Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juil. 06, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • Rebond des prix du pétrole de plus de 1% ce matin après la forte chute de la veille (voir Focus de la veille)
  • Les marchés restent perplexes à la lecture des Minutes de la Fed qui font état de division entre les membres au sujet de l’agenda monétaire
  • Croissance des commandes industrielles en Allemagne moins importante que prévu (+1,0% M/M vs consensus de 2,0%) – EUR/USD stable ce matin à $1,1350
  • Pressions baissières sur le rand sud-africain maintenues sur fond de craintes de nationalisation de la banque centrale

Focus de la séance de la veille –  La Fed divisée sur son calendrier monétaire et perplexe face à l’inflation…Nouvelle tentative de la BCE de retour au calme…Fort recul des prix du pétrole…Peur des investisseurs face au projet de nationalisation de la banque centrale sud-africaine…La chute des prix de l’immobilier inquiète en Norvège…Solide performance du secteur industriel suédois

Fed :  Le compte rendu de la réunion monétaire des 13 et 14 juin dernier, publié hier, a mis en exergue des divisions entre les membres du comité exécutif de la banque centrale américaine au sujet des perspectives d’inflation et sur le calendrier approprié pour commencer le processus de réduction du bilan de $4,5Trds de la banque. Plusieurs membres sont inquiets à l’idée que la banque pourrait exprimer de grandes difficultés à ramener de manière durable l’inflation vers son objectif de long terme de 2%.  Les investisseurs anticipent quant à eux un début de réduction du bilan dès septembre avant une nouvelle hausse de taux en décembre. La réunion des 25 et 26 juillet pourraient nous offrir davantage d’indices sur l’agenda monétaire que souhaite suivre la Fed.

BCE : Un nouveau membre de la BCE a tenté de venir calmer l’enthousiasme récent des marchés vis-à-vis de l’euro. Après le chef économiste de la banque centrale mardi, Benoit Coeuré a signalé que les discussions au sujet d’un changement de politique monétaire n’avaient pas encore commencé. Il vient ici dissiper quelques peu les spéculations selon lesquelles la BCE serait en passe de réduire sa politique de rachat d’actifs.

Performance du cours EUR/USD hier : +0,09% - Point bas à $1,1311 (plus bas niveau depuis 5 séances) / Clôture à $1,1352

Pétrole : Les prix du baril de brut ont reculé hier de plus de 3% (-3,7% pour le Brent à $47,8 et -4,3% à $45,1 pour le WTI) suite au refus de la Russie de réduire davantage sa production pétrolière journalière. Selon les responsables russes de l’énergie, ce serait envoyé un mauvais signal aux observateurs qui questionnent déjà l’efficacité de l’accord conclu en mai par l’OPEP à mettre fin à la situation de surabondance de l’offre sur les marchés. Les devises sensibles aux fluctuations des prix du pétrole (CAD, RUB, MXN) ont subi d’importantes pertes hier.

Performance du cours EUR/CAD hier : +0,15% - Point haut à C$1,4746 / Clôture à $1,4705

Afrique du Sud : Le parti politique du président de la république Jacob Zuma, l’ANC, a proposé hier de nationaliser la banque centrale sud-africaine qui est depuis sa création un organisme privé. Il n’en fallait pas plus pour affoler les marchés qui craignent que l’indépendance de la banque en matière de politique monétaire soit remise en cause en cas de rapprochement avec l’Etat sud-africain. Le rand sud-africain a chuté hier face à l’euro à un plus bas depuis plus de 7 mois (ZAR 15,29)

Performance du cours EUR/ZAR hier : 1,59% - Point haut à ZAR 15,29 (plus haut niveau depuis le 21 novembre 2016) / Clôture à ZAR 15,18

Norvège : La couronne norvégienne a été mis sous pression hier suite au nouveau recul important des prix de l’immobilier qui fait craindre aux observateurs l’explosion d’une bulle. En année glissante, la croissance des prix de l’immobilier a enregistré en mai son 4ième recul consécutif et chuté de 8,3% à 6,3%, soit moitié moins que le pic de 10 ans de 13% enregistré en février dernier. Dans le même temps, le FMI a publié un nouveau rapport sur la Norvège dans lequel il préconise le maintien des taux d’intérêt à leur plus bas niveau historique (actuellement 0,5%) pour soutenir la reprise économique et assurer un redressement de l’inflation.

Performance du cours EUR/NOK hier : +0,48% - Point haut à NOK 9,5414 (plus haut niveau de la semaine) / Clôture à NOK 9,5242

Suède : La couronne suédoise a été soutenue hier par de bons résultats affichés par le secteur industriel. La production industrielle a enregistré un rebond de 2,1% sur un mois en mai. La dynamique à 12 mois progresse de 0,8% à 8,0%, soit le plus haut niveau observé sur les 18 derniers mois.

Performance du cours EUR/SEK hier : -0,41% - Point bas à SEK 9,6160 / Clôture à SEK 9,6319

Focus du jour –  Minutes de la BCE (13h30)…Chiffres ADP (14h15) et ISM non-manufacturier (16h00) aux Etats Unis…Tensions Etats Unis/Chine sur le dossier de la Corée du Nord…Accord de libre-échange EU-Japon attendu

BCE : En tout début d’après-midi, la banque centrale européenne publiera le compte rendu de la réunion des 7 et 8 juin derniers à l’issue de laquelle les responsables monétaires européens avaient décidé de supprimer de son communiqué officiel le biais accommodant relatif à une potentielle nouvelle baisse de taux d’intérêt. Alors que les investisseurs semblent convaincus suite aux propos tenus la semaine dernière par Mario Draghi qu’un ajustement monétaire se prépare dans les prochains mois, ce document permettra de faire un état des lieux du positionnement des membres du conseil de gouvernance de la banque.

Etats Unis : Deux rapports économiques importants seront publiés cette après-midi aux Etats Unis. Le premier est le rapport ADP sur les créations d’emploi dans le secteur privé au mois de juin (consensus : 185k vs 253k en mai) qui donne de premiers indices de la vigueur du marché du travail, pas toujours vérifiés, avant la publication des chiffres officiels de l’emploi le vendredi. Le second est l’indice ISM qui traque la croissance de l’activité des entreprises privés du secteur des services aux Etats Unis. Ces deux indicateurs offrent une vue générale de l’état de santé de l’économie américaine.

Corée du nord : A l’issue de la réunion exceptionnelle du conseil de sécurité de l’ONU, faisant suite au lancement réussi d’un missile intercontinental mardi par la Corée du Nord, les Etats Unis pressent la Chine de prendre des mesures contre Pyongyang sans quoi les relations commerciales entre les deux pays pourraient se détériorer. Cette menace n’est pas anodine et intervient à quelques jours de la fin du plan d’action de 100 jours qui avait été conclu en avril lors de la venue du président chinois en Floride.

  EU-Japon : En marge du sommet du G20, un premier accord fixant le cadre d’un futur traité de libre-échange entre l’Union Européenne et le Japon devrait être signé ce jeudi d’après plusieurs médias politiques nippons. Cet accord viendrait matérialiser quatre ans de négociation.

EUR

Les fondamentaux économiques continuent de progresser en Europe ce qui renforce l’idée chez les observateurs les plus optimistes que l’on s’achemine progressivement vers une fin prochaine de la politique ultra-accommodante de la BCE. Malgré un léger recul par rapport au mois de mai, la croissance de l’activité du secteur privé européen reste très solide. Les enquêtes PMI au second trimestre suggèrent selon l’agence IHS Markit une croissance de 0,7% au second trimestre après celle déjà robuste de 0,6% lors des trois premiers mois de l’année. Ce serait la meilleure performance enregistrée depuis 9 trimestres. La croissance des ventes au détail est ressortie légèrement au-dessus des attentes (0,4% M/M vs consensus de 0,3%) et enregistre son 5ième mois consécutif de hausse. C’est une bonne nouvelle quand on sait que la consommation domestique reste un facteur prépondérant de croissance.  

S’il ne fait nulle doute que les membres de la BCE accueillent positivement ce renforcement des conditions économiques dans la région, certains d’entre eux semblent vouloir privilégier la prudence et redoutent une réaction trop abrupte des marchés financiers en cas de changement soudain d’orientation monétaire. Depuis le début de la semaine, la BCE tente tant bien que mal d’éteindre un feu qu’elle a elle-même créé, d’où cette correction de l’euro à laquelle on assiste actuellement. Ces efforts pourraient être vains si le compte rendu de la réunion de juin signalent une volonté commune d’ajuster prochainement la politique monétaire.

Aujourd’hui :  Commandes industrielles en Allemagne et Compte rendu de la réunion de la BCE en juin

EUR/USD à 1,1339 (-0,11%)

USD

Les investisseurs semblent perplexes à la lecture du compte rendu de la réunion monétaire de la Fed en juin. Son contenu n’a pas permis de dissiper les doutes qui subsistent quant à la capacité de la banque centrale américaine à poursuivre dans les prochains mois sa politique de normalisation monétaire. Deux camps s’opposent actuellement au sein du comité exécutif entre les plus optimistes qui pensent que le ralentissement actuel de l’inflation n’est que temporaire et ceux, plus pessimistes, qui redoutent que cette tendance persiste alors que l’on observe un recul de l’optimisme parmi les entreprises face à la lenteur des réformes censées être mise en place par le gouvernement. Le dollar américain reste assez stable alors que ce rapport n’offre pas réellement de réponses aux questions que certains observateurs se posent.   

En l’absence de véritables signaux sur le calendrier de la Fed, les investisseurs vont devoir reporter leur attention sur les fondamentaux économiques, et notamment le rapport officiel sur l’emploi qui sera publié vendredi. Cette après-midi seront publiés de nombreux indicateurs économiques dont notamment le rapport sur l’emploi ADP, la balance commerciale, l’enquête d’activité ISM du secteur des services ou encore les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage. La résonance de ces chiffres et leurs impact sur la paire EUR/USD dépendra cependant grandement de l’impression laissée par le compte rendu de la réunion de la BCE en juin publié en début d’après-midi.

Aujourd’hui :  Rapport ADP / Indice ISM non-manufacturier / Balance commerciale / Inscriptions aux allocations chômage

GBP

La livre sterling reste assez stable pour le moment alors que s’exerce sur elle des forces contraires. La situation économique au Royaume-Uni reste un sujet d’inquiétude. Hier l’enquête d’activité PMI dans le secteur des services a signalé un recul légèrement plus important que prévu de la croissance des entreprises dans ce domaine d’activité. Celle-ci recule à son plus bas niveau depuis quatre mois. Pour les économistes de l’agence IHS Markit, les enquêtes d’activité au Royaume-Uni au second trimestre signalent malgré tout une croissance de l’économie de 0,4% sur la période, soit bien mieux que la performance de 0,2% enregistrée au 1er trimestre. Cependant l’économie britannique reste fortement handicapée par une baisse de la consommation domestique relative à une baisse du pouvoir d’achat des ménages. Le refus de Theresa May hier, malgré les pressions internes et externes, de changer sa position sur le plafonnement des salaires des employés du secteur public ne devrait pas améliorer la situation. Si l’économie inquiète, paradoxalement un scénario de hausse des taux d’intérêt dans le pays fait son chemin et apparaît toujours comme très crédible, d’autant plus avec un niveau d’inflation qui approche les 3%. Le Royaume-Uni a célébré hier les 10 ans de la dernière hausse de taux dans le pays.

Aujourd’hui :   Pas de chiffres clés

EUR/GBP à 0,8762 (-0,16%)

CHF

La marche reste pour le moment un peu trop haute…Testé depuis le début de la semaine , la paire EUR/CHF ne parvient pas à s’installer durablement au-dessus du seuil clé de ₣1,0950. Le cours a été grandement pénalisé par la nouvelle tentative de retour au calme d’un membre de la BCE hier (B. Coeuré), qui est venu rappeler aux investisseurs qu’un changement de politique monétaire par la BCE n’est pas encore d’actualité. Les pressions sur le cours de change restent malgré tout haussières pour le moment alors que la situation politique en Europe reste toujours stable. Un sentiment de nervosité pourrait néanmoins surgir à l’approche du début du lancement de la réunion du G20 ce vendredi en Allemagne où sera notamment programmée une rencontre au sommet entre le président américain Donald Trump et le président russe Vladimir Poutine, une entrevue qui se déroulera sur fond d’accusation d’ingérence de la Russie lors des dernières élections américaines. Les hostilités pourraient débuter aujourd’hui lors de la visite officielle du président américain en Pologne.

Aujourd’hui :   Inflation

EUR/CHF à 1,0947 (+0,05%)


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.