Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juil. 07, 2016 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Focus de la veille : Royaume-Uni – Une chute de la livre sterling sans limite  

Les craintes sur les conséquences potentielles du ‘Brexit’ sur l’économie mondiale ont de nouveau ressurgi hier et envoyé la livre sterling à 0,8626 – son plus depuis aout 2013 face à l’euro – en séance asiatique. La livre sterling a reculé de -2,2% sur les deux dernières séances et de plus de 12% depuis l’annonce du résultat du référendum. Cependant face à l’euro, la livre sterling reste encore loin de ses niveaux historiques, ce qui indique que la devise britannique a encore une marge pour se déprécier dans les prochains jours.

Focus du jour: US – Nouveau rapport ADP sur l’emploi aux US pas nécessairement rassurant ?

Si il ne fait pas de doute que les créations d’emplois au mois de juin aux Etats Unis seront bien meilleures que le mois précédent – seulement 38 000 en mai ! – il reste à déterminer si le contexte économique récemment très volatil n’a pas laisser de nouveaux stigmates sur un marché de l’emploi fragile. D’après les estimations des économistes, le rapport ADP des emplois dans le secteur privé – qui détermine généralement la tendance globale du rapport officiel publié le vendredi – ne devrait pas offrir une image très rassurante. Si les estimations se révèlent correctes, avec seulement 159 000 créations en juin, cela serait le plus petit nombre observé depuis juillet 2015.

La séance asiatique  :

  • S&P abaisse les perspectives de l’Australie de neutres à négatives. Très léger recul de l’AUD ce matin.
  • Recul de l’euro face à l’ensemble de ses pairs : USD / GBP / JPY / CHF
  • La livre sterling repasse sous les 0,8550 face à l’euro tandis que l’EUR/USD oscille pour le moment autour de 1,1090

EUR

La commission européenne et le gouvernement italien peine à trouver un accord sur les moyens utilisés pour recapitaliser les banques italiennes dont les créances douteuses s’élèvent à €360Mds. Le second souhaiterait, sous couvert des règles sur la résolution bancaire au sein de l’Union Européenne, mettre en place une « recapitalisation préventive » qui constituerait à éponger une partie des dettes des banques italiennes via de l’argent public, ce qui n’est pas du goût Jean-Claude Juncker et de la commission européenne.

L’incertitude entourant ces discussions, et les risques de propagation en Europe en cas de faillite d’une ou plusieurs banques italiennes sont autant de pressions baissières potentielles planant autour de l’euro, qui résiste cependant tant bien que mal pour le moment. Après une chute à 1,1029 en séance asiatique le cours EUR/USD s’est progressivement repris pour finir la session d’hier aux portes des 1,1100, la publication du compte-rendu de la Fed n’étant pas étrangère à cela.

Aujourd’hui :    Production industrielle en Allemagne

EUR/USD à 1,1088 (-0,10%)

USD

Le compte rendu de la réunion de la Fed du 15 juin a confirmé ce que l’on savait déjà plus ou moins, à savoir que la Fed a préféré maintenir ses taux inchangés en juin la faute à un marché de l’emploi fragile et aux incertitudes entourant les perspectives économiques mondiales. Le choc financier provoqué par la victoire du camp eurosceptique lors du référendum britannique devrait pousser la Fed à revoir ses plans. Pour rappel, en juin dernier la Fed avait révisé à la baisse ses perspectives de hausse de taux en 2017 et 2018 – 3 hausses prévues contre 4 initialement – or les incertitudes économiques provoquées par le Brexit pourrait inciter la Fed à prochainement réviser son rythme de hausse en 2016 (maintenu à 2 hausses en juin dernier).

Actuellement le marché évalue à 0% la probabilité implicite d’une hausse de taux en juillet et à seulement 6% un scénario de hausse en septembre. Le report dans le temps de cette prochaine hausse de taux associé à un pessimisme à l’égard de l’économie américaine limite une appréciation du dollar malgré la forte volatilité actuelle sur les marchés européens.

 Aujourd’hui :   Rapport ADP

GBP

Selon le journal financier le Financial Times trois nouveaux gestionnaires de portefeuille britanniques ont gelé hier les sorties de capitaux de leur fond immobilier alors que le secteur de l’immobilier est considéré par plusieurs observateurs, ayant encore le souvenir de 2008 en tête, comme la potentielle première victime des répercussions du ‘Brexit’ sur l’économie.

C’est actuellement un sentiment de peur qui guide le marché alors que chacun tente d’évaluer les conséquences potentielles que provoquerait une sortie définitive du Royaume-Uni de l’UE. Cet évènement n’ayant jamais eu lieu dans l’histoire, aussi cela favorise et alimente les spéculations des marchés autour de scénarios catastrophes.

Pour le moment, le Royaume-Uni se cherche un successeur à David Cameron et n’a pas forcément la tête à l’Europe. Un nouveau scrutin se tiendra aujourd’hui au sein du parti conservateur. Theresa May fait toujours figure de favorite.

Aujourd’hui :  Production industrielle et manufacturière

EUR/GBP à 0,8544 (-0,47%)

 

JPY

La recrudescence de la volatilité a fortement favorisé le yen qui progresse depuis mardi de 2,5% face à l’euro (performance en cours), ce qui porte le rebond de la devise japonaise à plus de 8% depuis l’annonce des résultats du référendum britannique. Le yen oscille actuellement sous le niveau de 101 face au dollar et se rapproche de la barrière psychologique des 100, considéré par le marché comme la limite supportable pour l’économie japonaise avant de considérer une intervention.

Cette nuit, le gouverneur central Kuroda a renouvelé le soutien de la BOJ à l’économie tout en restant silencieux sur l’impact potentiel du ‘Brexit’ sur l’économie japonaise et sur le yen. Les investisseurs attendent désormais que des actions viennent illustrer un discours déjà très souvent entendu dans le passé mais qui a généré bien souvent de la déception.

Aujourd’hui :  Indicateur économique avancé recule à 0 contre 0,9 en avril.

EUR/JPY à 111,76 (-0,56%)

 

CHF

Le marché projette une nouvelle dégradation de l’inflation en Suisse en juin qui est attendue à -0,5% sur 12 mois contre -0,4% le mois dernier. Cette nouvelle contraction des prix à la consommation n’est pas une bonne nouvelle pour l’économie suisse dont l’activité est déjà fortement handicapé par la forte valorisation du franc suisse.

Cependant tant que les incertitudes demeureront en Europe, il est difficile de voir à court terme un ralentissement du franc suisse qui reste une devise fortement appréciée par les investisseurs lors de périodes de volatilité comme c’est le cas actuellement. Le cours EUR/CHF se maintient pour le moment au-dessus de 1,0800, grâce aux interventions très certainement de la banque centrale suisse, mais ce support reste très fragile.

EUR/CHF à 1,0812 (-0,06%)

Aujourd’hui :  Inflation


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.