Aperçu de l'actualité des marchés

Séance du 14 mars 2019 – Sommaire :

  • C’est une vague d’optimisme qui émane du Royaume-Uni où l’on se remet à rêve de report du Brexit. L’économie chinoise laisse toujours une impression mitigée.
  • Profitant du sentiment de détente générale autour du Brexit, l’EUR/USD est de retour au-dessus de $1,13.
  • La livre sterling corrige légèrement après avoir atteint la veille un nouveau pic de 22 mois face à l’euro (£0,8470). Nouveau vote ce jeudi au Parlement sur un report du Brexit.
  • Le cours EUR/JPY profite lui aussi du regain d’appétit au risque des acteurs de marché européens et atteint ce matin un pic depuis une semaine à ¥126,50.
  • La paire EUR/AUD remonte au-dessus de A$1,60 sur fond d’inquiétudes autour de l’économie chinoise. Les indicateurs publiés ce matin n’ont pas convaincu : production industrielle à un creux de 17 ans (5,3% A/A).
  • Le cours EUR/CNH monte ce matin à un pic de 8 séances à plus de ¥7,61.

Pense-bête - Petit retour en arrière sur le moment de la séance de mercredi : Les députés britanniques rejettent une sortie sans accord / La livre sterling rêve d’un report / L’euro remonte au-dessus de $1,13 / Forte poussée du pétrole

Au lendemain du nouveau rejet massif du texte de divorce présenté par le gouvernement de Theresa May, les députés britanniques de la Chambre des communes étaient invités à voter une seconde fois ce mercredi, cette fois sur leur possibilité de laisser le Royaume-Uni quitter l’Union Européenne sans accord. À l’issue d’un vote bien plus serrer que la veille, les parlementaires ont repoussé à 321 voix contre 278 cette hypothèse et par conséquent rendu l’option d’un report comme inéluctable. Alors que ces derniers étudieront à partir de jeudi un amendement proposant un report technique du Brexit au 30 juin, les investisseurs ont déjà fait leur choix et sont nombreux aujourd’hui à faire le pari d’une sortie décalée. La livre sterling a de nouveau connu une séance très mouvementée mercredi, mais cette fois en sa faveur. En effet, la devise britannique a enregistré un spectaculaire rebond de presque 1,7% et touché à cette occasion un nouveau pic de 22 mois face à l’euro à £0,8469. L’euro lui aussi profité de cette baisse momentanée des risques et tensions autour du Brexit et en a ainsi profité pour faire son retour au-dessus du niveau de $1,13 face au dollar américain. Un pic d’une semaine fut même atteint par l’EUR/USD hier à presque $1,1340. La paire EUR/JPY a elle aussi profité de cette détente et fait son retour à ¥126. Peu de réaction observée au niveau de la paire EUR/CHF pour qui le seuil de ₣1,14 apparaît toujours comme un marche encore trop importante à gravir. Sensibles à une contraction plus importante des inventaires américains de pétrole, les prix du baril de brut ont significativement progressé hier, de plus de 1% pour l’indice de mer du Nord (Brent) et de 2% pour l’indice américain (WTI). La couronnenorvégienne a été particulièrement affectée par ce rebond des cours pétroliers et s’est appréciée jusqu’à atteindre un pic de 5 semaines face à l’euro à moins de NOK 9,70. À noter mercredi que sous l’effet entre autre d’une poussée de l’euro, le cours EUR/ZAR a approché ses plus hauts niveaux de l’année et touché un pic de plus de 2 mois à plus de ZAR 16,35.

USD

L’EUR/USD sort peu à peu la tête hors de l’eau et fait son retour mercredi au-dessus du seuil de $1,13, comblant ainsi plus de la moitié des pertes accumulées en marge de la dernière réunion de la BCE du 7 mars dernier. Il est évident que le sentiment détente générale qui émane d’Europe et plus spécifiquement du volet du Brexit est un catalyseur bénéfique à l’euro. Néanmoins, on peut voir cela comme une petite embellie passagère dont les effets ne devraient pas perdurer dans le temps. La santé économique vacillante de l’Europe reste un facteur d’incertitude important comme vient nous le rappeler ce matin la révision à la baisse de l’estimation d’inflation générale en Allemagne au mois de février (1,5% Vs cons. 1,6%), laquelle n’était pas attendue par les marchés. L’ascension de l’euro se voit donc freinée ce matin et le potentiel haussier de la paire de la change apparait réduit. Si l’on gardera un œil attentif aux statistiques américaines (inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage, ventes de maisons neuves)  publiées dans l’après-midi, la volatilité de l’EUR/USD pourrait restée encore connectée aux soubresauts et évolutions du Brexit sachant que ce jeudi le Parlement britannique votera sur une extension de l’article 50 et donc un report de la date de sortie après le mois de mars.

Niveaux clés : Au regard des nombreuses anticipations de marché autour d’un scénario de report du Brexit, il ne va sans dire que l’officialisation de cette hypothèse aura des effets bénéfiques d’une magnitude bien moins importante que ceux négatifs causés en cas d’annonce d’un éventuel refus des parlementaires britanniques de décaler la date de sortie.  Le retour dans la lumière ce matin des inquiétudes autour de l’économie européenne porte préjudice à un EUR/USD en pleine ascension qui tentait de s’écarter de la barrière de $1,13. Si un retour au niveau de $1,14 dans les prochains jours n’est pas à exclure si les nouvelles autour du Brexit restent positives, la paire EUR/USD ne reste pas moins toujours très fragile et est capable de chuter au moindre « coup de vent ».

Perf 2019 =-1,23% / Moyenne 2019 = $1,1368 / Point haut 13 mars 2019 = $1,1339 / Point bas 13 mars 2019 = $1,1275 / Clôture 13 mars 2019 = $1,1325

GBP

Il faut avoir le cœur bien accroché pour suivre les mouvements de la livre sterling depuis le début de semaine tant ils sont imprévisibles, rapides et de forte magnitude. Après un coup d’arrêt mardi provoqué par le rejet de l’accord de sortie au Parlement britannique, la devise britannique a repris son envol mercredi à l’occasion d’une hausse importante des spéculations autour d’un probable report de la date de sortie du Royaume-Uni hors de l’Union Européenne. Si cela semble aujourd’hui la seule option crédible après le refus mercredi des députés de laisser le pays sortir sans accord, encore faut-il qu’elle soit dans un premier temps formulée puis dans un second temps détaillée pour convaincre le camp européen d’accepter cette requête. Alors que du côté de Bruxelles on a déjà tendu la main à Londres sur l’idée d’un report, encore faut-il que cette exigence soit accompagnée d’une feuille de route explicative justifiant les raisons d’un report et les conditions. Les députés doivent délibérer ce jeudi sur une extension de l’article 50 avant de voter mercredi prochain (20 mars), sous condition que l’option d’un report soit sollicitée, sur un amendement proposant un « report technique » du Brexit au 30 juin prochain. Alors que les marchés anticipent tous dans un sens, d’autres surprises et rebondissements pourraient survenir dans les prochains jours.   

Niveaux clés : Les marchés se réjouissent d’un possible report du Brexit car ils y voient là une voie permettant au pays d’échapper au spectre d’une sortie sans accord, scénario considéré comme « catastrophique » par une grande majorité d’observateurs économiques et financiers. Cette euphorie pourrait perdurer encore quelque temps, du moins jusqu’à que ce report soit rendu officiel… si report il y a évidemment. La magnitude et l’unilatéralité du mouvement haussier de la livre sterling mercredi signale une uniformité des anticipations et donc des investisseurs qui anticipent en grande majorité un unique scénario. Il ne serait donc pas surprenant de voir la livre sterling à nouveau dévisser si tout ne se passe pas comme prévu. Le cours EUR/GBP repart à la hausse ce matin (rebond technique après son repli important de la veille) et est à nouveau de retour au-dessus de £0,85, ce qui tend à confirmer le statut de « support » qu’est entrain de prendre cette barrière aux yeux des investisseurs.

Perf 2019 =-5,24% / Moyenne 2019 = £0,8750 / Point haut 13 mars 2019 = £0,8644 / Point bas 13 mars 2019 = £0,8469 / Clôture 13 mars 2019 = £0,8490