Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

mars 27, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

*Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • Le dollar chute ce matin à son plus bas niveau depuis 4 mois sur fond d’érosion du crédit accordé par les investisseurs à D.Trump suite à l’abandon du projet de réforme de l’Obamacare vendredi.
  • Le cours EUR/USD a touché son plus haut niveau depuis 4 mois à $1,0874.
  • Les craintes à l’égard des perspectives économiques américaines viennent soutenir les valeurs refuges telles que le yen japonais et le franc suisse. EUR/JPY de retour sous le seuil de ¥120 et paire EUR/CHF sous ₣1,07.
  • Livre sterling en légère hausse face à l’euro alors que Theresa May se rend en Ecosse aujourd’hui avant le lancement officiel du Brexit qui sera fait ce mercredi.                                                    

*Focus de vendredi/week-end : Abandon de la réforme de l’Obamacare…Accélération de l’économie en Zone Euro (PMI)…L’UE fête ses 60 ans sans accroc…Pas d’accélération en vue de la part de la Fed (pour le moment)…Atténuation des pressions haussières sur la livre sterling

Etats Unis / Obamacare : Etats Unis : Mesure pourtant phare de sa campagne, Donald Trump a décidé d’abandonner ; du moins à court terme ; son projet de réforme de l’Obamacare, faute de soutien au sein de la chambre des représentants. La réforme proposée par Washington pour abroger et remplacer la loi sur la protection sociale aux Etats Unis s’est heurtée à l’opposition unanime du camp démocrate, mais également de membres de l’aile droite du parti républicain. Il s’agit là d’un second revers majeur pour Donald Trump après le blocage de son décret sur l’immigration. Celui-ci sonne comme un désaveu et vient remettre en cause sa qualité de négociateur très largement mise en avant durant la campagne présidentielle. Dans la foulée de son abandon, le président américain a annoncé qu’il souhaitait vite tourner la page et se concentrer maintenant sur les autres mesures clés de sa campagne, et principalement sur le projet de réforme fiscale.

PMI en Zone Euro : Les premières enquêtes PMI d’activité en Zone Euro publiées vendredi signalent une nouvelle accélération de l’économie dans la région à un rythme qui n’avait plus été observé depuis près de 6 ans. Ce résultat démontre que les acteurs économiques demeurent pour le moment imperméable aux incertitudes politiques qui planent en amont des échéances politiques à venir, et donne du grain à moudre à ceux qui militent pour une sortie progressive de la politique ultra-accommodante actuelle. A cette occasion, le cours EUR/USD est repassé temporairement au-dessus du niveau de $1,08 (pic enregistré à $1,0818).

Anniversaire de l’Union Européenne : L’ensemble des responsables européens étaient réunis ce weekend à Rome à l’occasion du 60ième anniversaire de la signature du traité donnant naissance à la Communauté économique européenne, l’ancêtre de ce qui est devenu aujourd’hui l’Union Européenne. Alors que l’on pouvait redouter des tensions, les relations entre Bruxelles et la Pologne ou la Grèce n’étant pas au beau fixe, il n’en fut rien. Les premiers ministres polonais et grecs ont bien signé la déclaration commune. Cette entente, peut-être de façade, laisse néanmoins entrevoir les prémisses d’une plus forte intégration au sein de l’union et d’une nouvelle orientation politique commune. La déclaration signée ce weekend se conclue sur la phrase « L’Europe est notre avenir commun »…maintenant place aux actes.

Fed : Le président l’antenne de New York William Dudley (vote permanent au FOMC), a justifié une stratégie de remontée graduelle des taux et insisté sur le fait que la banque centrale américaine ne se risquerait pas à la moindre action « extrême ». Le président de la Fed de Saint Louis, James Bullard (pas de droit de vote au FOMC en 2017) se veut plus prudent et estime qu’il n’est pas utile de remonter encore les taux d’intérêt à deux reprises

Royaume-Uni : Dans un entretien au Times  ; le membre du conseil de gouvernance de la Banque d’Angleterre, Gertjan Vlieghe, a fait savoir que quand bien même l’inflation dépasserait le niveau de 3%, il n’envisagerait pas un scénario de hausse de taux, considérant cette dynamique temporaire. La livre sterling s’est dépréciée de 0,5% face à l’euro et le cours EUR/GBP a clôturé la semaine au-dessus du niveau de £0,8650.

*Focus de la semaine : Lancement du ‘Brexit’ ce mercredi (Royaume-Uni)…Ralentissement de l’inflation attendue en Zone Euro…Crise de crédibilité pour D.Trump ?

Royaume-Uni :  Après des mois d’attentes et des milliers d’articles sur ce thème, le Brexit sera officiellement lancé par Theresa May ce mercredi via une lettre envoyée aux dirigeants européens. Le lendemain, cette dernière délivrera les détails sur la façon dont elle compte assurer la conversion des lois européennes en lois britanniques. Avant cela, la première ministre britannique se rendra en Ecosse pour tenter d’apaiser les récentes tensions nées d’un refus de laisser la région organiser un nouveau référendum sur son indépendance à horizon 2019. Durant la semaine, de nouvelles spéculations baissières liées à l’incertitude entourant les conditions économiques, sociales et politiques de ce futur divorce entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne pourraient ressurgir.

Zone Euro : Cette semaine seront publiées les premières estimations de la dynamique d’inflation dans la région au cours du mois de mars. Comme d’habitude, ’Allemagne ouvrira le bal en publiant ses statistiques jeudi après-midi et délivrera une première avant que les chiffres agrégés de la Zone Euro ne soient publiés vendredi en fin de matinée. Les économistes tablent sur un net recul de la dynamique à 12 mois des prix à la consommation, la faute à une lourde chute des cours du pétrole sur cette période (-9% pour l’indice Brent en mars). Un tel résultat viendrait quelque peu atténuer l’optimisme grandissant observé en Europe ces derniers mois, et surtout justifier un prolongement du statu quo de la BCE même si celle-ci semble vraisemblablement se pencher sur une stratégie de sortie de sa politique ultra-accommodante.

Etats Unis : Comment vont réagir les marchés au camouflet reçu par Donald Trump sur son projet de réforme de l’Obamacare ? Si cet échec pourrait nourrir un sentiment (justifié) de défiance à l’égard du président américain sur sa capacité de mettre sur pied l’ensemble des promesses annoncées durant sa campagne, à l’inverse les marchés pourraient également accueillir positivement le fait que la Maison Blanche décide désormais de se concentrer sur le projet de réforme fiscale. Difficile en ce début de semaine de prédire la direction prise par le dollar américain, celui-ci pourrait continuer de naviguer en eaux troubles et de fluctuer au gré des annonces faites par Washington et du sentiment général des investisseurs à leur égard. Au niveau des fondamentaux, les marchés auront un œil attentif sur la publication de l’estimation finale du PIB au T4 2016 ce jeudi et les nouvelles statistiques de l’indice de prix PCE ce vendredi (indice privilégié par la Fed pour observer l’inflation).

En Bref : Japon  - Le pays publiera ses nouvelles statistiques d’inflation ce vendredi. Le gouverneur central de la Banque du Japon a indiqué vendredi qu’il ne voyait aucune raison valable de stopper le programme actuel de rachats massifs d’actifs tant que l’inflation restera éloignée de l’objectif de 2%. France – La campagne électorale se poursuit. Empêtré dans une série d’affaires judiciaires, François Fillon perd du terrain sur ses deux principaux rivaux E.Macron et M.Le Pen. A l’issue du débat télévisé de lundi dernier, J.L.Mélenchon a dépassé B.Hamon dans les intentions de vote et se place en 4ième position de la course à la présidentielle. Pas d’évènements majeurs avant le nouveau débat du 4 avril prochain.

EUR

Le cours EUR/USD a franchi ce matin son plus haut niveau de l’année, au-dessus du niveau de $1,0850 (pic recensé à $1,0874 avant l’ouverture des marchés européens), sur fond d’érosion du crédit accordé par les investisseurs à l’égard de Donald Trump suite à l’abandon du projet d’abrogation et de remplacement de l’Obamacare vendredi soir. Ce mouvement haussier pourrait persister durant une partie de la journée alors que seront publiés ce matin les indices IfO de confiance des entreprises allemandes ; dont l’indicateur principal devrait se maintenir à son plus haut niveau depuis juillet 2011 ; et les statistiques de croissance des prêts bancaires aux ménages et entreprises en Zone Euro.

L’EUR/USD brise la barrière des $1,08 et franchi son plus haut niveau de l’année 2017 !

Aujourd’hui :  Indice IfO de confiance des entreprises en Allemagne / Croissance des prêts bancaires aux entreprises & ménages en Zone Euro

EUR/USD à 1,0871 (+0,69%)

USD

L’indice DXY chute ce matin à son plus bas niveau depuis la réunion de la Fed du 14 décembre dernier alors que les investisseurs questionnent la capacité de Donald Trump à mettre en place l’ensemble des réformes économiques promises durant sa campagne. La phase d’euphorie entrevue au lendemain de son élection semble terminée, et le dollar perd progressivement l’ensemble des gains engrangés durant cette période à mesure que les échecs s’accumulent pour le président américain et son équipe. Ce nouveau sentiment de défiance va-t-il persister alors que la Maison Blanche souhaite désormais se consacrer à la réforme fiscale sur laquelle repose beaucoup d’attentes ? S’il est possible que de futures annonces viennent atténuer le pessimisme ambiant, les marchés pourraient demeurer désormais très prudents et ne plus céder au jeu des promesses et effets d’annonce.

Le dollar chute à son plus bas niveau depuis quatre mois au lendemain de l’abandon de la réforme de l’Obamacare

Aujourd’hui :  Indice d’activité manufacturière de la Fed de Dallas

GBP

Après avoir s’être appréciée de près de 1% face à l’euro et testée le seuil des £0,86 lors des quatre premières séances de la semaine dernière, la livre sterling a de nouveau dû subir quelques pressions baissières vendredi dernier. La réflexion autour d’un scénario de hausse de taux par la Banque d’Angleterre n’est pas encore partagée par tous les membres du comité de la banque centrale, et pourrait être mise en suspens dans les prochains jours alors que l’attention devrait principalement se porter cette semaine sur le lancement officiel du Brexit par la première ministre Theresa May (voir Focus de la semaine). Si beaucoup de choses ont déjà été dites et intégrées par le marché en ce qui concerne les potentielles conséquences néfastes résultant de cette futur rupture avec l’UE, la livre sterling ne demeure pas moins très sensible au contexte d’incertitude général. Les choses sérieuses vont enfin pouvoir commencer, aussi il ne serait pas surprenant de voir ressurgir des pressions baissières sur la devise britannique cette semaine.    

La lancement du ‘Brexit’ est imminent…possibles pressions baissières à observer sur la livre sterling cette semaine

Aujourd’hui :   Pas de chiffres clés

EUR/GBP à 0,8643 (-0,16%)

CHF

Les difficultés rencontrées actuellement par Donald Trump viennent remettre en cause l’optimisme général des marchés sur une possible accélération de la croissance mondiale sous l’égide de la politique relationniste du président américain. Malgré le large rebond du cours EUR/USD ce matin, la paire EUR/CHF reste sur la défensive et fluctue ce matin sous le niveau de ₣1,07. Le ralentissement de l’inflation attendu en Zone Euro cette semaine pourrait conforter la BCE à rester prudente et venir contenir les pressions haussières sur le cours EUR/CHF. Les risques haussiers devraient rester très modestes tant que les incertitudes politiques en Zone Euro n’auront pas disparu.                                                                                                                                                                                                                                      

Les obstacles rencontrées par D.Trump viennent alimenter un sentiment d’aversion au risque des marchés

Aujourd’hui :   Pas de chiffres clés

EUR/CHF à 1,0692 (-0,09%)


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.