Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

mai 03, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • Période de congés de trois jours au Japon (Golden week) – Marchés fermés
  • Le dollar australien recule ce matin de plus de 0,5% face à l’euro en réaction à une chute de près de 2% des prix du minerai de fer en Chine et à des résultats décevants du groupe BHP Billiton.
  • Le franc suisse recule de près de 0,2% face à l’euro sur fond de nouvelles tensions entre l’UE et le Royaume-Uni alors que le journal FT évoque une « facture de plus de €100Mds » réclamée par les européens.
  • Le spectre d’un « Hard Brexit » fait son retour mais pour le moment la livre sterling apparait totalement insensible à ces incertitudes.
  • Léger recul de l’EUR/USD de -0,1% ($1,0920) ce matin avant la Fed et le débat final en France ce soir.

Focus de la veille :  La Grèce bien partie pour s’éviter une nouvelle crise cet été…Le dollar plombé par Apple et un certain attentisme avant la Fed…Accélération surprise de l’activité manufacturière au Royaume-Uni…Démission surprise du premier ministre tchèque…Les prix du pétrole dégringolent de 2%, le Brent se maintenant de justesse à $50

Grèce : Mardi matin, le gouvernement grec a annoncé être tombé d’accord avec ses créanciers sur une série de nouvelles coupes budgétaires, conditions préalables au déblocage d’une nouvelle tranche d’aide qui est nécessaire au pays afin de lui permettre de rembourser les intérêts sur sa dette d’un montant de €7Mds dont l’échéance approche à grand pas (juillet). Ces mesures prévoient une nouvelle baisse des retraites et une hausse des impôts. Si le spectre d’une nouvelle crise en Grèce cet été s’éloigne quelque peu avec ce nouvel accord, ces conditions doivent encore être approuvées par les ministres des finances de l’UE qui se réuniront le 22 mai prochain. 

Etats Unis : Le dollar a été légèrement impacté en fin de journée suite à la publication de résultats trimestriels plutôt mitigés de la part du géant de l’électronique Apple, le chiffre d’affaire et la vente d’Iphone au second trimestre de l’année fiscale 2017 demeurant en dessous des attentes des marchés. Le dollar est également pénalisé par un certain attentisme des marchés avant la publication des conclusions de la Fed mercredi soir. La faiblesse de la croissance au 1er trimestre 2017 pourrait inciter la Fed à freiner son processus de normalisation, et ainsi décaler après juin la date de sa prochaine hausse de taux.

Performance du cours EUR/USD hier : +0,27% - Point haut à $1,0933 / Clôture à $1,0927

Royaume-Uni : L’activité du secteur manufacturier britannique a évolué en avril à son plus haut rythme depuis plus de trois ans et demi indique l’enquête PMI publiée mardi matin. Cette dynamique qui n’était pas attendue si forte par les observateurs de marché vient réconforter quelque peu le pessimisme qui a éclot suite à la publication de chiffres de croissance au 1er trimestre en net recul par rapport à la fin d’année 2016. Le principal test sera passé ce jeudi avec la publication de l’indice PMI dans le secteur des services, un secteur qui produit plus de 75% du PIB du pays.

Performance du cours EUR/GBP hier : -0,09% - Point bas à £0,8421 / Clôture à £0,8447

République Tchèque : Démission surprise hier du premier ministre tchèque dont l’entente avec son ministre des finances s’était fortement dégradée ces derniers jours.

Performance du cours EUR/CZK hier : +0,15% - Point haut à CZK 26,95 / Clôture à CZK 26,91

Pétrole : Les cours du pétrole ont chuté hier de plus de 2% - l’indice Brent se maintenant de justesse au-dessus du niveau de $50 tandis que l’indice WTI a clôturé sous le niveau de $48 – pour atteindre un plus bas depuis plus d’un mois. Les investisseurs ont réagi négativement aux signaux indiquant que les réserves pétrolières américaines continuent de s’accroître et aux propos de l’Arabie Saoudite qui a indiqué hier s’en sortir mieux que prévu dans un environnement de prix bas. Les spéculations continuent d’aller bon train avant la réunion semestrielle de l’OPEP qui aura lieu le 25 mai prochain et durant laquelle les membres décideront s’ils prolongent leur politique de quota qui arrivera à échéance en juin, et dans quelles conditions ils souhaitent appliquer cette stratégie. Le dollar canadien continue sur sa dynamique baissière face à l’euro, le cours EUR/CAD atteignant hier un pic à C$1,50 pour la première fois depuis le jour de la publication des résultats de l’élection présidentielle américaine en novembre dernier.

Performance du cours EUR/CAD hier : 0,50% - Point haut à C$1,5000 / Clôture à C$1,4981

Focus du jour  :  Quels signaux de la Fed ?...Bruxelles dévoile ses plans pour le ‘Brexit’…Débat final entre les candidats E. Macron et M. Le Pen…1ère estimation de croissance au T1 2017 en Zone Euro

Fed : Selon toute vraisemblance, la Fed devrait marquer une pause ce mois-ci dans son processus de normalisation des conditions monétaires après la hausse de taux de mars intervenue en mars dernier. L’intérêt de cette nouvelle réunion monétaire ; qui ne sera pas suivie d’une conférence de presse de Janet Yellen ; est ailleurs. Les investisseurs sont soucieux de savoir si le ralentissement observé au travers des premières estimations de croissance au 1er trimestre (0,7% T/T en première lecture) pourrait inciter les banquiers centraux américains à marquer le pas et à faire preuve de davantage de prudence dans les prochains mois. Les investisseurs anticipent actuellement une nouvelle hausse de taux au mois de juin (66% de probabilité selon l’indice CME FedWatch Tool) seulement ils pourraient revoir à la baisse leur prévision en cas de signaux contradictoires de la Fed ce soir.

UE vs Brexit : Par l’intermédiaire de son négociateur en chef, Michel Barnier, Bruxelles va dévoiler aujourd’hui les directives détaillées qui ont été décidées par les 27 membres de l’UE lors du Sommet européen qui s’est tenu le weekend dernier. Le journal financier Financial Times a rapporté hier que les camps allemand et français poussaient pour une position stricte à l’égard du Royaume-Uni et étaient favorables au règlement d’une « facture de sortie » dont le montant pourrait dépasser les €100Mds, soit bien plus que le montant de €60Mds régulièrement évoqué par les médias ces dernières semaines. Ce matin Londres conteste ce montant, le négociateur en chef pour le camp britannique, David Davis, indiquant que le Royaume-Uni ne règlera jamais un tel montant.

France : Ce soir les candidats E. Macron et M. Le Pen se livreront à un dernier face à face avant le scrutin final programmé ce dimanche. Ce dernier débat télévisé (21h00) pourrait permettre de convaincre les derniers indécis même si à quelques jours du second tour le candidat pro-européen E. Macron semble disposer d’une avance très confortable sur sa rivale (59% vs 41% selon un sondage Elabe publié hier). Hier les électeurs de la France Insoumise, parti du leader d’extrême gauche J.L. Mélenchon, arrivé 4ième au 1er tour avec 19,6% des voix, ont indiqué qu’ils voteraient blanc ou s’abstiendraient ce dimanche.

Zone Euro : Ce matin, la Zone Euro publiera ces premières estimations de croissance au 1er trimestre 2017. Les économistes sondés tablent sur une accélération de l’activité économique à un rythme de 0,5% T/T contre 0,4% au T4 2016. Il s’agirait de la plus forte dynamique observée dans la région depuis un an.

EUR

L’euro reste soutenu par des fondamentaux économiques toujours solides qui confirment un redressement économique de la région (activité dans le secteur manufacturier à un pic depuis 6 ans & taux de chômage qui se maintient à un plus bas depuis près de 8 ans à 9,5%) et par un certain attentisme des marchés avant la Fed ce mercredi soir et le scrutin final en France ce dimanche. Malgré un recul de la paire sous le niveau de $1,09 lors de la séance d’hier, celle-ci a bénéficié en fin de journée d’un sentiment de déception des investisseurs américains à la lecture des résultats trimestriels d’Apple. Les premières estimations de croissance en Zone Euro au 1er trimestre publiées ce matin pourraient venir soutenir la bonne valorisation actuelle de l’euro. La paire pourrait continuer de naviguer cette séance dans un couloir étroit de $1,0850-$1,0950…du moins jusqu’à la publication des conclusions de la Fed programmée à 20h00 ce soir.

Aujourd’hui :  1ère estimation de croissance en Zone Euro au T1 2017 / Indices à la production en Zone Euro / Taux de chômage en Allemagne

EUR/USD à  1,0916 (-0,10%)

USD

Le dollar se maintient sur ses récents bas niveaux, la faute à un attentisme des investisseurs avant la réunion de la Fed de ce soir. La volatilité sur le dollar américain pourrait faire son apparition dès le début d’après-midi avec la publication successive des statistiques de l’emploi dans le secteur privé en avril (rapport ADP) et de l’indice d’activité dans le secteur tertiaire en avril (indice ISM non-manufacturier). Une pointe de pessimisme a fait son apparition depuis la parution de chiffres de croissance au 1er trimestre 2017 plutôt décevants. Ce sentiment pourrait se dissiper aussi rapidement qu’il est apparu si l’indice ISM cette après-midi ressort comme attendu en hausse et si les chiffres officiels de l’emploi ce vendredi signalent que la mauvaise performance du mois de mars n’était qu’exceptionnelle.  A noter également aujourd’hui qu’à moins d’un revirement de dernière minute, le Congrès américain devrait voter l’accord bipartisan sur le budget de $1,1Trds qui court jusqu’à septembre prochain.

Aujourd’hui :  Rapport ADP / Indices ISM non-manufacturier / Décision monétaire de la Fed

GBP

Au bon résultat surprise de l’indice PMI du secteur manufacturier est venu s’opposer de nouvelles incertitudes des marchés sur un possible début de négociation difficile entre le camp européen et le camp britannique. Du côté européen, sous l’égide de la France et de l’Allemagne, on a décidé de durcir le ton et d’indiquer qu’aucun traitement de faveur ne sera offert au Royaume-Uni. Du côté britannique, ces attaques sont malvenues alors que Theresa May devrait mener dans les prochaines semaines la bataille des législatives afin de s’assurer une nette majorité parlementaire en juin prochain. Ce matin, avant la publication des résultats de l’enquête d’activité dans le secteur de la construction, il est beaucoup question de la supposée « facture de sortie » de plus de €100Mds réclamée par l’UE. David Davis a indiqué, dans un entretien donné ce matin à la BBC, qu’il n’avait pas l’intention de se présenter devant les négociateurs européens en position de « suppliant ». Le spectre d’une sortie brutale fait sa réapparition et pourrait venir peser progressivement sur la valorisation de la livre sterling. Celle-ci semble pour le moment bénéficier d’un manque d’intérêt des marchés sur ce thème alors que les négociations ne débuteront pas avant le 8 juin et que l’attention est principalement focalisée sur le scrutin final de l’élection présidentielle française ce dimanche et la réunion de la Fed ce soir.

Aujourd’hui :   Indice PMI de la construction

EUR/GBP à  0,8441 (-0,07%)

CHF

Le franc suisse a engrangé quelques gains hier face à l’euro alors qu’il semble qu’un plafond à ₣1,0870 s’est formé sur la paire EUR/CHF et limite sa progression. Outre l’aspect technique, il semblerait que l’émergence de nouvelles tensions entre l’UE et le Royaume-Uni en marge des futures négociations de sortie du second ont également contribué à un léger renforcement du franc suisse. Le support de ₣1,08 pourrait un temps freiner ce rebond du franc, il ne serait pas surprenant de voir le cours évoluer sous ce niveau à la lecture des directives européennes sur le Brexit si celles-ci sont jugées trop rigides et ouvrent la porte à des négociations houleuses et difficiles.

Aujourd’hui :   Pas de chiffres clés

EUR/CHF à  1,0816 (-0,18%)


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.