Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

nov. 15, 2016 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Focus de la veille : Etats Unis – Le dollar à son plus haut niveau de l’année !

Sur fond de remontée spectaculaire des taux  longs américains sur les marchés obligataires – taux à 10 ans sur les bons du Trésor ont touché hier les 2,3% pour la première fois de l’année – et de renforcement de la confiance des investisseurs quant à l’éventualité d’une hausse de taux par la Fed en décembre prochain (la probabilité a progressé de 81% à 86% hier d’après l’indice FedWatch tool établi par le groupe CME), le dollar continue de se renforcer fortement. L’indice dollar DXY a franchi la barrière des 100 pour la première de l’année, tandis que l’indice EUR/USD a quant à lui touché hier après-midi son plus bas niveau de l’année à $1,0706.

Focus du jour : Allemagne – Plus mauvais trimestre depuis 2 ans 

Ce matin la première estimation de la croissance du PIB en Allemagne au 3ième trimestre est ressortie en dessous des attentes des analystes à 0,2% T/T contre 0,3% attendu et 0,4% au précédent trimestre. Il s’agit là de la plus mauvaise performance enregistrée par l’économie allemande depuis 2 ans, ce qui apparaît comme un signe inquiétant pour la Zone Euro alors que l’Allemagne est considérée comme la locomotive économique de la région. Le bureau fédéral de statistique allemand indique que ce ralentissement est dû essentiellement à une baisse importante des exportations alors que la consommation domestique reste solide. La faiblesse de l’euro, observée depuis octobre, pourrait finalement profiter aux Européens en leur offrant une nouvelle compétitivité dans les échanges commerciaux et ainsi permettre de stimuler une croissance qui reste « molle » (autour de 1,5%) depuis maintenant trois trimestres.

EUR

L’euro subit pleinement le phénomène de remontée des taux obligataires depuis la victoire de Trump et perd du terrain face aux devises développés offrant des rendements supérieurs à ceux offerts dans la zone euro. En effet, alors que le Bund allemand à 10 ans offre ce matin 0,3%, le bon du Trésor américain à 10 ans offre lui 2,2% et le Gilt britannique à 10 ans offre 1,4%. L’annonce faite hier par Matteo Renzi qu’il pourrait potentiellement démissionner en cas de victoire du ‘non’ lors du référendum constitutionnel n’a fait que renforcer les incertitudes qui pèsent actuellement sur la Zone Euro et sa devise. Dans ce contexte, l’euro a chuté hier à son plus bas de l’année face au dollar ($1,0706) et oscillé autour des plus bas depuis un mois et demi face à la livre sterling (sous le niveau de £0,86).

Si les fondamentaux ont actuellement peu d’influence sur la valorisation de l’euro, en marge de la prochaine réunion de la BCE qui se tiendra en décembre il est toujours important de garder un œil sur la santé économique de la région. Les premières estimations de croissance au 3ième trimestre en Allemagne sont plutôt décevantes (voir Focus du jour), et on attend désormais de voir comment s’est comportée l’économie italienne sur la même période (PIB publié à 10h). L’Italie est aujourd’hui le pays qui suscite le plus de craintes des marchés alors que l’on rappelle que le mois dernier une étude du cabinet allemand Sentix montrait que l’Italie était le pays qui avait le plus de probabilité de quitter la Zone Euro. A suivre également ce matin la révision des chiffres de croissance de la Zone Euro au T3 qui sont attendus inchangés par les analystes. 

Aujourd’hui :  1ère estimation du PIB au T3 2016 en Allemagne et en Italie / Révision du PIB au T3 2016 en Zone Euro / Indice ZEW en Allemagne

EUR/USD à 1,0804 (+0,65%)

USD

L’effet Trump continue de pleinement impacté le dollar qui a atteint hier son plus haut niveau de l’année (voir Focus de la veille). Selon plusieurs banques d’investissement, ce mouvement pourrait être durable et l’on voit réapparaitre la rhétorique, qui avait disparu ces derniers mois, d’un possible retour à la parité à horizon 2017. Hier Barack Obama a tenu à rassurer les marchés en donnant ses premières impressions de sa rencontre avec Donald Trump. Evoqué durant la campagne présidentielle, selon Obama les Etats Unis ne devrait pas retirer la présence de ses troupes au sein de l’OTAN sous la présidence de Trump. Une remise en cause de l’accord sur le nucléaire iranien ne devrait pas non plus être remis en cause par le nouveau président républicain. Si beaucoup d’incertitudes demeurent autour de la future présidence de Donald Trump, notamment sur l’évolution des relations internationales, ce dernier bénéficie pour le moment d’un certain état de grâce relatif à sa récente arrivée et sa présence rare dans les médias ces derniers jours

A suivre aujourd’hui les chiffres de ventes au détail qui sont attendus à un niveau similaire de celui observé le mois dernier (0,6% M/M vs 0,6% en septembre) et le discours en début de soirée du vice-président de la Fed Stanley Fisher.

Aujourd’hui :   Ventes au détail / Indices de prix à l’exportation et l’importation / Evolution des inventaires des entreprises

GBP

La livre sterling continue de bénéficier d’un mouvement de carry trade face à l’euro suite au rebond important des taux obligataires au Royaume Uni depuis la victoire de Donald Trump mercredi dernier. Le cours EUR/GBP a encore fluctué pendant une majeure partie de la journée sous le niveau de £0,86. L’évènement clé aujourd’hui sera la publication des nouveaux chiffres d’inflation qui sont attendus en hausse à 1,1% sur 12 mois contre 1,0% en septembre dernier. Depuis mai dernier, l’inflation générale au Royaume-Uni a triplé (0,3% en mai / 1,0% en septembre) grâce notamment à la dépréciation importante de la livre sterling depuis le ‘Brexit’. Cette accélération de l’inflation suscite désormais de vives inquiétudes au Royaume-Uni alors que l’économie pourrait rencontrer quelques turbulences en marge du processus de sortie du Royaume-Uni qui se déroulera lors des deux prochaines années. Mark Carney répondra de ces inquiétudes devant les parlementaires britanniques suite à la publication de ses nouveaux chiffres. La BOE pourrait faire face à un futur dilemme sur sa politique de taux si l’inflation continue d’accélérer mais que la croissance ralentit.

Ce matin, le site de la BBC indique que le gouvernement n’a pas encore décidé de sa stratégie de sortie, ce qui peut paraitre inquiétant alors que Theresa May avait initialement laissé entendre qu’elle désirait déclencher l’article 50 d’ici la fin du mois de mars 2017. Le retour du thème du ‘Brexit’ vient peser sur la la livre sterling qui repasse ce matin au-dessus de £0,8650 face à l’euro. 

Aujourd’hui :   Inflation

EUR/GBP à 0,8682 (+1,06%)

CHF

Pour la seconde depuis le ‘Brexit’, et depuis plus d’un an, le cours EUR/CHF a chuté sous le niveau de ₣1,07 (niveau de ₣1,0685 touché hier). Ce passage sous ce niveau clé a été bref puisque le cours s’est assez vite redressé pour clôturer au-dessus du niveau de ₣1,0710. Le franc suisse bénéficie pleinement des incertitudes qui entourent la Zone Euro en marge du référendum qui sera prochainement organisé en Italie et qui pourrait déboucher sur un nouveau changement de gouvernement. La Banque Nationale Suisse reste pour le moment muette, il faudra très probablement attendre jeudi et les discours de deux membres – Maechler et Moser - du conseil de gouvernance de la banque centrale helvète pour avoir des informations sur les intentions de cette dernière face à cette forte valorisation du franc suisse.

Aujourd’hui :   Pas de chiffres économiques clés

EUR/CHF à 1,0740 (+0, 25%)

PLN

Ce matin les analystes attendent les premières estimations du PIB au 3ième trimestre de la Pologne qui pourrait être inférieur à 3% pour la première fois depuis 2013 (consensus 2,9% A/A vs 3,1% au T2 2016). Ce ralentissement de la croissance ne serait pas une véritable surprise puisqu’elle a été évoquée par les membres de la banque centrale polonaise lors de sa dernière réunion et ne devrait pas avoir d’impacts à court terme sur la politique monétaire actuelle (neutre). Toutefois, ce ralentissement de la croissance ne serait pas vu d’un bon œil par les investisseurs qui ont actuellement tendance à retirer leurs investissements des pays émergents et se diriger vers les marchés développés, notamment américain, où les taux ont fortement progressé. Le cours EUR/PLN se maintient ce matin à un niveau relativement élevé au-dessus de PLN4,40 et pourrait testé les niveaux de PLN4,42 en cas de déception.

Aujourd’hui :  1ère estimation du PIB au T3 2016

EUR/PLN à 4,4116 (-0, 16%)


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.