Commencer

Actualités du marché des devises

août 03, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

De bons indicateurs PMI en Chine et en Zone Euro  donnent du baume au cœur aux investisseurs

EUR

La publication coup sur coup ce matin d'enquêtes d'activité montrant en Chine le plus fort rebond de l'industrie depuis plus de 7 ans et en Zone Euro un rebond plus important que prévu de la croissance du secteur manufacturier qui enregistre en juillet sa meilleure performance depuis  fin 2018 donne du baume au cœur à des investisseurs que l'on a vu ces dernières semaines inquiets face à la recrudescence du virus aux quatre coins du monde et aux signaux inquiétants de ralentissement de la reprise aux Etats-Unis. L'euro se voit à nouveau renforcé ce matin après les pertes subies vendredi sur fond de prises de bénéfice consécutives à sa bonne performance en juillet (+5% face au dollar). Le taux EUR/USD stoppe sa chute et reste à proximité du seuil de 1,18 $ tandis que le taux EUR/CHF remonte sur ses plus hauts niveaux depuis 2 mois et tente de casser ce matin le seuil de résistance de 1,08 ₣. Le yuan se porte bien et est orienté à la hausse face au dollar (6,98 ¥) et à l'euro (8,22 ¥). Le dollar australien est sur la défensive et semble pâtir des spéculations en amont de la réunion demain de la RBA qui pourrait donner lieu à d'éventuelles surprises, ou du moins une communication très défensive alors que l'Australie a vu ressurgir d'importants cas de coronavirus ces dernières semaines obligeant les autorités publiques à imposer de nouvelles mesures de restriction. Le spectre de nouvelles tensions entre Pékin et Washington ressurgit et provoque quelques résonnances sur les marchés des changes. Le yen rebondit légèrement après avoir tutoyé ce matin ses plus bas niveaux depuis plus d'un an face à l'euro et la barrière de 125 ¥ tandis que certaines devises émergentes se déprécient vivement. C'est notamment le cas du rand sud-africain qui abandonne près de -1% ce matin face à l'euro et oscille à nouveau tout près de ses plus bas historiques à presque 20,30 ZAR.

USD

Pire mois depuis près de 10 ans pour le dollar (USD) : Malgré un rebond vendredi, la devise américaine a clôturé le mois de juillet avec une perte de plus de -4% face à un panier de devises, soit sa plus mauvaise performance sur un mois depuis septembre 2010. Si la dégradation de la situation sanitaire aux Etats-Unis a clairement pesé sur la devise américaine, on peut aussi y associer la chute des taux réels américains en territoire négatif, la communication très prudente de la banque centrale à l'égard des perspectives du pays ou encore les signaux inquiétants de ralentissement du rebond de l'économie américaine comme facteurs défavorables à la devise américaine. Les commentaires de Donald Trump sur l'éventuel report du scrutin de novembre - scénario qui a depuis été démenti par des conseillers de la Maison Blanche - n'a pas aidé non plus, tout comme la stagnation des négociations actuelles au Congrès sur un nouveau plan de relance alors même que les inscriptions aux allocations chômage repartent à la hausse depuis deux semaines dans le pays. Le plan de relance et l'emploi seront les deux sujets de préoccupations majeurs des acheteurs de dollar cette semaine. Les deux camps républicains et démocrates vont tenter de trouver un terrain d'entente sur un nouveau plan de soutien qui devrait avoisiner les 1 000Mds $, notamment sur la question du nouveau montant de l'allocations exceptionnelles accordées aux demandeurs d'emploi. Elle était de 600 $ par semaine dans le programme qui est arrivé à échéance vendredi dernier. Les républicains veulent la réduire à 200 $ alors que le camp démocrate souhaiterait que le montant initial reste inchangé. On pourrait couper la poire en deux et trouver un compromis autour d'un montant de 400 $, mais pour le moment aucune annonce officielle en ce sens n'a encore été formulée. La situation du marché de l'emploi est unanimement considérée par les investisseurs comme un marqueur important de l'état de santé de l'économie aux Etats-Unis, aussi tous les regards seront focalisés sur les nouvelles statistiques mensuelles de créations d'emploi en juillet publiées vendredi par le ministère américain du travail. Le consensus économique table sur 1,6Mln de création d'emploi le mois dernier et un recul modeste du chômage de 11,1% à 10,5%. De bons indicateurs sur l'emploi viendraient atténuer quelque peu les doutes actuels autour de l'économie américaine et offrir un peu de répit au dollar. Au contraire, une contre-performance viendrait appuyer la tête sur l'eau d'un dollar très affaibli.

Une accélération de la reprise en Europe qui se confirme mais une situation sanitaire à surveiller (EUR) : La publication ce matin de l'estimation finale des indicateurs d'activité européens dans le secteur de l'industrie a conforté le scénario d'une reprise rapide et robuste de l'économie en Zone Euro. Les résultats au sein des trois principales économies européennes (Allemagne, France & Italie) et en Zone Euro ont été largement révisés à la hausse ce matin. En Zone Euro (51,8 vs. estimation initiale à 51,1), l'industrie enregistre en juillet sa meilleure performance depuis le mois de novembre 2018. En Allemagne, le secteur enregistre sa plus forte croissance sur un mois depuis décembre 2018. Les voyants sont donc au vert en Europe même si les autorités publiques commencent à s'inquiéter d'une recrudescence des cas de coronavirus dans la région. En France, on a recensé lors des trois derniers jours plus de 1300 nouveaux cas de coronavirus tandis qu'en Espagne on a recensé vendredi plus de 3000 nouveaux cas, soit une première depuis le 11 mai dernier. Les marchés semblent pour le moment ne pas s'en inquiéter outre-mesure mais le sentiment pourrait vivement se détériorer si d'aventure des nouvelles mesures de restriction étaient annoncées dans les prochains jours/semaines dans la région. L'EUR/USD reste relativement stable ce matin et oscille sous le seuil de 1,18 $ tandis que la paire EUR/CHF vient taper à la porte des 1,08 ₣ (résistance depuis début juin) après la publication des PMI européens. 


CNY

De nouvelles tensions en vue entre la Chine et les Etats-Unis, des marchés peu effrayés (CNY, JPY) : Alors que le président américain évoquait publiquement vendredi dernier la probable interdiction aux Etats-Unis de l'application mobile chinoise Tik Tok, le secrétaire d'Etat a annoncé dimanche d'autres sanctions à venir contre des sociétés chinoises de logiciel soupçonnées d'espionnage et de vol de propriété intellectuelle. La situation reste toujours très tendue entre les deux pays mais pour l'heure l'accord commercial de phase 1 signé entre les deux pays en janvier n'est pas mis dans la balance comme possible arme de rétention. Le yuan reste donc globalement orienté à la hausse face au dollar et se maintient ce matin sous le seuil symbolique de 7,0 ¥. Face à l'euro, la devise chinoise enregistre sa seconde séance consécutive de hausse et le taux EUR/CNH revient se positionner ce matin au niveau de 8,20 ¥ alors qu'il avait été aperçu à plus de 8,30 vendredi dernier ou tout simplement son plus haut niveau depuis juillet 2014. La devise chinoise surfe sur les bons résultats des enquêtes PMI qui entre vendredi et aujourd'hui tendent à confirmer un rebond de l'économie chinoise. L'enquête d'activité réalisée par l'entreprise privée Caixin publiée ce lundi matin montre un rebond dans le secteur manufacturier qui n'avait pas été vu aussi fort depuis janvier 2013. Malgré un rebond important de la bourse chinoise de près de +2% ce matin, le taux EUR/JPY s'est à nouveau cassé les dents sur la barrière de 125 ¥ après une première tentative vendredi dernier, et se contracte légèrement en séance européenne tout en suivant attentivement les futurs développements entre Pékin et Washington.

AUD

Le dollar australien continue de glisser avant la RBA (AUD) : À la veille de la nouvelle réunion monétaire de la Réserve Bancaire Australienne (RBA), l'Aussie dollar accentue sa glissade face à l'euro et oscille ce lundi matin autour de ses bas niveaux depuis 2 mois à plus de 1,65 A$. Si la banque centrale ne devrait à priori pas opérer demain d'ajustements sur ses taux, sa politique de rachats d'actif ou encore sa stratégie de plafonnement des taux obligataires à 3 ans, il n'est pas impossible que cette dernière affiche une communication très accommodante et ouvre la porte à de nouvelles actions dans les prochains mois alors même que Melbourne - seconde ville la plus peuplée du pays derrière Sidney - a annoncé ce weekend un couvre-feu pour tenter de contenir la progression du virus qui ne semble pas fléchir malgré l'introduction de mesures de restriction trois semaines auparavant. Ajouté à cela les pressions déflationnistes dans le pays que l'on a pu observer à l'occasion de la publication la semaine dernière des estimations d'inflation au second trimestre (inflation générale à -0,3% au T2 2020) et on a actuellement un contexte conjoncturel défavorable qui présuppose de nouvelles actions possibles de la part des banquiers centraux australiens. En marge de la décision monétaire, on assistera également demain à la publication des nouvelles statistiques commerciales et de ventes au détail en Australie.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.