Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

août 02, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • Fort rebond de l’euro ce matin face à ses pairs ce matin. Augmentation des anticipations d’intervention de la BCE en septembre après les bons chiffres de croissance au T2 publiés la veille en Zone Euro.
  • L’EUR/CHF progresse de 0,4% et repasse au-dessus de ₣1,14 ce matin. Le cours EUR/CHF efface ses pertes de la veille (+0,3%) et oscille autour de $1,1830.
  • L’EUR/JPY brise le seuil de ¥131 (+0,7%) pour la première fois depuis 18 mois alors que s’observe une certaine instabilité politique au Japon (large remaniement ministériel ce matin).
  • Recul surprise du nombre de créations d’emploi en Nouvelle Zélande au T2. Recul du dollar néo-zélandais de 0,8% ce matin (EUR/NZD à NZ$1,59)
  • Recul des prix du pétrole alors que l’agence API a publié hier une hausse surprise des stocks pétroliers américains. Brent à $51 et WTI sous $49.

Les trois faits marquants de la séance de mardi 1er août : #1 Une poussée très modeste de l’inflation aux Etats Unis mais les incertitudes politiques restent prédominantes , #2 Première hausse en 3 mois de l’activité manufacturière britannique et #3 Correction de la paire EUR/CHF après un gain de 4% en une semaine

#1 – Etats Unis :   La bonne nouvelle est venue hier de la légère hausse de l’indice PCE de base qui a progressé de 1,4% à 1,5% sur 12 mois en juillet, la dynamique de l’indice général demeurant quant à elle stable par rapport au mois dernier à 1,4%. Néanmoins, il n’y a pas de quoi sombrer dans l’euphorie, la croissance nulle des revenus personnels et de la consommation au mois de juin nous rappellent à quel point les pressions inflationnistes restent modestes aux Etats Unis. L’activité du secteur manufacturier américain reste quant à elle très robuste en juin nous signale l’enquête ISM publiée hier, bien qu’en recul par rapport au mois précédent (56,3 vs 56,5 attendu et 57,8 en juin). Le secteur automobile retrouve quelques couleurs après un recul de 8% des ventes de véhicules au premier semestre 2017, ces dernières progressant très sensiblement en juillet après avoir chuté à un plus bas depuis 15 mois en juin (+70k en juillet à 16,77Mln). Si le dollar a effacé lors de la session de mardi une partie des pertes enregistrées lundi (+0,2% pour l’indice DXY mardi), le rebond est resté très modéré, la faute à des incertitudes politiques persistantes au niveau de la Maison Blanche. Le Washington Post a révélé hier, sur la base de sources anonymes, que Donald Trump aurait dicté à son fils la teneur du témoignage tenu devant les juges qui l’interrogeait sur les raisons de sa rencontre avec une avocate russe durant la dernière campagne présidentielle. Si les faits sont avérés, Donald Trump pourrait faire l’objet d’une procédure judiciaire.

#2 – Royaume-Uni : L’enquête PMI publiée hier a indiqué que l’activité du secteur manufacturier britannique avait progressé pour la première fois en trois mois et à un rythme bien plus important que ce que le marché anticipait (55,1 vs 54,4 attendu et 54,2 en juin). Ce rebond de l’activité a été bien accueilli par les investisseurs alors que le secteur a connu un début d’année difficile (recul de la croissance de la production manufacturière de 4,2% à 0,4% entre décembre 2016 et mai 2017). La livre sterling s’est appréciée de 0,3% face à l’euro mais la paire EUR/GBP se maintient toujours au sein de son couloir étroit de £0,89-£0,90. Cette inertie de la paire résulte en partie de la prudence des investisseurs en amont de la réunion monétaire de la Banque d’Angleterre ce jeudi où l’on attend de nouvelles précisions sur l’agenda monétaire de la banque centrale britannique. Un scénario d’une possible première hausse de taux depuis 10 ans avait émergé après la réunion monétaire de juin, cependant sa probabilité s’est fortement réduite ces dernières semaines suite à la publication de chiffres d’inflation moins importants dans le pays au mois de juin.

#3 – EUR/CHF :  Après cinq séances consécutives de hausse et un gain total de 4%, la paire EUR/CHF a enregistré une correction importante de près de 0,5%. Après un passage au-dessus du niveau de ₣1,1450 lundi, la paire est retombée hier sous le seuil de ₣1,14. Outre l’aspect technique de ce recul (prises de bénéfice), on peut y voir un positionnement anticipé des marchés avant la publication mercredi matin des statistiques de ventes au détail et d’activité du secteur manufacturier en Suisse. Néanmoins, ce mouvement ne remet pas en cause la tendance haussière actuellement visible sur le cours de change.

Les trois évènements clés à suivre ce mercredi 02 août 2017 – #1 Chiffres ADP aux Etats Unis (14h15), #2 Remaniement ministériel important au Japon et #3 Ventes au détail & indice PMI manufacturier en Suisse

  #1 – Etats Unis :   Comme chaque mois, le rapport ADP de créations d’emploi dans le secteur privé, publié en amont des chiffres officiels du gouvernement traditionnellement publiés le premier vendredi de chaque mois, nous offrira un avant-goût de la tendance générale actuelle sur le marché du travail américain. Les économistes sondés par l’agence Reuters tablent sur une hausse des créations d’emploi de 185k  en juillet contre 158k en juin, un chiffre cependant bien en-dessous des standards récents (moyenne de 218k au S1 2017 et de 199k sur les 12 derniers mois).

2 – Japon : L’important revers subi par le parti libéral démocrate japonais du premier ministre Shinzo Abe lors des récentes élections municipales de Tokyo, ou encore les récente controverses impliquant Abe et son gouvernement (démission récente de la ministre des affaires étrangères et accusation de favoritisme pesant sur Shinzo Abe), ont fortement entamé la crédibilité du chef du gouvernement japonais. Par ailleurs, la politique d’Abenomics menée par ce dernier depuis son arrivée au pouvoir en 2012 commence à être sérieusement remise en question alors que celle-ci ne parvient pas à réellement dissiper la menace de déflation qui plane au-dessus du pays depuis de nombreuses années (inflation de seulement 0,4% en juillet). Dans un contexte politique aussi instable que celui-ci, et voyant sa côte de popularité fortement réduite par les récents évènements (inférieure à 30% selon certains sondages), le premier ministre japonais a annoncé ce matin un large remaniement ministériel, lequel sera effectif ce jeudi. Le ministère des finances reste propriété de Taro Aso mais de nouvelles têtes sont nommées à la tête des ministères de la Défense, des Affaires Etrangères et de l’Economie.

Cette agitation politique au Japon, mêlé aux nouveaux gains enregistrés ce matin par l’euro suite à la publication la veille d’une accélération de la croissance en Zone Euro au T2  à un plus haut depuis 2011, envoie ce matin la paire EUR/JPY au-dessus du seuil de ¥131 pour la première fois depuis 18 mois (février 2016).

#3 – Suisse : Les ventes au détail en Suisse ont enregistré leur plus forte performance depuis 3 mois, celles-ci rebondissant de 0,8% au mois de juin. La dynamique à 12 mois repasse quant à elle en territoire positif et progresse à un rythme de 1,5%. L’enquête Pmi indique quant à elle que l’activité du secteur manufacturier helvète tourne à plein régime et progresse en juillet à son plus haut rythme depuis plus de 6 ans (février 2011). Ces bons indicateurs économiques ne semblent cependant avoir aucun impact sur la paire EUR/CHF qui repart ce matin à la hausse après le recul technique enregistré la veille. Cette insensibilité s’explique par le fait que la banque centrale suisse ne devrait pas à court terme modifier sa politique monétaire très accommodante (taux négatifs et intervention sur les marchés des changes) quand bien même l’économie se renforcerait fortement. Le franc reste fortement surévalué aux yeux des responsables monétaires helvètes.

La paire à suivre ce mercredi 02 août: EUR/JPY – Pic de 18 mois (¥131) alors que Shinzo Abe tente de redorer sa côte de popularité (large remaniement ministériel annoncé ce matin au Japon)

EUR/USD

Il semble que les investisseurs aient attendu de voir la teneur des nombreux chiffres américains publiés mardi, et notamment les indicateurs d’inflation PCE, pour se positionner. La légère hausse de l’indice de prix PCE de base (1,5% A/A vs 1,4%) est une bonne nouvelle mais ne rassure pas totalement les marchés. L’absence de pressions en provenance des salaires (0,0% M/M en juin) ou de la consommation (0,1% M/M en juin) ne laissent pas entrevoir une accélération à venir des prix dans le pays, une situation qui pourrait pousser la Fed à opter pour un agenda monétaire moins agressif que prévu, notamment matérialisé par un report de la date de la prochaine hausse de taux à 2018. En parallèle, les chiffres de croissance en Zone Euro sont ressortis conformes aux attentes, la dynamique générale progressant à son plus haut rythme depuis début 2011. Dans le même temps, l’enquête PMI a confirmé une activité toujours robuste de l’activité manufacturière dans la région au mois de juillet. Le renforcement des conditions économiques en Zone Euro est une bonne nouvelle, et pourrait venir tirer vers le haut l’inflation vers l’objectif de long terme de 2%. C’est du moins un argument qui pourrait justifier une action de la BCE dès septembre. Sous couvert de solides fondamentaux économiques en Zone Euro, l’euro est ce mercredi stimulé par une nouvelle hausse des positions acheteuses en euro de la part d’investisseurs anticipant l’annonce par la BCE en septembre d’une inflexion de sa politique de soutien monétaire. 

EUR/GBP

La paire EUR/GBP pourrait connaître une nouvelle journée de relative inertie au sein de son couloir de fluctuation actuel de £0,89-£0,90 – la paire oscille dans ce couloir depuis maintenant 8 séances – sous couvert de prudence des investisseurs avant la réunion monétaire de la Banque d’Angleterre de ce jeudi. Beaucoup d’interrogations demeurent en amont de cette première réunion depuis le 15 juin dernier au cours de laquelle était apparu un nouveau rapport de force plus équilibré que prévu en ce qui concerne l’orientation des taux de la banque centrale britannique (5 votes contre 3 en faveur d’un statu quo sur les taux). La perspective d’une première hausse de taux en 10 ans au Royaume-Uni semblait susciter un vif débat au sein du comité exécutif, d’autant plus que le chef économiste de la banque ; Andy Haldane ; s’est déclaré favorable à un resserrement monétaire pour réfréner une dynamique d’inflation économiquement néfaste car plus importante que la croissance des salaires. Or depuis juin, l’inflation a enregistré un important recul (de 2,9% à 2,6% en juin), les chiffres du PIB au T2 ont confirmé un contexte économique toujours morose au Royaume-Uni et les négociations sur le Brexit n’ont débouché sur aucune avancée majeure. Si une hausse de taux en août n’est globalement pas attendu par les marchés (probabilité toujours inférieure à  10% ce matin), ces derniers se questionnent si une hausse de taux est toujours envisagée par les responsables monétaires britanniques ou si ce sujet n’est plus à l’ordre du jour compte tenu du contexte économique actuel. Les nouvelles projections économiques publiées en marge de cette réunion pourraient offrir quelques indices sur les plans de la BoE dans les prochains mois.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.