Aperçu de l'actualité des marchés

Séance du 30 octobre 2018 – Sommaire : 

  • Il a fallu d’un article de l’agence Bloomberg lundi soir pour raviver les craintes de nouvelles tensions entre Pékin et Washington, heureusement le rebond des bourses asiatiques (notamment en Chine) vient quelque peu atténuer le sentiment d’aversion au risque sur les marchés.
  • EUR/USD amorphe autour de $1,1360-70 en amont de la publication des premiers chiffres de croissance au T3 en Italie (10h00) et Zone Euro (11h00). La croissance en France a légèrement déçu et fait craindre un effet miroir à l’échelle européenne.
  • L’EUR/GBP reste sur une trajectoire haussière et tente de casser la barrière de £0,89.
  • Nouvelle tentative de rebond de la paire EUR/JPY au-dessus de ¥128. Possibles prises de bénéfice sur le yen avant la décision de la Banque du Japon mercredi matin.
  • Forte correction de la paire EUR/AUD de -0,5% qui efface les pertes des deux dernières séances et retombe sous le niveau de A$ 1,61.
  • Léger repli de la paire EUR/CAD qui revient à hauteur de C$ 1,49.
  • Fort rebond ce matin de la livre turque (+1,2% vs EUR à TRY 62,25) et du rand sud-africain (+0,6% Vs EUR à ZAR 16,60) en amont de la publication es chiffres du chômage au T3 en Afrique du Sud (10h30).

Volatilité sur les marchés des changes– Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD : Après une brève tentative de rebond à plus de $1,14, le cours EUR/USD a rapidement effacé les gains engrangés vendredi après l’annonce dans les médias d’un retrait de la vie politique de la chancelière Angela Merkel à la fin de son mandat en 2021. Cette annonce intervient après les élections régionales en Hesse au cours desquelles la CDU, tout comme le SPD, a accusé un net repli des votes par rapport au scrutin de 2013 au profit des écologistes et de l’extrême-droite. Un résultat pas si anodin qui, après les récentes élections en Bavière, illustre à nouveau la perte de vitesse des partis traditionnelles et les désirs de changement d’une population mécontente. Les investisseurs voient dans la perte d’influence d’Angela Merkel à l’échelon national ; personnalité à la tête de l’Allemagne depuis 13 ans et membre essentiel de la construction européenne ; un verrou en moins pour contrer la vague populiste et nationaliste qui tente de s’installer en Europe. Le cours a donc rapidement corrigé vers le niveau de $ 1,1360 puis progressivement retracé pour osciller une grande partie de la journée dans un couloir de $ 1,1370-$ 1,1400. La paire a connu à nouveau un léger décrochage vers les niveaux de $1,1360-70 en début de soirée en réaction à la publication d’un rapport de l’agence Bloomberg citant deux sources anonymes révélant que Washington plancherait sérieusement sur un nouveau plan de taxes douanières contre Pékin qui serait mis en place si la rencontre prévue entre Donald Trump et le président chinois Xi Jinping à Buenos Aires à la fin du mois de novembre (sommet du G20 le 30 nov. - 01 déc.) se solde par un échec.

Ce matin, le cours EUR/USD ne montre aucun signe de redressement vers le niveau de $ 1,14 et reste amplement pénalisé par la présence de tensions politiques palpables en Europe et le retour des craintes de guerre commerciale entre Pékin et Washington. La croissance moins robuste que prévue du PIB français au 3ième trimestre (+0,4% T/T Vs cons. +0,5%) fait craindre un effet miroir sur l’ensemble de la Zone Euro et vient s’ajouter aux catalyseurs baissiers actuels pesant sur l’euro. La publication aujourd’hui de nombreux indicateurs économiques en Europe, dont le chômage (09h55) et l’inflation (14h00) en Allemagne, de l’inflation et des ventes au détail en Espagne (09h00), et surtout des premières estimations de croissance du PIB au T3 en Italie (10h00) et en Zone Euro (11h00), pourrait donner lieu à de nouveaux pics de volatilité de la paire. L’enjeu sera pour les marchés d’évaluer la résilience économique de la Zone Euro dans un contexte extérieur dégradé par les fortes tensions commerciales internationales et un contexte intérieur à nouveau peu stable politiquement. Si de bons résultats viendraient donner un peu plus de reliefs aux propos optimistes tenus par le gouverneur central européen la semaine dernière en marge de la réunion monétaire de la BCE (tremplin vers un retour à $1,14 ?), l’inverse ferait éclore de nouvelles interrogations quant à un possible report dans le temps de la date de 1ière hausse de taux en Europe actuellement anticipée par le consensus à la fin du T3 / T4 2019. Dans ce cas précis, l’EUR/USD pourrait se rapprocher encore un peu plus de ses plus bas de l’année situés au niveau de $1,13.

Perf 2018 = -5,17% / Moyenne 2018 = $1,1897 / Point haut 29 octobre 2018 = $1,1416 / Point bas 29 octobre 2018 = $1,1359 / Clôture 29 octobre 2018 = $1,1371

GBP

EUR/GBP : Pas de gros mouvements à dénoter lundi sur la paire EUR/GBP qui, comme il l’était anticipé, n’a été guère impressionnée par le nouveau budget 2019 présenté par le ministre des finances Philip Hammond. Malgré une révision à la hausse de la projection de croissance pour 2019 ; de 1,3% à 1,6% ; et une révision à la baisse des différentes estimations de déficit anticipées jusqu’en 2022, le cours de change reste sur une trajectoire haussière et continue à taper à la porte du seuil de £0,89… sans toutefois à parvenir pour le moment à casser cette barrière. Malgré l’annonce par le trésorier britannique que la période d’austérité que vient de vivre le pays approche de sa fin, les investisseurs ont bien conscience que ce budget n’a aucune réelle valeur en soi tant que le Brexit n’aura pas livré ses vérités. Par ailleurs, si Londres s’enorgueillit de la baisse de ses déficits, l’agence de notation Moody’s calme cet enthousiasme et avertit que le haut niveau d’endettement du pays reste un risque de crédit pour le pays à long terme.  Peu de chiffres économiques et/ou évènements clés à suivre jusqu’à jeudi et la nouvelle réunion monétaire de la Banque d’Angleterre. La livre sterling restera entre-temps toujours sous l’emprise du sentiment général des investisseurs à l’égard du Brexit et son issue potentielle. Pour le moment l’adage « pas de nouvelles, mauvaise nouvelles » tend à renforcer le pessimisme ambiant des marchés et pèse sur la livre sterling. Le franchissement du seuil de £0,89, barrière au-dessus de laquelle la paire ne parvient pas à s’installer durablement depuis presque un mois, reste un test important pour l’EUR/GBP.

Perf 2018 =+0,20% / Moyenne 2018 = £0,8836 / Point haut 29 octobre 2018 = £0,8900 / Point bas 29 octobre 2018 = £0,8866 / Clôture 29 octobre 2018 = £0,8887

JPY

EUR/JPY : Après un recul de 4% en moins d’un mois, le cours EUR/JPY a profité du rebond des bourses européennes et du bon début de séance des bourses américaines pour rebondir et tenter de retracer au-dessus du niveau de ¥128. L’entreprise s’est révélée plus difficile que prévu puisque le sentiment d’aversion au risque reste très présent et a à nouveau guidé les actions des investisseurs dès lors que les bourses américaines ont effacé l’ensemble de leurs gains et sont retombées dans le rouge (-0,7% pour l’indice général S&P 500 ce lundi et 7ième séance de repli sur 9 pour un repli global de -6%) et après la publication de la nouvelle que de nouvelles tensions commerciales entre Etats Unis et Chine pourraient s’observer en cas d’échec de dialogue entre Donald Trump et Xi Jinping lors de leur rencontre, déjà programmée, qui aura lieu en marge du sommet du G20 qui se tiendra fin novembre à Buenos Aires. Si le cours a échoué lundi à s’installer au-dessus de cette barrière de ¥128, cela ne lui empêche pas de retenter l’expérience ce matin après la bonne conduite des bourses asiatiques et notamment le rebond de 1% des marchés actions chinois (indice à Shanghai). La faiblesse du yen pourrait être également guidée ce mardi par des prises de bénéfices de la part d’investisseurs détenteurs de positions acheteuses en yen avant la décision mercredi matin de la Banque du Japon qui devrait vraisemblablement opter pour un nouveau statu quo monétaire. Si les taux directeurs ne seront pas ajustés, il n’est pas impossible qu’au regard des tensions récentes sur les marchés obligataires les banquiers centraux japonais décident d’avoir un contrôle plus « lâche » de sa courbe de rendement (taux 10 ans artificiellement maintenu autour de 0%). Une telle décision pourrait être interprétée comme le premier pas vers un changement de trajectoire à venir vers une politique monétaire de moins en moins accommodante. Si cette graine commence à germer dans la tête des marchés, cela suggère que la phase de revalorisation du yen est loin d’être terminée.

Perf 2018 =-5,08% / Moyenne 2018 =¥130,79 / Point haut 29 octobre 2018 =¥128,23  / Point bas 29 octobre 2018 =¥127,23 / Clôture 29 octobre 2018 =¥127,80

ZAR

EUR/ZAR : Depuis deux semaines environ, le cours EUR/ZAR oscille autour du seuil de ZAR 16,50 et, malgré plusieurs tentative de cassure de cette barrière, celui-ci a toujours réussi à éviter les obstacles sur sa route. Il faut dire que malgré les pressions baissières qui pressent l’euro, les importantes pertes subies par l’ensemble des bourses mondiales et le retour hier des craintes de guerre commerciale entre les Etats Unis et la Chine tendent à maintenir les investisseurs en retrait des marchés émergents où les risques de fluctuation sont plus importants. Le rand sud-africain n’échappe pas à la règle et cela peut expliquer finalement cette « inertie apparente » du cours de change. Si celui-ci reste très connecté à l’humeur générale des marchés et est impacté ce matin par le sentiment de soulagement accueillant le rebond des bourses asiatiques, la paire EUR/ZAR sera également très sensible à la publication en milieu de matinée des chiffres du chômage en Afrique du Sud au 3ième trimestre, un marqueur économique important mesurant l’état de santé du pays mais surtout les progrès réalisés depuis l’arrivée au pouvoir de Cyril Ramaphosa en février dernier en lieu et place de Jacob Zuma. Cette barrière de ZAR 16,50 pourrait être mise à nouveau à rude épreuve si un début d’inflexion de la courbe du chômage s’observe tandis qu’ à l’inverse l’absence de progrès pourrait offrir un tremplin à la paire pour prendre la direction de ZAR 17,0 et atteindre un nouveau pic de 2 semaine. 

Perf 2018 =+12,1% / Moyenne 2018 =ZAR15,50 / Point haut 29 octobre 2018 =ZAR16,79  / Point bas 29 octobre 2018 =ZAR16,44 / Clôture 29 octobre 2018 =ZAR16,74