Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

août 29, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • L’EUR/USD franchit ce matin le seuil des $1,20 pour la première fois depuis janvier 2015 (pic recensé à $1,2030). La faiblesse du dollar US causée par le passage de l’ouragan Harvey et les bons chiffres de consommation des ménages en France stimulent la paire ce matin.
  • La peur de nouvelles tensions avec la Corée du Nord vient à nouveau bouleverser la volatilité sur les marchés des changes. Le Japon a indiqué un missile envoyé par la Corée du Nord avait survolé le pays ce matin.
  • Les valeurs refuges que sont le franc suisse et le yen japonais sont recherchées ce matin. Les devises sensibles à la dynamique de croissance mondiale telles que le dollar australien et le dollar néo-zélandais corrigent fortement.
  • Le won sud-coréen est la devise la plus fragilisée ce matin par les craintes d’un conflit entre la Corée du Nord et les Etats Unis. Le cours EUR/KRW rebondit de plus de 1% et atteint ce matin un pic de 18 mois. 
  • Le cours EUR/AUD a franchi le seuil de A$1,51 et oscille autour de ses plus hauts niveaux depuis 3 mois.

Les trois faits marquants de la séance de lundi 28 août 2017  : #1 La tempête tropicale Harvey fait émerger de nouvelles incertitudes aux Etats Unis… , #2 …et pèsent sur les prix du pétrole  et #3  La Catalogne et ses velléités indépendantistes

#1 – Ouragan Harvey vs USD :   Le dollar américain a chuté à un plus bas depuis 16 mois face à un panier de devises en raison de l’absence de nouveaux signaux envoyés par Janet Yellen lors du symposium de Jackson Hole et des inquiétudes soulevées par le passage de l’ouragan Harvey. L’absence de références en matière de politique monétaire semble indiquer que la Fed demeure en position d’observation et n’a pas l’ambition pour le moment de procéder à un nouveau resserrement monétaire. Parmi les facteurs qui pèsent sur la valorisation actuelle de la devise américaine, on peut y ajouter les nouveaux doutes à l’égard des perspectives économiques américains générés par le passage depuis vendredi de l’ouragan tropical Harvey le long des côtes littorales du Texas et dans la métropole de Houston. Une partie de l’activité économique de l’état du Texas, dont notamment les industries de production pétrolière et de raffinage, est actuellement paralysé par ces intempéries. À ce stade les analystes évaluent à $20Mds les pertes totales liées à cette catastrophe météorologique, ce qui en ferait alors un des dix ouragans les plus dévastateurs, économiquement parlant, de l’histoire des Etats Unis. Les dégâts causés par Harvey n’en sont cependant probablement qu’à leurs prémisses et cette estimation pourrait être revue à la hausse dans les prochains jours si la présence d’Harvey ne faiblit pas. En effet, selon plusieurs experts celui-ci pourrait se déplacer dans les prochains jours vers la Louisiane.

#2 – Ouragan Harvey vs pétrole :  Le passage de l’ouragan Harvey perturbe fortement l’activité pétrolière américaine. Près de 15% des plateformes de production situées dans le Golfe du Mexique ont été évacuées par mesure de précaution a indiqué le Bureau de régulation de l’environnement et de la sécurité. D’après la banque Goldman Sachs, ces intempéries devraient cependant davantage perturber l’activité de raffinage que de production. Ainsi d’après les estimations de la banque d’investissement américaine, 16,5% des capacités totales de raffinage aux Etats Unis seraient actuellement affectées. Compte tenu du haut niveau actuel des stocks pétroliers américains, la menace d’une pénurie d’essence dans le pays reste pour le moment très faible, néanmoins les investisseurs craignent de voir un ralentissement conséquent de la demande américaine en énergie sur les marchés dû à la paralysie de l’activité économique d’une partie du Texas. L’indice de prix pétrolier WTI (West Texas Intermediate), de par sa composition plus sensible à l’activité pétrolière aux Etats Unis, a reculé hier de 2,7% et clôturé la séance de lundi à son plus bas niveau depuis plus d’un mois ($46,57). L’indice Brent n’a quant à lui abandonné que 1% et clôturé la séance sous le niveau de $52. Les devises pétrolières ont été très sensibles à ces remous observés sur les marchés pétroliers. Le dollar mexicain a abandonné près de 2% face l’euro, le dollar canadien a quant à lui reculé de près de 0,7%, la couronne norvégienne de près de 0,5% et le rouble russe de 0,3%.

#3 – Catalogne :   Les indépendantistes catalans ont indiqué ce lundi qu’ils prendraient le contrôle des frontières (terrestres, maritimes et aériennes) en cas de victoire lors du référendum portant sur l’autodétermination de la Catalogne qui se déroulera le 1er octobre prochain. En cas d’indépendance, la Catalogne entend jouir de droits de souveraineté sur l’ensemble de sa zone économique. Les catalans restent néanmoins partagés sur la question d’une séparation avec l’Espagne. D’après les derniers sondages, plus de 50% d’entre eux s’opposeraient à une sécession. Le cadre juridique assurant la validation de ce vote reste cependant flou, aussi Madrid pourrait tenter d’invalider ce vote auprès de la cour constitutionnelle d’Espagne en cas de victoire des indépendantistes. Il est difficile pour le moment d’évaluer l’impact d’une telle élection sur l’euro, d’autant plus que la validité de son résultat futur reste pour le moment très flou, néanmoins il existe un risque qu’une victoire du camp indépendantiste fasse ressurgir quelques fantômes du passé et réveille un  sentiment de régionalisme qui sommeille actuellement en Europe. Le retour d’une peur de fragmentation de la Zone Euro pourrait alors provoquer quelques secousses sur l’euro.

Les trois évènements clés à suivre lors de la séance de mardi 29 janvier 2017 – #1 La Corée du Nord fait planer un missile au-dessus du Japon : une première depuis 2009, #2 L’EUR/USD franchi le seuil clef de $1,20, et #3 PIB au T2 en France inchangé, indice de confiance des ménages américaines attendu dans l’après-midi (16h00)

#1 – Corée du Nord  : Les autorités japonaises ont indiqué que ce mardi un missile nord-coréen avait survolé le pays avant de s’écraser dans l’océan pacifique. Il s’agit d’une première depuis 2009 qui laisse craindre une nouvelle escalade des tensions entre Pyongyang, ses voisins japonais et sud-coréens et les Etats Unis. Après s’être entretenu avec Donald Trump, le premier ministre japonais a convenu qu’il était nécessaire d’accentuer la pression sur le régime nord-coréen pour lui faire stopper ses tests balistiques et ses essais nucléaires. Sourde aux sanctions adressées par la communauté internationale et aux menaces proférées par le président américain, la multiplication des tests de missiles par la Corée du Nord, qualifiés encore ce week-end de « provocations » par le secrétaire d’Etat américain, fait craindre des mesures de représailles du côté américain et  l’ouverture d’un conflit militaire. C’est un réel sentiment d’aversion au risque qui se propage ce matin sur les marchés financiers. Cette frilosité à la prise de risque est d’autant plus forte qu’elle se nourrit également des turbulences causées par Harvey aux Etats Unis et sur les marchés pétroliers.

Les valeurs refuges que sont le yen japonais et le franc suisse sont fortement sollicitées ce matin sur les marchés des changes, tandis qu’à l’inverse les valeurs dites à haut rendement telles que le dollar australien et le dollar néo-zélandais, toutes deux très sensibles à la dynamique de croissance mondiale, corrigent fortement.

#2 – EUR/USD :  Ca y est, il l’a fait. Le niveau psychologique des $1,20 a été brisé ce matin, sous l’impulsion il faut le reconnaître d’une faiblesse récurrente du dollar américain. Cela porte la performance annuelle du cours de change à plus de 15%. Le franchissement de ce seuil vient traduire un réel changement de cycle en Europe, et une confiance retrouvée des investisseurs à l’égard des perspectives de croissance en Zone Euro. Maintenant cet obstacle franchi, on pourrait voir une nouvelle accélération encore plus conséquente de la paire, le potentiel baissier du dollar américain demeurant encore très important. La BCE a désormais les cartes en main. Si elle juge que la revalorisation de l’euro n’est pas un handicap au redressement économique de la région et ne remet en aucun cas ses plans de début normalisation des conditions monétaires en 2018, dès lors le cours de change pourrait continuer graduellement son ascension. A l’inverse, cette dernière pourrait venir doucher l’enthousiasme actuel autour de l’euro si elle décide de modifier ses plans et de rester prudente face à un renforcement de la devise susceptible de mettre en danger les perspectives d’inflation dans la région. Les chiffres d’inflation publiés en Allemagne ce mercredi et en Zone Euro ce jeudi pourraient offrir quelques réponses.

#3 – Divers :  Ce matin la seconde estimation des chiffres de croissance du PIB en France au second trimestre 2017 est ressortie conforme aux attentes et inchangée par rapport aux données initialement publiées. L’économie française a ainsi progressé de 0,5% T/T au T2, soit une performance similaire à celle enregistrée au T4 2016 et T1 2017. On note aussi ce matin le solide rebond des dépenses des ménages en France au mois de juillet qui s’avère plus importante que ce que les économistes anticipaient (+0,7% M/M s 0 ,6% attendu), et qui intervient après une sévère contraction en juin (-0,7% M/M). Ces bons résultats viennent consolider encore davantage les solides perspectives économiques qui se dégagent de la Zone Euro, et viennent alimenter un rebond de l’euro ce matin face à ses pairs malgré un contexte d’incertitude général provoqué par un nouvel envoi de missiles par la Corée du Nord. Le calendrier économique sera très léger aujourd’hui, on suivra néanmoins le résultat de l’enquête Conference Board sur le niveau de confiance des ménages américains au mois d’août. Ce sera l’occasion de voir si les affaires de justice de Donald Trump, la série de départ à la Maison Blanche ou encore l’absence de résultats en matière de réformes économiques altèrent la confiance des ménages et potentiellement impactent leur consommation. Les économistes sondés par Reuters tablent sur une léger effritement de l’optimisme au mois d’août (consensus : 120,3 vs 121,1 en juillet).


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.