Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

janv. 23, 2017 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • Le cours EUR/USD a franchi ce matin les $1,0750 en séance asiatique alors que les marchés n’ont pas été convaincu par la teneur du discours d’investiture du président américain
  • Le cours EUR/JPY recule significativement ce matin (-0,6% sous ¥122) en réaction aux craintes résultant des propos protectionnistes tenus par le président américain vendredi.
  • Le cours EUR/AUD rebondit de 0,4% ce matin sur fond de recul des prix des métaux face à l’absence de détails sur le programme de dépenses en infrastructure américain.

Focus du week-end  –  La Maison Blanche fixe ses objectifs économiques…Rencontres des pays de l’OPEP…Deux candidats radicalement différents pour représenter la gauche française

Etats Unis : Sur son site, la Maison Blanche a affiché ses objectifs économiques qui s’avèrent très ambitieux. La nouvelle équipe gouvernementale a l’ambition de produire une croissance annuelle de 4% et créer 25 millions d’emplois sur les 10 prochaines années. Pour rappel, l’économie américaine n’a plus produit une croissance annuelle de 4% depuis 2000. En matière d’emploi, l’objectif du gouvernement table sur un volume de créations de 2,5mln emplois par an pendant 10 ans . L’année dernière, les Etats Unis a créé 2,16mln emplois dans un environnement souvent qualifié de quasi plein-emploi.

OPEP : Les membres de l’OPEP, et certains non-membres comme la Russie ou Oman, ont participé à une première réunion à Vienne ce week-end pour évaluer les premiers résultats de l’accord de réduction de la production journalière de pétrole de chacun des membres à hauteur de 1,8mln de barils par jour. Pour le moment, les producteurs ont réussi à réduire leur production totale de 1,5mln de barils par jour.

France : Ce sera finalement Benoit Hamon et l’ex-premier ministre Manuel Valls qui s’affronteront le week-end prochain au second tour des primaires de gauche. Le premier, arrivé très largement en tête, propose un programme économique très ancrée à gauche avec notamment une proposition de revenu universel. Le second propose se veut d’une filiation social-démocrate et se présente comme un rempart crédible à une potentielle victoire du Front National en avril-mai prochain. Plusieurs spécialistes politiques s’accordent à dire que Emmanuel Macron pourrait profiter d’une éventuelle victoire de Benoit Hamon.

Focus de la semaine : Rencontre T.May/D.Trump… Décision de la Cour Suprême britannique…L’Eurogroupe discute du plan d’aide italien…1ères estimations PIB US & britannique

Rencontre May/Trump : Ce vendredi Theresa May sera la première responsable politique étrangère à rencontrer le nouveau président américain. Elle pourrait profiter de cette occasion pour discuter la mise en place de futures négociations sur des accords de libre-échange entre les deux pays. La semaine dernière, le nouveau président américain avait clairement laissé entendre qu’il était prêt à discuter rapidement de tels accords avec le Royaume-Uni.

Cour Suprême britannique : Ce mardi la Cour Suprême britannique rendra son verdict suite à l’appel du gouvernement contre la décision délivrée par la Haute Cour de Londres d’accorder un pouvoir de décision au Parlement dans l’activation de l’article 50. Si, comme plusieurs spécialistes le pensent, la Cour Suprême rejette cet appel, les parlementaires pourraient faire trainer encore davantage le processus de sortie et tenter d’influer sur la stratégie que souhaite suivre Theresa May. Cette dernière a annoncé mardi dernier son intention de sortir du marché unique européen. Une décision qui a du mal à passer pour l’opposition et même certains membres du parti conservateur alors que l’UE représentait en 2015 près de 50% des exportations britanniques en biens et services.  

Eurogroupe : Ce jeudi, les ministres des finances des membres de l’UE se réuniront. A l’agenda de cette réunion figure notamment le plan d’aide du gouvernement italien aux banques de €20Mds qui a été annoncé en fin d’année dernière. Il s’agira de statuer si ce plan de refinancement utilisant de l’argent public est conforme à la législation européenne. En cas de désapprobation, le problème d’endettement des banques italiennes pourraient revenir sous le feu des projecteurs.

PIB : En fin de semaine, le Royaume-Uni (jeudi) et les Etats Unis (vendredi) publieront leur 1ère estimation de croissance du PIB au quatrième trimestre 2016. Les économistes tablent sur une croissance solide de l’économie britannique en fin d’année, en ligne avec les performances observées tout au long de l’année (consensus +0,5% T/T vs +0,6% au T3). Aux Etats Unis, la croissance est estimée à 2,2% T/T contre 3,5% au T3. Bien qu’en dessous de la performance du trimestre précédent, cela serait considéré comme une solide performance de l’économie américaine.   

EUR

L’EUR/USD a rebondit de 0,6% la semaine dernière et terminé la semaine aux portes des $1,07 (clôture à $1,0699), bien aidé par le mutisme de Mario Draghi mais surtout par les craintes de plus en plus fortes émanant des Etats Unis. En ce qui concerne la politique monétaire européenne, le message est clair, la BCE n’a pas l’intention de changer son fusil d’épaule malgré les récents progrès de l’économie de la Zone Euro. Les sources incertitudes sont encore trop nombreuses pour se permettre une quelconque parole/décision audacieuse. Cette position de prudence pourrait être maintenue pendant une période prolongée de temps, au moins jusqu’à la fin des élections françaises. En l’absence de signaux de la BCE, l’attention des investisseurs devraient se tourner vers l’évolution de l’environnement politique alors qu’une échéance aux Pays Bas va bientôt arriver (élection générale le 15 mars), et dans une moindre mesure vers  les fondamentaux économiques.

Le focus majeur cette semaine sera la publication mardi des premières estimations des enquêtes PMI en Zone Euro, et ce jeudi la réunion de l’Eurogroupe qui devrait discuter de la légalité ou non du plan de refinancement des banques italiennes proposé par le gouvernement fin décembre. Compte tenu des bons fondamentaux économiques en Zone Euro, l’euro profite d’une montée des craintes aux Etats Unis consécutives à l’investiture de vendredi dernier pour se consolider. Cependant, de nouvelles craintes autour du cas italien pourraient venir battre en brèche cette bonne dynamique.

Aujourd’hui :  Indice anticipé de confiance des ménages

EUR/USD à 1,0742 (+0,40%)

USD

Le discours d’investiture du nouveau président américain prônant un retour aux fondamentaux afin de rendre sa grandeur aux Etats Unis (‘Make America Great Again’) n’a pas convaincu les investisseurs. Ces derniers sont toujours en attente de détails clairs et précis sur le plan de réforme fiscal et le programme de dépenses en infrastructure qui sont les deux mesures à la base du sentiment d’optimisme qui s’est emparé des marchés depuis le 9 novembre dernier et qui ont favorisé un rebond du dollar de 6% (indice DXY). A l’inverse, la présence d’une rhétorique protectionniste dans la bouche du nouveau résident à la Maison Blanche provoque une certaine nervosité des marchés. Ce lundi matin, l’indice US dollar DXY recule de près de 0,5%.

Le dollar est sur une pente glissante depuis deux semaines, la faute à un essoufflement de l’optimisme général des marchés provoqué par de premiers questionnements sur les réelles velléités du président américain. Les premières mesures annoncées par ce dernier et son équipe seront scrutées par les marchés et pourraient, en cas de déception, renforcer cette dynamique baissière sur le dollar. L’évènement majeur cette semaine à suivre sera la rencontre ce vendredi entre Donald Trump et Theresa May et les premières estimations de croissance du PIB au 4ième trimestre. La croissance est attendue à plus de 2%, ce qui pourrait conforter les plans de la Fed dans sa politique de normalisation…à moins d’un affolement des marchés face à une nouvelle politique conservatrice américaine.

Aujourd’hui :  Pas de chiffres clés à suivre  

GBP

Nouvelle semaine sous haute tension au Royaume-Uni qui devrait offrir de larges mouvements de volatilité sur la devise britannique. Ce mardi, on attend la décision de la Cour Suprême qui pourrait offrir un nouvel obstacle au gouvernement britannique dans la mise en place de sa stratégie de sortie. Si le gouvernement doit requérir l’aval des parlementaires britanniques pour activer l’article 50, il se pourrait que ces derniers tentent d’influer sur la stratégie de sortie dévoilée par la première ministre britannique la semaine dernière afin d’éviter tout risque de « hard Brexit ». Les parlementaires écossais et irlandais pourraient également jouer leur va-tout pour tenter de freiner une décision contre laquelle ils s’opposent. L’autre  moment clé cette semaine sera la rencontre entre Theresa May et Donald Trump au cours de laquelle les deux responsables pourraient discuter de la mise en place d’un accord de libre-échange. Si la première ministre britannique parvient à obtenir des garanties, cela pourrait venir apaiser les craintes de « hard brexit » résultant d’une potentielle sortie du marché britannique.

Ces deux évènements politiques pourraient venir offrir un support à la livre sterling qui pourrait se renforcer davantage face à l’euro et revenir sur des niveaux proches de ceux observés en décembre dernier (£0,84-£0,85). A suivre également cette semaine la première estimation du PIB britannique au 4ième trimestre qui est attendu plutôt bon.

Aujourd’hui :   Pas de chiffres clés à suivre  

EUR/GBP à 0,8628 (-0,22%)

CHF

Le rebond de l’EUR/USD ne parvient plus à impulser un renforcement notable du cours EUR/CHF. Le maintien des incertitudes bancaires et politiques en Zone Euro et les propos teintés de protectionnisme du président américain n’ont pas de quoi rassurer les investisseurs et les inciter à déboucler leur position en franc suisse. Le cours EUR/CHF reste toujours coincé au sein d’une fourchette de fluctuation de ₣1,0680-₣1,0760. De bons résultats économiques en Zone Euro et un allègement de la rhétorique protectionniste américaine pourraient potentiellement favoriser une sortie du cours hors de ce tunnel…mais rien n’est moins sûr. Le cours pourrait passer une nouvelle semaine calme, en attendant de réelle amélioration du climat politique et économique mondial, et principalement européen.  

A suivre cette semaine la publication de l’indice UBS de consommation ce mardi et les nouveaux chiffres de la balance commerciale helvète ce mercredi. Cependant, le cours EUR/CHF reste toujours très peu sensible aux fondamentaux publiés en Suisse, mais davantage à l’environnement de risque général sur les marchés. 

Aujourd’hui :   Pas de chiffres économiques clés  

EUR/CHF à 1,0736 (+0,14%)


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.