Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juin 13, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

*Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • Euro en recul face à l’ensemble de ses pairs du G10 en fin de séance asiatique.
  • Rebond de 0,4% du dollar canadien ce matin (déjà +1,0% en séance lundi) en réaction aux propos d’un membre de la Banque du Canada suggérant une possible hausse de taux dans le pays.
  • Livre sterling stable ce matin face à l’euro avant une journée qui s’annonce chargée : statistiques d’inflation (10h30), négociations entre T. May et les membres du DUP & visite officielle de T.May en France.                                                 

*Focus de la veille -  La livre sterling victime de l’instabilité politique au Royaume-Uni…Rebond du rand sud-africain après le nouveau rapport de crédit de Moody’s…Un membre de la Banque du Canada évoque une possible hausse de taux dans le pays

Royaume-Uni : La livre sterling a de nouveau ce lundi, dans la continuité de la dynamique observée vendredi dernier, fait l’objet d’importantes pressions baissières résultant d’un retour des incertitudes politiques suite au scrutin de jeudi dernier au cours duquel aucun parti n’a réussi à acquérir une majorité absolue au parlement. Si certains experts évoquent la possibilité d’un ajustement de la stratégie de sortie de l’UE par Theresa May faute de soutien au parlement et se mettent à rêver d’un maintien du Royaume-Uni au sein du marché commun européen, les investisseurs restent sceptiques et goûtent peu à cette nouvelle instabilité politique dans le pays dans un contexte économique fragile.  Après Standard & Poor’s vendredi dernier, c’est l’agence de notation Moody’s qui a fait allusion à une possible dégradation de la note de crédit du pays dans le cas où ces incertitudes se matérialisent en une dégradation des perspectives économiques britanniques. Le sentiment d’incertitude prédomine parmi les investisseurs alors que certains médias ont révélé ce week-end que rien n’avait été encore signé entre conservateurs britanniques et unionistes démocrates nord-irlandais, et que plusieurs membres du gouvernement, issus de la même famille politique que la première ministre, réclamaient la démission de cette dernière.

Performance du cours EUR/GBP hier :+-0,76% - Point haut à 0,8866 (plus haut depuis 7 mois) / Clôture à £0,8848

Afrique du Sud : Moody’s a annoncé vendredi dernier la dégradation d’un rang de la note de crédit de l’Afrique du Sud (de Baa2 à Baa3) sur la base d’institutions politiques fragilisées, d’une dégradation des perspectives économiques et d’une hausse dangereuse des déficits publics. Malgré cette décision, la note de crédit du pays reste classée au rang d’investissement de qualité (ou « investment grade »), ce qui n’est pas le cas aux yeux des autres agences S&P et Fitch qui ont décidé en avril d’abaisser la note de crédit du pays au rang d’investissement spéculatif (« junk bonds » ou crédit à haut rendement. C’est donc avec soulagement que les investisseurs ont accueilli la nouvelle d’où l’important rebond ce lundi du rand sud-africain. Moody’s évalue néanmoins comme négatif l’environnement économique actuel, ce qui laisse la porte ouverte à une nouvelle intervention dans les prochains mois.

Performance du cours EUR/ZAR hier : -0,93% - Point bas à ZAR 14,31 (Plus bas depuis 4 séances) / Clôture à ZAR 14,36

Banque du Canada : Le dollar canadien s’est apprécié de plus de 1% hier face à l’euro en réaction aux propos de la première sous-gouverneur de la Banque du Canada, Carolyn Wilkins, suggérant que la banque centrale canadienne pourrait rehausser ses taux plus rapidement que prévu, notamment si un rebond des prix du pétrole vient soutenir la bonne performance de l’économie canadienne au premier trimestre 2017. Cette déclaration est d’autant plus surprenante qu’un risque de baisse de taux avait été évoqué ces dernières mois sur fond de craintes à l’égard d’une possible suppression des accords de libre-échange nord-américains. Les discussions sont pour le moment au point mort, la faute à un agenda économique freiné et pollué par les séries de controverses qui frappent le président américain.

Performance du cours EUR/CAD hier : -1,01% - Point bas à C$1,4913 (Plus bas depuis un mois) / Clôture à C$1,4924

*Focus du jour  - Pause pour l’inflation au Royaume-Uni ? (10h30)…Agenda chargée pour Theresa May : Rencontres avec les membres du DUP et visite officielle en France…Audition de Jeff Sessions (ministre de la justice) devant le Sénat et début de la nouvelle réunion monétaire de la Fed…Inflation en Suède (09h30)

Royaume-Uni (1) – Regards tournés vers l’inflation :   Le ralentissement de l’économie britannique en 2017 (0,2% T/T de croissance au 1er trimestre vs 0,7% fin 2016) résulte principalement d’une baisse significative de la consommation des ménages dont le pouvoir d’achat est directement impacté par une inflation à son plus haut niveau depuis septembre 2013 et un recul en parallèle des salaires. Les économistes tablent sur une hausse modeste des prix à la consommation en mai (consensus de 0,2% M/M) ; principalement dû à la baisse des prix de l’énergie durant cette période – et au maintien de la dynamique générale à 12 mois à son niveau du mois dernier de 2,7%. Un tel résultat pourrait venir légèrement soulager les craintes des investisseurs concernant la santé de l’économie britannique, tandis qu’à l’inverse une nouvelle accélération des prix pourrait venir renforcer le sentiment de défiance actuel des investisseurs. A noter que les marchés pourraient rester quelque peu insensibles à ce chiffre compte tenu du contexte politique actuel et en attendant la publication des nouvelles statistiques de l’emploi programmées mercredi matin.

Royaume-Uni (2) – Agenda chargé pour Theresa May : La première ministre britannique doit rencontrer aujourd’hui les dirigeants du parti unioniste démocrate nord-irlandais (DUP) afin de discuter des termes d’une coalition qui permettrait au parti conservateur de conserver une courte majorité au parlement. Selon certains médias, le DUP pourrait principalement réclamer une hausse de la part budgétaire initialement destinée à l’Irlande du Nord. Cependant un point de divergence reste en suspens, à savoir le sort de la future frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande une fois la sortie de l’UE entérinée. Le DUP souhaiterait que la frontière avec son voisin reste ouverte (plus de 30% des exportations nord-irlandaises sont réalisées avec la République d’Irlande). Il sera important de voir si les conditions de cette négociation pourrait résulter sur un ajustement de la stratégie de sortie du Royaume-Uni. Sans accord final entre les deux partis, la livre sterling devrait rester sous pression. En fin de journée, Theresa May rendra visite au nouveau locataire de l’Elysée Emmanuel Macron. Le rapport de force entre le président français en passe de s’assurer une large majorité parlementaire et la première ministre britannique qui vient d’échouer dans cette mission sera intéressant à observer. Si du côté britannique on a indiqué que les discussions seront principalement tournées autour de la lutte contre le terrorisme, la question de la future sortie du Royaume-Uni pourrait être abordée.

Etats Unis – Audition du ministre de la Justice au Sénat : Dans le cadre de l’enquête menée sur les potentiels liens de collusion entre le président américain et ses collaborateurs avec plusieurs hauts responsables russes ayant potentiellement mené à une ingérence de la Russie dans les résultats des dernières élections présidentielles américaines, le Sénat auditionnera aujourd’hui le ministre de la justice Jeff Sessions. Cette audition intervient quelques jours après celle de l’ex-directeur du FBI James Comey qui avait reconnu des pressions mais néanmoins aucun ordre officiel de la part de Donald Trump pour stopper une enquête à l’époque menée sur l’ancien secrétaire à la sécurité intérieure Michael Flynn. Il ne va sans dire que de nouvelles révélations à charge contre le président américain viendraient raviver les débats autour d’une potentielle destitution du président américain, et par conséquent peser négativement sur la valorisation du dollar américain. Dans le même temps, les membres de la réserve fédérale américain entameront leur réunion monétaire à l’issue de laquelle ils pourraient décider d’une nouvelle hausse de taux.

Suède – Inflation nulle en mai : Après l’important rebond de l’indice des prix à la consommation au mois d’avril (+0,6% M/M), les économistes anticipent une croissance nulle en mai et donc un ralentissement de la dynamique à 12 mois de 1,9% à 1,7%. On a vu à travers les chiffres de la Zone Euro que le ralentissement des prix des matières premières sur cette période a eu un impact plus important que prévu. Dans ce contexte, un risque existe que ces chiffres ressortent en-dessous des attentes. Un tel résultat conforterait la banque de Suède à maintenir sa politique de soutien monétaire via des rachats d’actifs, et à potentiellement réfléchir à une nouvelle extension.

 

EUR

Malgré un début de correction entrevue sur l’euro suite aux propos prudents de la banque centrale européenne qui refuse pour le moment d’évoquer l’idée d’une réduction de son soutien monétaire tant que l’inflation ne sera pas stabilisé, celle-ci reste néanmoins très modeste. Les résultats des élections locales qui se sont déroulées le week-end dernier en France (élections législatives) et Italie (élections municipales avancées) ont de nouveau mis en exergue la baisse d’influence des partis populistes et eurosceptiques. En France, le parti du président Emmanuel Macron est arrivé très largement en tête au 1er tour des législatives (32,3%) devant le parti de centre droit Les Républicains (21,5%) et le parti d’extrême droite le Front National (13,2%). Le président français est en bonne voie pour s’assurer une forte majorité absolue au parlement à l’issue du scrutin final prévue ce dimanche. En Italie, le Mouvement 5 Etoiles a été éliminé dès le 1er tour des élections municipales de sept grandes villes italiennes telles que Gènes, Palerme et Parme. Ce résultat est un coup d’arrêt pour le parti eurosceptique avant les élections générales programmées en mai 2018. Le cours EUR/USD oscille pour le moment au sein d’une borne de fluctuation étroite de $1,1150-$1,1300 (fourchette observée en juin), et pourrait s’y maintenir jusqu’à mercredi soir et la décision de la Fed.

Correction modeste de l’euro sous couvert d’une dissipation des incertitudes politiques en Europe (signes de stabilité en France)

Aujourd’hui :   Indice ZEW en Allemagne

EUR/USD à 1,1188 (-0,11%)

USD

Malgré la perspective d’une potentielle annonce d’une nouvelle hausse de taux par la Fed mercredi soir, le dollar américain peine à se redresser. Deux raisons principales peuvent expliquer cette inertie actuelle de la devise américaine. La première est que la devise américaine reste pénalisée par une focalisation de l’attention des investisseurs sur les débats autour des « affaires » de Donald Trump, et de la nervosité palpable qui en découle. Au cours des dernières semaines/jours, la relation et les échanges entre l’ex-directeur du FBI James Comey et le président américain ont bénéficié d’une couverture médiatique très importante, reléguant les débat monétaires au second plan. Le second argument qui pourrait expliquer la relative stagnation du dollar est l’incertitude qui entoure le futur calendrier monétaire de la Fed compte tenu des signes récents de fléchissement de l’inflation et de la lenteur des réformes dans le pays. Une dissipation de la nervosité générale des marchés à l’égard des soupçons qui pèsent sur Donald Trump – audition de Jeff Sessions aujourd’hui (voir Focus du jour) – pourrait faciliter un rebond du dollar en cas de discours optimiste de la Fed ce mercredi.

Pas d’emballement pour le moment avant la réunion de la Fed…Les « affaires » politiques continuent de monopoliser l’attention

Aujourd’hui :  Indices PPI / Indice NFIB de confiance des PME

GBP

La dynamique baissière sur la livre sterling va-t-elle se poursuivre pour un 3ième jour consécutif ou au contraire se stopper ? Des signes de stabilisation et consolidation du pouvoir politique pourraient venir apaiser quelque peu les tensions autour de la devise britannique. Celle-ci reste sensible à l’instabilité politique actuelle et à l’incertitude qui entoure l’avenir de Theresa May, dont le maintien à la tête du pouvoir est remis en cause par certains membres de sa propre famille politique, et la nouvelle coalition entre conservateurs et unionistes démocrates nord-irlandais. Compte tenu du contexte économique actuellement très fragile, le Royaume-Uni ne peut se permettre de tomber dans une nouvelle crise politique (cf Moody’s), aussi on peut s’attendre à ce que les luttes intestines au sein du parti conservateur cessent . Par ailleurs, une négociation rapide des conditions de cette coalition pourrait permettre un retour au calme, du moins temporaire, dans le pays. Après avoir chuté à un plus bas depuis 7 mois face à l’euro hier, on pourrait observer un rebond aujourd’hui de la livre sterling en cas d’apaisement des tensions politiques. Les nouveaux chiffres de l’inflation seront à surveiller, notamment en amont de la nouvelle réunion monétaire de la Banque d’Angleterre programmée ce jeudi.

La livre sterling à un nouveau point bas depuis 7 mois en réaction à une forte instabilité politique au Royaume-Uni

Aujourd’hui :   Inflation

EUR/GBP à 0,8842 (-0,07%)

CHF

On observe une sorte de statu quo de la paire EUR/CHF qui se maintient toujours au niveau de son support technique de ₣1,0850. Les pressions haussières sur l’euro eu égard à la dissipation des incertitudes politiques en Zone Euro suite aux élections locales françaises et italiennes sont compensées par des pressions haussières sur le franc découlant d’une instabilité politique forte au Royaume-Uni. Le potentiel haussier de la paire pourrait de nouveau rester modeste aujourd’hui compte tenu du calendrier politique de la journée (négociations entre T.May et les membres du DUP, audition de Jeff Sessions aux Etats Unis).

Stabilisation de la paire EUR/CHF sur un support de ₣1,0850…Instabilité au Royaume-Uni vs Baisse des risques politiques en Zone Euro

Aujourd’hui :   Pas de chiffres clés

EUR/CHF à 1,0849 (-0,01%)


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.