Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juil. 05, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :  

  • Retour de la paire de EUR/GBP au-dessus du seuil de £0,88 sur fond d’anticipation d’un indicateur PMI des services décevants
  • Rebond général de l’euro face à l’ensemble de ses pairs qui profite d’un attentisme des marchés avant le compte rendu de la Fed et d’anticipations de solides ventes au détail.
  • Pas de mouvements spécifiques des valeurs refuges (JPY, CHF & USD) pour le moment malgré la montée des tensions avec la Corée du Nord. Une réunion exceptionnelle du conseil de sécurité de l’ONU est programmée aujourd’hui.
  • Pétrole qui reste stable ce matin. Indice Brent toujours aux portes des $50

Focus de la séance de la veille –  Une politique monétaire accommodante « cruciale » pour un redressement de l’inflation en Europe…Une hausse de taux se profile au Canada…Décélération du secteur de la construction britannique…La banque centrale australienne préfère rester prudentes…La banque centrale suédoise supprime un seul de ses deux biais accommodants

 BCE : Le chef économiste de la BCE, Peter Praet, a expliqué hier qu’un redressement durable de l’inflation en Europe étant encore aujourd’hui conditionné par un maintien de coûts d’emprunt faibles, et donc d’une politique monétaire accommodante de la part de la BCE. Les membres de la banque centrale semblent vouloir, dans leurs récentes sorties, atténuer l’enthousiasme qui s’est emparé des marchés suite aux propos tenus par Mario Draghi la semaine dernière.  

Performance du cours EUR/ USD hier : -0,16% - Point bas à $1,1335 (plus bas niveau depuis 4 séances) / Clôture à $1,1342

Canada  : Le gouverneur central canadien Stephen Poloz a suggéré dans l’édition de mardi du journal allemand Handelsblatt que la banque centrale n’avait pas besoin d’attendre que l’inflation atteigne son objectif de long terme de 2% pour intervenir. Ces propos viennent corroborer l’idée qu’une hausse de taux se profile dans le pays, et potentiellement dès la semaine prochaine à l’occasion de la nouvelle réunion monétaire de la Banque du Canada dont les conclusions seront dévoilées le 12 juillet à 16h00. Les chiffres de l’emploi publiés ce vendredi pourraient offrir aux responsables monétaires canadiens le feu vert à un premier resserrement monétaire depuis 7 ans. Les marchés évaluent actuellement à près de 65% la probabilité d’une hausse de taux la semaine prochaine.

Performance du cours EUR/ CAD hier : -0,64% - Point bas à C$1,4645 (plus bas niveau depuis le 24 avril 2017) / Clôture à C$1,4683

Royaume-Uni : Nouveau signe peu rassurant de l’état de santé de l’économie britannique puisque après le secteur manufacturier lundi, c’est le secteur de la construction qui a montré ce mardi des signes de ralentissement. Selon l’enquête PMI, la croissance de l’activité de ce secteur a reculé en juin à un rythme plus important que ce qui était anticipé par le marché (indice ressorti à 54,8 vs consensus 55,0 et 56,0 en mai). Néanmoins, cette inflexion reste à nuancer puisque celle-ci intervient après que le secteur ait enregistré en mai sa plus forte dynamique depuis 17 mois.

Performance du cours EUR/ GBP hier : -0,01% - Point haut à £0,8770 / Clôture à £0,8777

Australie : Alors que l’on aurait pu s’attendre à ce que la banque centrale australienne imite ses consœurs et amorce une discussion autour d’une prochaine hausse de ses taux directeurs (taux actuellement à leur plus bas historique à 1,5%), il n’en fut rien. Au contraire, les responsables monétaires australiens semblent vouloir rester prudents pour le moment, et de ne pas prendre le risque de mettre en péril la reprise économique dans le pays tant qu’un redémarrage significatif de la croissance des salaires des ménages ne sera pas observé. Ce positionnement vient contraster avec la conviction actuelle des marchés selon laquelle on approche d’une fin de l’ère des politiques monétaires ultra-accommodantes dans les pays développés, d’où un certain sentiment de déception hier qui a pénalisé le dollar australien.

Performance du cours EUR/ AUD hier : +0,57% - Point haut à A$1,4951 (plus haut niveau depuis 4 séances) / Clôture à $1,4918

Suède : Sans surprise la banque centrale suédoise a maintenu ses taux directeurs et son volume mensuel de rachat d’actifs inchangés. Cette dernière a néanmoins légèrement ajusté sa communication puisqu’elle ne fait désormais plus référence à une potentielle extension de son programme d’assouplissement quantitatif (ie QE ou rachat d’actifs). Néanmoins, les investisseurs ont été déçus de voir que les responsables monétaires suédois conservent un biais accommodant et n’excluent pas pour le moment une nouvelle baisse de taux d’intérêt si la situation le requiert.

Performance du cours EUR/ SEK hier : +0,29% - Point haut à SEK 9,6990 (plus haut niveau depuis 3 séances) / Clôture à SEK 9,6717

Focus du jour –  Minutes de la Fed (20h00)…Enquête PMI dans le secteur des services britanniques (10h30)…Ventes au détail en Zone Euro (11h00)…Réunion exceptionnelle du conseil de sécurité de l’ONU pour traiter du cas nord-coréen

Fed : Lors de la dernière réunion, Janet Yellen avait livré une analyse plutôt optimiste de l’économie américaine et ne voyait pas de raisons de stopper le processus de normalisation monétaire dans lequel était engagé la réserve fédérale américaine, à savoir une remontée graduelle des taux d’intérêt et une réduction à venir du bilan de $4,5Trds de la banque centrale. Les investisseurs restent quant à eux plutôt sceptiques alors que l’économie américaine a montré des signes de fléchissement en ce début d’année 2017 et que le nouveau gouvernement peine à mettre en place ses réformes. Le compte rendu de la réunion de juin est donc très attendu et devrait permettre de savoir si cette vision positive des perspectives économiques du pays exprimée par la présidente de la Fed est partagée par l’ensemble des gouverneurs centraux américains. Des signaux indiquant un consensus des membres de la Fed à poursuivre la politique de hausse de taux pourrait venir raviver les spéculations autour d’un scénario d’une intervention en septembre prochain.

Royaume-Uni : Les deux enquêtes d’activité économique (secteurs manufacturier et de la construction) de juin au Royaume-Uni publiées en ce début de semaine sont ressorties inférieures aux attentes des économistes et semblent signaler un ralentissement de la croissance dans le pays sur cette période. Véritable moteur de l’économie britannique, la santé du secteur des services sera observée par les marchés avec une attention toute particulière. Le consensus table sur un indicateur de 53,5 au mois de juin contre 53,8 en mai, ce qui serait la plus faible dynamique enregistrée par le secteur sur les 4 derniers mois. Si d’aventure l’indice ressortait sous le niveau de 53,0, on assisterait en juin à la plus faible croissance d’activité du secteur depuis au moins 9 mois, ce qui provoquerait sans aucun doute de nouvelles pressions baissières sur la livre sterling.

Zone Euro : On observe depuis quatre mois consécutifs une croissance positive des ventes au détail en Zone Euro et les analystes tablent sur un nouveau rebond de 0,3% M/M au mois de mai. Si tel est le cas, ce serait un nouveau signe de la robustesse de la consommation domestique en Europe et donc une nouvelle preuve évidente d’une accélération de la reprise économique dans la région. Ce serait également la 1ère fois depuis près de deux ans et la période avril-août 2015 que la région enregistre cinq mois consécutifs de hausse des ventes au détail.

ONU : Une réunion exceptionnelle du conseil de sécurité de l’ONU se tiendra aujourd’hui à la demande des Etats Unis pour discuter des sanctions et actions à prendre à l’encontre de la Corée du Nord alors qu’a été confirmé ce matin par les Etats Unis que Pyongyang avait procédé avec succès à un tir de missile intercontinental pouvant transporter des charges nucléaires lourdes et dont la portée pourrait atteindre l’Alaska (Etats Unis).

EUR

L’euro enregistre actuellement un recul de 0,9% sur les trois dernières séances et efface une partie des gains enregistrés suite aux propos de Mario Draghi la semaine dernière, et leur interprétation selon lesquels une inflexion monétaire par la BCE était en voie de préparation. Le plus fort recul mensuel depuis un peu plus d’un an enregistré par l’indice de prix à la production (-0,4% M/M en mai, soit 3,3% sur 12 mois) est venu rappeler aux investisseurs que la Zone Euro n’en avait pas complètement fini avec ses problèmes d’inflation. Cette instabilité des prix en Europe reste très surveillée par les responsables monétaires européennes et pourrait justifier un maintien prolongé du soutien monétaire actuel de la BCE comme l’a rappelé le chef économiste de la banque centrale hier. « Trop haut, trop vite » sur la base d’anticipations pas réellement justifiées semblent caractériser la récente volatilité de la paire EUR/USD d’où cette correction actuelle. Une correction qui pourrait s’intensifier d’ici la fin du mois si les responsables monétaires européens optent pour une position défensive.

Une nouvelle croissance positive des ventes au détail en Zone Euro au mois de mai – ce qui serait le 5ième mois consécutif de hausse – viendrait confirmer la robustesse de la consommation des ménages européens, et potentiellement offrir quelques gains à l’euro en attendant les Minutes de la Fed ce soir.

Aujourd’hui :   Révision de l’indice PMI des services en Allemagne, France, Italie et Zone Euro / Ventes au détail en Zone Euro

EUR/USD à  1,1362 (+0,18%)

USD

Les marchés américains réouvrent aujourd’hui après un jour férié et la traditionnelle célébration de la fête de l’indépendance du 4 juillet. La volatilité durant cette séance pourrait rester modeste durant une grande partie de la journée alors que les regards sont tournés vers la Fed et la publication ce soir du compte rendu de la réunion monétaire des 13 et 14 juin dernier (voir Focus du jour). Le dollar américain pourrait cependant bénéficier d’un attrait des investisseurs pour les valeurs dites refuges alors que les tensions semblent s’intensifier entre les Etats Unis et la Corée du Nord suite à la confirmation d’un nouveau test de missile balistique intercontinental, mené par Pyongyang, dont la portée est susceptible d’atteindre le territoire américain selon plusieurs experts (Alaska). Une réunion exceptionnelle du conseil de sécurité de l’ONU aura lieu aujourd’hui à la demande des Etats Unis.

Aujourd’hui :  Minutes de la Fed / Commandes des usines / Indice d’activité ISM de la Fed de New York

GBP

La livre sterling reste grandement pénalisé en ce début de semaine par des indicateurs économiques plutôt décevants. Néanmoins, ces nouveaux signes de ralentissement de l’économie britannique ne se répercute pas réellement sur la paire EUR/GBP qui reste plutôt stable, sous le niveau de £0,88. La correction dont fait l’objet l’euro depuis lundi semble venir compenser la déception provoquée par les récentes statistiques économiques britanniques. Il est possible que l’on est également un certain attentisme des marchés avant la publication de l’enquête d’activité des industries de service ce mercredi, secteur qui est le véritable moteur économique du pays. Si d’aventure, on observe ce matin un recul bien plus important que prévu de l’indice PMI des services en juin dès lors les pressions baissières sur la livre sterling pourraient s’intensifier et renvoyer la paire EUR/GBP au-dessus du niveau de £0,88. A l’inverse, le cours pourrait venir chuter sous le support de £0,8750-70 si l’on observe une accélération de la croissance dans ce secteur.

Aujourd’hui :   Indice PMI dans le secteur des services

EUR/GBP à  0,8801 (+0,27%)

CHF

Malgré la faiblesse de l’euro en ce début de semaine, la modeste volatilité sur les marchés des changes observée sur les deux dernières séances semble profiter à la paire EUR/CHF qui teste de nouveau le seuil clé de ₣1,0950. Pour le moment la paire paraît totalement insensible à la montée des tensions entre les Etats Unis et la Corée du Nord semble tirer ses gains du relatif calme qui émane de l’Europe ces derniers jours et notamment de l’absence d’actualités « négatives » importantes concernant le Brexit ou encore l’Italie. Au contraire, la commission européenne a donné hier son feu vert au plan de restructuration de la banque italienne Monte dei Paschi di Sienna dont le risque de faillite avait provoquer quelques tumultes en Europe en fin d’année dernière.

Aujourd’hui :   Pas de chiffres clés

EUR/CHF à  1,0955 (+0,02%)


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.