Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juil. 11, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :  

  • Fort recul du rouble ce matin (-1% à RUB 69,3) alors que le FMI recommande au pays d’assouplir sa politique monétaire.
  • Le rand recule de plus de 0,9% ce matin après une perte de plus de 0,7% lors de la séance de lundi. Les incertitudes politiques et la montée des convictions d’une fin prochaine des politiques accommodantes au sein des pays développés pénalisent la devise à haut rendement qu’est le rand.
    Le seuil de ZAR 15,5 a été franchi par la paire EUR/ZAR pour la première fois depuis près de 8 mois.
  • Rebond de près de 0,3% du dollar australien (A$1,4950) alors que l’indice climat des affaires en Australie atteint en juin son plus haut niveau depuis janvier 2008
  • Rebond de 0,2% de la livre sterling (£0,8830) en réaction au rebond des ventes au détail en juin (+1,2% A/A vs -0,4% en mai) indiqué dans la dernière enquête du cabinet BRC.

Les trois faits marquants de la séance de lundi: #1 La Banque du Japon réitère son soutien monétaire, #2 L’EUR/CHF franchit le seuil des ₣1,10 pour la 1ère fois depuis le Brexit & #3 Theresa May tend la main à l’opposition

#1 – Banque du Japon : A l’inverse de certaines de ses homologues, la Banque du Japon ne semble pas encore prête à stopper à court terme sa politique monétaire ultra-accommodante. Le gouverneur central Haruhiko Kuroda s’est déclaré hier favorable à un maintien du soutien monétaire actuel, qui se matérialise actuellement par un taux de dépôt négatif et une politique de plafonnement des taux d’intérêt via de massifs rachats d’actifs, tant que l’inflation n’aura pas montré de sérieux signes d’accélération vers l’objectif fixé de 2%. La paire EUR/JPY a de nouveau été observé au-dessus du niveau de ¥130 (pic de 17 mois), tandis que la paire USD/JPY a atteint hier son plus haut niveau sur les deux derniers mois en franchissant le seuil des ¥114.

#2 – EUR/CHF : Sous l’impulsion des mouvements enregistrés sur les marchés obligataires, et notamment l’élargissement des rendements sur les taux de longue maturité entre l’Europe et la Suisse, alors que les spéculations vont bon train concernant une possible réduction à venir du soutien monétaire de la BCE, la paire EUR/CHF a franchi pour la première fois depuis l’annonce du Brexit en juin 2016 le seuil clef de ₣1,10. Un pic de 13 mois a été atteint par le cours de change à ₣1,1019.

#3 – Theresa May : Dans un discours qu’elle prononcera mardi 11 juillet, mais dont le contenu a été rendu public lundi, la première ministre Theresa May compte demander le soutien des autres familles politiques britanniques, et notamment de son rival travailliste, pour assurer la mise en place de la politique du gouvernement, et principalement la stratégie de Brexit. Cette main tendue adressée à ses rivaux peut à nouveau être perçue comme un signe de faiblesse et de doutes de la part de la première ministre alors que les conservateurs ne disposent que d’une infime majorité au parlement  grâce à l’accord de coalition avec le parti nord-irlandais le DUP. D’Un point de vu marché, on peut y voir un premier signe rassurant d’ouverture de Theresa May, et les prémisses d’un potentiel échange qui pourrait déboucher sur une stratégie de sortie de l’UE moins rigide.

Les trois évènements clés de la journée : #1 Les banquiers centraux américains, britanniques et européens sur le pont, #2 Discours de Theresa May & #3 Rapport JOLTs sur le marché du travail américain

#1 – Les banquiers centraux de sortie : Ce mardi, on observera les sorties publiques de plusieurs banquiers centraux dont les propos pourraient venir troubler la volatilité du marché des changes. En Europe se pose la question du timing d’une première action de réduction du programme de rachat d’actifs de la BCE alors que l’inflation reste instable. Au Royaume-Uni, la question d’une première hausse de taux en 10 ans gagne du terrain au sein de la Banque d’Angleterre alors que l’inflation pèse sur le pouvoir d’achat des ménages et que le niveau d’endettement de ces derniers ne peut continuer de progresser dans un contexte actuel de croissance économique faible. Aux Etats Unis, la Fed a préparé les marchés à une première réduction de son bilan financier de $4,5Trds qui pourrait avoir lieu au mois de septembre, seulement les récents signaux de dégradation des perspectives d’inflation et la lenteur des réformes économiques menées par la Maison Blanche pourraient obliger les responsables monétaires américains à procéder à une pause de leur cycle de normalisation des conditions monétaires.

* BCE : Discours de Benoit Coeuré à 14h00

* Fed : Discours de Lael Brainard (membre exécutif) à 18h30 / Discours de Neel Kashkari (Fed de Minneapolis et votant au FOMC en 2017) à 19h20

* BOE : Discours de Andy Haldane (chef économiste) à 12h00 / Discours de Ben Broadbent (vice-président de la BOE) à 13h00

#2 – Discours de Theresa May (pas d’horaire précis) : Cela fait exactement un an jour pour jour que Theresa May a pris la tête du parti conservateur depuis le départ de James Cameron et sa défaite lors du référendum de juin 2016. La position de la chef du gouvernement britannique n’a jamais parue aussi fragile à l’heure de tirer les premiers bilans de son mandat. Jugée non légitime à gouverner par l’opposition depuis la perte de la majorité absolue par le parti conservateur aux élections anticipées de juin dernier, la première ministre est également remise en cause au sein même de sa propre famille politique par certains membres conservateurs qui lui reprochent désormais un manque de crédibilité, et qui craignent un écartement de sa part de la stratégie initiale sur le Brexit. Celle-ci tentera de réaffirmer aujourd’hui son leadership et d’obtenir le soutien des parlementaires pour mener à bien les réformes économiques dont le pays requiert et assurer un Brexit qui pénalise le moins possible l’économie britannique.

#3 – Rapport JOLTs aux Etats Unis (16h00) : Bien que suscitant moins d’excitation que le rapport NFP officiel sur l’emploi américain, le rapport JOLTs n’en reste pas moins un indicateur important et particulièrement observé par la banque centrale américaine. Ce rapport indique entre autre le nombre d’ouvertures de postes chaque mois aux Etats Unis et permet ainsi de mesurer l’état de santé du marché du travail américain.

La paire à suivre ce mardi 11 juillet :  L’EUR/GBP – Les regards se tournent vers les discours de deux membres éminents de la Banque d’Angleterre en amont de la prochaine réunion monétaire le 3 août prochain

EUR/USD

La paire EUR/USD est restée assez stable hier en l’absence de données majeures en Europe et aux Etats Unis. Malgré la hausse de l’excèdent commercial allemand au mois de mai(€22,0Mds vs €18,1Mds en avril), la paire EUR/USD a passé une majeure partie de la séance de lundi dans le rouge, la faute principalement à un mouvement de correction sur le dollar américain après la publication d’un rapport sur l’emploi vendredi dernier qui a laissé les marchés mitigés. Cette correction pourrait se prolonger pendant une bonne partie de la journée – l’EUR/USD pourrait prendre la direction de la borne inférieure de sa bande de fluctuation actuelle de $1,13-$1,15 - en attendant les sorties des banquiers centraux européens et américains. Le discours en fin de journée de la membre du comité exécutif de la réserve fédérale américaine Lael Brainard sera particulièrement observé. Cette dernière avait suggéré lors d’une précédente sortie une possible pause de la Fed dans les prochains en cas de décélération de l’inflation. Les propos de cette dernière pourrait ainsi raviver les spéculations pessimistes à l’égard de l’agenda monétaire de la banque centrale américaine, et ainsi pénaliser à nouveau le dollar. A noter que le dollar américain reste toujours freiné par l’impasse actuelle observée au Sénat américain au sujet du projet de loi de réforme sur la santé. Les membres du parti républicain ne parviennent pas à se mettre d’accord sur le montant de réductions des prestations sociales offertes aux personnes les plus démunies, ainsi que sur la suppression des taxes qui avaient été mises en place sous la présidence de Barack Obama pour financer le programme de santé, également connu sous le nom d’Obamacare. En attendant qu’un consensus soit trouvé, le projet de réforme fiscale reste toujours dans les cartons.

EUR/GBP

Si la paire EUR/GBP est restée assez stable hier, la volatilité pourrait faire son retour ce mardi à l’occasion des sorties publiques de la première ministre Theresa May (voir Focus du jour) de deux membres éminents de la Banque d’Angleterre, dont le chef économiste qui s’est récemment déclaré en faveur d’une hausse de taux et du vice-gouverneur qui est reconnu pour sa position plutôt prudente en termes de politique monétaire. Alors que le cours oscille actuellement autour de ses plus hauts niveaux observés sur les 8 derniers mois (pic de £0,8880 enregistré le 28 juin dernier), les spéculations autour d’une possible hausse de taux de la Banque d’Angleterre et les signaux d’ouverture politique adressés par Theresa May lors de son discours pourraient venir offrir un peu d’air à la devise britannique, et potentiellement un retour sous le niveau de £0,88. Néanmoins, on surveillera les réactions des membres du parti conservateur britannique qui pourraient ne pas goûter à cette main tendue adressée à l’opposition, et notamment au parti travailliste de Jeremy Corbyn dont la côte de popularité s’est significativement accrue ces derniers mois. Les spéculations autour d’une destitution et remplacement de Theresa May à la tête du parti pourraient ressurgir, provoquant au passage de nouvelles incertitudes autour le paysage politique britannique. Une nouvelle instabilité à laquelle ne gouterait peu les investisseurs.

EUR/CHF

En l’absence de données économiques clefs et évènements à risque en Europe, le cours EUR/CHF pourrait poursuivre sa marche en avant sous l’impulsion d’un élargissement grandissant des écarts de rendements obligataires entre l’Europe et la Suisse. La paire a franchi ce matin le seuil de ₣1,1020, néanmoins la dynamique haussière reste modeste ce qui devrait, à moins d’une sortie surprise d’un membre de la BCE, limiter les gains engrangés par le cours de change.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.