Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

nov. 02, 2016 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

*Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :  

  • Les effets de la remontée de Trump dans les sondages se fait ressentir sur les marchés des changes. L’EUR/USD se dirige vers le niveau de $1,11 tandis que l’EUR/CHF a chuté à son plus bas niveau depuis le ‘Brexit’ sous ₣1,08
  • L’effet positif de l’annonce de Mark Carney de rester à la tête de la BOE jusqu’en juin 2019 aura été de courte durée. Les spéculations baissières ont repris sur la livre sterling alors que les indicateurs PMI semblent indiquer un ralentissement au mois d’octobre.
  • Réunion de la Fed ce soir (19h00) : Peut-elle endiguer les pressions baissières sur le dollar alors qu’elle pourrait envoyer des signaux forts en faveur d’une hausse de taux en décembre ? Beaucoup d’anticipations sur une hausse de taux en décembre (73% de probabilité).
  • Les perspectives d’un accord de l’OPEP sur une baisse de la production de pétrole s’éloigne au fil des jours. Nouvelle chute de 1% du Brent ($47) et du WTI ($46) ce matin. L’EUR/CAD est repassé hier au-dessus des C$1,48.

*Focus de la veille: Etats Unis – Des marchés de plus en plus nerveux face à l’incertitude du résultat du 8 novembre prochain  

Alors qu’il accusait un retard de 12points sur sa rivale Hillary Clinton, le nouveau sondage ABC/Washington Post publié hier indique que Donald Trump affiche une avance d’un point sur la candidate démocrate (46% vs 45%). C’est la première fois depuis le mois de mai que le candidat républicain ressort en tête d’un sondage national. Si la candidate démocrate reste encore favorite, les écarts sont de plus en plus réduits depuis la réouverture de l’enquête du FBI vendredi dernier. L’indice de volatilité sur les marchés actions américains est à son plus haut depuis le Brexit et le dollar a reculé de près de 0,70% face à l’euro, soit sa plus mauvaise performance depuis près de 2 mois ½ . Le cours EUR/USD a ainsi clôturé la séance d’hier au-dessus du niveau de $1,1050.

*Focus du jour :   Etats Unis – Avant dernière réunion de la Fed de l’année 2016 (19h00)

Selon toute vraisemblance la Fed ne devrait pas ce soir annoncer de changements de sa politique monétaire mais pourrait envoyer des signaux forts quant à une possible remontée des taux d’intérêt lors de la dernière réunion monétaire de l’année qui se tiendra les 13 et 14 décembre prochain. Le rebond de la croissance économique aux Etats Unis au second semestre rend les marchés très optimistes vis-à-vis d’une intervention en décembre dont la probabilité était évaluée hier soir à 73,6% d’après l’outil FedWatch du groupe CME (Lien). Quid cependant d’une intervention en cas de victoire du candidat républicain Donald Trump dont l’annonce pourrait très fortement perturber les marchés comme on peut actuellement en voir les prémisses.  

*Focus spécial : Les conséquences de la montée de Trump dans les sondages ? - Gagnants & perdants sur les marchés FX

Les trois perdants  : USD, MXN & CAD…Alors que la victoire du candidat républicain est liée à un possible risque de ralentissement de l’économie américaine (politique de déficit couteuse et improductive) et  une remise en cause des accords commerciaux bilatéraux avec ses voisins canadiens et mexicains, il n’est pas surprenant de voir ces devises subir la nervosité actuelle des marchés. Face à l’euro, le dollar a reculé de près de 0,70%, tandis que le dollar canadien a lui perdu plus de 0,5%. La plus forte chute est attribuée au peso mexicain qui s’est déprécié hier de 2,4%.

EUR

Peu de volatilité sur l’euro hier compte tenu de l’absence de publications économiques majeures. L’euro a principalement bénéficié (ou subi) des mouvements de volatilité liés à la nervosité des marchés américains. Une enquête du cabinet de recherche allemand Sentix a été relayée sur les marchés. Celle-ci indique que les investisseurs sondés par cette enquête accorde désormais une plus forte probabilité de sortie de l’Italie de l’Union Européenne (probabilité de 9,9%), une place plutôt occupée par la Grèce ces derniers mois. Si ce résultat ne traduit pas une réelle menace à court terme, il est malgré tout anecdotique : les investisseurs voient l’Italie comme la principale source de risque pour la zone euro à court terme. Entre le référendum constitutionnel programmé début décembre, les excès de déficits budgétaires et la fragilité du système bancaire… il faut dire que les risques ne manquent pas.

A suivre aujourd’hui, les estimations des indices PMI en Allemagne, France et Zone Euro ; ainsi que le taux de chômage en Allemagne. En milieu de journée, les membres du conseil de gouvernance de la BCE se réuniront à Francfort, une occasion pour eux de discuter d’une possible extension du programme d’assouplissement quantitatif, une décision que les marchés anticipent de plus en plus.

Aujourd’hui :  Révision des indices PMI en Allemagne, France et Zone Euro / Taux de chômage en Allemagne / Réunion non-monétaire de la BCE

EUR/USD à 1,0992 (+0,35%)

USD

L’indice ISM manufacturier américain est ressorti au mois d’octobre en progression par rapport au mois dernier, un rebond légèrement au-dessus des attentes qui confirme la bonne santé actuelle du secteur manufacturier américain, et de l’économie dans son ensemble. La journée d’hier fut globalement marquée par une recrudescence de la volatilité déclenchée par la sortie d’un nouveau sondage national favorable à Trump (voir Focus de la veille), ce qui laisse les investisseurs dans le flou total, ces derniers ne sachant pas réellement se positionner à moins d’une semaine du vote final. Face à ces incertitudes, le dollar américain a subi plusieurs prises de bénéfices alors que même que la Fed pourrait envoyer ce soir des signaux forts sur une prochaine intervention au mois de décembre (voir Focus du jour). Il est peu probable que les annonces de ce soir ne créent beaucoup de volatilité, les marchés anticipant déjà un statu quo ce soir et une possible hausse de taux en décembre prochain, à moins que la Fed ne fasse preuve d’une prudence inattendue…ce qui renforcerait davantage le mouvement baissier sur le dollar (niveau technique de $1,1050 atteint hier par le cours EUR/USD).

Avant les conclusions de la Fed, les marchés observeront les chiffres du rapport ADP qui donneront la température avant les chiffres officiels de l’emploi ce vendredi. Les analystes tablent sur un fort rebond des créations d’emplois dans le secteur privé en octobre (consensus 165k vs 154k en septembre), ce qui pourrait offrir un peu d’air au dollar même si à l’heure actuelle les principales considérations des investisseurs sont principalement politiques plutôt qu’économiques.

Focus élection américaine : Ecart de 2,2pts entre H.Clinton et D.Trump d’après le sondage RealClear Politics (vs 2,9pts mardi). Les écarts sont au plus bas depuis plus d’un mois. Un sondage du Washington Post annonce Trump gagnant.

Aujourd’hui :   Rapport ADP / Indice ISM de New York / Conclusions de la réunion de la Fed

GBP

L’annonce par Mark Carney qu’il resterait à la tête de la BOE jusqu’à la mi-juillet 2019 afin d’assurer une transition en douceur du Royaume-Uni hors de l’Union Européenne, aura offert un répit à la livre sterling de très courte durée. Le recul de l’activité du secteur manufacturier britannique au mois d’octobre (indice PMI ressorti à 54,3 vs 54,5 attendu et 55,4 en septembre) a ravivé les craintes de ralentissement de l’économie à moyen terme. Dans ce contexte, le cours EUR/GBP est repassé au-dessus du niveau de £0,90. La valorisation actuelle de la livre sterling reste très basse et est essentiellement basée sur des spéculations d’ordre politique.

On en parle : Des rumeurs annoncent ce matin que le ministre des finances Philip Hammond pourrait annoncer une baisse de la TVA de l’ordre 2,5% - le taux passerait alors de 17,5% à 15% - lors de la présentation du budget le 23 novembre prochain. Cette baisse de la TVA pourrait contenir la montée de l’inflation due à la forte dépréciation de la livre sterling tout en stimulant la consommation domestique.

A suivre aujourd’hui  le nouvel indicateur PMI dans le secteur de la construction qui est attendu en légère baisse par rapport au mois dernier (consensus 51,8 vs 52,3 en septembre). La confirmation d’un ralentissement de l’économie britannique en octobre pourrait favoriser un maintien de la livre sterling au-dessus de £0,90 encore aujourd’hui, avant la réunion de la BOE qui délivrera ses conclusions demain. Un nouveau statu quo est attendu par les investisseurs.

Aujourd’hui :   Prêts hypothécaires

EUR/GBP à 0,9040 (+0,14%)

JPY

La Banque du Japon a annoncé mardi matin qu’elle maintenait sa politique monétaire actuelle de contrôle des taux de longue maturité (ie empêcher les rendements des taux souverains 10 ans de chuter sous le niveau de 0%), ce qui était largement attendu par les marchés. La Banque du Japon a cependant annoncé qu’elle repoussait (encore) d’un an,  programmée à la fin de l’année fiscale clôturant en mars 2019, l’atteinte de l’objectif de 2% d’inflation. Les projections de croissance sur la période 2016-18 restent inchangés par rapport à celles établies en juillet dernier. Le yen est resté assez stable hier, autour de ¥115 face à l’euro, suite à l’annonce faite par la BOJ. Le fait que la BOJ reconnaisse l’environnement économique actuel comme incertain, est la preuve pour certains observateurs que la banque centrale devrait maintenir une politique très accommodante pendant un certain temps.

Face à la nouvelle nervosité des marchés face à la montée de la « menace Trump », nous pourrions voir un nouvel élan haussier du yen.  

Aujourd’hui :   Indice de confiance des ménages

EUR/JPY à 114,88 (-0,21%)

CHF

Les bons chiffres économiques en Suisse – second plus haut niveau atteint depuis 2 ans par l’indice PMI manufacturier helvète au mois d’octobre et le premier rebond de l’année des ventes au détail – associés à la montée des incertitudes mondiales en amont des prochaines élections présidentielles américaines a provoqué un afflux massif de capitaux vers les marchés suisses. Hier le franc suisse a atteint son plus haut niveau face à l’euro depuis le ‘Brexit’, ce qui confirme le degré d’inquiétude des marchés et le potentiel mouvement haussier que l’on pourrait voir en cas de victoire du candidat républicain. Il sera intéressant de voir si la BNS a les moyens financiers de défendre le niveau de ₣1,08 alors que ses réserves en devises financières ont récemment atteint la taille de CHF666bln, soit l’équivalent du PIB suisse en 2015.

Aujourd’hui :   Pas de chiffres économiques clés aujourd’hui

EUR/CHF à 1,0772 (-0,09%)


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.