Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

févr. 08, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :  

  • Les élections françaises sont au centre des attentions des marchés et continuent de peser sur l’euro. EUR/USD vu sous $1,0650.
  • EUR/GBP assez stable après le recul de près de 1% de la veille. Vote final de la Chambre des Communes à suivre ce soir.
  • Net recul du cours EUR/JPY sur fond d’aversion générale au risque des marchés. EUR/JPY à ¥119,5 ce matin.
  • Les pressions haussières sur le dollar australien se maintiennent. Le cours EUR/AUD oscille actuellement autour de A$1,3950                                                                 

Focus de la veille : Maintien des craintes à l’égard de la Zone Euro…Les réserves de la banque centrale chinoise sous $3Trd...Poursuite des débats autour du décret sur l’immigration aux Etats Unis…Le parlement écossais vote une motion contre le déclenchement du ‘Brexit’  

Euro : Les incertitudes à l’égard de la Zone Euro ont une nouvelle fois pesé sur les marchés européens. Le sort des banques italiennes, de la Grèce et la perspective d’un ‘Frexit’ en cas de victoire de Marine Lepen en mai prochain invitent actuellement les investisseurs à s’éloigner des actifs européens. L’euro a enregistré lui sa seconde séance consécutive de recul face au dollar, engrangeant une perte totale de près de 1% depuis le début de la semaine. Le nouveau rapport mensuel publié par Reuters sur les prévisions à 12 mois sur le marché des changes indique que les investisseurs restent globalement pessimistes à l’égard du cours EUR/USD, la projection médiane à horizon janvier 2018 étant de $1,04. Toutefois parmi les 60 analystes sondés, on observe une légère baisse de la proportion d’entre eux qui tablent sur un EUR/USD à ou sous la parité d’ici un an (30% en février vs 34% en janvier dernier).

Chine  :  Hier la banque centrale chinoise a publié les nouvelles statistiques de ses réserves en devises étrangères. Celles-ci ont reculé de $12,3Mds en janvier et reculent sous le seuil psychologique des $3Trds pour la première fois depuis février 2011. A travers ces chiffres, on réalise que la politique de défense du yuan menée par les banquiers centraux chinois a un coût non négligeable, ce qui pourrait les pousser à réfléchir à d’autres options pour tenter de contenir les pressions baissières sur le yuan.

Etats Unis : Une Cour d’appel américaine de San Francisco a écouté hier les arguments des deux campas (pro & contre) au sujet du récent décret signé par le président américain qui vise à interdire temporairement l’entrée sur le territoire de citoyens et/ou réfugiés en provenance de 7 pays d’Afrique et du Moyen-Orient (dont l’Iran, l’Irak et la Syrie). Ce décret a été bloqué par plusieurs juges américains au plus grand mécontentement du président Donald Trump. La Cour est en train d’étudier si réellement ce décret vise une communauté religieuse ou non, alors plusieurs médias ont rapporté que ce décret s’adressait directement aux musulmans. Les juges doivent rendre verdict dans la semaine. En cas de maintien du blocage de ce décret, le président américain pourrait saisir la Cour Suprême.

Ecosse : Le geste est symbolique mais ne devrait pas avoir à court terme d’impact sur la décision finale. Hier le parlement écossais a voté massivement (90 pour vs 34 contre) en faveur d’une motion contre l’activation du ‘Brexit’ par le gouvernement britannique alors que dans le même moment les parlementaires de la Chambre des Communes à Londres étudient et débattent sur les détails de la stratégie de sortie dévoilée par Theresa May jeudi dernier dans un « Livre Blanc ». Ce vote néanmoins confirme l’opposition des responsables politiques à la stratégie de sortie souhaitée par Londres, et notamment le plan de sortie intégrale du marché unique européen. On peut y voir les prémisses de l’organisation d’un potentiel nouveau référendum sur l’indépendance de l’Ecosse dans les mois à venir.

Focus du jour : Le comité de la Chambre des Communes britannique amené à voter le texte de loi sur le ‘Brexit’…Décision des banques centrales indienne et polonaise

Royaume-Uni : Avant que le texte de loi sur le ‘Brexit’ puisse être étudié par la chambre haute parlementaire (Chambre des Lords), il faut encore que celui-ci soit validé par le comité de la Chambre des Communes. A l’issue de trois jours de débats, celui-ci sera amené à voter ce texte.  Le leader du parti travailliste Jeremy Corbyn a appelé les députés de son parti à soutenir le texte de loi quand bien même les amendements proposés par son parti ne seraient pas accepté. Il serait « non-démocratique » selon lui de bloquer le processus de ‘Brexit’ et ainsi ignorer la volonté d’une majorité des citoyens britanniques. Les débats autour des dernières modifications à apporter au texte devraient se poursuivre toute la journée avant un vote final attendu à 21h00 (heure française).

Banques centrales : Sur les coups de 10h00 (heure française), la banque centrale indienne pourrait annoncer une baisse de 25pbs de son taux directeur principal – de 6,25% à 6,00% - destinée à soutenir la croissance alors que celle-ci a reculé à un plus bas depuis 4 ans suite au processus de démonétisation lancée par le premier ministre indien Narendra Modi en fin d’année dernière. De son côté, la banque centrale polonaise devrait maintenir son taux directeur inchangé à 1,5% alors que celle-ci a laissé entendre ces derniers mois que la situation économique actuelle ne justifiait pas une nouvelle baisse de taux.

EUR

Les incertitudes politiques, et notamment l’intégration par les marchés d’une potentielle victoire de Marine Lepen aux élections françaises de mai prochain comme un risque baisser important , pèsent sur les marchés européens cette semaine. L’euro a enregistré sa seconde séance consécutive de recul face au dollar, ce qui porte ses pertes à près de 1% depuis le début de la semaine. Un point bas a été touché à $1,0653 hier alors que l’écart de rendement entre les taux français 10 ans et les taux allemands oscillait toujours autour d’un plus haut depuis 4 ans. La prime de risque sur les actifs français a fortement augmenté depuis le début de semaine, ce qui confirme que les élections à venir en France sont étroitement observées par les investisseurs et considérées comme un facteur de volatilité important pour les actifs européens, et notamment pour l’euro. En début de semaine, la banque JP Morgan communiquait sur un risque de recul de 10% de l’euro en cas de victoire de Marine Lepen. Si la route est encore longue et les marchés devraient être de plus en plus sensibles à la multiplication de sondages à venir en amont de cette échéance. Un point positif à noter : la stabilisation des intentions de vote à l’égard du candidat de droite François Fillon dans les récents sondages après sa grande conférence de presse faite ce lundi.

L’évolution de l’environnement politique et le sentiment de confiance/défiance des investisseurs à l’égard de l’Europe et des Etats Unis devraient continuer de guider les fluctuations sur le cours EUR/USD. En cas d’intensification des craintes en Europe – retour des questionnements autour de la dette grecque et de la capacité des banques italiennes à se recapitaliser – nous pourrions voir de nouvelles pertes sur l’euro. Rappelons que nous avons ouvert l’année avec un EUR/USD sous le niveau de $1,04 avant de toucher le seuil des $1,08 la semaine dernière.

Aujourd’hui :  Pas de chiffres clés

EUR/USD à 1,0646 (-0,32%)

USD

Hier le président de la Fed de Minneapolis, membre disposant d’un droit de vote au conseil de gouvernance de la Fed cette année, a expliqué hier pourquoi il avait décidé de voter pour un maintien des taux à leur niveau actuel en janvier et pourquoi il n’y a pas d’urgence à relever une nouvelle fois les taux d’intérêt aux Etats Unis. Selon lui, les perspectives de hausse de l’inflation ne sont pas aussi forte que ce que l’on pense comme l’indique le recul de la dynamique à 12 mois des salaires rapporté dans les statistiques sur l’emploi vendredi dernier. Ce discours prudent contraste avec celui de son homologue de la Fed de Philadelphie pour qui une hausse de taux en mars doit être questionnée. Si on ne peut pas encore présager des intentions de la Fed lors de sa réunion de mars, le peu de signaux envoyés par Janet Yellen et la Fed en janvier et le contexte politique incertain laissent à penser qu’une phase de pause pourrait se prolonger et qu’une hausse de taux ne pourrait intervenir qu’au second trimestre (consensus actuel sur la date de juin).

En l’absence de chiffres économiques clés, les débats politiques autour du décret sur l’immigration et les spéculations sur la date de la prochaine hausse de taux de la Fed restent les principaux facteurs de volatilité sur le dollar. A noter que les chiffres du déficit commercial américain sont ressortis hier un peu meilleurs qu’attendu (-$44,3Mds vs -$45,0Mds attendu) tandis que le nombre de crédit à la consommation a chuté en décembre à un plus bas depuis 10 mois…premiers signes d’un frein causé par la récente hausse de taux ?

Aujourd’hui : Pas de chiffres clés

GBP

La livre sterling s’est appréciée de près de 1% face à l’euro hier alors que selon toute vraisemblance les députés travaillistes ne devraient pas s’opposer aujourd’hui au texte de loi sur le ‘Brexit’ à la demande de leur leader Jeremy Corbyn (voir Focus du jour). Le cours EUR/GBP a clôturé la session de la veille à £0,8535, soit son plus bas niveau depuis trois séances. Le refus du parlement écossais de soutenir la stratégie de sortie de Theresa May n’a pas eu de réels impacts sur la livre sterling compte tenu que la Cour Suprême n’a pas accordé un pouvoir de consultation aux parlements régionaux. Cependant ce vote symbolique marque un point de rupture qui pourrait annoncer une accélération des dissensions entre Londres et Edimbourg, et potentiellement un nouveau vote sur l’indépendance de l’Ecosse. On surveillera toute la journée, l’évolution des débats à la Chambre des Communes qui se concluront par un vote final à 21h00. Un vote favorable des parlementaires britanniques sur le texte de loi serait accueilli positivement par les marchés et favoriser un maintien du cours EUR/GBP sous £0,86.

Aujourd’hui :  Vote final à la Chambre des Communes

EUR/GBP à 0,8525 (-0,12%)

CHF

Faible volatilité sur le cours EUR/CHF hier, la paire fluctuant au sein d’une fourchette étroite de ₣1,0640-1,0669 pour finalement clôturer à un niveau similaire de celui de la séance de lundi à ₣1,0654. Le franc suisse est déjà à un niveau élevé par rapport à l’euro comme le rappelle régulièrement les banquiers centraux helvètes, d’où un potentiel haussier limité pour le franc. Cependant compte tenu du contexte politique hautement incertain en Europe (‘Brexit’, élections françaises, dette grecque,…) de nouvelles pressions baissières sur le cours EUR/CHF ne sont pas exclu dans les prochains jours et semaines. Toutefois, le calendrier politique et économique assez « pauvre » ce mercredi et la perspective d’un vote favorable du parlement britannique en faveur du texte de loi sur le ‘Brexit’ dans la soirée pourraient venir offrir un support à la paire au-dessus du niveau de ₣1,0650.

Aujourd’hui :   Pas de chiffres clés    

EUR/CHF à 1,0641 (-0,12%)


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.