Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

sept. 29, 2016 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Focus de veille : Pétrole  – Accord surprise des pays de l’OPEP à Alger

A la surprise générale, les membres de l’OPEP ont convenu d’un accord sur un plafond de la production journalière de pétrole brut afin d’enrayer une situation de surabondance de l’offre qui maintient les prix du baril bas, une première en 8 ans . Cette décision ne se faisait plus attendre alors que l’Iran et l’Arabie Saoudite ne semblait pas en mesure de s’entendre. Finalement un accord préliminaire aurait été conclu sur une limite maximale de 32,5 à 33,0 millions de barils envoyés quotidiennement sur les marchés. Selon les premiers échos qui sont ressortis des discussions tenues lors de la dernière journée du forum international de l’énergie à Alger, il serait convenu que certains membres de l’OPEP seront forcés de réduire leur production tandis que l’Iran ne sera pas tenu de ralentir son rythme d’activité. De nombreux détails doivent encore être discutés, et seront très certainement dévoilés lors de la réunion de l’OPEP qui se tiendra à Vienne le 30 novembre prochain. Il s’agit cependant d’un pré-accord non encore effectif sur les marchés et qui n’incorpore par la Russie. En réaction à cette nouvelle inattendue, les cours du pétrole ainsi les devises liées à cette ressource se sont significativement renforcés. L’indice WTI a progressé hier de 5,3% et franchit la barrière des $47,0 tandis que le loonie canadien et la couronne norvégienne ont tous deux rebondi de près de 0,9% face à l’euro (EUR/CAD à C$1,4669 / EUR/NOK à 9,0153 en clôture).

Focus du jour :   Allemagne Véritable départ pour l’inflation ? (14h00)

Comme chaque mois c’est l’Allemagne qui ouvrira le bal en publiant ses premières estimations de croissance des prix à la consommation au mois de septembre, les indicateurs agrégés de la zone euro n’étant publiés que le lendemain. Les analystes sont plutôt optimistes et anticipent une accélération de l’inflation en Allemagne au mois de septembre de 0,4% à 0,6% en dynamique annuelle, ce qui serait le plus haut atteint sur les 16 derniers mois. Une telle accélération donnerait davantage de valeur aux propos tenus par Mario Draghi lors de la réunion monétaire du 8 septembre dernier et sa défense de l’idée que la transmission de la politique monétaire menée par la BCE sur l’économie réelle n’a jamais été aussi efficace.  Cette accélération, si elle se matérialise, sera-t-elle suffisante pour pousser la BCE à reconsidérer ces projets d’extension de son QE en 2017 ? Cette possibilité existe, même si elle demeure peu probable dans l’état actuel des choses, l’inflation en zone euro étant encore très éloigne de l’objectif de 2% fixé par la banque centrale (0,2% en août vs consensus 0,4% en septembre – chiffres officiels publiés demain matin).

Points clés de la matinée :

  • Le yen recule de 0,9% face à l’euro et la paire EUR/JPY oscille autour du niveau ¥114 / La parité franc suisse fait son retour au-dessus de ₣1,09.
  • La couronne norvégienne à son plus haut depuis 1 an après la décision de l’OPEP. La parité EUR/NOK teste la barrière des NOK 9,0.

EUR/USD autour de $1,1220 avant les chiffres du chômage et d’inflation en Allemagne.

EUR

Le parlement grec a approuvé hier une série de mesures austères incluant une baisse des pensions de retraite et le transfert d’actifs publics vers un fond d’investissement supervisé par les créditeurs du pays. Cela devrait permettre de débloquer la tranche d’aide de €2,8Mds, initialement due en juin, lors de la prochaine réunion de l’Eurogroupe programmée le 10 octobre prochain. Opposé hier aux parlementaires allemands, Mario Draghi refuse de reconnaitre une quelconque responsabilité de la BCE dans les problèmes que rencontre actuellement la Deutsche Bank. Il n’a cependant pas souhaité commenté les rumeurs qui font état d’un possible plan de sauvetage de la banque par le gouvernement allemand (article publié hier par le journal allemand die Zeit). La France dans son nouveau budget 2017 projette de ramener son déficit budgétaire à 2,7% du PIB, un chiffre qui paraît bien trop optimiste pour de nombreux observateurs.

Après avoir souffert en matinée la faute aux incertitudes liées à la situation de la banque allemande Deutsche Bank - plus bas de la semaine atteint à 1,1179 - la parité EUR/USD s’est progressivement redressée en fin de journée, bien aidée par les doutes des investisseurs émanant de la Fed et la décision prise par les membres de l’OPEP, et clôturée à un niveau similaire de celui à l’ouverture de séance au-dessus de $1,1210.

Les chiffres de l’emploi et d’inflation en Allemagne seront les évènements majeurs clés à suivre aujourd’hui et pourraient favoriser un renforcement de l’euro qui pourrait venir tester son plus haut niveau de la semaine à $1,1280.  

Aujourd’hui :  Chômage et inflation en Allemagne / Indices de sentiment économique en Zone Euro (confiance des entreprises et ménages)

EUR/USD à 1,1221 (+0,06%)

 

USD

Invitée à s’exprimer devant la chambre des représentants américains à l’occasion de son témoignage semi-annuel, Janet Yellen a dû répondre à des accusations de conflit d’intérêt au sein de la Fed de la part de parlementaires républicains. En effet, la membre du conseil de gouvernance de la Fed, Lael Brainard, a officiellement été citée sur la liste des donateurs ayant financé la campagne électorale d’Hillary Clinton ($2700 d’après la commission électorale) et est pressentie pour être nommée comme secrétaire au Trésor en cas de victoire de la candidate démocrate. Ce n’est pas la première fois que la crédibilité de la Fed est mis en question alors que le candidat républicain Donald Trump a récemment remis en cause l’indépendance de la Fed en l’accusant de maintenir les taux artificiellement bas pour soutenir la politique économique menée par Obama. Il est difficile aujourd’hui de mesurer le poids de ces accusations et son influence sur la prochaine décision de la Fed, mais si elles étaient avérées cela pourrait susciter beaucoup de bouleversement et remettre en cause le projet de remontée des taux avant la fin de l’année. Les marchés restent pour le moment optimistes et évaluent à 53% la probabilité d’une hausse de taux en décembre.

Janet Yellen s’exprimera à nouveau aujourd’hui et reviendra très certainement sur ces accusations et pourrait délivrer son impression sur les perspectives économiques et monétaires du pays. Parmi les autres évènements clés de la journée, les analystes anticipent une légère révision à la hausse de la croissance du PIB au second trimestre dont l’estimation finale sera publiée cette après-midi (1,3% A/A vs 1,1% initialement publié).

Focus élection américaine : L’écart entre H.Clinton et D.Trump s’aggrandit d’après l’indicateur RealClear Politics (2,3pts vs 1,6pts hier) alors qu’un nouveau sondage publié après le débat de lundi par le cabinet Public Policy Polling indique une avance de 4pts de la candidate démocrate sur son opposant républicain (44% vs 40%)

 Aujourd’hui :  Discours de Janet Yellen / Estimation finale du PIB au T2 2016 / Promesses de ventes de maisons

GBP

La membre du conseil de gouvernance de la Banque d’ Angleterre, Minouche Shafik, a indiqué hier lors d’un évènement organisé par l’agence Bloomberg que de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire seront très certainement nécessaires pour contenir les chocs économiques provoqués par la future sortie du Royaume-Uni hors de l’UE. Elle indique cependant qu’une nouvelle baisse de taux en 2016  dépendra principalement de la vigueur de l’économie économique dans les prochaines semaines. Le poids de ces propos sont à nuancer alors que Minouche Shafik quittera la BOE en 2017 et qu’ils s’opposent aux récents commentaires de Kristin Forbes (membre de la BOE) qui ne voit aucune raison de réduire à nouveau les taux, et de Mark Carney qui a indiqué hier, dans un entretien tiré d’un journal, que les perspectives à long terme de l’économie britannique étaient positives.

Après un passage temporaire sous les £0,86 hier matin, la parité EUR/GBP s’est légèrement redressée après les propos de Minouche Shafik et a clôturé sous le niveau de £0,8620. En l’absence de chiffres clés aujourd’hui, la parité pourrait demeurer assez stable. Le niveau de £0,8580 pourrait être testé en cas de léger recul des incertitudes des investisseurs sur la livre sterling.

Aujourd’hui :   Pas de chiffres économiques clés.

EUR/GBP à 0,8614 (-0,03%)

JPY

Dans la lignée de la décision de l’OPEP et de la remontée des cours du pétrole, le regain de confiance des investisseurs favorise un recul du yen de plus de 0,9% ce matin face à l’euro. La paire EUR/JPY a retouche le niveau des ¥114 en séance asiatique, soit son plus haut niveau de la semaine. La remontée des cours du pétrole, si elle perdure, pourrait à termes favoriser un renforcement de l’inflation au Japon. Les nouveaux chiffres de croissance des prix à la consommation publiés demain matin sont attendus en légère amélioration et pourraient favoriser un retour de la parité au sein d’une fourchette de prix ¥114-¥116.

Aujourd’hui :   Ventes au détail

EUR/JPY à 113,95 (+0,94%)


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.