Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

févr. 14, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • Recul du dollar ce matin en réaction à la démission du secrétaire à la sécurité nationale après 3 semaines de service. EUR/USD à $1,0630.
  • Prises de profit sur la libre sterling en amont des nouveaux chiffres d’inflation (10h30) alors que la devise britannique a touché son plus haut niveau de l’année hier face à l’euro.
  • Nouveau rebond du rand sud-africain sur fond d’essoufflement des tensions protectionnismes et de rebond des cours des matières premières (cuivre et minerai de fer sur des plus hauts depuis plus de 12 mois). EUR/ZAR en passe de passer sous le seuil psychologique de ZAR 14,0.                                            

Focus de la veille : Une rencontre sans accroc entre Trump et Trudeau…nouveau coup dur pour l’administration Trump…la banque centrale grecque fait planer la menace d’une nouvelle récession…La commission européenne abaisse sa projection de croissance pour la Zone Euro

Trump/Trudeau : Les deux responsables que tout opposent (conservateur vs libéral) ont mis de côté leur différent et se sont offerts hier une première rencontre qui laisse présager un possible terrain d’entente en ce qui concerne le développement des liens économiques entre les deux pays. Le président américain, qui souhaite une renégociation des accords de libre-échange Nord-Américain (ALENA) qu’il juge injustes, s’est montré nettement moins virulent que les semaines passées en ce qui concerne la question du commerce avec son voisin canadien, estimant que la situation est « beaucoup moins grave » que ce qui se passe à la frontière mexicaine. Cette première rencontre laisse planer l’idée qu’un compromis pourrait être trouvé entre les deux pays concernant l’ALENA. Le dollar canadien a enregistré hier sa quatrième séance consécutive de hausse face à l’euro et touché un pic depuis 2 mois à C$1,3831.

Etats Unis : Coup dur pour Donald Trump hier avec la démission de son conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, après trois semaines seulement de service. Ce dernier était accusé d’avoir des liens très étroits avec la Russie et d’avoir notamment trompé le vice-président Mike Pence en lui faisant croire qu’il n’avait pas eu de discussions avec l’ambassadeur de Russie au sujet des récentes sanctions mises en place par Obama à l’encontre de la Russie, ce semble être faux.

Grèce : Les tensions autour du dossier grec continuent d’enfler alors que se profile lundi prochain une nouvelle réunion de l’Eurogroupe au cours de laquelle les ministres des finances des 27 pays de l’Union Européenne espèrent trouver une solution pour clore ce dossier qui menace de à nouveau troubler la région alors que celle-ci a déjà son lot d’incertitudes à gérer (élections en France et en Allemagne, ‘Brexit’, potentielles tensions avec la nouvelle administration Trump). Le gouverneur de la banque centrale grecque a évoqué hier le risque d’un retour du pays en récession économique, comme en 2015, si créanciers et FMI ne se mettent pas d’accord rapidement sur les conditions de déblocage de la tranche d’aide de €86Mds, actuellement en suspens. Hier le taux obligataire 2 ans sur la dette souveraine grecque a bondi de 58pbs à 9,16% (néanmoins sous le pic de 10,02% atteint la semaine dernière).

Zone Euro : La commission européenne a légèrement révisé à la baisse les projections de croissance de la Zone Euro en 2017, de 1,7% à 1,6%, citant le ‘Brexit’, les incertitudes émanant de la présidence de Donald Trump aux Etats Unis et les élections programmées en Zone Euro (Pays-Bas, France et Allemagne) comme étant les principaux risques économiques susceptibles de freiner la dynamique de croissance dans la région. Pour la commission européenne, la nouvelle équipe dirigeant aux Etats Unis apparaît aujourd’hui comme la principale source de risque pour la Zone Euro, alors que cette dernière a récemment durcit le ton envers l’Allemagne dont elle accuse de manipuler sa monnaie pour concurrencer les produits américains

Focus du jour : 1er jour d’audition de J.Yellen devant le Congrès…Nouvelle accélération de l’inflation au Royaume-Uni ?...Large série de chiffres économiques en Zone Euro…Premier ministre israélien en visite à Washington

Janet Yellen : La présidente de la réserve fédérale américaine tiendra cette après-midi (16h00 heure française) sa traditionnelle audition semestrielle devant les membres du Sénat américain. Durant cette séance de questions/réponses, il pourrait lui être demander de dévoiler davantage de détails sur l’agenda monétaire de la Fed, sa position face au futur départ de Daniel Tarullo annoncé vendredi dernier, ou encore l’évolution des perspectives économiques depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. Soit autant de questions qui pourraient raviver les spéculations d’une potentielle intervention lors de la prochaine réunion monétaire qui se tiendra les 14 et 15 mars prochain…ou au contraire les éteindre définitivement.  Peu d’investisseurs tablent sur une nouvelle hausse de taux en mars, le consensus se situe aujourd’hui autour de la réunion de juin.

Royaume-Uni : Les économistes tablent en janvier sur une nouvelle accélération de la dynamique à 12 mois de l’inflation dans le pays de 1,6% à 1,9% au mois de janvier. Si cette projection se matérialise, il s’agira de la plus forte dynamique de croissance des prix à la consommation dans le pays depuis juin 2014. En février dernier, malgré un maintien de leur position neutre, les banquiers centraux britanniques ont également exprimé leur inconfort en cas d’une trop forte accélération de l’inflation, notamment dans un contexte de croissance modeste des salaires. La publication de ces statistiques pourraient raviver les spéculations autour d’une potentielle hausse de la taux par la Banque d’Angleterre avant la fin de l’année.

Zone Euro : Ce matin seront publiés consécutivement la première estimation de croissance au T4 2016 en Italie (10h00), la seconde estimation de croissance au T4 2016 en Zone Euro (11h00), la production industrielle en Zone Euro (11h00) et l’indice ZEW de sentiment économique en Allemagne (11h00). Sur les coups de 08h00 l’Allemagne a publié sa première estimation de croissance au T4 2016 qui est ressortie en dessous des attentes (0,4% T/T vs 0,5% attendu), ainsi que l’estimation finale de sa dynamique d’inflation en janvier qui est ressortie inchangée à 1,9% sur 12 mois. 

Etats Unis/Israël : Après le premier ministre japonais vendredi et samedi dernier, et le premier ministre canadien hier, c’est autour du premier ministre Israël Binyamin Netanyahu de rencontrer aujourd’hui Donald Trump. Il sera intéressant de voir la position adoptée par le président américain avec un allié historique des Etats Unis alors que son prédécesseur Barack Obama avait quelque peu durcit les relations avec Israël durant son mandat. Une nouvelle fois, cette rencontre permettra d’avoir de nouveaux détails sur la stratégie géopolitique que souhaite mener les Etats Unis au Moyen-Orient.

EUR

L’EUR/USD a plongé hier sous le seuil de $1,06 pour la première fois depuis trois semaines alors que les incertitudes politiques liées aux élections françaises et au dossier de la dette grecque continuent de peser sur la devise européenne. Le bookmaker britannique Oddschecker évalue désormais à 33% la probabilité d’une victoire de la candidate eurosceptique Marine Lepen en mai prochain alors que l’ensemble des sondages publiés récemment indiquent ce cette dernière arriverait en tête au premier tour, mais est pour le moment donnée perdante au second tour quel que soit son opposant. La chute du cours EUR/USD est principalement alimentée avec l’élargissement de l’écart de rendement sur les taux courts américains et européens. Le spread 2 ans entre les taux américain et allemand a été observé au-dessus de 200pbs et a clôturé la séance d’hier à son plus haut niveau depuis le 4 janvier dernier (198,8pbs). Un point bas a été touché hier à $1,0590. Le seuil des $1,06 reste un support très fragile sur le cours de change et pourrait être durablement brisé en cas de chiffres économiques décevants en Zone Euro (EUR/USD fragilisé ce matin par un PIB allemand en deçà des attentes), et surtout en cas de nouvelles spéculations sur une potentielle intervention de la Fed en mars suite à l’audition de Janet Yellen devant le Sénat.

Un support de $1,06 très fragile

Aujourd’hui :  Indices préliminaires du PIB au T4 2016 en Allemagne et Italie / 2nd estimation du PIB au T4 2016 en Zone Euro / Production industrielle en Zone Euro / Estimation finale d’inflation & indice ZEW de sentiment économique en Allemagne

EUR/USD à 1,0631 (+0,32%)

USD

Le dollar a touché hier son plus haut niveau depuis 3 semaines face à un panier de devises sur fond de regain d’optimisme des marchés en réaction à l’évocation du dévoilement dans les prochaines semaines d’un prochain plan fiscal « phénoménal » et « très ambitieux ». Plusieurs économistes invitent à la prudence et affichent un certain pessimisme sur la réelle ampleur de cette réforme. Si Donald Trump devrait bien annoncer un plan de réforme fiscale destiné à alléger l’impôt pour les ménages et entreprises américaines, celui-ci pourrait s’avérer dans sa forme décevoir. Durant sa campagne électorale, Donald Trump avait évoqué une potentielle réduction du taux d’imposition aux entreprises de 35% à 15%.  Les marchés ont été également rassurés par l’entente affichée par Donald Trump avec son homologue canadien Justin Trudeau lors de leur conférence de presse commune. Les craintes de protectionnisme à outrance du côté américain n’ont pas complétement disparu mais semblent désormais sur « pause ».

L’audition de Janet Yellen devant le Sénat, ainsi que les interventions de trois présidents d’antennes régionales de la Fed (dont un disposant d’un droit de vote au FOMC en 2017), seront les principaux évènements suivis par les investisseurs aujourd’hui. Le dollar devrait ainsi fluctuer au gré de la hausse/baisse des spéculations concernant une hausse de taux à venir aux Etats Unis.

Janet Yellen et la Fed comme principal pourvoyeur de volatilité sur le dollar aujourd’hui

Aujourd’hui :  Audience de Janet Yellen devant le Sénat / Indice de confiance des PME / Discours des présidents de la Fed de Richmond, Dallas et Atlanta

GBP

La livre sterling s’est appréciée hier de près de 0,6% face à l’euro et le cours EUR/GBP a chuté à son plus bas niveau depuis le début de l’année à £0,8451. On peut y voir dans ce mouvement baissier les effets cumulés d’une faiblesse actuelle de l’euro, la montée du sentiment que les répercussions économiques provoqués par le lancement du processus de sortie hors de l’UE pourraient être plus modestes que précédemment anticipé (projection de croissance en 2017 significativement révisée à la hausse par la commission européenne hier de 1,0% à 1,5%), et l’apparition de spéculation haussière sur la livre en amont des chiffres d’inflation publiés ce matin. En effet, une accélération plus prononcée qu’anticipé de l’inflation au Royaume-Uni en janvier pourrait réalimenter les spéculations autour d’une potentielle intervention de la Banque d’Angleterre avant la fin de l’année 2017. Si celle préfère rester neutre pour le moment, préférant attendre la réaction de l’économie au lancement du Brexit, de solides fondamentaux couplée à une inflation forte pourraient convaincre les banquiers centraux à considérer une hausse des taux d’intérêt dans les prochains mois. 

L’EUR/GBP a chuté à son plus bas niveau de l’année (£0,8451) en amont de la publication des chiffres d’inflation

Aujourd’hui :   Inflation

EUR/GBP à 0,8482 (+0,30%)

CHF

Le franc suisse se maintient toujours sur ses récents niveaux, dans la fourchette haute de la bande de fluctuation de ₣1,0630-₣1,0710 dans laquelle le cours fluctue depuis maintenant plus de deux semaines. L’apaisement des tensions « protectionnismes » en provenance des Etats Unis consécutif à la venue du premier ministre japonais et canadien aux Etats Unis a offert un léger rebond au cours de change, et assure son maintien au-dessus du seuil de ₣1,0650. Cependant le maintien des incertitudes en Zone Euro (élections françaises, dette grecque) auxquelles le franc suisse apparaît plus sensible limite aujourd’hui les perspectives d’un rebond significatif de la paire EUR/CHF au-dessus du seuil de ₣1,07.

Ce matin, la Suisse a publié ses nouvelles statistiques d’inflation au mois de janvier. La dynamique à 12 mois est ressortie au niveau attendu, à 0,3%, soit le plus haut niveau observé depuis septembre 2011.                                                                                                                                                                                                                                        

EUR/CHF oujours coincé entre ₣1,06 et ₣1,07

Aujourd’hui :   Inflation    

EUR/CHF à 1,0669 (+0,08%)

CAD

Malgré un recul important des cours du pétrole hier, le dollar canadien a enregistré hier sa 4ième séance consécutive de hausse face à l’euro. Le cours EUR/CAD a clôturé hier au niveau de C$1,3850 (point bas à C$1,3831 – plus bas niveau de l’année), les investisseurs étant rassurés par la bonne entente observée hier entre Justin Trudeau et Donald Trump qui laisse entrevoir un possible compromis en ce qui concerne la question de l’ALENA.

Des investisseurs rassurés

Aujourd’hui :   Pas de chiffres clés

EUR/CAD à 1,3864 (+0,09%)


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.