Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

déc. 19, 2016 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • Renforcement du yen avant la publication des conclusions de la réunion de la BoJ demain matin – EUR/JPY en recul de 0,5% à ¥122,7
  • Repli du dollar alors que les tensions entre la Chine et les Etats Unis s’intensifient
  • Recul de l’AUD de 0,3% sur fond de recul des cours des métaux ce matin.                                

Focus du weekend –Tensions persistantes entre les Etats Unis et la Chine…l’Ecosse menace d’un nouveau référendum en cas de sortie du marché commun

Tensions US/Chine : La Chine s’est emparée d’un drone sous-marin américain qui naviguait dans la mer de Chine du Sud. Si la Chine a indiqué qu’elle rendrait le drone, les Etats Unis, Trump en tête, craignent que les données capturées par le drone soient gardées. Donald Trump a qualifié cet acte sur twitter de sans précédent dans la relation sino-américaine. Ce n’est pas la première fois que le nouveau président américain pointe du doigt la politique chinoise via les réseaux sociaux. Si pour le moment les autorités chinoises restent silencieuses, certains experts envisagent une possible riposte à l’arrivée officielle de Trump à la Maison Blanche en janvier.

Ecosse : La première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, a indiqué ce weekend qu’elle organisait un nouveau référendum sur une séparation ou non du pays au Royaume-Uni si le ‘Brexit’ se caractérise par une sortie du marché commun européen. Il s’agit là d’un moyen pour l’Ecosse de tenter de peser dans la stratégie de sortie élaborée actuellement par Theresa May, alors que l’on se rappelle que l’Ecosse avait voté massivement en juin dernier en faveur d’un maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union Européenne.

Focus de la semaine :  La BoJ (Japon) et la Riksbank (Suède) se réunissent pour leur dernière réunion de l’année 2016…semaine riche en chiffre au Canada

BoJ : La banque central japonaise se réunit mardi matin pour discuter de la politique monétaire menée et de l’environnement économique actuel. A priori, les banquiers centraux ne devraient pas procéder à de nouveaux changements alors que le yen a particulièrement reculé depuis deux mois ( -9,2% face à l’euro depuis le 21 octobre et -14,6% face au dollar américain depuis le 4 novembre) et que l’inflation au Japon montre de premiers signaux de progression. On observera tout de même comment les banquiers centraux japonais se positionnent face au coût de maintenir les taux d’intérêt des obligations à 10 ans à un niveau proche de 0% alors que les taux d’intérêt ont décollé sur l’ensemble des marchés obligataires mondiaux depuis l’élection de Trump.

Riksbank :  Selon toute vraisemblance, si on se base sur les précédentes réunions de la banque centrale suédoise, cette dernière pourrait comme la BCE annoncer ce mercredi matin une extension de son programme de rachat d’actifs censé se terminer au mois de décembre. Cette annonce, si elle se confirme, pourrait provoquer un nouveau fléchissement de la couronne suédoise et renvoyer le cours EUR/SEK sur des niveaux de SEK 9,85-9,90 (clôture à 9,7695 vendredi dernier).

Canada : En fin de semaine, le Canada publiera ses nouveaux chiffres d’inflation, de vente au détail (tous deux attendus jeudi après-midi) et les chiffres de PIB mensuel d’octobre (vendredi après-midi). Malgré un recul des cours du pétrole la semaine dernière, le cours EUR/CAD se maintient sur ses plus bas niveaux de l’année sous le niveau de C$1,40, bien aidé par la faiblesse actuelle de l’euro. Les indicateurs canadiens sont attendus plutôt moyens – les analystes tablent sur un recul de la dynamique générale de l’inflation (consensus 1,4% A/A vs 1,5% en octobre) et sur une croissance de l’économie plutôt faible en octobre (consensus 0,1%M/M) -  ce qui pourrait favoriser, le cas échéant, un petit rebond du cours EUR/CAD au-dessus des niveaux de C$1,40-1,41.

EUR

Après avoir chuté à son plus bas niveau depuis près de 14 ans face au dollar (niveau de $1,0364 touché jeudi dernier), le cours EUR/USD a rebondi légèrement vendredi pour terminer la semaine sous la barrière de $1,0450. Alors que les débats sur un possible retour à la parité ont ressurgi suite aux réunions successives de la BCE et de la Fed, les investisseurs  sur les marchés options américains ne semblent pas prêts (pour le moment) à prendre ce pari, considérant que le potentiel baissier de l’euro face au dollar est moins important que le potentiel haussier. Les données publiées par le CFTC de la semaine dernière signalent une forte chute des contrats nets à l’achat sur le dollar face à l’euro, le nombre de position chutant à son plus bas niveau depuis la 1ère semaine d’octobre. Un motif d’espoir pour l’euro ? L’histoire nous le dira…

Compte tenu du peu de chiffres et de la faible liquidité sur les marchés en cette semaine précédant noël, l’euro pourrait en profiter pour se renforcer quelque peu et effacer une partie des 2,0% du recul enregistré entre mardi et jeudi (6,5% depuis le 4 novembre dernier). Un retour du cours EUR/USD au-dessus du niveau de $1,05, voire de $1,06 d’ici la fin de l’année paraît envisageable. Les indicateurs majeurs à suivre cette semaine seront l’indice Ifo de climat des affaires en Allemagne ce lundi matin,  l’indice préliminaire de confiance des ménages en Zone Euro (mercredi après-midi) et en Allemagne (vendredi matin).

Aujourd’hui :  Indices Ifo de climat des affaires en Allemagne

EUR/USD à 1,0458 (+0,11%)

USD

La réunion de la Fed passée, les regards vont désormais se tourner vers Trump et sa prochaine investiture qui aura lieu le 20 janvier prochain. Ce dernier bénéficie d’un large optimisme des marchés sur sa capacité à relancer l’économie américaine, cependant des premières zones d’ombre commencent à émerger et de premiers signes d’inquiétudes se font ressentir. Les relations de plus en plus tendues avec la Chine inquiètent, même si cette dernière reste muette pour le moment. D’un point de vue monétaire, le marché a entendu le positionnement de la Fed – 3 hausses de taux attendues en 2017 – mais reste prudent pour le moment et n’anticipe que deux hausses pour le moment. Le souvenir de l’année 2016, durant laquelle quatre hausses de taux étaient originellement programmées, reste encore vivace.

Beaucoup de chiffres sont attendus cette semaine aux Etats Unis dont notamment ce lundi l’indice préliminaire PMI de l’activité du secteur tertiaire, les commandes de biens durables et les indices de prix PCE ce jeudi et l’estimation finale de l’indice Michigan de confiance des ménages vendredi après-midi. Compte tenu de l’optimisme déjà très important, de bons chiffres ne feraient que conforter la forte valorisation actuelle du dollar sans toutefois l’améliorer selon nous, tandis qu’à l’inverse des chiffres décevants pourraient provoquer un repli du dollar. Le recul du dollar vendredi malgré de bons chiffres d’inflation vendredi dernier laisse à penser que les fondamentaux économiques seront davantage propices à un recul qu’à un nouveau rebond du dollar. Compte tenu du haut niveau atteint la semaine dernière par la devises américaine, des mouvements de prises de profit au sein d’un marché peu liquide apparaît envisageable.

Aujourd’hui :  Indice PMI préliminaire manufacturier

GBP

La livre sterling semble s’être stabilisée autour du niveau de £0,84, le cours EUR/GBP ayant clôturé toute la semaine dernière aux abords de ce niveau malgré quelques tentatives (sans succès) vers le niveau de £0,83. Ce qui est particulièrement notable sur l’EUR/GBP est la bande de fluctuation très étroite dans laquelle le cours de change évolue depuis une semaine : Max = £0,8426 / Min = £0,8328.

La devise britannique reste toujours assez sensible aux discours liés au Brexit et notamment sur la stratégie de sortie envisagée par le gouvernement de Theresa May. Peu de chiffres économiques à attendre si ce n’est l’estimation finale du PIB ce vendredi , mais dont l’impact sur le marché des changes devrait être très limité. Le potentiel haussier de la livre sterling apparaît très modeste en cette fin d’année alors que l’on attend la décision de la Cour Suprême en janvier sur l’obligation ou non du gouvernement d’activer l’article 50 sans consulter le parlement britannique.

Aujourd’hui :   Pas de chiffres clés

EUR/GBP à 0,8374 (+0,04%)

JPY

Après avoir touché le niveau de ¥124 en fin de semaine dernière – une première depuis mai dernier – le cours EUR/JPY est en repli à la veille de la dernière réunion monétaire de la Banque du Japon en 2016. Les tensions grandissantes entre les Etats Unis et la Chine et la légère incertitude en marge de la rencontre des banquiers centraux japonais favorisent le renforcement du yen japonais en ce début de semaine. Les analystes tablent sur un statu quo de la BOJ sur ces taux, cependant des interrogations restent toujours présentes quant à la capacité ou non de la banque centrale à réduire à termes son programme de rachat d’actifs. Le maintien artificiel des taux 10 ans à 0% par la BoJ dans un contexte d’accélération des perspectives d’inflation a favorisé un large recul du yen face à l’euro et au dollar depuis deux mois. La durabilité de cette politique est questionnée par les acteurs et observateurs du marché des changes. On pourrait voir un peu de volatilité apparaître suite à la réunion monétaire de demain.

Aujourd’hui :   Balance commerciale

EUR/JPY à 122,72 (-0,49%)

CHF

Le choix assumé de la BNS de ne pas marcher dans les pas de la BCE et de privilégier une intervention ponctuelle sur les marchés des changes afin de contenir les pressions haussières sur le franc suisse devrait maintenir à court terme le cours EUR/CHF sous le seuil des ₣1,08. La faiblesse actuelle de l’euro, en proie à des pressions baissières résultant d’une politique monétaire de la BCE accommodante et d’incertitudes politiques en marge des élections clés programmées en 2017, limite pour le moment un rebond important du cours de change. L’évènement majeur cette semaine en Suisse sera la publication ce mardi des chiffres de la balance commerciale helvète au mois de novembre.

Les fondamentaux économiques en Suisse ont un aspect néanmoins secondaires dans la valorisation du franc suisse, ce dernier étant davantage influencé par le contexte de risque global et par les mouvements sur les marchés obligataires (franc suisse régulièrement pénalisé à cause des rendements négatifs offerts par les obligations suisses).

Aujourd’hui :   Pas de chiffres clés

EUR/CHF à 1,0725 (+0,02%)


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.