Commencer

Actualités du marché des devises

sept. 22, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

La peur domine les échanges et renvoie l'EUR/USD vers 1,17 $

  • La nervosité observée la veille semble être descendue d'un cran puisque la séance asiatique n'a pas donné lieu à d'importants mouvements de repli des marchés actions. Si la bourse de Shanghai (-1,3%) ou de Sidney (-0,7%) ont clôturé dans le rouge, les pertes sont bien moins impressionnantes que celles observées la veille en Europe. Un rebond correctif semble s'observer dans la région ce matin (+0,5% pour le CAC 40) mais il faudra rester prudent, le spectre de nouvelles secousses reste présent en cas de nouveaux signaux de progression du virus et/ou annonces de mesures sanitaires plus strictes. Les marchés des changes ne goûtent pas aux prémices de répit entrevus sur les bourses européennes, l'aversion au risque continuant d'influencer les prises de décision. Dans ce contexte, l'euro poursuit sa glissade face au dollar et se rapproche à grand pas du seuil de 1,17 $ qu'il n'a plus touché depuis le 3 août dernier. Le yen garde également une très forte côte et continue de gagner du terrain face à l'euro pour s'échanger à moins de 123 ¥. Les devises qui ont le plus souffert la veille continuent de creuser leurs pertes, c'est notamment le cas de la couronne norvégienne (11,0 NOK), du dollar australien (1,63 A$) ou encore du rand sud-africain (19,8 ZAR). La livre sterling goûte également très peu à ce regain de volatilité financière et flirte tout près du seuil de 0,92 £. La couronne suédoise est très stable ce matin (10,4 SEK) en amont de la décision de la banque centrale suédoise qui devrait probablement opérer un statu quo. La pandémie et sa progression en Europe sont en ce moment le sujet qui agite l'attention des marchés, lesquels craignent vivement un nouveau reconfinement. Il y aura peu de données macroéconomiques majeures et il faudra probablement attendre demain la publication des premiers indices PMI de septembre pour trouver quelques raisons d'espérer... à moins que ces enquêtes confortent les peurs actuelles.
  • Sentiment : les marchés actions européens voient rouge, l'aversion au risque domine les marchés des changes - Sous couvert de craintes à l'égard de la recrudescence de la pandémie en Europe et des possibles répercussions économiques que pourraient engendrer de nouvelles restrictions sanitaires dans la région, les Bourses européennes ont subi lundi leur plus forte chute depuis 3 mois. -3,7% pour le CAC 40 (France), -3,8% pour le FTSE MIB (Italie), -4,4% pour le DAX 30 (Allemagne), ce sont les tristes performances enregistrées par les principaux indices boursiers hier. La bourse américaine a connu une séance moins agitée mais a néanmoins connu un nouveau repli (-1,2% pour l'indice principal S&P 500), le 4ième consécutif pour une perte totale de -3,5%. Ces turbulences n'ont pas été sans impact sur les devises dont la volatilité lundi a été dominée par un sentiment d'aversion au risque se matérialisant par une hausse de la demande pour les valeurs refuges telles que le dollar (+0,6% vs. EUR à 1,1770 $), le yen (+0,5% à 123,2 ¥) et le franc suisse (+0,3% à 1,0760 ₣), et à l'inverse une réduction des positions sur les devises liées au pétrole telles que la couronne norvégienne (-1,5% à 10,93 NOK) et les devises émergentes. Parmi ces dernières, ce sont naturellement les devises d'Europe de l'Est qui ont le plus souffert lundi comme la couronne tchèque (-1,5% à 27,1 CZK = plus bas depuis 4 mois) ou encore le zloty polonais (-0,8% à 4,49 PLN = plus bas depuis 4 mois). Celles-ci paient à la leur proximité géographique avec la zone à nouveau frappé par la pandémie mais aussi la proximité économique avec les pays d'Europe de l'Ouest qui sont leurs principaux partenaires commerciaux récepteurs des exportations polonaises et tchèques. Le rand sud-africain est lui-aussi l'un des grands perdants des nouvelles secousses de marché et a cédé plus de -2% face à l'euro lundi à 19,75 ZAR.
  • Royaume-Uni : Boris Johnson durcit les règles sanitaires, Paris pousse à poursuivre les négociations sur le Brexit (GBP) - Face à la recrudescence du coronavirus outre-Manche, le niveau d'alerte a été relevé lundi et Boris Johnson s'apprête à annoncer aujourd'hui au Parlement la fermeture des bars et restaurants dès 22h00 à travers toute l'Angleterre à partir de jeudi. Il consultera par ailleurs ses homologues gallois, écossais et nord-irlandais afin de décider d'une approche commune dans la gestion de la pandémie. La question d'un nouveau reconfinement serait à l'étude mais celle-ci divise les membres de la majorité britannique sachant qu'une telle option viendrait encore plus affaiblir une économie britannique qui devrait subir une contraction de plus de 10% d'après les dernières projections publiées ce mois-ci par l'OCDE. Sur le volet du Brexit, Paris pousse à une poursuite des négociations commerciales avec Londres mais avertit néanmoins que toute violation de l'accord de sortie signé en janvier mettrait automatiquement un terme aux échanges. En marge de la gestion de la situation sanitaire, on continue également à suivre les développements des débats au Parlement britannique sur le projet de loi sur le marché intérieur. Même infime, il y a toujours un espoir que britanniques et européens parviennent à trouver un compromis de dernières minutes pour éviter un divorce brutal. Pour le moment, les marchés sont dans l'expectative et attendent de recevoir des signaux confirmant cette thèse avant de prendre position. La livre sterling est pour le moment à nouveau orientée à la baisse, la devise étant toujours considérée par les investisseurs comme un actif à éviter en période de turbulence comme ce fut le cas lundi. Le taux EUR/GBP a flirté avec le seuil de 0,92 £ hier mais n'a pas eu le coup de rein assez puissant pour franchir cette barrière. Sauf développements positifs sur le volet du Brexit, la recrudescence de volatilité sur les marchés des changes est plutôt un environnement plutôt défavorable à la devise britannique et il ne serait pas étonnant que celle-ci subisse de nouvelles pertes en cas de secousses sur les marchés financiers. Autre facteur défavorable, les spéculations monétaires actuelles autour de nouvelles mesures accommodantes de la part de la Banque d'Angleterre et d'une possible baisse de taux au début d'année prochaine. À cet égard, on suivra avec attention les commentaires ce matin du gouverneur central Andrew Bailey (09h00) qui aura l'occasion d'apporter des clarifications sur la récente communication de la banque centrale exprimée la semaine dernière lors de sa réunion monétaire. Lors de celle-ci, la banque avait notamment montré un intérêt prononcé pour le recours à des taux négatifs.
  • Banques centrales : réunions monétaires en Suède et en Hongrie (SEK, HUF) - La valse des banques centrales de septembre se poursuit avec ce mardi la publication des conclusions des réunions de la Riskbank en Suède (09h30) et de la Banque Nationale de Hongrie (14h00). Pour les deux banques, le consensus de marché actuel table sur un statu quo monétaire et le maintien du taux directeur principal à son niveau actuel, 0,0% en Suède et 0,6% en Hongrie. Les marchés surveilleront la communication respective des deux banques et leur approche face au maintien d'un haut niveau d'incertitude et de la possible menace d'une seconde vague de contamination en Europe. Du côté de la Riksbank, on surveillera si l'option de taux négatifs - outils monétaires déjà utilisé entre 2015 et 2019 - est à nouveau envisagée ou au contraire un levier que la banque veut éviter à tout prix. Depuis qu'elle a atteint un pic de 18 mois cet été à moins de 10,20 SEK, la couronne a entrepris depuis un mois une lente glissade face à l'euro à mesure que la situation sanitaire se dégradait en Europe. La devise suédoise s'échange actuellement à un creux de 2 mois à plus de 10,40 SEK. Même dynamique, mais plus prononcée, pour le forint hongrois qui est en chute libre depuis la mi-août. La devise approche désormais ses plus bas de l'année face à l'euro et s'échange ce mardi à 363 HUF.

Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.