasion, fait part de ses doutes en ce qui concerne le contenu de ce projet de loi supposé servir de relais de croissance à l’économie américaine. Alors que le président américain a maintes fois répété son désir de voir le taux d’imposition sur les sociétés rabaisser de 35% à 15%, Mnuchin a laissé entendre que cette réduction pourrait s’avérer moins ambitieuse que prévu pour des raisons principalement budgétaires. Soucieuse de ne pas alourdir les déficits et augmenter l’endettement du pays, dont le niveau approche actuellement la barrière des $20,0Trd, les parlementaires américains pourraient s’opposer à l’idée d’un assouplissement fiscal aussi important. Après un solide rebond observé lundi sur fond principalement d’apaisement des craintes lié à la réévaluation à la baisse des dommages causés par le passage de l’ouragan Irma sur les côtes de Floride, le dollar américain s’est stabilité mardi et a connu une séance assez peu volatil. Le cours EUR/USD a quant à lui légèrement progressé (+0,12%) mais s’est maintenu sous le seuil de $1,20.

#3 – Valeurs refuges (JPY & CHF) :   L’absence, pour le moment, de réactions de la Corée du Nord face à la levée de bouclier de la communauté internationale à l’égard des récents tests nucléaires réalisés par Pyongyang en mer asiatique, et face à la proclamation ce lundi de nouvelles sanctions économiques à son encontre vient apaiser les craintes des investisseurs et calmer le sentiment de nervosité générale qui s’était emparé des marchés des changes la semaine dernière. Ce nouvel élan d’optimisme se matérialise par un reflux des intérêts pour les valeurs refuges, et une réaction décalée des paires EUR/JPY et EUR/CHF aux propos tenus la semaine par le gouverneur central européen, Mario Draghi, à l’occasion de la nouvelle réunion monétaire de la BCE. La confirmation par ce dernier d’un prochain ajustement, très certainement en 2018, du programme de soutien monétaire actuellement déployé par la banque sous forme de rachats mensuels de €60Mds d’actifs vient renforce la thèse d’une divergence monétaire imminente entre la banque centrale européenne et ses homologues japonaises et suisses. Le cours EUR/JPY a enregistré mardi un rebond de plus de 0,8% et franchi mercredi matin le seuil de ¥132 pour la première fois depuis le mois de février 2016. De son côté, le cours EUR/CHF a progressé mardi de plus de 0,5% et fait son retour mercredi au-dessus du seuil clef de ₣1,15.

Les trois évènements clés à suivre lors de la séance de mercredi 13 septembre 2017 – #1 Rapport sur l’emploi au Royaume-Uni (10h30) , #2 Révision des chiffres d’inflation en Europe et discours annuel de J.C. Juncker sur l’état de l’UE & #3 Révision des chiffres de croissance au T2 en Suède

GBP

Après l’inflation mardi, les regards des cambistes devraient principalement se porter sur les chiffres de l’emploi au mois de juillet, et plus précisément sur les statistiques de croissance des salaires. Comme maintes fois répété dans les précédentes éditions du FX Breakfast, la croissance économique au Royaume-Uni a été pénalisée au 1er semestre 2017 par une importante chute de la consommation domestique résultant d’une baisse du pouvoir d’achat des ménages britanniques. Si l’inflation est généralement pointée du doigt, la réalité de cette situation incommodante découle d’un écart grandissant de croissance entre les prix à la consommation et les salaires. Néanmoins la situation pourrait s’améliorer dans les prochains mois alors que semble s’amorcer une nouvelle dynamique haussière sur les salaires. L’annonce faite hier par le gouvernement britannique d’abandonner le plafond historique sur les salaires du secteur public donne du grain à moudre à cette thèse.  Les économistes sondés par Reuters tablent ainsi sur 3ième rebond consécutif de la dynamique annuelle des salaires hors bonus qui pourrait atteindre en juillet un pic de 6 mois à 2,2%. Si d’un point de vue économique, une hausse des salaires est plutôt rassurante, elle pourrait néanmoins être un argument avancé par certains responsables monétaires britanniques pour justifier un prolongement d’une stratégie de statu quo monétaire. Un telle position de la part de la Banque d’Angleterre , au vue des spéculations récentes, pourrait alimenter une nouvelle correction de la livre sterling dans les prochains jours/semaines.

EUR

Ce matin, la publication d’une seconde lecture des estimations d’inflation en Allemagne n’a donné lieu à aucune révision. La dynamique générale des prix à la consommation a donc progressé de 1,8% au mois d’août. Les statistiques espagnoles signalent quant à elle une progression de la dynamique annuelle de l’indice général de prix de 1,5% à 1,6% au mois d’août. Dans le même temps, le président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker, délivre son discours annuel sur l’état de l’Union Européenne, un exercice dans lequel il devrait confirmer la nouvelle tendance optimiste à l’égard des perspectives économiques de la région qui s’offre pour la première fois depuis bien longtemps une rentrée sans crise majeure, et qui semble en avoir fini avec ses problèmes récurrents d’identité. Il sera néanmoins tout aussi attendu sur les nouvelles ambitions de l’UE en matière de coopération et d’intégration ; projets menés sous l’impulsion d’un couple franco-allemand de nouveau proche ; que sur les sujets plus épineux de la fracture grandissante qui s’installe avec les pays d’Europe de l’Est (Pologne, Hongrie,…) ou encore du Brexit.

SEK

Mauvaise nouvelle pour l’économie suédoise ce matin puisque les chiffres finaux des statistiques de PIB au T2 2017 indique une forte révision à la baisse du rebond initialement estimé. La croissance n’a finalement progressé que de 1,3% entre avril et juin, et non pas de 1,7%. La dynamique à 12 mois est quant à elle révisée de 4,0% à 3,1%. La couronne sensible paraît peu sensible ce matin à cette révision car il s’agit malgré tout de la meilleure performance trimestrielle enregistrée par l’économie suédoise depuis 1 an ½ (6 trimestres). Après un recul de 0,4%, sous forme de correction technique après 5 séances consécutives de hausse, la paire EUR/SEK semble se stabiliser actuellement autour du niveau de SEK 9,55.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.